Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondHistoire
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

L’Eurasie de Leibniz, un vaste projet de civilisation

JPEG - 88.5 ko

La décision du président déchu de l’Ukraine, Ianoukovitch, de ne pas signer l’accord d’association avec l’UE, préférant se rapprocher de l’Union douanière et de l’Union eurasiatique lancées par la Russie, a eu l’avantage de mettre ce terme « Eurasie » sur les radars de nos concitoyens.

Du point de vue géographique, l’Eurasie n’est autre que l’union de l’Europe et de l’Asie. Du point de vue politique, ce terme évoque aujourd’hui tout autre chose. Pour les connaisseurs du géopoliticien Halford Mackinder, qui inspira à Hitler l’idée de conquérir son espace vital, l’histoire serait définie par le combat des puissances maritimes anglo-américaines pour contrôler le « pivot » continental de l’Eurasie, c’est-à-dire la zone s’étendant de la Russie à l’Iran et à la Chine.

GIF - 71.2 ko

Suivant ces théories, nombreux sont ceux qui se définissent aujourd’hui comme étant « avec » le bloc anglo-américain et « contre » le bloc eurasiatique, ou vice-versa. Ceux qui sont « avec » l’Eurasie, on les appelle souvent eurasistes ou eurasiens. Bien sûr, il existe des variantes dans ces théories, « nationales-bolcheviques » ou autres, mais toutes partagent l’idée que le pouvoir est fondé sur des rapports de force, déterminés par des critères tels qu’une géographique favorable, une forte démographie et d’importantes richesses naturelles.

JPEG - 38.3 ko
Le savant et humaniste allemand Gottfried Wilhelm von Leibniz (1646-1716)

Bien qu’il soit indéniable que les courants oligarchiques à Wall Street et à la City soient déterminés à prendre le contrôle de ce pivot eurasiatique, en raison des énormes richesses qui s’y trouvent et du potentiel d’opposition à leur empire que représentent les Etats-nations Russie, Chine et Inde, notre Eurasie n’est pas la riposte symétrique d’une conception impériale à une autre.

A l’origine de l’Eurasie que défendent Jacques Cheminade en France et Lyndon et Helga LaRouche aux Etats-Unis et en Allemagne, il y a l’immense dessein formulé par le grand savant allemand Gottfried Leibniz, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Son objectif était, au contraire, de prendre les deux pays les plus développés à l’époque, aux extrêmes de cette Eurasie, l’Europe et la Chine, et de faire en sorte que grâce à une politique volontaire de développement des arts, des sciences, des infrastructures et d’éducation du peuple, tous les pays qui y sont englobés puissent se développer pour le plus grand bien de l’humanité.

PNG - 692.4 ko

En 1697 Leibniz décrivait sa stratégie de progrès dans son Novissima Sinica (Dernières nouvelles de Chine) :

Je considère qu’il s’agit là d’un phénomène singulier du destin : la culture et le raffinement humain se trouvent concentrés, en quelque sorte, entre les deux extrêmes de notre continent. (...) La Providence a-t-elle commandé un tel ordonnancement afin que les peuples les plus cultivés et distants étendent leurs bras l’un vers l’autre, pour que ceux qui se trouvent entre les deux puissent graduellement être amenés à une meilleure vie ? Je pense que ce n’est pas par chance que les Russes, qui à travers leur immense empire connectent la Chine à l’Europe (…) suivront, avec l’aide et l’engagement de leur dirigeant actuel [Pierre le Grand], les pas de nos découvertes.

 Leibniz, le « Solon de la Russie »

C’est à partir de 1711 que Leibniz se trouve aux manettes d’une grande stratégie eurasiatique dans le rôle de conseiller du prince, comme avait pu l’être avant lui Erasme de Rotterdam,

Le Tsar de Russie, Pierre 1 (le Grand), voyageant incognito en Allemagne, rencontra Leibniz pour la première fois à Torgau en 1711. Suivirent l’entretien de Carlsbad en 1712 et celui de Pyrmont en 1716.

JPEG - 66.9 ko

L’éloge de Leibniz par Fontenelle nous renseigne sur l’objectif de ces rencontres :

Le Tsar, qui a conçu la plus grande et la plus noble pensée qui puisse tomber dans l’esprit d’un souverain, celle de tirer ses peuples de la barbarie et d’introduire chez eux les sciences et les arts, alla à Torgau pour le mariage du Prince, son fils aîné, et y vit et y consulta beaucoup M. Leibniz sur son projet.

En 1712, Pierre le Grand s’attacha les services de Leibniz dans « le but avoué de faire fleurir de plus en plus dans notre empire les études, les arts et les sciences », avec des émoluments annuels de 1000 thalers. « D’une certaine façon, je suis le ‘Solon de la Russie’ [sage législateur de la Grèce] », écrivait-il à son amie Sophie Charlotte, reine de Prusse.

 Une alliance œcuménique Chine, Russie, Europe

C’était pour le savant une opportunité inespérée de changer le cours des choses, d’autant que la Russie s’ouvrait aux lumières occidentales, au moment même où la Chine de l’Empereur Kangxi s’ouvrait aussi à l’Occident. Depuis le XVIe siècle, d’illustres jésuites avaient établi un dialogue avec les autorités chinoises, à l’instar de Matteo Ricci qui traduisit en chinois les textes scientifiques européens les plus avancés.

JPEG - 41.2 ko
Quelques jésuites astronomes travaillant auprès de l’empereur chinois : Ricci, Schaal et Verbiest.

Parmi ces jésuites avec qui Leibniz était en relation épistolaire, le Français Antoine Verjus, le Flamand Verbiest, l’Italien Grimaldi et l’Allemand Adam Schall von Bell. Tous étaient engagés là-bas dans la recherche astronomique et mathématique, et on les consultait aussi en tant qu’ingénieurs pour les travaux publics. L’empereur Kangxi, qui fit construire de grands barrages et un vaste réseau de canaux pour la navigation intérieure, consacrait 3 à 4 heures par jour à étudier les mathématiques avec le père Verbiest !

Dans un premier mémorandum à Pierre le Grand sur l’établissement d’une société des sciences en Russie [1], Leibniz écrivait :

Il semble un dessein de Dieu que deux des plus puissants potentats du monde, S.M. tsarienne et l’empereur de Chine, montrent un grand zèle pour porter dans leurs pays, la connaissance des sciences et des mœurs de l’Europe. Le Tsar en personne est venu voir les choses de près. Ce serait donc dommage de laisser échapper une pareille occasion.

Pour Leibniz, qui considérait que le christianisme pouvait dialoguer d’égal à égal avec le confucianisme, et tous deux avec le christianisme orthodoxe russe, c’était aussi une alliance œcuménique.

Comme à notre époque, où l’on vient de voir l’Europe et les États-Unis s’ériger en Ukraine contre des embryons de ce type de projet proposés par la Russie, pour Leibniz la principale crainte était que « le mauvais état actuel de l’Europe (…) empêche l’exécution » de son dessein ! La révocation de l’édit de Nantes avait relancé les persécutions contre les protestants dont beaucoup, comme lui, durent quitter la France, et les populations vivaient dans la crainte des guerres insensées de Louis XIV.

Amer du peu de résonance que ses projets trouvaient en Europe, il écrivait au Chancelier Golovkin, le 16 janvier 1712, qu’il préférait que sa vision gagne un dirigeant comme le Tsar de Russie ou l’Empereur de Chine, dont les décisions pouvaient contribuer au bien-être de millions d’hommes, plutôt que de suffoquer dans la médiocrité et la petitesse de princes territoriaux [allemands] !

 Le grand dessein eurasiatique

Au cours de ses nombreux échanges avec le Tsar et ses ministres, Leibniz élabore son grand projet à la fois économique, scientifique et culturel, pour développer la Russie en relation avec l’Europe et la Chine.

JPEG - 43.8 ko
La statue du « Tsar-charpentier », installée devant l’Amirauté à Saint-Pétersbourg, représente le jeune Pierre Ier faisant son apprentissage aux chantiers navals de Hollande.

Il recommande au Tsar d’attirer « des hommes actifs et capables de toutes les professions ». Pour « bien instruire ses sujets », il faudrait « transcrire dans des livres les descriptions des sciences et des arts, puis (…) les faire traduire en langue russe » ; faire décrire aussi « par les hommes de profession ce qu’ils savent de leur métier ». Surtout, il incite le Tsar à se consacrer à « l’élévation et l’éducation des jeunes gens ».

Ce projet devrait être mené par « un collège supérieur » dépendant du Tsar lui-même, chargé de créer de nombreuses écoles et académies, dont les principales devraient se trouver à « Moscou, et puis Astracan, Kiow et Petersburg ».

Leibniz demanda au Tsar de faire venir de l’étranger tout ce qui puisse instruire, en particulier des livres de sciences pratiques :

1) Ma thèse avec la mécanique (y compris la géographie unie à l’astronomie, l’art maritime et l’art militaire, ainsi que l’architecture) ; 2) la physique, selon les trois règnes de la nature, à savoir le minéral, le végétal et l’animal (à quoi se rattachent l’agriculture, les travaux des mines, la chimie, la botanique, l’anatomie et la médecine…) … ». Ailleurs, il ajoute l’économie physique.

De plus, « il faudrait réfléchir à la culture de la terre, aux mines, à l’usage qu’on pourrait faire des rivières et à l’amélioration de l’intérieur. Il faudra non seulement songer au Volga (qu’on pourrait réunir par un canal au Don), mais à la Suchana, à la Dwina, Nieper, Duna, Occa, Juga, Waga, Kama, Tobol, Irtis, afin que la navigation intérieure (…) rende les hommes aptes à la navigation sur mer. » Il voulait aussi « faire des canaux pour le transport de denrées et pour le desséchement des marais ».

Ayant pris activement part à la mise au point des moteurs à combustion à l’Académie des sciences à Paris, il voulait que de « belles inventions » y trouvent aussi leur place, tels ces « verres brûlants (...) qui surpassent la force de tous les fourneaux et font presque en un moment ce que les fourneaux les plus actifs font tard ou même jamais ». Un laboratoire devrait être créé où « les bons chimistes et les artificiers étudieraient avec soin les applications comme les emplois du feu (…) considérant que le feu doit être regardé comme la clef la plus puissante des corps ». Et un observatoire, car « le grand Empire de Russie comprend une partie importante du globe ». Il pourrait ainsi « rendre d’immenses services à la navigation et à la géographie en prenant les meilleures dispositions en vue d’observations astronomiques ».

Leibniz montra un intérêt aussi grand pour toutes les langues de ces contrées, car ce sont elles qui, plus que les frontières, déterminent les nations réelles et peuvent conduire à trouver l’origine commune de l’humanité, ainsi que la « grammaire universelle ».

Enfin, ce dessein ne pouvait aboutir que si les peuples maîtrisaient l’art de l’invention. Pour faciliter cette tâche, Leibniz proposa dans son premier mémorandum que « la connaissance soit ordonnée de telle sorte [que les élèves] puissent voir les origines des inventions – comment, par quelle méthode, l’homme a fait des découvertes spécifiques dans le passé, et comment donc, il peut en faire de nouvelles ».

 1724 - 2014

L’Académie des Sciences proposée par Leibniz sera créée par Pierre le Grand en 1724. Quel fut l’aboutissement de cette stratégie ? Elle a donné naissance à la Russie moderne, avec une fenêtre ouverte sur l’Europe, dont la ville de Saint-Pétersbourg reste l’éclatant symbole, et une autre sur l’Asie.

Elle a surtout créé les éléments d’une langue commune aux courants républicains occidentaux et russes, qu’on a vue à l’œuvre historiquement, notamment dans la collaboration entre la Russie et les États-Unis contre les nazis. C’est à cette langue commune qu’il faudra faire appel pour rétablir aujourd’hui la paix de l’Atlantique à la mer de Chine.


[1Les mémorandums et lettres de Leibniz cités dans ce document sont accessibles sur le site de la Bibliothèque nationale Gallica : « Leibniz, Gottfried Wilhelm (1646-1716). Œuvres de Leibniz - tome VII. »

Voir les 2 commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La paix en Ukraine passe par la nouvelle route de la soie

8 juillet 2014
Orientation stratégique
La paix en Ukraine passe par la nouvelle route de la soie

Lorsqu’Orient et Occident se rencontrent : le père jésuite Ferdinand Verbiest

12 juillet 2014
Culture
Lorsqu’Orient et Occident se rencontrent : le père jésuite Ferdinand Verbiest

Helga Zepp-LaRouche : impressions d’un voyage en Chine

16 septembre 2014
Orientation stratégique
Helga Zepp-LaRouche : impressions d’un voyage en Chine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard