X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondPolitique
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Le plan LaRouche : quatre puissances pour la paix

JPEG - 366.4 ko

Nous vivons un siècle dangereux, celui du « grand soupçon » :

Cette orgie de désinformation a de quoi inquiéter l’homme de la rue. Incapable de vérifier ces faits, la majorité des Français sent néanmoins que nos économies sont en panne et qu’une nouvelle guerre se prépare.

Pourtant, depuis peu, la possibilité que les « quatre grandes puissances » de la planète nous tirent de cette situation est à portée de main. Identifier ce potentiel changera votre façon de « lire » l’actualité et vous obligera à sortir de votre tanière.

Un peu d’histoire

JPEG - 28.5 ko
Harry Hopkins (1890-1946), éminence grise de FDR, lors de sa rencontre avec Joseph Staline.

Le 8 mai 1945, jour de la capitulation de l’Allemagne nazie, marquait la fin de la Seconde Guerre mondiale. 73 ans plus tard, sommes-nous capables de réveiller nos gouvernements, les Merkel, les Macron, les May et les Trump, qui, pour l’instant, frappés de somnambulisme, semblent nous conduire vers l’abîme ?

Or, ce qui avait permis de mettre fin à l’empire nazi à l’époque était la stratégie du président Franklin Roosevelt et d’Harry Hopkins, son conseiller en relations internationales : bâtir une alliance entre les Etats-Unis de FDR, la Russie de Staline, la Chine de Tchang Kaï-chek et le Commonwealth de Churchill, avec lesquels ils comptaient régler leurs comptes ultérieurement.

La Russie, on ne le dira jamais assez, joua un rôle décisif dans la défaite du fascisme. Si elle put jouer ce rôle, ce fut aussi grâce à Hopkins, qui convainquit FDR d’étendre la politique du prêt-bail, initialement offerte aux seuls Anglais, offrant ainsi aux Soviétiques et aux Chinois les moyens de la victoire. Ce que FDR appelait alors « les quatre gendarmes du monde » deviendra après-guerre l’embryon du Conseil de sécurité de l’ONU, à laquelle, à la demande de Churchill, la France fut ajoutée.

Comme le raconte son fils Elliot, pour Roosevelt, qui était en désaccord total avec Churchill sur ce point, il était hors de question, après la guerre, de maintenir en l’état les empires coloniaux européens. Une position que dénonçait le parti anglophile aux Etats-Unis, et notamment Henri Luce, le puissant propriétaire du Time Magazine, qui avait soutenu Mussolini. Pour lui, l’Amérique devait s’inspirer du « Siècle britannique », en fondant son propre « Siècle américain » sur le modèle du vaste pillage entrepris par l’épopée coloniale britannique au XIXe siècle. (Consulter utilement sur ce site, notre article La grande famine du Bengale, ce génocide que les Britanniques vous cachent)

Le siècle de « l’homme commun »

JPEG - 36.2 ko
Henry Agard Wallace (1888-1965) en campagne avec Franklin Delano Roosevelt.

C’est par la voix de son proche collaborateur, le vice-président Henry Wallace, que FDR fera connaître son point de vue : après l’abolition de l’esclavage par le président américain Abraham Lincoln, et une fois le monde libéré du système esclavagiste nazi, tous les dirigeants devront s’engager à libérer l’homme de l’esclavage des nécessités quotidiennes : celui de la faim, de la maladie et de l’insécurité sociale.

D’ailleurs, le général de Gaulle, conseillé par Pierre Mendès France et Georges Boris, ne disait rien d’autre lorsqu’il affirmait qu’il s’agissait dorénavant

d’affranchir de l’angoisse, dans leur vie et dans leur labeur, les hommes et les femmes de chez nous, en les assurant d’office contre la maladie, le chômage, la vieillesse…

Visionnaire, dans son discours Le prix d’une victoire du monde libre, Wallace déclare le 8 mai 1942 à New York :

La paix doit inclure un meilleur niveau de vie pour l’homme commun, pas seulement aux Etats-Unis et en Angleterre, mais aussi en Inde, en Russie, en Chine et en Amérique latine – pas seulement pour les membres des Nations unies, mais aussi pour l’Allemagne, l’Italie et le Japon [les pays ennemis à l’époque]. Certains nous parlent du ‘siècle américain’ : moi je vous dis que le siècle dans lequel nous entrons – le siècle qui sortira de cette guerre – peut et doit être le siècle de l’homme commun. Partout l’homme commun doit apprendre à construire ses propres industries de ses propres mains. Partout, l’homme commun doit apprendre à accroître sa productivité afin que lui et ses enfants puissent payer à la communauté mondiale tout ce qu’ils ont reçu. Aucune nation n’aura de droits divins pour en exploiter d’autres. Les nations plus vieilles auront le privilège d’aider les jeunes nations à se lancer sur la voie de l’industrialisation, mais il ne doit y avoir ni impérialisme militaire, ni économique. Les méthodes du XIXe siècle ne seront pas de mise pendant le siècle du peuple qui va commencer. L’Inde, la Chine et l’Amérique latine jouent gros dans le siècle des peuples. Maintenant que leurs vastes populations commencent à lire et écrire, et qu’ils se transforment en mécaniques productives, leur niveau de vie doublera et triplera. La science moderne, quand elle se consacre de tout son cœur à l’intérêt général, porte en elle des potentialités dont nous n’osons pas encore rêver…

La guerre froide

Après la mort du président Franklin Roosevelt (1945) et de Harry Hopkins (1946), c’est Churchill, obsédé par l’idée de faire du « communisme » un ennemi pour éviter tout démantèlement de l’Empire britannique, qui revient à la charge.

Le 5 mars 1946, à Fulton, aux Etats-Unis, en présence du président américain Harry Truman, il prononce sa fameuse allocution sur le « Rideau de fer », discours qui restera la référence tout au long de la « guerre froide ».

Churchill affirme alors que « personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l’intention de faire dans l’avenir immédiat, ni où sont les limites, s’il en existe, de leurs tendances expansionnistes et de leur prosélytisme ».

Face à cela, il juge indispensable que les « démocraties occidentales s’unissent dans le strict respect des principes de la Charte des Nations unies ». C’est dans ce cadre belliqueux que sont lancées successivement la construction d’une Europe fédérale [1] et de l’OTAN ainsi que, dès 1950, la guerre de Corée.

A la lumière de ces éléments historiques, l’actualité prend une tout autre signification. La rencontre historique qui, à moins d’un événement cataclysmique, aura lieu ce 12 juin à Singapour entre le président américain Donald Trump et le « dictateur » nord-coréen Kim Jong-un, marquera-t-elle la fin de la « nouvelle » guerre froide ?

JPEG - 51.1 ko
Nouvelle Solidarité N°2/2016 - S’abonner.

Ce qui est sûr, c’est que sans un accord entre les grandes puissances qui ont, aux côtés des patriotes coréens, travaillé d’arrache-pied dans ce but, c’est-à-dire la Chine de Xi Jinping, la Russie de Poutine et les Etats-Unis de Trump, les forces de la guerre – cette oligarchie financière ayant élu domicile à la City et à Wall Street (Ce que nous appelons « L’Empire britannique ») et qui est de plus en plus déterminée à en découdre – ne pourra pas être vaincue.

En même temps, nous devons nous féliciter de l’émergence d’une autre grande puissance, l’Inde, et des six rencontres qui ont réuni pendant deux jours le Premier ministre indien Narendra Modi et le président chinois pour des discussions intenses et sans tabou. Si l’Inde n’annonce pas encore qu’elle s’associe à l’offre chinoise « Une ceinture, une route » (Nouvelles Routes de la soie), les deux pays vont aider l’Afghanistan, mais aussi le Népal, à en faire partie. Pour reprendre les mots de De Gaulle, l’idée d’« une entente, une détente et une coopération » entre deux civilisations vieilles de 5000 ans et représentant ensemble presque la moitié de la population mondiale, est aujourd’hui essentielle pour le monde entier.

Le plan de Lyndon LaRouche

JPEG - 59.1 ko
Lyndon LaRouche (de profil, à droite), lors d’un séminaire organisé par le Forum on Strategic and Security Studies (FSSS) à New Delhi, le 2 décembre 2008. C’est à cette occasion qu’il évoque pour la première fois son concept des "Quatre puissances".
Crédit : EIR

Réunification des deux Corées avec le feu vert américain, dialogue entre l’Inde et la Chine, rencontre entre le Président chinois et le Premier ministre japonais : qui l’aurait cru ?

Baignant, comme c’est notre cas en Occident, dans un environnement pessimiste où l’on fait croire que tout n’est que conflit et défense d’intérêts égoïstes à court terme, si tout cela nous semble un conte de fée, il existe un homme visionnaire qui n’a pas seulement pensé les solutions mais a consacré sa vie à les rendre possibles. Il s’agit de « l’ami américain » de Jacques Cheminade, l’économiste rooseveltien Lyndon LaRouche, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale dont la démarche en Occident n’a recueilli que mépris, ricanements et calomnies.

Par contre, là où il a trouvé, non pas une, mais des oreilles attentives, c’est en Russie et en Asie, particulièrement en Chine et en Inde. C’est en Inde, où il fut, avec son épouse Helga Zepp-LaRouche, l’hôte d’Indira Gandhi, qu’il évoque en décembre 2008 le concept d’un « accord entre quatre puissances » – Etats-Unis, Russie, Inde et Chine :

Vous avez des nations qui, par leur taille, sont de grandes puissances, bien que chacune à sa façon. En vérité, elles n’ont pas réellement de points communs, il s’agit de pays différents. Cependant, elles partagent une même caractéristique : ce sont des puissances majeures qui croient en l’Etat-nation, qui croient en la souveraineté (…)

Constatant le refus des Occidentaux de résoudre la crise bancaire systémique de 2008 en s’attaquant à sa cause principale, la spéculation, LaRouche, bien avant le lancement du groupe des BRICS en 2014, avançait déjà :

Ces quatre puissances, pourvu qu’elles arrivent à se mettre d’accord, peuvent être rejointes par d’autres pour former un bloc représentant la majorité du genre humain, qui dira : ‘Nous allons trouver une solution. Nous allons revenir à un système mondial d’Etats-nations souverains coopérant comme Franklin Roosevelt l’aurait souhaité, s’il était vivant. C’est notre seule chance.’ Ce groupe dira : ‘Nous allons prendre en main la crise. Nous allons stabiliser le monde en rétablissant les principes des accords de Bretton Woods. Nous allons stabiliser les monnaies (grâce à des parités fixes, bien qu’ajustables), et créer du crédit pour le développement. Nous allons faire ce qu’il faut pour la ou les deux prochaines générations, c’est-à-dire pour les 25 à 50 ans à venir. Nous allons effectuer, au niveau mondial, les investissements essentiels pour reconstruire l’économie physique’.

Sur le moment, ceux qui l’écoutaient prononcer ces paroles le croyaient bien naïf et utopiste.

Pour eux, il était « quasiment impossible de surmonter des différences aussi immenses que celles séparant l’Orient de l’Occident ».

JPEG - 66.1 ko
Lyndon LaRouche (cravate et chemise bleue) lors du 7e Forum mondial pour un Dialogue des civilisations, organisé en 2009 à Rhodes en Grèce et réunissant 500 personnalités d’une soixantaine de pays. Debout, à gauche, Helga Zepp-LaRouche.
Crédit : EIR

Deux ans plus tard, parlant à Rhodes, en Grèce, devant quelque 500 participants originaire d’une soixantaine de pays, au Forum pour le dialogue des civilisations de Rhodes (Grèce), LaRouche, après avoir repris l’essentiel de son concept, précisait : « La question est donc celle d’une décision politique. Pouvons-nous amener les Etats-Unis, sous une présidence améliorée (et elle en a drôlement besoin), la Russie, la Chine et l’Inde à se consolider en un groupe de pays qui, tout en respectant leurs différences, reconnaissent avoir un intérêt commun ? »

Parfois, il faut du temps pour que les idées lourdes fassent leur chemin. Et en effet, depuis 2013, avec le lancement par le président chinois Xi Jinping de l’initiative « Une ceinture, une route », cette « entente entre quatre puissances » est implicitement sur la table et au cœur de toutes les discussions diplomatiques. « Qui sera le dernier à rejoindre la Nouvelle Route de la soie, les Etats-Unis ou l’Europe ? », voilà la façon dont la problématique est désormais posée.

Depuis 2013, la Chine et la Russie n’ont cessé de se rapprocher en intensifiant leur coopération économique et militaire. Et personne n’ignore que le président Poutine, qui a fait célébrer l’anniversaire de Franklin Roosevelt en grande pompe en Russie, serait très heureux de voir enfin les Etats-Unis sortir du giron de la géopolitique britannique et s’engager dans des relations normales, cordiales et honnêtes.

Enfin, le fait que Trump, en dépit de ses défauts (et la liste est longue), cherche à construire une bonne relation avec la Chine, la Russie et l’Inde, est considéré par la City et Wall Street, mais également par tout un courant nationaliste américain, comme une menace à leur emprise sur les affaires du monde.

Comme l’écrivait dès janvier 2017 l’hebdomadaire britannique The Spectator, pour Londres Trump doit partir, être destitué ou assassiné. Et le FBI sait parfaitement comment s’y prendre.

En guise de conclusion, une citation récente d’Helga Zepp-LaRouche, qui a fondé l’Institut Schiller pour promouvoir ces idées, va droit à l’essentiel. Commentant la rencontre entre Xi Jinping et Modi, elle affirmait :

Je pense que nous sommes très proches d’un retournement spectaculaire de la situation et qu’un nouveau paradigme, celui de la fin de la géopolitique, peut émerger. Car ce qui motive la frénésie de l’ennemi à lancer toutes ces offensives (Russiagate, affaire Skripal, frappes militaires, etc.) est la volonté de maintenir l’ordre ancien, le statu quo, afin d’empêcher l’émergence de la Chine et de nourrir l’illusion qu’on pourrait provoquer, de l’extérieur, par des sanctions, un changement de régime en Russie. Or, cette perspective, alors que la planète tout entière se dirige sur une autre voie, vers une coopération gagnant-gagnant, est pure illusion ! Ceux qui, en Occident, organisent ces provocations, mais aussi le citoyen lambda, devraient se demander : à quoi ressemblera le monde d’ici 10, 20 ou 50 ans ? Soit nous aurons déjà eu une guerre mondiale ou nous y serons encore, soit nous vivrons sous un paradigme complètement différent qui fera passer, avant même l’intérêt national, ‘l’intérêt partagé pour l’avenir de l’humanité’, comme le formule Xi Jinping. Voilà la question existentielle pour l’humanité aujourd’hui. Et pour qu’elle puisse connaître une issue positive, vous ne devez plus vous contenter d’admirer le combat que nous menons mais vous y joindre pleinement.


[1Voir leur financement par les frères Alan et John Foster Dulles.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Le forum des 14 et 15 mai à Beijing sur la « Nouvelle route de la soie » nous rappelle que le monde est réellement en marche ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard