Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Prévisions 2019 de Saxo Bank : descente dans le maelstrom financier

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 454.4 ko

Comme chaque année, la banque d’investissement danoise Saxo Bank a publié en ce début de mois de décembre ses prévisions pour l’année à venir. Les réflexions hors du bocal spatio-temporel cognitif habituel sont aujourd’hui suffisamment rares pour s’y attarder un instant. D’autant plus qu’elles laissent filtrer, en partie, ce que pense tout bas une bonne partie des élites « mondialisées » qui sent sous ses pieds trembler l’ensemble de l’édifice, prêt à tout moment de s’écrouler.

Au milieu d’une crise systémique, comme le montre la nouvelle d’Edgar A. Poe Descente dans le maelström, il y a deux types d’attitudes : celui qui s’accroche à ce qu’il pense encore exister autour de lui et celui qui, réalisant que sa vie est en jeu, mobilise toute son intelligence et tout son courage pour comprendre le phénomène dans lequel il est entraîné et fait le « saut » dans un inconnu relatif pour s’en sortir.

Un simple regard balayant l’Europe fait apparaître une instabilité inédite, avec la probable chute imminente du gouvernement de Theresa May en Grande-Bretagne en cas de rejet par le Parlement du plan de Brexit, la possibilité d’un départ prématuré d’Angela Merkel en Allemagne, et enfin le péril en la demeure macroniste face à une colère devenue ferment de grève de masse et désormais début d’insurrection populaire en France.

Rien de pire pour les marchés financiers que cette convergence de crises politiques majeures dans trois des principales puissances économiques européennes, dans un contexte où ceux-ci sont au bord de l’explosion, asphyxiés par des bulles spéculatives et des dettes toxiques, après dix années de renflouement sans précédent par les banques centrales. À cela s’ajoute le simple fait que toute réponse politique réelle, comme une hausse conséquente du pouvoir d’achat, n’est envisageable que dans une Europe se situant dans une géométrie post-euro, post-austérité et post-UE actuelle.

« Leur politique consistant à ‘faire fonctionner la planche à billets’ [au service exclusif des banques] depuis 2008 n’a fait que creuser encore davantage le niveau d’endettement, et cela a maintenant dépassé leur mandat de gestion », écrit Steen Jakobsen, l’économiste en chef de la Saxo Bank. « L’année 2018 n’était pas une année ordinaire. Une grande partie de l’année a vu les marchés américains faire cavalier seul, mais une fois les programmes de rachat épuisés, la gravité économique de l’affaiblissement du crédit, la hausse des prix ainsi que la montée du sentiment anti-mondialisation se sont fait sentir ». Autrement dit : on a maintenu le macchabée sous perfusion, et une fois l’aiguille retirée, on s’est rendu compte des dégâts. « Nous sommes maintenant confrontés à une fin d’année difficile. En analysant l’année à venir, nous pouvons imaginer au mieux une période de navigation difficile, et au pire, un scénario du film ‘En pleine tempête’ ».

Bienvenu dans le cauchemar du banquier

Parmi les scénarios les plus « extravangants » effleurés : l’entrée de l’Allemagne en récession, une éruption solaire de classe X semant le chaos, ou encore l’adoption par le FMI et la Banque mondiale de la productivité comme critère de mesure de l’économie au lieu du PIB.

Retenons en particulier le scénario d’un Jeremy Corbyn élu Premier ministre britannique, suite à la chute de Theresa May, instaurant la parité du change entre la livre sterling et le dollar, et s’engageant dans une politique de réduction des inégalités. Il met alors en place « la première taxe foncière très progressive au Royaume-Uni dans le but de faire disparaître les riches et réclame une aide à la Banque d’Angleterre pour financer un nouvel ‘assouplissement quantitatif en faveur du peuple’ ». Oh horreur ! L’inflation monte en flèche, l’économie ralentit et les capitaux fuient le pays.

Autre scénario, la désintégration de l’Union européenne. Dans un contexte général d’endettement public insoutenable, de montée des populismes remettant en cause les dogmes austéritaires de Bruxelles, et d’une croissance restant collée au plancher des vaches, l’Italie, confrontée à « un énorme mur d’échéances qui devrait atteindre environ 300 milliards de d’euros » en 2019, fait basculer tout le continent. La contagion s’étend de partout, les plans de sauvetage de la Banque centrale européenne (BCE) s’avèrent impuissants et, au bord du gouffre, l’UE est contrainte d’annoncer une annulation de la dette.

Les économistes de Saxo Bank rappellent alors que « depuis la Babylone antique à l’Europe des années 1930, les annulations de dettes ont été beaucoup plus fréquentes que ce que pensent la plupart d’entre vous ».

C’est précisément ce qu’affirme Solidarité & progrès depuis des années ! (Lire Une pratique ancestrale : la remise jubilaire des dettes) « Durant l’entre-deux-guerres, les annulations de dettes ont déferlé sur l’Europe à raison de 50 % du PIB pour la France, 36 % pour l’Italie et 24 % pour le Royaume-Uni », ajoutent-ils, sans expliquer pour autant que ces annulations n’avaient concerné que les pays vainqueurs et que la dette imposée au perdant, l’Allemagne, fut annulée beaucoup trop tard, en 1953, jetant entre temps ce pays dans les bras du nazisme…

L’autre scénario méritant notre attention est celui du limogeage par Donald Trump de l’actuel président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, remplacé par Neel Kashkari, le président de la Réserve fédérale du Minnesota, suite à une nouvelle hausse des taux directeurs à laquelle s’oppose le président américain. Beaucoup plus enclin à ce que la Fed serve au bon plaisir du gouvernement, Kashkari est bientôt appelé « Le grand facilitateur ». À la demande du président, il promet « une ligne de crédit de 5000 milliards de dollars pour acheter de nouvelles obligations perpétuelles à coupon zéro du secrétaire du Trésor Mnuchin pour financer les ‘beaux’ nouveaux projets d’infrastructures de Trump et remettre le PIB nominal américain sur la voie qu’il avait perdue après la crise financière mondiale de 2008 ». On ne parle pas encore de Hamilton cher à Lyndon LaRouche, mais on en prend le chemin.

Changer de manière de penser et d’agir

Si les prévisions de Saxo Bank ont le mérite de décrire les différentes trajectoires par lesquelles on risque de finir dans l’œil du Maelström, elles vont aux limites de la matrice monétariste de la mondialisation sans en tirer les conséquences et tracer le chemin pour en sortir. En ce sens, cela ne vaut pas mieux que l’attitude du frère du narrateur, dans l’histoire de Poe, qui s’accroche frénétiquement au boulon du bateau (manquant de peu de projeter son frère par-dessus bord), avant d’être emporté par le fond.

En effet, les économistes de la banque danoise s’avèrent incapables d’envisager, comme en Chine depuis les réformes de Deng Xiaoping, le retour des « États stratèges » dans la direction de l’économie – conséquence pour eux de la montée des populismes – autrement qu’à travers le dogme libéral de l’inflation, c’est-à-dire en termes monétaristes. Or, le retour à un système de crédit public, que l’ensemble des scénarios décrit sans le nommer, implique de redonner aux États les moyens de mener une politique de développement industriel, technologique et scientifique, et donc de substituer une inflation associée à un progrès de la société toute entière à une inflation provoquée par un casino spéculatif – où la monnaie ne vaut rien.

L’année 2019 sera sans doute décisive. Beaucoup comprennent, y compris au sommet de la pyramide, qu’il est temps d’agir, mais ne le font pas. Comme le disait Einstein, « il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre ». Nous connaissons le plan de sortie : jubilé sur les dettes, séparation bancaire, crédit public et grands projets de développement économique. Alors, mettons nos gilets jaunes, relevons nos manches et surtout, mettons les mains dans le cambouis.

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Une pratique ancestrale : la remise jubilaire des dettes

7 juin 2017
Economie
Une pratique ancestrale : la remise jubilaire des dettes

La dette française, un cas d’école de « l’occupation financière »

9 mai 2017
Actualité
La dette française, un cas d’école de « l’occupation financière »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard