X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondPolitique
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

50 ans après : Pourquoi ont-ils tué Kennedy ?

La rédaction
PNG - 712 ko

[sommaire]

Par Bruno Abrial

Le cours de l’histoire contemporaine n’est pas celui d’un long fleuve tranquille. L’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, en ce jour d’automne 1963 à Dallas, a été un tournant brutal de la politique américaine et un changement de paradigme pour le monde. Impossible de comprendre la dérive de l’hyper-puissance américaine ou les raisons de la crise financière qui nous frappe, sans éclaircir les zones d’ombre qui demeurent sur cet événement. Pour ce faire, il nous a semblé essentiel de vous présenter une version résumée d’un entretien accordé par Neil Gallagher [1], proche collaborateur et ami de John Kennedy, à nos amis américains du LaRouche PAC [2], et d’un article d’Anton Chaitkin paru dans le magazine Executive Intelligence Review [3].

Cet article fait partie de notre dossier spécial JFK

C’étaient Hoover et Dulles

22 novembre 1963 : la nouvelle de l’assassinat du président américain foudroyait le monde. « J’étais convaincu que s’il s’agissait d’une conspiration, alors seul le groupe de J. Edgar Hoover avait pu l’organiser » , affirme l’ancien député démocrate Neil Gallagher.

GIF - 74.3 ko
Neil Gallagher (à droite) avec JFK.

Hoover haïssait les Kennedy. Directeur du FBI depuis 37 ans, il exerçait une véritable terreur sur le peuple américain et sur ces élus, à travers les mises sous écoute, les persécutions et le chantage.

Pour Gallagher, la thèse officielle du tireur solitaire, Lee Harvey Oswald, ne tenait pas : « Il est impossible qu’Oswald n’ait pas été surveillé au millimètre par les services de Hoover.

Leur travail était précisément de contrôler toute personne passant par l’Ambassade soviétique. » De plus, Oswald était lié au groupe de Clay Shaw de la Nouvelle Orléans.

A travers Permindex, une société écran en liaison avec la CIA, le MI6 britannique et la Division 5 du FBI, ce groupe était au cœur de l’assassinat de JFK, comme l’ont montré les enquêtes menées par le procureur de la Nouvelle-Orléans, Jim Garrison.

JPEG - 305.7 ko
John Edgar Hoover (1895-1972), premier directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI) de 1924 jusqu’à sa mort.

La nomination d’Allen Dulles, sombre personnage, au sein de la Commission Warren que le nouveau président Lyndon Johnson avait chargée d’enquêter sur l’assassinat, et qui allait conclure à la thèse du tireur solitaire, confirme la thèse d’un complot.

Dulles haissait Kennedy, en particulier depuis que ce dernier l’avait limogé de la direction de la CIA, suite au fiasco de la Baie des cochons contre Cuba (en avril 1961). Dulles personnifiait aux yeux de Kennedy la dérive impérialiste des Etats-Unis depuis la mort de Franklin Roosevelt.

Chef de l’OSS (prédécesseur de la CIA) à Berne, Dulles avait organisé, avant même la fin de la guerre, la récupération de nombreux nazis qu’il intégra dans la lutte secrète contre le communisme au sein du réseau Gladio. Une puissante machine d’opérations clandestines fut ainsi mise en place, capable de provoquer partout des coups d’Etat et des assassinats. Écœuré par cette perversion de l’idéal américain, et conscient que cela pouvait entraîner le monde vers un conflit thermonucléaire, Kennedy pensait qu’il fallait cesser ces pratiques, mettre fin à la Guerre froide, et orienter le monde vers une politique de paix et de coopération.

PNG - 77.6 ko
Allen W. Dulles (1893-1969) premier directeur de la CIA, du 26 février 1953 au 29 novembre 1961.

Un jour, Gallagher avait demandé au président Lyndon Johnson : « pourquoi avez-vous nommé Allen Dulles à la Commission Warren ? » Celui-ci n’avait pas répondu. A la fin de sa vie, Johnson allait avouer n’avoir jamais cru qu’Oswald ait pu agir seul, et que tout le long de sa présidence, il avait eu le sentiment qu’un fusil était constamment braqué sur sa tempe...

Pourquoi ce président a-t-il été assassiné ? Pour Gallagher : « la présidence de John Kennedy a soulevé des questions sur le sens de la vie, la mortalité... Pourquoi l’espoir ? Pourquoi avoir des projets ? (…) Il inspirait l’espoir dans le monde entier, et en particulier aux jeunes ; leur voix était entendue, un sens était donné à leur vie ; ils pouvaient participer à l’action de leur gouvernement, pour le futur. Tout cela a été brisé par l’assassinat. »

La vraie Amérique

John F. Kennedy était profondément marqué par l’histoire de sa famille irlandaise. Son arrière-grand-père, Patrick Kennedy, avait été contraint d’émigrer aux Etats-Unis, pour fuir le génocide provoqué par l’Empire britannique. Appliquant délibérément la doctrine malthusienne, la population irlandaise a été décimée. Entre 1850 et 1900, famine et épidémies l’ont réduite de 9 à 4 millions. Kennedy comprenait ainsi jusque dans sa chair ce qu’était l’Empire britannique, et l’idéal que l’Amérique devait, au contraire, représenter pour l’humanité. Dès son premier discours politique, en novembre 1945, il oppose la vision de Churchill à celle de Roosevelt, montrant que si la politique de ce dernier avait sorti les Etats-Unis de la dépression économique, le système britannique repose traditionnellement sur l’exploitation des classes pauvres par une classe très riche.

Au cours des années 1950, Kennedy plaide pour libérer le tiers-monde de la pauvreté provoquée par les empires coloniaux anglais, français et hollandais. En 1957, lors d’un discours intitulé « l’impérialisme est l’ennemi de la liberté » , il appelle les Etats-Unis à soutenir les combattants algériens, et dénonce la politique d’Allen Dulles, alors directeur de la CIA, qui soutenait la politique coloniale française. En cela, il se retrouvera en parfait accord avec De Gaulle lorsque tous deux seront présidents.

JPEG - 179.6 ko
Kwame Nkrumah (1909-1972), fut Premier ministre du Ghana de 1957 à 1960, puis président de 1960 à 1966.

Peu avant son accession à la présidence, Kennedy se rapproche de Kwamé Nkrumah, le président du Ghana et père du nationalisme africain, et de Patrice Lumumba, futur Premier ministre du Congo. Nkrumah sera le premier chef d’Etat à être reçu à la Maison-Blanche après l’inauguration du nouveau président en 1961. Kennedy rejetait la vision dominante parmi les élites américaines, qui qualifiait de soviétique tout pays voulant rester non-aligné. En 1960, il déclare aux étudiants de Stanford : « appelez cela du nationalisme, ou de l’anti-colonialisme... les Africains veulent de meilleurs niveaux de vie. 75 % de la population vit actuellement de l’agriculture de subsistance. (…) Les peuples africains pensent que la science, la technologie et l’éducation dont dispose le monde moderne peut les libérer de cette lutte pour la survie..... »

Les objectifs communs de l’humanité

L’intention de Kennedy était de retirer les troupes américaines du Vietnam, et de négocier une paix dans le monde par le développement mutuel. Il avait la force de caractère pour le faire, et les deux ans et demi de sa présidence ont été entièrement vouées à ces objectifs. Le monde entier comprenait qu’à travers lui, la véritable Amérique revivait. Il redonnait un sens que les objectifs communs de l’humanité étaient à nouveau en marche, que les problèmes accablant les hommes et les femmes depuis des siècles pouvaient être résolus. C’est cet optimisme culturel qu’ils ont assassiné.

Les années 60 regorgent d’assassinats : Patrice Lubumba en 1961, Enrico Matteï en 1962, JFK en 1963, Martin Luther King et Robert Kennedy en 1968. Il ne s’agissait pas d’événements isolés mais des reflets d’un changement de paradigme qui se confirma par la fin de Bretton Woods en 1971 et le retour des féodalités financières. Aujourd’hui nous nous trouvons au bord du précipice vers lequel ce changement nous a conduit. Néanmoins, le système impérial de la City de Londres, de Wall Street et de leurs alliés dans le monde vacille sur ses fondements, et l’occasion nous est donnée de nous lever pour lancer à nouveau l’humanité sur le fleuve tranquille et vigoureux du progrès.

De Gaulle aussi visé

JPEG - 207.8 ko
Visite du couple Kennedy, reçu par le Général de Gaulle à l’Opéra de Versailles, juin 1961.

Le 22 avril 1961, un « quarteron de généraux » menait un putsch à Alger, pour faire tomber De Gaulle et rétablir la politique coloniale française. Ce petit millier de fanatiques de l’OAS n’aurait jamais tenté une telle aventure sans bénéficier de soutiens hauts placés. Le lendemain du putsch, le journal italien Il Paese écrivait : « ce n’est pas par hasard que certaines personnes à Paris accusent les services secrets américains dirigés par Allen Dulles d’avoir participé au complot des quatre généraux « ultras ». » Le 28 avril, l’éditorial du Monde disait : « il semble établi que des agents américains ont plus ou moins encouragé Maurice Challe, le leader du putsch. » En mai, Claude Kreif, journaliste à L’Express , écrivait depuis Alger : « aussi bien à Paris qu’à Washington, les faits sont parfaitement connus, même s’ils ne seront jamais admis publiquement. En privé, les plus hauts responsables français n’en font aucun mystère (...) : « la CIA a joué un rôle direct dans le coup d’Alger, et a certainement fortement pesé dans la décision de Challe de lancer le putsch ». »

Entre 30 et 40 tentatives d’assassinats contre De Gaulle ont lieu au cours des années 60. Les services de renseignement du président ont retracé le financement de ces opérations jusqu’à la société Permindex basée en Suisse et à son pendant italien basé à Rome, Centro Mondiale Comerciale. En mars 1967, tandis que Clay Shaw était arrêté et accusé de conspiration pour l’assassinat de JFK par le procureur Jim Garrison, Il Paese – repris par la presse communiste en Italie et en Francepubliait une série d’articles affirmant que ces deux sociétés avaient été utilisées par la CIA pour transférer des fonds en Italie pour des « activités d’espionnage politique illégales » , et pour faire chuter De Gaulle.


[1Elu au Congrès américain de 1959 à 1973, Neil Gallagher s’est battu contre les programmes d’écoutes du FBI auprès des citoyens américains et de leurs élus.

[2A Profile In Courage, Congressman Neil Gallagher, LPAC, 17 septembre 2013. La partie consacrée à JFK est disponible en VOST ici.

[3Why the British Kill American Presidents, EIR, 12 décembre 2008.

Voir les 2 commentaires

  • HERVE • 25/11/2013 - 13:41

    Je crois que vous devriez vous intéresser à Lyman Lemnitzer et à l’opération Northwoods. Lyman Lemnitzer était SACEUR au SHAPE (OTAN, France puis Belgique) et était donc à la tête des réseaux Stay-behind (Gladio en Italie). En Belgique, son assistant était Guy Weber. Selon Gaud, repris par Ganser, le Stay-behind français était proche du SAC (Service d’action civique), lui-même impliqué dans des affaires de drogue (voir Christian David, etc).
    L’opération Northwoods a été refusée par Kennedy qui a éloigné peu après Lemnitzer (privé d’un second mandat) au SHAPE. Lyman Lemnitzer a aussi été à l’origine de la DIA (Defense Intelligence Agency). A la tête des réseaux Stay-behind, il est aussi responsable du coup d’Etat des colonels en Grèce.
    Ceci est compatible avec le livre de Steve Rivele, qui se base sur les déclarations de Christian David. Les trois tueurs seraient Roger Bocognani, Lucien Sarti et Sauveur Pironti. Lucien Sarti a été accusé du meurtre d’un policier belge et s’est enfui en Amérique latine où il a travaillé pour Auguste Ricord. Il y a eu une complicité entre des réseaux mafieux et le complexe militaro-industriel ... une complicité qui va apparaître d’ailleurs par après dans d’autres affaires.
    http://www.members.optushome.com.au/tnorth/lesassassins.htm
    et
    http://www.scribd.com/doc/80067441/Gladio-Richard-Cottrell-Lemnitzer

    Répondre à ce message

  • petite souris • 22/11/2013 - 14:38

    Pendant la période des assassinats ou tentatives d’assassinat des hommes d’état dont vous parlez, ces derniers avaient peu de gardes du corps.
    Ils agissaient pour le bien commun et les peuples en avaient conscience.
    Aujourd’hui, les "gens d’en haut" ne sont pas aimés du peuple et sont protégés par une muraille de gardes du corps, alors qu’ils font exactement ce que veulent ceux qui ont commandité tous ces assassinats.
    Ils ont peur du peuple.
    C’est une excellente nouvelle !
    à nous d’agir ............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard