X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques quotidiennes
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Derrière la menace de guerre : le tsunami financier

La rédaction
JPEG - 95.9 ko

Qui n’a jamais entendu la fameuse rengaine « Une bonne guerre, et tout repartira... », au détour d’une conversation ? Mais, tandis que la phrase s’éteint, laissant place aux sujets de conversation suivants, l’on ne réfléchit pas au fait que cette « bonne guerre », ce sont les oligarques financiers qui la souhaitent ardemment, car cela représente pour eux le seul moyen de détourner l’attention de leur situation de faillite et de noyer dans le chaos les montagnes de dettes et de produits financiers pourris dont ils regorgent.

Au cours de la campagne présidentielle de 2017, un seul candidat – Jacques Cheminade – a mis en garde contre le fait que la crise du système financier international n’avait pas été résolue : « nous sommes en effet en état d’urgence financier car toutes les plus grandes banques du monde, y compris les nôtres, seraient en faillite si elles n’étaient pas soutenues par l’émission d’argent électronique des banques centrales. Et ce système ne survit qu’en détournant les flux financiers de l’économie réelle vers un vaste Monopoly de capital fictif, c’est-à-dire un capital qui ne correspond pas à la création de biens physiques ou à l’amélioration des conditions de vie des êtres humains. » Et quand lors du débat à onze le 4 avril sur BMFTV/CNews il a prévenu de l’imminence d’un « tsunami financier », certains ont acquiescé, puis on est passé à d’autres sujets...

Sont arrivés les rabat-joie...

Tout allait pour le mieux dans le monde de la finance. Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed), assurait fin juin à Londres qu’il n’y aura pas de nouvelle crise financière, du moins « pas de notre vivant, en fait je ne le crois pas. » De l’autre côté de l’Atlantique, après quelques heures de suspens angoissant, le patron de la BCE Mario Draghi finissait par annoncer que la politique d’ « assouplissement monétaire » (« quantitative easing », autrement dit la planche à billets) allait continuer, ce qui validait l’idée que la crise était derrière nous, que la croissance était de retour.

Mais voilà que deux des principaux oracles de la mondialisation financière, Jacques Attali et Alan Greenspan (ancien président de la Fed), sont venus remettre tout en cause.

Dans son éditorial du 24 juillet paru dans L’Express, «  la prochaine crise financière  », Attali écrit que « de fait, tout se passe comme si on pensait aujourd’hui qu’il n’y aurait plus jamais de crise économique et financière. Et que le risque était définitivement écarté. (…) Les signes d’une crise prochaine sont là. » Pointant du doigt l’augmentation massive de l’endettement global, public et privé, des 44 pays les plus riches, passé de 190 % du PIB en 2007 à 235 % aujourd’hui, Attali explique que « la croissance ne suffira pas pour avaler ces dettes », et que le moment viendra où les prêteurs prendront conscience que les dettes ne pourront pas être remboursées : « cela partira d’un incident plus ou moins mineur, en Italie, aux États-Unis, en Chine ou au Moyen-Orient. Les banques centrales arrêteront de se comporter comme des Madoff légaux et réduiront les crédits gratuits qu’ils accordent aujourd’hui aux banques ». Le krach !

De son côté, Greenspan a déclaré dans une interview à Bloomberg le 1er août que « nous faisons face à une bulle, pas dans les actions mais dans les obligations ». Le problème est selon lui que « les taux d’intérêts à long terme sont beaucoup trop bas, une situation, donc, insoutenable. Quand ils remonteront, il est probable qu’ils bougent assez rapidement. (…) Le véritable problème surviendra lorsque la bulle des obligations s’effondrera, alors les taux d’intérêts à long terme augmenteront ».

Hormis le fait qu’ils ne présentent aucune solution, Attali et Greenspan se bornent à ne parler que de la partie émergée de l’iceberg ; car aux dettes sont adossés des milliers de milliards de dollars de produits financiers, qui circulent principalement dans la finance de l’ombre, opérant en-dehors du cadre encore (très modérément) régulé. Mais ces derniers jours les grands médias ont pour la première fois commencé à évoquer cette bombe à retardement.

Shadowbanking

Dans un article du 3 août justement intitulé «  ’Shadow banking’, marchés à l’ombre », Libération expose le problème de cette finance parallèle : « les banques ’traditionnelles’ financent des prêts avec les ressources qu’elles collectent auprès de leurs déposants et avec leurs fonds propres. Les banques font ce que les spécialistes appellent ’une transformation d’échéance’. Les crédits qu’elles consentent sont effectués à des échéances plus longues que leurs ressources. Le système bancaire ne tient donc qu’à la stabilité de la confiance des déposants. Si ces derniers, pris soudainement de panique, décident en grand nombre de retirer leur épargne, tout le système bancaire s’effondre. C’est justement pour assurer la confiance des déposants et la stabilité du système bancaire que des règles et des institutions ont été créées dans la plupart des pays (garantie des dépôts, banque centrale comme prêteurs en dernier ressort ou encore supervision prudentielle). »

Rappelons que le shadow banking regroupe un ensemble hétéroclite d’institutions non-bancaires qui échappe aux règles du secteur. Et ce, alors qu’elles réalisent des activités de crédit et de transformation comparables à celles des banques.

Ainsi, les acteurs du shadow banking n’ont donc pas directement accès à une assurance de dépôts ni au refinancement des banques centrales, ce qui les rend donc potentiellement beaucoup plus vulnérables. Or, nombreux sont ceux qui participent à cette finance parallèle : banques d’investissement, fonds spéculatifs (hedge funds), ou fonds d’investissement (fonds mutuels, fonds de pension, sociétés d’assurance).

En plus, pour échapper « à la double pression des exigences toujours plus fortes de rendement des actionnaires et des normes de supervision bancaires, les banques continuent en effet à chercher à accroître et diversifier leur offre de financement. Pour satisfaire les exigences prudentielles, et en particulier le ratio de fonds propres (de réserve en capital par rapport aux crédits accordés), elles sortent donc de leurs bilans une partie des prêts les plus risqués ».

C’est cette stratégie qui les a conduites à un usage massif des fameux produits dérivés et des techniques financières telle la titrisation des créances.

Rappelons que c’est bien la titrisation tout azimut de produits frôlâtes tels que les « subprimes » qui avait rendue le krach quasiment ingérable en 2008.

Or, aujourd’hui, les grandes banques et les fonds d’investissements nourrissent plusieurs bulles en titrisant de cette manière des dettes comme par exemple les crédits étudiants et les prêts automobiles aux États-Unis, spéculant avec dans la finance de l’ombre. D’après Libération, ces opérations et prêts hors radar représenteraient aujourd’hui plus de 100 000 Md$, contre 26 000 Md$ en 2002 et 63 000 Md$ en 2007. C’est précisément là que se trouve le cœur du problème.

L’alternative : la spoliation et la guerre ou la mise en banqueroute organisée

Si tout le monde sait pertinemment que la dette globale ne peut pas être remboursée, la question tabou est « qui va payer ? » Maintenir à tout prix l’ordre établi implique nécessairement de prendre l’argent « réel » là où il se trouve. C’est ainsi que l’Union Européenne a mis en place le 1er janvier 2016 un « mécanisme de résolution bancaire » pour assurer le sauvetage des banques en cas de nouvelle crise bancaire. Ce principe de renflouement interne a été appliqué en Italie à plusieurs reprises, tout d’abord en novembre 2015 (en prélude à la directive européenne), spoliant des petits épargnants comme Luigino d’Angelo, un retraité italien retrouvé pendu chez lui, puis début juillet 2017, lors du sauvetage de la banque Monte Dei Paschi. On assure qu’on ne touchera qu’aux détenteurs d’obligations et de fonds de placement de la banque, au pire aux comptes supérieurs à 100 000 euros, et on promet que les comptes inférieurs à 100 000 euros seront protégés. Mais, tandis qu’on se garde bien de dire qu’aucun fond de garantie nulle part en Europe ne permettra d’honorer cette promesse, on envisage à la Commission de Bruxelles de mettre en place un dispositif pour geler les dépôts en cas de crise.

Bien entendu, compte tenu des proportions gigantesques de la dette globale, aucun mécanisme ne suffira jamais à sauver le système. D’où l’idée que seule une « bonne guerre » en serait capable...

Et bien non, l’alternative existe ; elle a été défendue par Jacques Cheminade pendant la campagne présidentielle, ce qui n’a sans doute pas échappé aux Jacques Attali et consorts : une mise en faillite ordonnée du système, en commençant par « couper les banques en deux pour faire sauter le verrou financier qui bloque la production. (…) Il faut dire aux banquiers d’affaires : ’on ne vous renfloue plus !’ » En même temps, il faut « abroger tous les textes sur les marchés d’instruments financiers, qui permettent d’opérer dans une opacité totale (shadow banking), et interdire de spéculer sur ce qu’on mange, ce qu’on respire et sur la vie elle-même. » etc.

Une mobilisation a été lancée par S&P début juillet afin d’ouvrir au nouveau Parlement le débat sur la séparation bancaire.Le projet de « loi de moralisation de la vie bancaire » n’attend que vous pour se faire connaître auprès des députés et sénateurs qui, s’ils n’agissent pas avant, sauront au moins quoi faire lorsque le « tsunami financier » surviendra.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard