Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Ukraine : cachez-moi ces néo-nazis que je ne saurais voir !

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 167 ko

Dans le contexte d’une opposition grandissante à la politique « business friendly » d’Emmanuel Macron, un climat de guerre civile s’installe en France où l’on voit ressurgir des ligues d’extrême-gauche et d’extrême-droite, comme un écho des années 1930. Les bien-pensants eux-mêmes y mettent leur touche, comme on a pu le voir avec « le manifeste des 300 contre le nouvel antisémitisme » dont on se serait bien passé dans la situation actuelle, tellement l’objectif affiché rate le coche.

Il est évident que le bocal mental franco-français entretenu par les médias contribue grandement à nourrir ce climat d’excitation impuissante. Tout ce qui se passe au-dehors apparaît comme une abstraction sommairement évoquée dans le journal d’information, et se noyant ensuite dans le zapping permanent des images et du divertissement. En témoigne l’atonie des Français face aux frappes illégales engagées, sans le moindre mandat, contre un État souverain par notre propre gouvernement le 17 avril en Syrie, aux côtés de la Grande-Bretagne et des États-Unis.

En témoigne également le silence assourdissant – y compris de nos intellectuels « éclairés » et « démocrates » – face à ce qui se passe aux portes de l’Europe, en Ukraine, où le régime de Kiev dérive chaque jour davantage vers une dictature fasciste.

Chasse aux sorcières contre l’opposition politique

Le 26 avril, les deux principaux dirigeants du Parti socialiste progressif d’Ukraine (PSPU), Natalia Vitrenko et Vladimir Marchenko, ont été attaqués et aspergés de lait caillé par des nervis d’extrême droite, au moment où ils quittaient une salle d’audience à Kiev. Le Tribunal venait de débouter leur plainte contre la police pour avoir refusé d’intervenir le 9 mai 2017 alors que d’anciens membres du bataillon néo-nazi Azov dégradaient leur appartement.

La veille, le PSPU avait publié une déclaration de protestation contre le refus des autorités de Kiev de reconnaître la légitimité et les droits électoraux du parti en tant que parti politique ainsi que la répression de l’opposition : « Le comité central du PSPU considère qu’au lieu d’une démocratie une dictature nazie se met en place en Ukraine, incompatible avec les concepts de démocratie et d’élections démocratiques ».

Si l’UE feint d’habitude d’ignorer les agissements néonazis et fascistes en Ukraine, la responsable des Affaires étrangères Federica Mogherini a néanmoins répondu le 24 avril à une question posée le 20 février par le député européen Marco Zanni (Mouvement cinq étoiles). Celui-ci demandait si elle ne considère pas que le cas du PSPU « constitue une grave violation de la liberté de pensée et d’expression politique ».

Tout en s’interdisant de commenter des procédures judiciaires en cours, Mogherini s’est dit informée du cas et a confirmé qu’il incombe au gouvernement de Kiev de respecter les règles démocratiques – y compris celles concernant la reconnaissance et les activités de partis politiques.

Des élus américains rompent le silence

Aux États-Unis, le soutien apporté aux autorités ukrainiennes soulève davantage d’indignation. Stephen F. Cohen, professeur émérite de l’Université de New York et de Princeton, spécialiste de la Russie, a fait un large exposé sur la situation en Ukraine, intitulé « La collusion de l’Amérique avec les néo-nazis », dans l’émission radiophonique de John Bachelor, le 2 mai.

Le 25 avril, 56 membres du Congrès américain ont adressé une lettre ouverte au secrétaire d’État par intérim John Sullivan, avec force détails à l’appui, pour demander au gouvernement américain de condamner le soutien manifeste apporté par Kiev à des bandes néonazies.

La lettre bipartisane, rédigée à l’initiative des députés démocrates Ro Khanna de Californie et David Cicilline du Rhode Island, critique les gouvernements polonais et ukrainien pour avoir adopté des lois réhabilitant les collaborateurs des Nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale, mais insiste sur les agissements ukrainiens. Les 56 élus américains rappellent que les lois du Souvenir adoptées en 2015 en Ukraine glorifient « les collaborateurs des Nazis et font de la négation de leur héroïsme un crime ».

« Les groupes et les individus encensés par l’Ukraine incluent les collaborateurs nazis Stepan Bandera, Roman Choukhevytch et l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), ainsi que l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) », écrivent-ils. « Dans certains cas, ces paramilitaires et individus ont collaboré avec les nazis et sont responsables du meurtre de milliers de Juifs, de 70 000 à 100 000 Polonais et d’autres minorités ethniques entre 1941 et 1945 ».

« Il est particulièrement troublant de constater qu’une grande partie de la glorification nazie en Ukraine est soutenue par le gouvernement. Citons par exemple la campagne pro-UPA de 2017 menée par l’Institut ukrainien de la mémoire nationale ; les manifestations de rue en l’honneur de Bandera et de Choukhevytch organisées par le conseil municipal de Kiev ; et la fête de Choukhevytch à Lviv en 2017, qui a eu lieu à l’occasion de l’anniversaire des Pogroms de Lviv de 1941, au cours desquels 4 000 Juifs avaient été tués ».

« Le révisionnisme de l’Holocauste parrainé par l’État en Ukraine s’accompagne d’autres formes d’antisémitisme », poursuit la lettre. « Comme l’a souligné le Département des affaires de la diaspora d’Israël dans son rapport annuel sur l’antisémitisme, la réhabilitation de ces héros ukrainiens a coïncidé avec l’incidence croissante de l’antisémitisme en Ukraine ».

Les membres du Congrès évoquent une marche de 20 000 personnes en novembre dernier « en l’honneur du 75e anniversaire de l’UPA. Ces marches aux flambeaux sont étroitement liées à des organisations telles que le bataillon néo-nazi Azov ». Notons que ce bataillon paramilitaire était soutenu financièrement et armé par les États-Unis jusqu’à récemment, comme le rappellent les 56 élus. Mais, « plutôt que de le dissoudre, le gouvernement de Kiev l’a incorporé dans la Garde nationale ukrainienne supervisée par le ministère de l’Intérieur. Il est bien connu que le groupe est étroitement lié au ministre de l’Intérieur Arsen Avakov ».

Monstre de Frankenstein

Dans leur lettre, les députés américains omettent malheureusement de rappeler que le régime de Kiev, y compris sa composante néo-nazie, est le pur produit de l’OTAN et de l’administration Obama, en particulier par l’intermédiaire de Victoria Nuland, qui était responsable des affaires européennes et eurasiatiques au Département d’État américain. Cette opération, financée et réalisée en coopération avec la fondation Open Society de George Soros, a été menée en pleine connaissance des groupes nazis qui menaçaient le gouvernement élu de Kiev en 2014, dans le but de provoquer une escalade militaire et politique contre la Russie.

JPEG - 452.5 ko

L’Ukraine constitue aujourd’hui l’un des leviers – avec la Syrie et l’Iran – par lesquels l’empire financier de Wall Street et de la City tente de saper toute possibilité de paix mondiale. Le 30 avril, le président ukrainien Petro Poroshenko – à qui la Rada (le parlement) a confié au début de l’année les pleins pouvoirs sur l’armée – a officiellement lancé une nouvelle « opération de forces conjointes » pour le Donbass. Il s’agit d’une nouvelle structure militaire qui, selon le gouvernement ukrainien, va apporter des « changements drastiques », abandonnant la simple posture anti-terroriste pour « donner à l’armée ukrainienne des pouvoirs et un contrôle supplémentaires sur les unités de la Garde nationale, des Services de sécurité et de la Police nationale », comme le décrit l’agence russe TASS.

Le même jour, le président ukrainien et le Département d’État américain ont confirmé que les systèmes de missiles antichars américains Javelin étaient arrivés en Ukraine. Sur sa page Facebook, Porochenko a écrit que ces armes étaient nécessaires pour « repousser l’agression russe ».

En ces jours de célébration de la victoire contre le nazisme et le fascisme, il est temps de dénoncer haut et fort cette dérive fasciste et militariste de l’Ukraine. Sans cela, dénoncer l’antisémitisme en France comme l’ont fait « les 300 » revient à mentir aux Français, tout en se mentant à soi-même, et à jouer le rôle de pompier pyromane.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Voir le commentaire

  • BONIN Stéphane • 22/05/2018 - 19:34

    Tout y est dit.............au contraire de nos "merdias dominants" !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard