X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondPolitique
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Brève histoire de la naissance et déchéance de l’euro

JPEG - 351.8 ko

L’histoire de l’euro commence essentiellement avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, et la peur de l’Empire britannique de voir émerger, selon la vieille conception géopolitique d’Harold Mackinder (Le Pivot géographique de l’histoire, 1904), non seulement une Allemagne réunifiée au cœur de l’Europe, mais surtout une puissante alliance entre la France, l’Allemagne et la Russie pour le développement économique du continent eurasiatique dans son ensemble.

L’Angleterre a toujours craint qu’une telle alliance, fondée sur des principes colbertistes, ne mette en danger la puissance d’un empire maritime mondial reposant sur la finance et le trafic d’opium. L’émergence d’une telle alliance avait été empêchée depuis la fin du XIXème siècle non seulement par l’affaire Dreyfus et la Première Guerre mondiale, mais également par les accords de Yalta négociés à la demande de Churchill et divisant l’Europe et l’Allemagne en deux après la Deuxième guerre mondiale.

C’est ce que révélera quelques années plus tard Margaret Thatcher dans ses Mémoires, dans lesquels la Dame de fer confie avoir appelé, en dépit de sa haine épidermique du communisme, le président russe Mikhaïl Gorbatchev pour lui demander d’intervenir – sous-entendu militairement – afin d’empêcher la réunification allemande. Celui-ci, comme en bien d’autres occasions lorsqu’il se verrait sollicité par des dirigeants occidentaux, avait alors fait preuve de complaisance.

Traité de Maastricht, Union européenne et Union monétaire

C’est dans le contexte des négociations « 4+2 » pour la réunification, entre les quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) et les deux Allemagnes, que seront jetées les bases de la monnaie commune. Sous la pression des Britanniques et de François Mitterrand, l’Allemagne s’engageait, en échange de la réunification, à participer à la création d’une « Union monétaire » qui finirait par la faire crouler sous de fardeau des dettes de l’ensemble des autres pays européens.

Une union politique, dénommé « Union européenne », allait y être ajoutée pour former ce qui sera connu par la suite comme le Traité de Maastricht de 1992. En plus de cette double union, ce traité prévoyait également une « politique étrangère et de sécurité commune », dans le but inavoué d’empêcher l’alliance tant redoutée entre certains pays européens et la Russie.

Quelques uns d’entre vous s’écrient déjà : « Votre interprétation n’a rien à voir avec la réalité, vous êtes des conspirationnistes incorrigibles ! » Voici donc quelques éléments de preuve irréfutables.

Dans son édition du 27 avril 1998, le magazine allemand Der Spiegel annonçait en une la décision du Chancelier Helmut Kohl d’autoriser la publication des documents liés aux négociations sur la réunification. Ceci à la veille de la « naissance officielle de l’euro » le 2 mai 1998, où le Conseil de l’Union européenne, réuni au niveau des chefs d’État ou de gouvernement, arrêtait la liste finale des onze États membres et décidait du lancement de la dernière phase des préparatifs avant son entrée en vigueur au 1 er janvier 1999.

Bien que des documents de ce type ne soient généralement rendus publics que 30 ans après les faits, Kohl fit lever le secret pour que ses compatriotes puissent se rendre compte par eux-mêmes de son opposition à l’euro, et que la monnaie unique lui avait été imposée contre son gré.

« Pour Mitterrand, lier la devise à l’Europe est le facteur décisif pour qu’il consente à la réunification », peut-on lire dans l’un de ces documents.

Dans une lettre à Mitterrand du 9 novembre 1989, Kohl fait part de ses réserves à l’égard d’une Union monétaire et propose que le Conseil européen attende en décembre 1992 avant d’en discuter les éventuelles étapes. Mais le 1er décembre Mitterrand lui écrit pour insister qu’une décision doit être prise dès le Sommet des 8 et 9 décembre 1989 à Strasbourg. Ce sommet allait être présidé par Mitterrand lui-même. Et ce dernier précise qu’il désire une décision « qui nous oblige clairement à nous engager sur le chemin d’une future Union monétaire européenne ».

Quelques jours plus tard, lors dudit sommet, les chefs d’État ou de gouvernement des Douze décideront en effet qu’une « Conférence intergouvernementale (CIG) sur les étapes finales de l’Union économique et monétaire (UEM) se réunira avant la fin de 1990 ». Kohl avouera par la suite y avoir vécu « les heures les plus sombres » de sa vie. Le conseiller de Mitterrand pour les affaires européennes, Jacques Attali, rapporta de son côté dans un livre que Mitterrand avait implicitement menacé l’Allemagne d’une guerre à moins qu’elle n’accepte l’euro. [1]

Fin 1991, un accord sur l’Union monétaire sera conclu puis intégré au Traité signé à Maastricht le 7 février 1992, établissant également l’Union européenne.

Bien sûr, la diplomatie anglaise avait pris grand soin de s’assurer que la potion mortelle de l’Union monétaire ne serait jamais administrée à la Grande-Bretagne.

Le Traité de Maastricht entrera en vigueur le 1er novembre 1993.

Du Traité constitutionnel européen au Traité de Lisbonne

Très mal informés du guêpier dans lequel ils allaient mettre les pieds, les pays de l’ancien bloc de l’Est allaient non seulement permettre, en acceptant d’intégrer l’Union européenne, de tracer une nouvelle ligne de Yalta, encore plus à l’Est que la première, mais aussi servir de prétexte à l’institution d’un nouveau traité, rédigé sous la direction de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing. Se voulant « constitutionnel », unique et consolidé, ce traité n’admettrait plus aucune dissension nationale puisqu’il serait modifiable par le seul vote à l’unanimité de tous les Etats membres.

Le nouveau traité, ultra-libéral, proposait que l’article du Traité de Maastricht consacrant l’indépendance totale de la BCE et des banques centrales nationales soit « inscrit dans le marbre une fois pour toutes ».

Il s’agit du Traité de Bruxelles, qui sera rejeté par les Français lors du référendum du 29 mai 2005.

Le « Non » des peuples français et hollandais conduira à la négociation, à Lisbonne, d’un nouveau traité qualifié cette fois modestement de « modificatif » plutôt que « constitutionnel », afin de tromper l’opinion.

Ses 145 pages, 36 protocoles et 26 déclarations et annexes, modifiant plusieurs centaines de dispositions des deux principaux traités antérieurs (Maastricht et Rome), allaient rendre son interprétation parfaitement opaque, même pour les juristes spécialisés, et le rendre « déformable » à souhait.

Si l’article 123 du nouveau traité se contentera de reprendre mot pour mot l’article 104 du Traité de Maastricht établissant l’indépendance des banques centrales, la « politique étrangère et de sécurité commune » décidée à Maastricht se verra quant à elle considérablement renforcée, en dépit, curieusement, de la fin de la Guerre froide entre l’Occident et l’Union soviétique. Certains la compareront à la Communauté européenne de défense qu’avait enterrée Mendès France en 1954 !

Le Traité de Lisbonne sera ratifié, en France, par simple voie parlementaire, pour passer au-dessus de la volonté du peuple, et entrera en vigueur le 1er décembre 2009. Ce précédent de députés allant à l’encontre d’une décision votée par le peuple fait irrésistiblement penser à la fameuse parole prononcée par le dirigeant allemand de l’est Erich Honecker : « Lorsque le peuple n’est pas d’accord, on peut changer de peuple. »

L’étau se resserre sur l’Allemagne

Entre-temps, la crise bancaire de 2007-2008 avait secoué l’ensemble du système financier. La City se rendit compte que l’endettement proprement monstrueux de ses banques ainsi que leurs engagements croisés vis-à-vis des autres banques de la zone euro exigeait rapidement un amendement au Traité de Lisbonne.

Celui-ci interdit aux banques centrales, par l’article 123, « d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits » aux institutions de l’Union et aux gouvernements qui en font partie (la clause indirecte), et à plus forte raison « l’acquisition directe des instruments de leurs dettes », c’est-à-dire les obligations du Trésor, tant sur les marchés primaires que secondaires. C’est du moins ce que croyaient y lire les Allemands, mais ceux-ci étaient priés d’accepter l’interprétation toute nouvelle soudainement mise de l’avant par la City : l’interdiction s’appliquait certes aux acquisitions « directes », mais ce qualificatif serait à prendre dans le sens de « marchés primaires », autorisant ainsi le rachat à tout va d’obligations des Etats membres sur les marchés secondaires. Vous avez dit risque d’hyperinflation ? Quel risque ?

Quant à l’article 125, celui-ci stipule sans ambiguïté possible que « l ’Union » [ou] « un Etat membre ne répond pas » et « ne prend pas à sa charge » des engagements d’un autre État membre, d’où la nécessité d’amender le Traité.

En attendant d’instituer un nouveau mécanisme, dit « de sécurité permanente », destiné à « aider » les pays membres de l’Union monétaire en difficulté financière – en réalité les banques qui sont leurs créanciers –, la City et ses alliés sur le Continent devaient de toute urgence contourner l’article 125 et faire adopter la mise en place d’une société de droit privée, le Fonds européen de stabilité financière (FESF), domiciliée au Luxembourg. Les banques trépignaient d’impatience, comme si la bulle immobilière en Irlande et en Espagne ou les faiblesses de l’économie grecque n’étaient pas le résultat par trop prévisible de leurs propres activités.

Il faut souligner ici que le statut d’indépendance des banques centrales ne pouvait que conduire les Etats à s’endetter pour financer leurs dépenses d’investissement, et que l’absence de toute distinction entre ces dernières et les dépenses de fonctionnement dans les traités avait été tout-à-fait délibérée. Ceci explique le retournement à 180° du discours des banquiers sur le rôle de la BCE dès lors que leurs intérêts se sont retrouvé menacés.

Le caractère tout-à-fait prévisible de cette crise a été candidement reconnu par Jacques Attali (encore lui !), l’un des rédacteurs du Traité de Maastricht, lors d’une réunion le 24 janvier 2011 : « Nous sommes confrontés à une situation qui était parfaitement prévisible et qui était prévue depuis longtemps. (...) Nous savions très bien, quand on a fait la monnaie unique, que cela ne marcherait pas, ça ne suffirait pas. »

Les péroraisons de l’ancien Premier Ministre anglais Tony Blair le 30 juillet dans un article publié dans le Bild-Zeitung sous le titre « Les Allemands doivent sauver l’euro » prennent elles aussi une couleur toute particulière. Selon Blair, les Allemands doivent impérativement ratifier la version modifiée du Traité de Lisbonne instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Afin de « sauver » l’Union monétaire, écrit-il, l’Allemagne doit « financer un parachute de sauvetage, accepter de provoquer l’inflation chez elle et répondre des dettes des pays qui n’ont pas mis en œuvre les réformes nécessaires. On peut comprendre que les Allemands ne soient pas enthousiastes…Toutes les alternatives sont désagréables. Mais la moins désagréable pour l’Europe et surtout pour l’Allemagne, est de sauver l’euro ».

Cela, dans la bouche d’un ancien Premier ministre d’un Etat qui n’a jamais souhaité faire partie de la zone euro...

Si la crise financière actuelle est la conséquence inéluctable de la dérégulation des années 80 et 90, de la privatisation des banques centrales et de la révocation de Glass-Steagall dans tous les pays européens, les conséquences pour l’économie physique, pour l’industrie lourde, ont été consciemment voulues. L’objectif non déclaré, comme nous l’avons dit au début : écraser l’Allemagne, ainsi que la France, sous la montagne de dettes contractées par des spéculateurs internationaux.

Quant à la Grande-Bretagne, elle se prépare à déserter le Titanic — c’est-à-dire à renégocier le Traité européen et à le soumettre à référendum — en laissant l’Europe continentale finir de se suicider. Cependant, ce que certains dirigeants anglais des milieux financiers les plus avisés commencent à réaliser c’est qu’une Grande-Bretagne elle-même désindustrialisée court aussi à la catastrophe, sauf à éliminer les dettes spéculatives de son système, c’est-à-dire à adopter le principe du Glass-Steagall.

La vérité est qu’ils ne pourront pas arrêter à eux seuls le chaos si un changement fondamental de politique ne s’impose pas aux Etats-Unis et dans le reste de l’Europe.


[1Jacques Attali, dans C’était François Mitterrand (Fayard, 2005), précise p. 231 que Mitterrand, le 30 novembre 1989, avait répondu à Hans Dietrich Genscher, alors ministre allemand des affaires étrangères : « Si l’unité allemande se fait avant l’unité européenne, vous trouverez contre vous la triple alliance (France, Grande-Bretagne, Russie), exactement comme en 1913 et en 1939. Vous serez certes quatre-vingt-dix millions d’habitants, mais l’URSS se tournera vers nous, vous serez encerclés, et cela se terminera par une guerre où tous les Européens seront de nouveau ligués contre les Allemands. C’est ça que vous voulez ? Si, par contre, l’unité allemande se fait après que celle de l’Europe aura progressé (monnaie unique etc.), nous vous aiderons. »

Voir les 7 commentaires

  • lucius. • 09/08/2012 - 09:26

    La France déclare la guerre à l’Allemagne ? Et vous savez ce qu’il advint : ce fut l’Allemagne qui gagna ! Cette relation des faits est aussi comique que totalement biaisée : l’Europe avait peur d’elle même après la disparition de la tutelle des deux grands. Une seule solution - de sécurité - s’offrait à elle après un siècle d’horreurs totalitaires (la chute du Mur, c’est avant tout la fin des totalitarismes...) : celui de l’unité. Celui que nous devons poursuivre pour éviter le dérèglement (temporaire) actuel et redevenir ce que nous voulons être : le cœur du monde, celui de la raison.
    Mais j’ai écrit pour rien car vous aller me censurer, cela ressemble beaucoup au style de votre contribution.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 08/08/2012 - 14:30

    à l’intention de nozélitezetacteurs de cette tragédie scénarisée contre les pays et les peuples,
    de Fernando Pessoa ...... écrit en 1931 !!!!

    * " le gouvernement des hommes repose sur deux principes : réprimer & tromper.
    L’ennui avec ces mots clinquants c’est qu’ils ne parviennent ni à réprimer ni à tromper. Ils saoulent tout au plus."

    * "Avoir besoin de dominer l’autre c’est avoir besoin des autres. Le chef est donc dépendant."

    * "Voir son visage est ce qu’il y a de plus terrible. La nature a fait don à l’homme de ne pouvoir se regarder, de ne pouvoir se regarder dans les yeux.
    L’inventeur du miroir a empoisonné l’âme humaine"

    Répondre à ce message

  • michel49 • 08/08/2012 - 09:38

    On sait aujourd’hui que la Pologne n’etait qu’un pretexte pour pousser la France à entrer en guerre contre l’Allemagne apres la "trahison" du pacte germano-sovietique qui detruisait le plan britannique dont AH etait la marionnette inconsciente.

    Répondre à ce message

  • Ternon Max • 08/08/2012 - 07:12

    Étrange lecture de l’histoire ou les dirigeants des peuples européens se tirent une balle dans le pied...? Certes les anglais sont toujours restés du côté du dollars en étant dans l Europe sans y être, la contrôlant, voir la "plombant" le cas échéant. Certes les états ont transféré leur souveraineté politique et financière à un " machin" échappant à tout contrôle démocratique, mais n’était ce pas le prix à payer pour "vivre ensemble" ? Certes les banques sont responsables de cette crise que l on nous fait payer deux fois, j en connais quelque chose : licenciement financier , vente de sa maison, boulot précaire, perte de sa santé et de sa famille, indifférence, je ne suis que responsable de ma situation...
    Le tableau que vous décrivez est bien sombre comme aux heures les plus sombre de notre histoire...

    Répondre à ce message

  • petite souris • 08/08/2012 - 01:33

    Beau résumé ! et très argumenté !!!

    Beau casting : Thatcher, Giscard, Mitterrand, Attali, Blair que des malins ....

    Beau scénario ! Belle mise en scène !

    Tous ont gagné .....
    .....comme d’hab les figurants en sont de leur poche !!!

    Manque la fin du film : z’avaient pas prévu la crise ! et z’ont pas de plan B

    Suspens ! Suspens !

    Répondre à ce message

  • charlotangy • 07/08/2012 - 23:17

    C’est dommage, le premier lien ne marche pas alors que le texte donne super envie de le consulter.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard