Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 décembre - Macron : sa transition énergétique et la nôtre Lire 18 décembre - La Chine selon Washington et Londres Lire 17 décembre - Réduire les émissions de CO2 : quelles conséquences ? Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Europe : sursaut ou bérézina ?

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 174.1 ko

Comme nous l’avons vu dans notre précédente livraison, certains milieux dominants en Europe sont tentés, face à ce qu’ils perçoivent comme des menaces – la Russie, la Chine et les États-Unis de Trump à l’extérieur, et « la lèpre » populiste à l’intérieur – de se retrancher derrière l’idée d’une « Europe-empire ». Ces mots, utilisés par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire dans son tweet du 9 novembre et dans son interview au quotidien allemand Handelsblatts du 11, expriment de façon plus crue ce que sous-entend Macron avec son idée de « souveraineté européenne ».

On connaît la propension de notre cher président pour les concepts stratosphériques, pondus dans les cabinets ministériels par des hauts fonctionnaires brillants ou par des professionnels de la communication. Cependant, celui-ci restera sans doute dans les annales des plus grands dénis de réalité, tant la situation européenne est aujourd’hui aux antipodes de l’unité et de la solidarité, préalables indispensables pour mettre en place un tel « empire », même par la force. En clair, Macron parle d’Europe alors qu’elle se dissout devant son nez !

Le cœur historique de l’UE, c’est-à-dire le « moteur franco-allemand », est en pleine déroute : le gouvernement de Merkel fuit de partout, tandis que Macron roule à 25 % de popularité, entraînant avec lui LREM sur la pente descendante des sondages pour les prochaines élections européennes. De plus, les cas du Brexit et de l’Italie sont là pour rappeler que cette Europe-là – qui s’est faite complice du règne de l’argent dérégulé et dissocié du développement économique et du progrès humain – est beaucoup plus proche de la désintégration que de l’union, qu’elle soit impériale ou pas.

Grande-Bretagne : entre Charybde et Scylla

Plongée dans la tourmente, la Première ministre Theresa May se bat une nouvelle fois pour sauver sa tête (qu’elle a perdu depuis longtemps, tout comme une grande majorité de l’élite britannique). Confrontée à la fronde des « hard brexiters » au sein du Parti conservateur contre l’accord de Brexit élaboré avec l’UE, May est sous la menace d’un vote de défiance, qui ferait tomber son gouvernement. Et si ce vote de défiance n’a pas lieu, le plus dur restera d’obtenir le vote de la majorité du Parlement en faveur de l’accord et des 27 autres pays de l’UE. En cas d’échec, soit elle relancera un cycle de négociations avec l’UE, soit le parti travailliste de Jeremy Corbyn déposera une motion de défiance contre le gouvernement, ce qui pourrait déclencher des élections anticipées.

Devant le refus absolu de Bruxelles, qui craint le départ de l’Italie, de trouver un compromis permettant au RU de retrouver un minimum de souveraineté tout en gardant un accès au marché européen, un « hard Brexit » menace de priver du jour au lendemain la sixième puissance économique mondiale de son plus grand marché. Une perspective qui n’a pas de quoi rassurer les investisseurs. La livre sterling a chuté de 2 % jeudi, et les promoteurs immobiliers ont reculé de 6 à 7 % en bourse, de même que les banques britanniques. « We are fucked », lance un gestionnaire d’actif britannique, qui avait pourtant voté pour le Brexit, cité par le journal Le Monde. « Les clients donnent l’impression de passer par les différentes étapes du deuil : on en est à celui de la stupeur », ajoute Sylvain Tessier, banquier du courtier français Oddo BHF. « On ne peut que s’assoir et regarder cette tragédie shakespearienne, alors que la scène est en train de s’effondrer », se désole Andy Scott, directeur de JCRA, une entreprise de consultants en risques financiers.

Les cercles dirigeants se trouvent ainsi piégés entre les deux monstres de Charybde et Scylla, un Brexit sans accord entraînant le chaos et le blocage de l’économie, et la peur de nouvelles élections pouvant porter Jeremy Corbyn au pouvoir. « Son programme de nationalisations et de participation forcée [sic] des salariés à l’actionnariat des entreprises ne plaît guère au patronat », précise Le Monde.

Italie : une Europe - Père Fouettard à bout de souffle

Le gouvernement de la coalition Ligue-M5S, qui a été porté au pouvoir par un sentiment de colère de la majorité des Italiens très similaire à celle qui anime actuellement les gilets jaunes en France, a maintenu son budget 2019, malgré l’ultimatum de la Commission européenne. Cette dernière a annoncé qu’elle prendra cette semaine une première mesure disciplinaire contre l’Italie, qu’elle justifie par « l’absence de mesure pour réduire la dette italienne », sachant parfaitement qu’elle ne peut pas la sanctionner pour le déficit, puisque celui-ci reste dans les clous de Maastricht.

Dans le rôle du flic dur, le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis a accusé le gouvernement italien de défier « ouvertement » les règles budgétaires acceptées par tous les pays de la zone euro. Jouant quant à lui le rôle du flic mou, le commissaire européen à l’Économie Pierre Moscovici, qui a admis « marcher sur des œufs », a assuré que Bruxelles n’était pas dans une « logique de clash » , et qu’ « on va continuer avec l’esprit de dialogue ».

Pour montrer sa bonne volonté et répondre à la principale préoccupation de la Commission, celle d’un effort visant à réduire la dette publique, l’Italie, sans renoncer à son budget de relance, annonce qu’elle pourrait privatiser pour 18 milliards d’euros d’actifs publics, à la place des 5 milliards prévus jusqu’ici.

En réalité, la situation économique de l’Italie est catastrophique. La croissance est nulle au dernier trimestre, tandis que le PIB par habitant stagne depuis vingt ans, c’est-à-dire depuis l’entrée dans l’euro. Le pays souffre d’une sous-productivité chronique, liée au faible niveau de formation et au sous-investissement, en particulier dans le Mezzogiorno. C’est bien entendu la conséquence du modèle économique dans son ensemble : la dérégulation du marché mondial et la spéculation financière qui en découle ont induit partout un court-termisme financier et une logique d’austérité budgétaire et de dénivellement des coûts de la production et de la qualification de la main-d’œuvre.

De ce point de vue-là, le gouvernement de la coalition italienne, s’il a le mérite de résister courageusement contre le diktat de l’austérité de Bruxelles, ne propose pas pour autant un programme révolutionnaire. Les mesures incluses dans son budget 2019 ne sont rien d’autre qu’une tentative de relance keynésienne visant à stopper l’hémorragie des classes populaires et des retraités – par l’avancement de l’âge de la retraite, ou encore par la mise en place d’une allocation de 780 euros par mois pour les sans-emploi (le « revenu-citoyen »). Les véritables mesures permettant de sortir de la crise économique – refonte du système monétaire, séparation bancaire, jubilé sur les dettes –, qui se trouvent en partie dans le programme de la coalition Ligue-M5S, sont pour l’instant restées au vestiaire.

Disons-le clairement : aucun supranationalisme hors-sol ni repli sur soi nationaliste ne permettra de résoudre cette situation apparemment insoluble, et Emmanuel Macron et ses conseillers feraient bien d’en prendre la mesure et de jeter à la poubelle leurs éléments de langage sur la résurgence des années 1930 et sur la « lèpre nationaliste ». Le président français qui voit le monde avec les yeux de son milieu – celui d’une bourgeoisie de province qui a réussi son ascension en intégrant les corps des hauts fonctionnaires et les milieux de la banque – est incapable de comprendre la situation nationale et internationale. Il pense sans doute, en mettant de l’avant cette « souveraineté européenne », couper l’herbe sous le pied des souverainistes nationalistes, mais il ne s’aperçoit pas que son cheval a les sabots dans la Bérézina.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • guastalli jean-françois • 20/11/2018 - 12:15

    Bien analyser . Nous vivons ds temps charnières

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face à la colère, l’oligarchie des incapables rêve d’une « Europe-empire »

16 novembre
Chroniques stratégiques
Face à la colère, l’oligarchie des incapables rêve d’une « Europe-empire »

17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes

15 novembre
Manifestations du 17 novembre
17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes

Le nouveau nom de l’Empire britannique est « l’Eurosphère »

25 février 2008
Brèves
Le nouveau nom de l’Empire britannique est « l’Eurosphère »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard