Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondCulture
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Enseigner Homère et Shakespeare en banlieue

JPEG - 48 ko

Commentaire sur le livre « Homère et Shakespeare en banlieue » d’Augustin d’Humières (Grasset, août 2009 – 18 euros).

Dans ce livre, Augustin d’Humières, professeur de grec au lycée Jean Vilar de Meaux, raconte l’incroyable épopée qu’il a vécue afin de pouvoir, tel un Prométhée moderne, apporter la lumière de la connaissance aux élèves de cet établissement d’une banlieue difficile. Ayant nous-mêmes bâti un mouvement politique de jeunes avec cette ambition, nous avons été particulièrement émus par cet ouvrage.

JPEG - 31.3 ko

C’est véritablement révolté que d’Humières décrit comment, malgré les défis de taille à relever face à des élèves d’une très grande diversité culturelle et sociale, ce n’est pas auprès d’eux qu’il fallut entreprendre une tâche herculéenne pour qu’ils apprennent, mais auprès de la hiérarchie scolaire, plus soucieuse de maintenir ses privilèges sur l’établissement que de faire progresser ses élèves.

Claude Allègre n’est pas notre tasse de thé, mais hélas, force est de constater que le Mammouth, ça existe !

Mais suivons le parcours du combattant de ce professeur hors pair. Passionné par son métier et au risque de sa propre carrière, Augustin d’Humières démontre qu’on peut, grâce à Homère et à Shakespeare, libérer l’énorme potentiel de cette France d’en bas, toutes origines confondues, opprimée par une oligarchie nationale et ces réseaux de droite comme de gauche qui la servent depuis si longtemps.

Armé des diplômes de l’Institut d’études politiques, de l’Ecole d’Art dramatique ainsi que d’une agrégation de lettres, ce jeune « prof » découvre avec inquiétude l’ampleur de la tâche qui l’attend. « Métro, train de banlieue patibulaire, un tortillard qui s’arrête à toutes les stations, des types en train de cloper, affalés sur les banquettes, un sol jonché de cacahuètes et de canettes renversées ; des baladeurs crachent une musique effrayante, les brigades de sécurité galopent de wagon en wagon ». Bref, Augustin d’Humières venait d’être affecté à « un lycée qui pleure », situé en banlieue, à la croisée de deux axes routiers.

Mais l’intérieur était pire que l’extérieur : des années de laxisme et d’absence d’inspiration avaient contribué à un absentéisme record (9 354 demi-journées d’absence pour l’ensemble du collège au premier trimestre) et à « transformer l’élève un peu perturbateur en cas parfaitement ingérable ». « Ils étaient au départ très loin de constituer les pires élèves du lycée, mais un bon bougre à qui on laisse penser qu’il peut tout se permettre, Platon appelle cela un tyran », dit Augustin.

Que faire ? Partir ? Après mûre réflexion, Augustin d’Humières réalise qu’il a « le profil du poste » et qu’il veut, somme toute, « faire des cours à des élèves qui pouvaient être très encombrants mais qui, bien cadrés, apportaient une fraîcheur et un appétit de savoir que je n’étais pas sûr de retrouver ailleurs ».

C’est le top départ d’une magnifique aventure qui amènera notre « prof » à recruter des centaines d’élèves à ses cours de grec et à fonder une association, Thêmis, qui, avec l’aide d’anciens élèves, offre un soutien scolaire aux plus jeunes et monte des pièces de théâtre, de Shakespeare notamment, d’un niveau pré-professionnel.

Mais comment s’y prendre ? Face à une « première d’adaptation » où il fallait remettre à niveau des élèves qui n’avaient quasiment pas fait de français depuis deux ans, Augustin déploie les grands moyens, avec un mélange d’autorité et de réalisme, mais aussi de confiance dans la capacité des élèves à progresser vers un idéal et un grand sens ludique. « Ca ne va pas être simple », leur dit-il d’emblée. « Vous allez dans huit mois devoir expliquer un texte, (…) rédiger quatre pages de devoirs écrits [alors] que vous êtes aujourd’hui incapables de rédiger un paragraphe sans fautes, ce qui constitue déjà un facteur de discrimination quand vous voudrez chercher du travail. Cette année est votre dernière chance de maîtriser à peu près correctement la langue française. Alors on va gagner du temps : il y a des choses sur lesquelles on ne discute pas (…) je sais que le règlement vous accorde un délai d’un quart d’heure, moi pas, (…) et vous ne débarquez pas hagards, sans savoir de quoi on va parler, en jetant votre sac sur la table. (…) L’essentiel du travail va se faire en cours ; déjà, si vous arrivez à ne pas vous endormir, c’est énorme. (…) On expliquera tout à l’heure un poème de Baudelaire ; vous l’apprendrez par cœur. Si le texte est su, vous aurez 20, et ainsi des autres textes qu’on étudiera. (…) Vous aurez par ailleurs un entraînement à l’écrit toutes les trois semaines. Pour chaque copie écrite rendue, toute faute devra être corrigée et recopiée vingt cinq fois. (…) Je vous souhaite une très bonne année, et vous redis la joie que j’ai à travailler avec vous. »

Décontenancée au départ par ce « rigorisme », cette classe a doublé ses performances par rapport à l’année précédente, obtenant les meilleures moyennes des premières au bac français !

 « Il a volé le grec pour le donner aux pauvres que nous sommes »

Mais c’est l’apport du grec à l’éducation de ces jeunes qui est l’un des aspects les plus intéressants de son action. C’est avec cette citation d’Einstein au New Yorker qu’Augustin démarre ce chapitre :

Plus je lis les auteurs grecs, plus je me rends compte que rien de semblable au monde n’a existé depuis. Comment une personne éduquée peut-elle rester à l’écart des Grecs ? J’ai toujours été bien plus intéressé par eux que par la science.

Faute d’élèves, Augustin d’Humières doit d’abord se battre pour sauver l’option grec. La plupart ne comprennent pas l’importance d’apprendre une langue ancienne, et avec des remarques du type : « Ah, le grec… c’est encore un truc de pédés, ça ! », venant du proviseur-adjoint…

Mais si la montagne ne va pas à Mahomet, Mahomet ira à la montagne ! Augustin se lance alors dans une campagne de recrutement d’élèves, profitant des journées où les parents viennent inscrire leurs enfants à l’école. « Ça te dirait de faire du grec ? » Elève : « Euh, je sais pas… » Parents : « Il a déjà choisi ses options. Vous êtes qui ?–Le professeur de grec... »

Par cette méthode et un discours bien rôdé, 45 élèves s’inscrivent la première année, 105 la deuxième ! Augustin a attiré ces foules en soulignant toute l’aide que le grec apporterait à l’élève, y compris dans les autres matières, et en les invitant à tester le grec au cours d’un trimestre au bout duquel ils seraient libres d’abandonner s’ils n’en voyaient pas l’intérêt.

Mais comment passionner les jeunes pour cette matière ? « Je commençai par laisser de côté un programme qui était censé les rendre spécialistes de Démosthène en quelque mois, pour me concentrer sur un seul objectif : qu’ils apprennent quelque chose de nouveau à chaque cours, qu’ils prennent le plus rapidement possible goût à la matière. (…) Dès les premières séances, il se passait quelque chose de bizarre : on avait l’impression qu’ils prenaient plaisir à lire le grec, à déchiffrer l’alphabet, à deviner les étymologies. (…) Il y avait une joie chez ces élèves à s’apercevoir qu’ils étaient capables de maîtriser une langue qui leur avait d’abord paru complètement inaccessible. Tout le monde partait sur un pied d’égalité. »


« Ce travail sur l’étymologie donnait une cohérence à la langue française, elle participait à l’appropriation d’une langue qui, pour beaucoup, n’était pas une langue maternelle, elle expliquait l’orthographe, avec laquelle on bataillait depuis les années de collège, le sens de mots qu’on aurait qualifiés de barbares : une religion anthropomorphique, des maladies psychosomatiques, une statue chryséléphantines.(…)On enchaînait sur la mythologie : la castration d’Ouranos, la naissance de l’Univers, la filiation de Chaos, les Erinyes, la naissance d’Aphrodite (…) Je voyais les élèves un peu surpris d’entendre ces légendes dont certaines leur semblaient absolument monstrueuses : M’sieur, ils sont "Gore" les Grecs !(…) Apprendre des étymologies, lire et écrire le grec, écouter l’Iliade, autant d’activités qui suscitaient la quasi-unanimité. »

Après le premier trimestre, les difficultés se corsaient mais beaucoup ont poursuivi, à l’instar d’Ines Mpassi, fille de parents venus du Zaïre et du Congo, qui reconnaît toute sa dette envers le grec et le latin. Les mots lui font moins peur, dit-elle, « paradoxal, éclectique, enclavé, légiférer, j’en ai appris plein que je ne connaissais pas ». Bien sûr, ça lui permettait « d’épater ses copines », mais aussi « dans les lettres de motivation que j’ai dû rédiger (…) les mots et les phrases me venaient facilement » et dans les entretiens d’embauche, si « on me demande si je suis polyglotte, je ne vais pas avoir l’air ahuri ! »

 Après la langue d’Homère, Shakespeare

Au printemps 2003, après avoir recruté trois cents hellénistes en cinq ans, Augustin d’Humières franchit une autre étape.

« Dans les échanges que je pouvais entrevoir entre les élèves, le vocabulaire invraisemblable qu’ils employaient, l’étrange mélange de familles, de pays, qui faisait se côtoyer chaque jour la famille polygame, la famille tamoule, la famille salafiste, la famille éclatée, la famille fatiguée, de toute cette diversité qui produisait un mélange absolument détonant, je me disais qu’il y avait peut-être autre chose à tirer qu’une équipe de foot… »

C’est cette richesse qui lui inspira l’idée de créer une troupe de théâtre avec une vingtaine de lycéens assistés de quelques professionnels. Une pièce fut tout de suite trouvée : le Songe d’une nuit d’été, de Shakespeare qui n’avait pas « de contexte historique vraiment défini », mais « des fées, des grotesques, des amoureux, une grande variété de personnages qui collait bien à la grande variété de tempéraments que j’avais entrevue ».

Augustin décrit la tâche harassante d’organiser des répétitions, avec des élèves pour qui le mot discipline ne fait partie ni de leur vocabulaire grec, latin ou français, des répétitions qui se faisaient le portable à la main pour appeler les retardataires, Augustin devant également assumer les réparties de tous les acteurs absents !

Mais dans les jours qui précédaient la présentation, s’opéra une « métamorphose étrange », dit Augustin, « quelque chose avait changé, que la scène allait rendre spectaculaire. Les mois passés les avaient dégagés de tout ce qui pouvait venir les encombrer le soir de la représentation : compréhension du texte, mémorisation, diction, repères dans l’espace (…) Je revois encore tous ces visages dans les miroirs des loges, métamorphosés, rassemblés, concentrés (…) A présent, c’étaient à eux de décider ce qu’ils voulaient y mettre. »

« J’ai rarement vu une énergie semblable à celle que déployaient ces apprentis comédiens le soir de la représentation. (…) Il y avait quelque chose de l’ordre de la libération. Cette joie à devenir un autre, à entrer dans la peau d’un personnage, fait partie de la magie "ordinaire" du théâtre, mais cette magie faisait sans doute plus de bien ici qu’ailleurs. »

La métamorphose frappait aussi ceux qui fréquentaient ces élèves par ailleurs. Même le régisseur général était bouche bée : « On s’attendait à voir débarquer des gamins de cité, mais là, ils nous ont vraiment épatés ! »

Parmi ces gamins, Lisa Mandeng, de parents camerounais mais placée en foyer depuis 2004, qui a « explosé » dans Cyrano de Bergerac. « Lise joue, et on ne voit qu’elle. Bouillonnante, extraordinairement inventive, spectaculaire ! »

Alors, Augustin d’Humières, de gauche ou à droite ? L’auteur du livre s’amuse à titiller le lecteur avec cette question, apparemment insurmontable dans la France aujourd’hui. Nous avons envie de lui dire : et pourquoi pas, tout simplement, Solidarité & Progrès ? Ayant osé ce même rêve éducatif avec un mouvement de jeunes politiques, Solidarité & Progrès se trouve tout à fait en symbiose avec l’essentiel de son action.


Articles :


Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard