Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Chine : les élites françaises découvrent-elles enfin la lune ?

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 86.6 ko
Arrivée du premier train de marchandises reliant Wuhan, en Chine, à Lyon, en France, dans le cadre des nouvelles routes de la soie (avril 2016).

Il est frappant pour toute personne sachant combien les Nouvelles Routes de la soie (NRS) diffusent leur esprit de coopération et d’optimisme dans le monde, définissant progressivement un monde organisé sur des principes entièrement nouveaux, de constater qu’un véritable « mur de l’Atlantique » mental est érigé autour des pays occidentaux, empêchant les gens d’en prendre connaissance.

Et la police de la pensée durcit se répression – au risque d’être ouvertement en violation flagrante des principes de liberté et de démocratie si chers à la « mondialisation » – au fur et à mesure que cet esprit venu de l’Est et du Sud pénètre le mur, le rendant de plus en plus vulnérable. C’est ainsi que plusieurs comptes Facebook, Twitter, YouTube, etc, ont été fermés sans sommation, comme ceux du célèbre animateur radio américain Alex Jones (qui disposait de 2,4 millions d’abonnés sur YouTube). Les justifications invoquées – propos haineux et racistes, thèses conspirationnistes, etc – sont bien entendu des prétextes ; car le « contenu » de ses émissions était connu depuis longtemps.

C’est le moment où ces comptes ont été fermés qui est révélateur : les milieux néo-conservateurs anglo-américains tentent en effet de faire taire toute dénonciation de la fraude du « Russiagate » et de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller — comme le faisait Alex Jones. Car tout ce qui pourrait favoriser le rétablissement d’une détente et d’une coopération entre les États-Unis et la Russie ou la Chine est perçu comme une menace.

De manière générale, cette censure vise tout ce qui pourrait remettre en cause la croyance en l’idée qu’il n’y a pas d’alternative au paradigme néolibéral – le fameux TINA (« there is no alternative ») de Margareth Thatcher. Le traitement réservé en France à Jacques Cheminade pendant plus de trente ans nous en donne un cas d’école tout à fait révélateur. Le Figaro vient d’ailleurs de reconnaître, dans une étude sur les personnalités politiques les plus invitées dans les matinales radio et TV, que l’ancien candidat à la présidentielle n’a été invité aucune fois depuis avril 2017.

L’autre cas d’école est bien sûr la perception de la Chine — et en particulier celle de Xi Jinping et des NRS – telle qu’elle est façonnée dans les médias occidentaux.

Ancien monde

Le célèbre proverbe chinois — « quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt » – ne peut trouver de meilleurs candidats que les élites occidentales néolibérales, et par contamination les populations, dans leur façon de dépeindre la Chine à travers leurs préjugés matérialistes et monétaristes, et leur façon de décrire les NRS au pire comme une volonté impérialiste de domination mondiale et au mieux comme une entreprise bassement commerciale.

Conditionnées à concevoir l’économie à travers le dogme étroit de la maximalisation des profits d’une minorité au détriment de la majorité, ces élites sont incapables de comprendre que la Chine puisse réussir en pratiquant de plus en plus une politique économique dirigiste couplée à une régulation financière, et que ceci lui ait permis de réaliser la plus forte baisse de la pauvreté jamais observée dans toute l’histoire de l’humanité.

Le sport (supra)national revient donc à projeter ses propres vices sur les autres. C’est ainsi que le rapport du 2 août du Council on Foreign Relation, le très influent think-tank américain, présente le plan « Made in China 2025 » comme une menace à la démocratie, et accuse la Chine de « recruter des scientifiques étrangers », de « voler la propriété intellectuelle américaine », et de pratiquer une politique agressive de fusions & acquisitions contre les entreprises américaines.

Mais la plus grande inquiétude est suscitée par le « modèle étatique » de la Chine et « son ambition de contrôler l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement », comme on peut le lire dans le rapport. On pense alors à la construction de l’EPR à Flamanville, et aux merveilleux résultats obtenus grâce à l’application du modèle précisément inverse… L’ironie est que la réussite actuelle de la Chine tient au fait qu’elle met en œuvre les conceptions économiques qui ont permis aux pays occidentaux de devenir relativement riches et développés – le New Deal de Roosevelt, la planification gaulliste, etc – ; conceptions qui inspirent désormais les 140 pays participant aux Nouvelles Routes de la soie.

Dans son éditorial du 9 août, la présidente internationale de l’Institut Schiller, Helga Zepp-LaRouche, écrit : « Au lieu de continuer de parader avec arrogance du haut de leur égoïsme et de leur prétendue supériorité, laissant ainsi leurs propres populations en marge de l’histoire, les nations d’Europe et des États-Unis devraient se tourner vers les offres que leur font la Chine et la Russie pour une coopération et une co-création du nouveau paradigme ».

Nouveau monde

Pendant la campagne présidentielle de 2017, lorsque Jacques Cheminade affirmait que l’avenir du monde se dessinait désormais en Asie, personne parmi les journalistes et les autres candidats n’y avait prêté attention, accaparés qu’ils étaient par le bocal politicien franco-français. Il semblerait toutefois qu’un certain changement soit à l’œuvre aujourd’hui, et que l’arrogance donneuse de leçons vis-à-vis de la Chine laisse place à une sorte de fascination craintive parmi les élites françaises. En effet, une série de publications vient de paraître presque simultanément dans les principaux journaux et magazines faisant la pluie et le beau temps dans le prêt-à-penser de gauche et de droite.

L’éditorialiste du Point Luc de Barochez écrit ainsi le 2 août que « la stratégie de Pékin en Afrique est cohérente, appuyée par des moyens importants. Elle s’inscrit dans le contexte des ‘Routes de la soie’, le colossal plan de 1000 milliards de dollars imaginé par la Chine pour se placer au centre des échanges mondiaux ». De Barochez cite le politologue Wang Yiwei, professeur à la prestigieuse université Renmin de Pékin, qui écrivait fin juillet dans le Quotidien du peuple que « les pays africains sont déçus du modèle occidental ».

Il faut dire que le voyage de novembre dernier du président Macron en Afrique, avec le paternalisme très tendancieux qu’il a exhibé à l’encontre du président burkinabé devant les étudiants de l’université de Ouagadougou, a laissé des traces. « La meilleure façon de promouvoir [les valeurs démocratiques et libérales] n’est pas en donnant des leçons, mais en investissant et en s’engageant plus hardiment pour développer les échanges. Comme la Chine a su le faire », écrit de Barochez. Chiche !

Par ailleurs, un article-reportage paru le 3 août dans Le Figaro Magazine, intitulé « Pakistan, la Nouvelle Route de la soie », décrit l’initiative chinoise (« Belt and road initiative », ou BRI) comme un projet qui « vise à mettre en relation les deux tiers de la population mondiale et un tiers de sa richesse ». « Inspiré de la route de la soie de la dynastie Han, et avec plus de 3000 [sic !] milliards de dollars d’investissements prévus dans les ports, routes, chemins de fer à grande vitesse, zones économiques et industrielles spéciales, gazoducs d’Asie centrale et d’autres projets en Afrique et Europe, c’est la plus importante campagne de financement jamais lancée par un seul pays », écrivent les deux auteurs.

Enfin, plus intéressant encore, dans une interview accordée le 2 août à L’Obs, Sandrine Roustan, ex-dirigeante de France 4 et actuelle dirigeante des relations internationales du deuxième groupe chinois d’audiovisuel, le Shanghai Media Group, explique comment elle a pris conscience de sa « méconnaissance flagrante » de la Chine lorsqu’elle est arrivée à Shanghai en 2014 avec, dans sa besace, les droits pour la Chine d’ « Un gars, une fille ». « Je me suis alors aperçu que les Chinois ont une volonté politique d’exister, à l’instar des Américains, par le soft power. Leur industrie est prête, les programmes sont bons ».

D’après la journaliste, la télé chinoise invente des « programmes improbables pour les Français », comme « Chinese Poetry Congress », « un mélange de ‘The Voice’ et de ‘N’oubliez pas les paroles’ appliqués à… la poésie. Des candidats, de 7 à 77 ans, récitent des poèmes courts, magnifiques, ils doivent reconnaître un mot, un auteur… C’est très bien fait et très suivi ». Sandrine Roustan évoque également l’émission « National Treasure » lancée par CCTV, le plus grand groupe public, « une production phénoménale destinée à montrer la grandeur culturelle du pays », et se déroulant dans neuf des musées les plus connus du pays. « Des œuvres y sont expliquées de manière ludique puis le public en choisit quelques-unes, exposées dans la Cité interdite durant un week-end. Le succès a été énorme, du délire. Ensuite, la fréquentation des musées a bondi », souligne-t-elle.

Si nous ne voulons pas que l’Europe devienne un fossile exposé sous verre dans les musées, il est essentiel pour nous de faire connaître à nos concitoyens le vrai visage de la Chine, ainsi que la véritable nature de l’initiative des Nouvelles Routes de la soie. Le Général de Gaulle, qui avait été le premier chef d’État à reconnaître la République populaire de Chine, avait déclaré lors de sa conférence de presse du 31 janvier 1964 : « la France doit pouvoir entendre directement la Chine et aussi s’en faire entendre ».

« Il se peut aussi », avait-il ajouté, « que dans l’immense évolution actuelle du monde, en multipliant les contacts directs, de peuple à peuple, on serve la cause des hommes. C’est-à-dire : celle de la sagesse, du progrès et de la paix. Il se peut que ces contacts contribuent à l’atténuation, déjà commencée, des contrastes et des oppositions dramatiques, entre les camps qui divisent l’univers. Il se peut qu’ainsi les âmes, partout où elles sont sur la terre, se retrouvent, un peu moins tard, au rendez-vous que la France a donné à l’univers, voici 175 ans. Celui de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité ».

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Chenaitre • 12/08/2018 - 11:45

    Il se peut aussi qu’éveillés, les peuples chassent les marchands du temple.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

L’Asie s’inspire du modèle gaullien, pendant que l’UE sombre dans le thatchérisme

13 juin
Chroniques stratégiques
L’Asie s’inspire du modèle gaullien, pendant que l’UE sombre dans le thatchérisme

La Chine, partenaire économique de premier choix pour l’Afrique

26 juillet
Actualité
La Chine, partenaire économique de premier choix pour l’Afrique

Combat contre la pauvreté, la Chine exemplaire

7 mars
Politique
Combat contre la pauvreté, la Chine exemplaire

Bienvenue à Lyon aux Nouvelles routes de la soie !

23 avril 2016
Actualité
Bienvenue à Lyon aux Nouvelles routes de la soie !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard