Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondHistoire
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Le serment de Koufra

La rédaction
JPEG - 763.5 ko
Le général Leclerc avec un équipage de la 2e DB.

C’est avec beaucoup de plaisir et d’intérêt que nous accueillons ce texte de Jean-Pierre Mondy à Nouvelle Solidarité.

Personnellement, je me souviens de ce jour breton de 2007 où je l’ai rencontré pour la première fois dans sa mairie, représentant à la fois l’esprit de sa région, de notre pays et d’un citoyen du monde, avide de connaître le passé et d’éprouver le présent pour donner sens à l’avenir.

Son texte, aujourd’hui, m’interpelle de trois façons :

  • La première, il éveille en moi le souvenir de mon ami Jean-Gabriel Revault d’Allonnes, ce gueux par choix, noble et républicain, qui accompagna Leclerc dans sa route. Il me disait, à moi-même et à Lyndon LaRouche : « Lorsqu’une guerre éclate, il faut d’abord écarter les généraux qui se sont trop habitués à la paix, et les remplacer par des hommes prêts au combat. » Leclerc, Revault d’Allonnes : aujourd’hui, à leur exemple, une nouvelle génération doit prendre la relève.
  • La seconde, il rend vivant le texte du Préambule de notre Constitution, rédigé « au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine ». Victoires de Leclerc, dont il est l’aboutissement, nous impartissant la mission, ici et maintenant, de faire à nouveau relire et respecter nos textes fondateurs.
  • Enfin, la troisième, il nous incite à « passer par où on ne nous attend pas », à maîtriser l’inattendu pour remporter la victoire. En portant notre pensée dans le futur.

Autant de leçons pour la campagne présidentielle, à l’intention des aveugles et des sourds qui ne veulent pas voir ni entendre la tempête qui se déchaîne.

Jacques Cheminade

Le serment de Koufra

Par Jean-Pierre Mondy, ancien maire de Plesder (35)

En cette année 2011 qui va maintenant sur sa fin, un anniversaire semble avoir été oublié alors que notre pays n’est jamais en reste de commémorations de toutes sortes. Mais il est vrai qu’en une période où la tendance est aux promesses oubliées et aux mémoires chancelantes, il eut été difficile de trouver quelqu’un pour évoquer, « droit dans ses bottes » selon la formule, un serment qui engageait la vie de ceux qui l’avaient prêté.

Il y a soixante-dix ans, ce 2 mars 1941 à 8 heures du matin, devant une poignée d’hommes, le drapeau français et la flamme à croix de Lorraine sont hissés solennellement au grand mât du fort de Koufra. Koufra, oasis situé à 500 km de tout autre point habité, au beau milieu du désert libyen, l’un des plus hostiles de la planète.

Face au drapeau, les soldats français présentent les armes : 101 Européens et 295 tirailleurs indigènes ont participé aux combats.

Puis, leur chef qui salue les couleurs, un homme mince, de petite taille, prononce d’une voix ferme une phrase aussi brève que lourde de sens, résumant l’engagement de tous ceux qui ont rejoint la France libre en juin 1940 ou qui la rejoindront ultérieurement.

Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg.

L’instant est grave pour cette poignée de militaires perdus dans les sables sahariens. Mais que vaut ce serment le jour où le capitaine Philippe de Hautecloque, mieux connu sous le nom de Leclerc, les prononce.

Si on le ramène à ses justes dimensions, l’évènement est insignifiant. Au mieux, pour l’adversaire, il est contrariant. La prise d’un fortin italien aux confins de l’empire germano-italien ne vient guère ébranler la puissance de l’Axe qui, à ce moment, est à son apogée. La Russie ne se trouvera en guerre que quatre mois plus tard et il s’en faut de dix mois pour que les Etats-Unis s’y trouvent précipités à leur tour et, grâce à leur puissance industrielle, se convertissent en « arsenal des démocraties ». Autrement dit, Koufra n’est qu’un accrochage mineur, un « détail », une anecdote au cœur de la tourmente mondiale.

Mais de Gaulle ne s’y trompe pas. De Londres, dès le lendemain, il téléphone à Leclerc :

Vous avez ramené la victoire sous les plis du drapeau. Je vous embrasse !

JPEG - 287.4 ko
L’épopée de la 2e DB de Leclerc 1941-44.
Crédit : 2db.free.fr

Pour la première fois depuis le lamentable armistice de juin 1940, des unités françaises sous commandement français ont opéré victorieusement en territoire ennemi.

L’honnêteté historique oblige à préciser que les commandos néo-zélandais apportèrent leur concours à la réussite de l’entreprise. Mais c’était bien Leclerc qui avait donné l’impulsion et ses hommes qui avaient pris Koufra avec leurs modestes moyens. Ils ne disposaient que d’un malheureux canon, mais ils se sentaient portés autant qu’aiguillonnés par la volonté de leur chef.

Il leur avait fixé un objectif qui paraissait difficile à atteindre mais il était avec eux pour leur montrer que les difficultés étaient là pour être surmontées ; elles ne le seraient pas du jour au lendemain mais elles le seraient.

Je ne m’avancerai pas à généraliser abusivement et à écrire que cet état d’esprit était courant au sein de la France libre et combattante. Mais il était partagé par beaucoup. Leclerc fut sûrement l’un de ceux qui le portèrent au plus haut point, car il était animé par une volonté peu commune, comme le montre le général Jean Delmas :

Elle s’exprime totalement dès son arrivée au Tchad (25 novembre 1940) quand il annonce à ses proches (2 décembre 1940) : "Nous allons attaquer Koufra" sans chercher à savoir si une telle opération est réalisable. Cette volonté de fer est ensuite mise au service de l’acte de foi qu’est le serment de Koufra, tenu grâce à un magnétisme qui crée de fanatiques dévouements, à une ténacité, à une énergie qui donnent des coups de pouce au destin, éventuellement des coups de canif aux nécessités de la guerre de coalition, car seul compte l’objectif : atteindre Strasbourg.

Cette volonté hors norme, Leclerc en a fait preuve dès les premiers combats. Blessé le 15 juin 1940, il se retrouve le 25 juillet à Londres où il se présente au général de Gaulle. Philippe de Hautecloque est devenu Leclerc pour protéger sa femme et ses six enfants restés en France.

Le 6 août 1940, de Gaulle l’envoie en Afrique équatoriale avec mission de faire basculer les colonies françaises dans le camp allié. Le 26 août, il rallie le Cameroun à la France libre avant de partir pour la Tchad, d’où il montera l’expédition sur Koufra.

Fin 1942, la modeste « Force L » (L pour Leclerc) se bat aux côtés des Britanniques de Montgomery dans les derniers combats de la campagne de Libye puis en Tunisie, de février à mai 1943.

En juin 1943, Leclerc reçoit une nouvelle mission : former et instruire l’une des trois divisions blindées dont se dote la nouvelle armée française qui se reconstitue et se modernise en Afrique du Nord en vue de reprendre sa place au combat aux côtés des Alliés. Formée à partir d’unités issues des Forces françaises libres mais aussi de l’Armée d’Afrique restées fidèles au gouvernement de Vichy jusqu’en novembre 1942, la 2e Division blindée (2e DB) va acquérir un esprit, insufflé par son chef, qui va en faire un redoutable outil de combat.

Au mois d’avril 1944, la division au complet quitte le Maroc pour la Grande-Bretagne où elle est intégrée à la IIIe Armée du général Patton. Elle sera la seule grande unité française à participer, début août 1944, aux derniers combats de la bataille de Normandie dans le secteur d’Alençon.

Le 22 août, l’ordre de marcher sur Paris est donné. Trois jours plus tard, les premiers éléments de la division arrivent dans la capitale. Illustrant la diversité des origines de la 2e DB, les premiers véhicules sont ceux des Espagnols d’une compagnie d’infanterie coloniale. Ceux qui avaient fui l’impitoyable répression franquiste se retrouvaient métamorphosés en libérateurs de Paris.

Leclerc n’a pas oublié son serment. Certes, il a libéré Paris avec l’aide d’une division de l’US Army et reçu la capitulation du général von Choltiz. Mais l’objectif essentiel c’est Strasbourg.

Il est atteint trois mois plus tard, le 23 novembre, à l’issue d’une succession de manœuvres sur le plateau lorrain, dans le massif vosgien et dans la plaine d’Alsace. L’affaire est menée avec une telle efficacité que la garnison allemande de Strasbourg est totalement surprise de voir arriver les blindés français dans les rues de la capitale alsacienne.

Raymond Dronne, l’un des vétérans venus au Tchad, a écrit :

Le commandement allemand s’attend normalement à une offensive par la voie classique des invasions, par le passage normal, par la trouée de Saverne, qu’empruntent la route, le canal et le chemin de fer. Le général Leclerc passera par ailleurs, par là où on ne l’attend pas, par des itinéraires acrobatiques tellement difficiles qu’ils sont à peine défendus, par la route du Dabo, par exemple. Il trouvera et surprendra les défenseurs, les prendra à contre-pied…

Comme à Koufra, Leclerc est passé par où on ne l’attendait pas. Cette fois, ce n’était plus une piqûre d’épingle mais un coup de boutoir. L’audace et la volonté…

Trois hommes vont confectionner hâtivement un drapeau français, dont la partie rouge a été prélevée sur un drapeau allemand abandonné, et le hisser à la flèche de la cathédrale.

Ainsi fut accompli le serment de Koufra.

Le 25 novembre au soir, retrouvant l’un des compagnons d’armes de la première heure, Leclerc s’exclama :

Hein, mon vieux Dio. On y est cette fois ! Maintenant on peut crever tous les deux !

Des pistes sahariennes brûlées par le soleil aux pistes enneigées des Vosges, en passant par les Champs Elysées, un chef audacieux et volontaire avait guidé ses hommes pour accomplir une promesse tenue au prix du sang.

Après Koufra, Paris, Strasbourg, la 2e DB eut un ultime rendez-vous avec l’histoire le 4 mai 1945. Devançant une unité américaine, un élément léger fut le premier détachement allié à atteindre, à Berchtesgaden, le « nid d’aigle » du Führer.

On prête à Guillaume d’Orange la célèbre phrase :

Là où il y a une volonté, il y a un chemin.

L’itinéraire des hommes de la 2e DB, de Koufra à Berchtesgaden, en fut une vivante démonstration. Surgis de la défaite, rassemblés autour d’un idéal incarné par un homme d’exception, ils furent l’honneur de la France.

A l’heure où notre pays se trouve quelque peu désorienté par ceux qui devraient le guider, il est indispensable de se souvenir que le désespoir n’est pas de mise et que la volonté, intelligemment exercée, sera notre ressource majeure.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 30/09/2011 - 13:59

    Ils l’ont fait !
    Ils croyaient en la France Libre.
    Ils étaient "fous", toute foi et conviction chevillées au corps.
    Ils l’ont fait !

    Louis Dio, Raymond Dronne, Leclerc, Revault d’Allonnes, ainsi que Pierre Clostermann, Dimitri Amilakvari, Geoffroy Chodron de Courcel, Messmer, Philippe Peschaud, Robert Quiliquini, Massu,Jules Muracciole, Larminat, Koenig, Boislambert, Karcher, Bouchinet Serreulles, Nicolas Roumiantzoff, Boisieu, Guéna, Romain Gary etc...tant d’autres connus ou inconnus paysans ou généraux, tous Compagnons de la Libération parmi les 1061 dont les villes de Grenoble de Nantes, Paris et Vassieux en Vercors ainsi que l’île de Sein de cet ordre fermé créé par de Gaulle.

    Que leur force morale, leurs convictions, leur droiture, eux, pour qui l’honneur et la dignité ne pouvaient pas se discuter, accompagnent tous les militants de S&P dans le combat que Jacques doit mener dans sa campagne pour les présidentielle.

    ... et "MORT aux CONS" nom de la première jeep de la 2°DB entée dans Paris !!!!!!!!!

    • Mercier • 12/02/2017 - 21:29

      Une pensée pour mon père richard mercier qui aurait eu 100 ans demain du 1 et régiment de marche des spahis marocain parti de koufra pour atteindre bergchergete et des compagnons. Ne les oublions pas et paix à leurs âmes les chiens aboient la caravane passe

    Répondre à ce message

  • pegasous • 05/10/2011 - 16:26

    J’ai eu le "privilege " de rencontrer et de passer des moments avec un soldat de KOUFRA. un Homme dont le corps etait marque par les blessures du combat.. mais .. QUEL HOMME !
    il m a appris bien des choses .. parfois simplement dans le silence

    N’oubliez pas non plus le General KOENIG qui avait ralie la France Libre en 40 avec son unite de Legion etrangere et aide des fusilles marins anglais (charges de soutiend aux canons montes sur blindes legers )et ils ont tenu... TOBROUK face a la legendaire armee du tres grand General ROMMEL..
    encore un Homme d armes qui n etait pas -comme vous le rappelez fort bien- un vieux "gegene" de temps de paix !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Il était une fois en Libye, il y a 70 ans...

2 mars 2011
Brèves
Il était une fois en Libye, il y a 70 ans...

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard