Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Pourquoi le « protectionnisme » de Trump n’en est pas un

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
PNG - 1.8 Mo

Le 6 juillet, la Maison-Blanche a mis en œuvre les taxes douanières punitives de 25 % sur 34 milliards de dollars de produits d’importation chinois. La Chine a répondu par des mesures similaires visant les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et de l’agriculture.

Lors d’une interview sur CNBC le 20 juillet, Trump a affirmé qu’il était « prêt à aller à 500 » milliards, ce qui reviendrait à taxer la quasi-totalité des produits chinois exportés aux États-Unis. « Je ne fais pas ça dans un objectif politique, mais parce que c’est une bonne chose pour notre pays. Nous avons été arnaqués par la Chine depuis trop longtemps », a-t-il déclaré, précisant qu’il n’agissait pas par mauvaise volonté vis-à-vis des Chinois : « Je ne cherche pas à leur faire peur. Je veux qu’ils agissent bien. J’apprécie beaucoup le président Xi, mais tout cela a été vraiment injuste » .

De bien mauvais conseils

Cette politique de guerre commerciale est le principal talon d’Achille de l’administration Trump. Elle est en complète contradiction avec ses efforts pour rétablir des relations de détente et de coopération avec la Russie et la Chine.

Trump, qui a fait campagne sur l’idée d’inverser le processus de déclin des capacités industrielles américaines des dernières décennies (« Make America great again »), se fait conseiller cette politique absurde et faussement protectionniste par Peter Navarro, qui dirige le Conseil du Commerce extérieur. Navarro n’était qu’une personnalité marginale du monde académique, jusqu’à ce que Jarod Kushner, le conseiller et beau-fils de Trump, ne découvre son livre Death by China, une diatribe anti-chinoise. Dans ce livre, il détaille les dégâts qu’aurait causés la Chine sur l’économie américaine au cours des quarante dernières années.

Cette vision est totalement biaisée, car elle élude le fait que la désintégration de l’économie américaine est surtout le résultat de la politique de ses propres multinationales – le capital mondialiste américain — qui ont préféré les profits rapides en se délocalisant en Chine ou ailleurs aux profits à long terme obtenus grâce à la recherche scientifique et à des industries de plus en plus performantes.

La chute de l’économie américaine a été causée par l’abandon progressif de toute politique industrielle au cours de cette période ; tendance qu’ont suivi tous les pays développés en Occident. Dans cette période, le gouvernement a cessé d’apporter son soutien au développement des infrastructures et à l’effort de recherche et de progrès scientifique et technologique, tandis que la production industrielle s’installait dans les pays à bas coûts, et que les flux financiers étaient détournés de la production pour aller vers la spéculation.

Les mesures punitives engagées par l’administration américaine contre la Chine vont produire – elles produisent déjà – des effets inverses à ceux recherchés, notamment du côté des agriculteurs américains, dont de nombreux produits sont vendus sur le marché chinois ; des grandes entreprises se fournissant auprès de la Chine qui vont devoir chercher d’autres fournisseurs ou voir leurs coûts augmenter substantiellement ; et également des ménages les plus pauvres qui vont subir une augmentation des prix des biens informatiques, télévisuels et téléphoniques. Enfin, la cerise ironique sur le gâteau est que les taxes vont provoquer la hausse des prix des drapeaux « made in China » pour la réélection de Trump...

Le plus grave est que la guerre commerciale portera un coup aux bonnes relations que Trump a établi avec la Chine au début de son mandat, dans un monde en crise où il faudrait, au contraire, une coopération étroite entre les grandes puissances pour rétablir la paix et la croissance. L’offensive de Trump n’a laissé d’autre alternative à la Chine que d’adopter de mesures symétriques et d’utiliser l’arme monétaire : le 12 juillet la Chine a procédé a une dévaluation du Yuan de 0,73% par rapport au dollar, qui diminuera l’impact des tarifs imposés par Trump.

En réalité, les véritables bénéficiaires de cette guerre commerciale sont les spéculateurs sur devises des banques de la City de Londres et de Wall Street, des hedge-funds et autres acteurs du « shadow banking ». En effet, 5000 milliards de dollars de contrats se négocient chaque jour sur le marché des changes (le « Forex »), c’est-à-dire 200 milliards par heure, 98-99 % d’entre eux n’étant que pure spéculation sans lien avec des échanges réels de biens ou de services. Ces opérations représentent une source majeure de revenus pour les intérêts financiers.

Le protectionnisme dans une économie monde

JPEG - 97.1 ko

Une guerre commerciale n’a rien a voir avec un véritable protectionnisme. Dans la guerre commerciale, l’un cherche à s’imposer à l’autre, par la force, laissant un perdant sur le carreau. Le vrai protectionnisme, est celui qui a été appliqué en particulier au XIXe siècle par les partisans du « système américain d’économie politique », d’Alexander Hamilton à Henri Carey et Abraham Lincoln – Alexander Hamilton étant lui-même inspiré par notre grand Colbert – et en France, plus tard, par Paul Cauwès, Jean Jaurès et Jules Méline.

Pour ces bâtisseurs des nations, le protectionnisme n’était pas une fin en soi, mais un moyen pour développer leurs pays ! A l’époque, « protectionnisme » était synonyme de bouclier pour défendre les populations et les industries naissantes de pratiques de dumping des produits à moindre coût menées par l’Empire Britannique au nom du « libre-échange ». Car ces pratiques provoquent du chômage et de la misère dans un pays en développement où les industries n’ont pas encore les moyens de se défendre contre les grands groupes installés des pays plus avancés. En prenant des mesures de protectionnisme intelligent, l’État agit comme le garant de l’indépendance nationale, le défenseur du travail humain et l’organisateur du développement harmonique des forces productives. Notons au passage que Marx combattait le protectionnisme de Carey et soutenait le libre-échange (Lire : La face cachée de la planète Marx).

Les partisans du protectionnisme avaient identifié la fraude du libre-échange, dont le système se fonde sur l’idée erronée faisant des échanges commerciaux la source de richesse économique de la société – avec le postulat de base voulant que l’homme égoïste cherche le profit en achetant bon marché et revendant cher. Chaque nation ayant adopté cette doctrine a vu s’effondrer ses capacités productives et s’appauvrir la population. C’est le cas de la France au début du XXe siècle, après que les efforts protectionnistes du gouvernement Méline (1896-1898) ont été abandonnés ; la part de la France dans la production mondiale avait alors lourdement chuté.

Ironie de l’histoire, Trump refuse de faire appel à l’autre arme utilisée par ses ancêtres « protectionnistes » pour construire la puissance industrielle américaine : le rétablissement du contrôle du crédit par une Banque nationale publique, permettant d’orienter les flux de crédit vers les investissements productifs. Or, s’il veut rétablir l’« América First », il faudra qu’il passe par là. Mais cela veut dire couper les ailes à ses amis financiers, ce qu’il ne veut manifestement pas faire…

Quel modèle pour aujourd’hui ?

Dans le monde actuel, il n’est pas plus envisageable de continuer de livrer les économies des pays à la logique irrationnelle et cupide des marchés que de revenir à un « protectionnisme » chauvin et replié sur lui-même.

Les Nouvelles Routes de la soie promues par la Chine auxquelles participent actuellement près de 140 pays créent les conditions d’un changement de paradigme, où l’on pensera l’économie du haut vers le bas, et non l’inverse. Nous devons remplacer le système « international » actuel – pollué par la géopolitique du jeu à somme nulle gagnant/perdant – par un système « mondial » de coexistence pacifique et de progrès mutuel. Cela correspond dans la pensée chinoise au concept confucéen du « Tianxia » (« tout sous un même ciel »). Le protectionnisme consistera alors à une harmonisation entre la nécessité pour chaque économie nationale de se développer le mieux possible et la possibilité pour elle de contribuer le mieux possible aux objectifs communs de l’humanité.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard