X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques quotidiennes
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Comment le vote italien peut changer la donne

La rédaction
JPEG - 31.8 ko

Tout allait bien Madame la Marquise, jusqu’à ce que ces affreux populistes, eurosceptiques et antisystèmes italiens ne viennent gâcher la fête. En effet, l’accord entre la Ligue du Nord et le Mouvement des cinq étoiles (M5S) pour un programme commun et la formation d’un gouvernement a déclenché une véritable panique, depuis les chancelleries européennes jusqu’aux marchés financiers.

Suite à la publication la semaine dernière de la première mouture du programme, qui contenait la procédure de sortie de l’euro et l’annulation de 250 milliards d’euros de dette publique, le Financial Times, porte-voix des intérêts de la City de Londres, s’est emporté : « Désormais les barbares ne sont plus simplement aux portes de Rome. Ils sont à l’intérieur de la ville » ! En réponse, Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue du Nord, a lancé : « Mieux vaut des barbares que des esclaves ! » , tandis que Manlio Di Stefano du M5S affirmait que « les barbares ont dirigé depuis 30 ans » l’Italie.

En France, on pouvait lire par exemple dans les colonnes du Parisien  mardi matin : « Déroutante… et inquiétante Italie ! Ce pays, qui a souvent joué les laboratoires politiques de l’Europe – du funeste souvenir du fascisme des années 1920 au populisme de Berlusconi au pouvoir en passant par l’eurocommunisme des années 1970 –, vient de s’inventer un nouvel alliage ».

Sur le plan économique, le texte final du programme commun, bien qu’amputé de la sortie de l’euro et de l’annulation d’une partie de la dette publique, a de quoi faire trembler toute la doxa de la bonne morale budgétaire, avec une politique de baisse des impôts et d’augmentation des dépenses, de minimas sociaux et de baisse de l’âge de la retraite.

Et tandis que les médias concentrent l’attention sur une politique anti-immigration qui est certes contestable, ce qui effraie sans doute davantage en haut lieu c’est la présence dans ce programme de l’arrêt des sanctions contre la Russie et de la séparation des banques de dépôts des banques d’affaires, associée à une « révision radicale » des procédures de bail-in (la possibilité pour une banque en faillite de saisir l’argent sur ses propres clients – y compris les épargnants – pour se renflouer). « Nous devons aller vers un système où les banques de détail et les banques d’investissement sont séparées, tant en qui concerne leur type d’activité qu’en ce qui concerne la surveillance », dit le programme commun publié le 18 mai.

Les orthodoxes du budget sortent de leurs gonds

Mardi matin, alors que le président italien jouait la montre pour valider la proposition de la Ligue du Nord et du M5S de nommer Giuseppe Conte comme nouveau président du Conseil, la commission européenne mettait en garde le futur gouvernement contre tout dérapage budgétaire. « Pour nous, il est important que le nouveau gouvernement italien maintienne le cap et mène une politique budgétaire responsable », a déclaré le vice-président de la commission en charge de l’euro, Valdis Dombrovskis à un journal allemand. « L’Italie a l’endettement public le plus élevé de la zone euro après la Grèce », a-t-il averti.

Notre ministre de l’Économie Bruno Le Maire – le « messager Hermès de Jupiter » auprès de la finance, comme il s’est plu à se décrire – a visiblement pris son rôle très à cœur, lançant dimanche un rappel à l’ordre étonnant : « Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l’assainissement des banques, c’est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée. (…) Les engagements qui ont été pris valent quel que soit le gouvernement. Je respecte la décision souveraine du peuple italien, mais il y a des engagements qui dépassent chacun de nous ».

Ce à quoi Matteo Salvini a immédiatement répondu : « Je n’ai pas demandé les votes et la confiance pour continuer sur la route de la pauvreté, de la précarité et de l’immigration. Les Italiens d’abord ! », a-t-il tweeté, avant d’ajouter dans une vidéo : « Qu’il se mette le cœur en paix : nous ferons l’exact contraire de ce qu’ont fait les gouvernements qui nous ont précédé ! »

Rappelons, pour qu’il soit clair où se situent les uns et les autres, que pratiquement au même moment, Bruno Le Maire, un pro-système, annonçait son intention de sabrer chez nous, en cas d’un retour de la création d’emplois, les aides sociales, y compris les allocations des handicapés...

Le spectre de la crise financière et de l’éclatement de l’euro

La grande peur, dont la sortie disproportionnée de Bruno Le Maire est révélatrice, est que l’abandon par le futur gouvernement italien de la politique d’austérité de Bruxelles, dictée par les critères du Traité de Maastricht que le nouveau gouvernement ne compte plus honorer, ne fasse paniquer les marchés, et ne déclenche la bombe à retardement des créances douteuses (320 milliards dans les banques italiennes) et des bulles spéculatives dans lesquelles les mégabanques de la zone euro sont engagées jusqu’au cou. Le Maire, surexcité, a surtout en tête le cas explosif de la Deutsche Bank.

Les taux d’emprunt italiens à dix ans sont passés de 1,8 % en avril à 2,27 % lundi, et le « spread », c’est-à-dire l’écart entre les taux italiens et les taux allemands (les plus bas de la zone euro), s’est approché de 190 points lundi, alors qu’il tournait autour de 130 points il y a une semaine.

« Si les créanciers prennent peur, les taux pourraient augmenter et la charge d’intérêt (le coût total des intérêts) déjà élevé pourrait encore augmenter », explique l’économiste François Ecalle dans Le Parisien. Et il n’est pas sûr que l’Allemagne accepte de venir à la rescousse du gouvernement italien si celui-ci s’entête dans ses « bêtises budgétaires ». « Le risque d’éclatement de la zone euro ressurgira. C’est inquiétant, ce qui va se passer. Ça peut être très violent et très rapide ».

On essaye bien de se rassurer en disant cyniquement que Luigi di Maio (M5S) et Matteo Salvini vont subir le même sort que François Hollande et Alexis Tsipras, qui avaient fait campagne contre l’orthodoxie budgétaire européenne avant de renoncer et de capituler. C’est oublier le fait que le futur gouvernement italien est soutenu par plus de 60 % des Italiens. Et il se pourrait bien que ce gouvernement soit très peu disposé à boire la ciguë que Hollande et Tsipras ont accepté sous la contrainte.

Le spectre de la crise financière est donc bien là. Dans un article paru mardi dans 20 minutes, Jérôme Creel, directeur du département d’étude de l’OFCE, prévient : « On pourrait assister à une crise financière à la mode grecque, avec un risque supplémentaire spécifique à l’Italie. Le poids de l’économie italienne n’a rien à voir avec celui de la Grèce. Si on devait assister à une crise financière en Italie, les répercussions seraient monumentales ».

Plus lucides encore, les économistes Steve Keen et Dany Lang ont écrit le 20 mai une tribune dans Libération intitulée : « Les morts-vivants de la dette et le méga krach à venir », sans pourtant faire une référence directe à la situation italienne. « Il ne fait aucun doute que nous sommes dans une impasse au bout de laquelle se trouve un mur et qu’avec leurs politiques d’austérité, et leur libéralisation de produits financiers dangereux, la plupart des gouvernements s’obstinent à appuyer sur l’accélérateur ».

Et pour une fois, les deux économistes ne se contentent pas d’une seule analyse du problème ; ils mettent de l’avant l’idée d’un jubilé de la dette et d’une « séparation des banques d’investissements des banques de dépôt, similaire à la loi bancaire de 1945 », oubliant de dire que Jacques Cheminade a précisément défendu ces deux idées, en particulier depuis 2008.

Et en France ?

Quoi qu’il arrive, le processus en cours en Italie aura des conséquences. Notamment en France, où des petits malins s’amusent déjà à faire le parallèle entre la trajectoire d’Emmanuel Macron et celle de Matteo Renzi, le chouchou des marchés financiers qui était parvenu à rassembler une large coalition gauche-centre-droite, présentée comme le renouveau de la politique, et qui, quatre ans plus tard, a quasiment disparu du paysage politique italien. L’entêtement du président français dans ses « bêtises libérales », à pratiquer une saignée sociale tout en lâchant toujours plus la bride à la finance folle, ne peut effectivement avoir d’autre conséquence que de nourrir les extrémismes de tous bords.

À nous de saisir ce plat de l’histoire qui nous est tendu et de pousser plus que jamais la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires, seule voie possible pour éviter le chaos irrémédiable vers lequel nous conduit aveuglément la politique de l’Union européenne, pour engager une réorganisation de fond en comble du système bancaire, et pour renouer avec une véritable politique de progrès économique et de justice sociale.

Alors, apportez vite votre signature à la pétition soutenant la loi de séparation bancaire et rejoignez la mobilisation de S&P !

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard