Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Poutine et LaRouche : l’Empire britannique menace la paix mondiale

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
PNG - 253.9 ko

Cette chronique est la première partie d’une trilogie destinée identifier la nature de notre véritable ennemi : l’Empire britannique.

Lire les deux autres chroniques :


En 1994, alors qu’il venait d’être libéré de prison, après cinq ans d’injustice, l’économiste et homme politique americain Lyndon LaRouche avait publié un rapport de 60 pages portant le titre de « La chute prochaine de la Maison de Windsor ». Ce rapport reste aujourd’hui une référence pour identifier de façon adéquate la nature britannique de l’empire qui asservit actuellement l’humanité, et dans lequel les États-Unis sont devenus le bras armé, en particulier depuis l’assassinat de John F. Kennedy en 1963.

Dans l’introduction, LaRouche endossait le rôle de procureur général représentant l’humanité contre le génocide britannique : « Mesdames et messieurs les membres du jury des lecteurs internationaux, nous vous avons convoqué devant ce tribunal afin d’entendre les charges découlant de l’un des crimes les plus monstrueux qui ait été commis dans toute l’histoire humaine, et perpétré à grande échelle ».

Alors que le grand nombre a préféré ignorer ou moquer cette affirmation de LaRouche, les récents événements en ont forcé plus d’un à reconsidérer la question. En effet, au travers des trois « affaires » du Russiagate, de l’empoisonnement de Skripal et de la fausse attaque chimique en Syrie, qui mettent en péril la paix mondiale, la main instigatrice des Britanniques apparaît de plus en plus en pleine lumière. Déjà, en 2003, c’est bien Tony Blair et les services britanniques qui avaient été à l’origine du mensonge sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein, et qui avaient entraîné l’Amérique de Bush dans une guerre illégale en Irak.

Une longue histoire de crimes contre l’humanité

Le fait nouveau est que la Russie a décidé de lancer à son tour l’offensive contre le perfide Empire. La veille des frappes du trio franco-américano-britannique en Syrie, le ministère russe de la Défense présentait les premières preuves de la mise en scène de l’attaque chimique du 7 avril à la Douma par les Casques blancs, et accusait la Grande-Bretagne d’être à l’origine de cette manipulation.

Jeudi 19 avril, lors de sa conférence de presse, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a sorti l’artillerie lourde.

« Tenez-vous prêts », a-t-elle prévenu les journalistes. « Vous voulez parler de crimes de masse perpétrés par des États ? Alors parlons de l’histoire de la Grande-Bretagne, la pire puissance coloniale de tous les temps. Puisque les diplomates britanniques d’aujourd’hui ne semblent pas être conscients de leur propre histoire, il est grand temps, depuis cette tribune, de remplir ce vide cognitif ».

Mme Zakharova s’est lancée durant une heure dans une revue extensive et précise de tous les génocides, empoisonnements, pillages et mensonges perpétrés par l’Empire britannique dans le monde, en s’appuyant sur de nombreux documents, y compris provenant des archives britanniques. Depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun gouvernement, qui plus est d’une grande puissance, n’avait osé dénoncer et attaquer publiquement les pratiques de l’Empire britannique.

Commençant par le cas de l’Inde, elle a rappelé ce qu’avait écrit l’historien américain Will Durant en 1930 sur les pratiques délibérées de torture des Britanniques pendant 150 ans. L’indien Shashi Tharoor, auteur de « Inglorious empire, what the British did to India » (2017), a réuni tous les documents et archives existant sur ce crime. Il a mis en lumière la politique de désindustrialisation et de pillage de l’Inde, mise en œuvre par le Premier ministre le plus cruel du XXe siècle, Winston Churchill, et qui a provoqué la mort par famine de 15 à 29 millions de personnes – dont quatre au Bengale en un an. Churchill disait : « Je hais les Indiens. C’est un peuple bestial, avec une religion bestiale ». Mme Zakharova a rappelé les exécutions d’Indiens par les Britanniques, qui les mettaient dans des canons et les faisaient tirer, ainsi que le massacre du 13 avril 1919, où 50 soldats ouvrirent le feu sur des civils sans armes dans le centre d’Amritsar, tuant un millier d’entre eux.

En Afrique, l’Empire britannique a réduit en esclavage et extrait du continent environ treize millions de personnes ; mais on sait qu’il en a tué trois à quatre fois plus, ce qui porterait le nombre de victimes totales à environ 50 millions sur le continent africain ! L’histoire de l’esclavage britannique a des racines lointaines puisque, comme l’a rappelé Mme Zakharova aux journalistes, le philosophe anglais John Locke avait rédigé la constitution des États confédérés esclavagistes en Amérique, et qu’il avait investi toute sa fortune dans l’esclavage (tout comme un certain Voltaire).

Lors de la Guerre des Boers en Afrique du Sud, les Britanniques avaient mis en place des camps de concentration pour toute personne soupçonnée d’être sympathisante de la cause des rebelles Boers contre la loi britannique. Leurs maisons étaient brûlées, leur bétail et leurs récoltes étaient détruits, et les hommes étaient ensuite séparés des femmes et des enfants, pour être déportés au Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka) ou en Inde. Lorsque l’existence de ces camps fut connue, Lord Kichener déclara qu’ils visaient à assurer la « sécurité » de la population civile, et il les renomma même « lieux de salut ».

« N’est-ce pas exactement la même chose que nous voyons à l’œuvre aujourd’hui avec les Casques blancs ? » a demandé Maria Zakharova. « Ils vont trouver des terroristes, leur donnent le nom de ‘Casques blancs’, puis ils les utilisent pour lancer des provocations, tout en prétendant vouloir ‘sauver la population’ ». Le temps a passé, mais les méthodes sont restées les mêmes.

Mme Zakharova a évoqué ensuite le génocide des Zoulous en Afrique australe, dans les années 1870 et celui du peuple Kikuyu au Kenya entre 1954 et 1961 ; l’occupation de l’Australie, pendant laquelle les Britanniques ont tué 90 à 95 % de la population indigène, et où les occupants recevaient une récompense pour chaque personne tuée ; les guerres d’opium en Chine, où la Grande-Bretagne a pratiqué un véritable empoisonnement de la population, pendant plusieurs générations ; l’utilisation d’armes chimiques – avérée par les archives britanniques – en Mésopotamie (aujourd’hui l’Irak) au printemps 1920, sous les ordres de Churchill, et qui a tué entre 6 000 et 10 000 personnes.

« Les films de James Bond ne sont pas une fiction », a-t-elle souligné ; « Ian Fleming travaillait à partir de documents d’archives. Les espions britanniques disposent bien d’un ‘permis de tuer’ ».

La liste des cas d’assassinats et de coups d’État impliquant les services britanniques est longue. La baronne Daphne Park, ancienne agent du MI6, a admis avoir participé à l’organisation de l’assassinat en 1961 du premier Premier ministre démocratiquement élu du Congo, Patrice Lumumba, ainsi que du coup d’État contre Mossadegh en Iran, des assassinats en Irlande du Nord ; elle a également raconté comment les fascistes ukrainiens, issus du groupe de Stepan Bandera, avaient été renvoyés en Ukraine dans les années 1950.

Pour la période plus récente, Mme Zakharova a mentionné la série de morts étranges de scientifiques russes et britanniques survenue en Grande-Bretagne entre 2001 et 2014, bien souvent autour de la zone gouvernementale de recherche militaire de Porton Down, comme le « suicide » de David Kelly, qui était en 2003, avec Lyndon LaRouche, l’une des principales personnalités dénonçant le mensonge fabriqué par les services secrets britanniques et qui a permis de justifier l’invasion de l’Irak en 2003.

En ces temps troublés, où les revendications sociales sont souvent parasitées et radicalisées par les idéologies d’extrême-droite ou d’extrême-gauche qui trompent les gens sur les véritables causes de la désintégration actuelle de la société, il est essentiel que chaque citoyen arme son propre esprit avec la connaissance de ce que représente aujourd’hui encore cet Empire britannique.

La Russie et la Chine, avec les pays des BRICS et tous ceux qui participent à bâtir les Nouvelles Routes de la soie, tentent de s’émanciper de cet empire et d’y substituer un nouveau paradigme de paix par le développement mutuel.

Nous en appelons donc à mesdames et messieurs les membres du jury des lecteurs internationaux à agir à la hauteur du défi.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Voir le commentaire

  • Bobo • 23/04/2018 - 23:09

    Ou trouver in extenso la traduction francaise de cette confétence

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard