Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondPolitique
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Trahison des élites : ressuscitons « l’esprit de Philadelphie »

La rédaction
JPEG - 492.9 ko

Le 8 mai dernier, alors que nous fêtions les 65 ans de la victoire contre le fascisme, nos dirigeants se soumettaient au chantage des puissances financières en adoptant un plan de renflouement suicidaire de 750 milliards d’euros. Prêtant en gage aux financiers la vie de ses peuples, l’Europe est revenue à des politiques d’austérité de même nature et de même ampleur que celles de Brüning en 1932 et Laval en 1935.

JPEG - 27.1 ko
Signature de la Déclaration de Philadelphie à la Maison Blanche, Washington DC, le 17 mai 1944. Assis à gauche, le président américain Franklin Delano Roosevelt ; debout à droite, sa ministre du Travail Frances Perkins.

Le 10 mai 1944, deux mois après la publication du programme du CNR et deux mois avant la conférence de Bretton Woods, les représentants des pays membres de l’Organisation internationale du Travail (OIT) adoptaient la déclaration de Philadelphie, [1] affirmant que la Paix mondiale ne pourrait être gagnée que par la conquête économique d’une véritable justice sociale à laquelle sera soumis le financier.

La France combattante était partie prenante de cette déclaration, par l’intermédiaire notable du socialiste Adrien Tixier, ministre des affaires sociales du Comité français de libération nationale (CFLN) présidé par de Gaulle, aux côtés des Etats-Unis de Franklin Roosevelt et Frances Perkins.

Voici le texte de la déclaration (souligné par nous) :

La déclaration de Philadelphie

Déclaration concernant les buts et objectifs de l’Organisation internationale du Travail

La Conférence générale de l’Organisation internationale du travail, réunie à Philadelphie en sa vingt-sixième session, adopte, ce dixième jour de mai 1944, la présente Déclaration des buts et objectifs de l’Organisation internationale du travail, ainsi que des principes dont devrait s’inspirer la politique de ses membres.

I

La Conférence affirme à nouveau les principes fondamentaux sur lesquels est fondée l’Organisation, à savoir notamment :

  1. le travail n’est pas une marchandise ;
  2. la liberté d’expression et d’association est une condition indispensable d’un progrès soutenu ;
  3. la pauvreté, où qu’elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous ;
  4. la lutte contre le besoin doit être menée avec une inlassable énergie au sein de chaque nation et par un effort international continu et concerté dans lequel les représentants des travailleurs et des employeurs, coopérant sur un pied d’égalité avec ceux des gouvernements, participent à de libres discussions et à des décisions de caractère démocratique en vue de promouvoir le bien commun.

II

Convaincue que l’expérience a pleinement démontré le bien-fondé de la déclaration contenue dans la Constitution de l’Organisation internationale du travail, et d’après laquelle une paix durable ne peut être établie que sur la base de la justice sociale, la Conférence affirme que :

  1. tous les êtres humains, quelles que soient leur race, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales ;
  2. la réalisation des conditions permettant d’aboutir à ce résultat doit constituer le but central de toute politique nationale et internationale ;
  3. tous les programmes d’action et mesures prises sur le plan national et international, notamment dans le domaine économique et financier, doivent être appréciés de ce point de vue et acceptés seulement dans la mesure où ils apparaissent de nature à favoriser, et non à entraver, l’accomplissement de cet objectif fondamental ;
  4. il incombe à l’Organisation internationale du travail d’examiner et de considérer à la lumière de cet objectif fondamental, dans le domaine international, tous les programmes d’action et mesures d’ordre économique et financier ;
  5. en s’acquittant des tâches qui lui sont confiées, l’Organisation internationale du travail, après avoir tenu compte de tous les facteurs économiques et financiers pertinents, a qualité pour inclure dans ses décisions et recommandations toutes dispositions qu’elle juge appropriées.

III

La Conférence reconnaît l’obligation solennelle pour l’Organisation internationale du travail de seconder la mise en œuvre, parmi les différentes nations du monde, de programmes propres à réaliser :

  1. la plénitude de l’emploi et l’élévation des niveaux de vie ;
  2. l’emploi des travailleurs à des occupations où ils aient la satisfaction de donner toute la mesure de leur habileté et de leurs connaissances et de contribuer le mieux au bien-être commun ;
  3. pour atteindre ce but, la mise en œuvre, moyennant garanties adéquates pour tous les intéressés, de possibilités de formation et de moyens propres à faciliter les transferts de travailleurs, y compris les migrations de main-d’œuvre et de colons ;
  4. la possibilité pour tous d’une participation équitable aux fruits du progrès en matière de salaires et de gains, de durée du travail et autres conditions de travail, et un salaire minimum vital pour tous ceux qui ont un emploi et ont besoin d’une telle protection ;
  5. la reconnaissance effective du droit de négociation collective et la coopération des employeurs et de la main-d’œuvre pour l’amélioration continue de l’organisation de la production, ainsi que la collaboration des travailleurs et des employeurs à l’élaboration et à l’application de la politique sociale et économique ;
  6. l’extension des mesures de sécurité sociale en vue d’assurer un revenu de base à tous ceux qui ont besoin d’une telle protection, ainsi que des soins médicaux complets ;
  7. une protection adéquate de la vie et de la santé des travailleurs dans toutes les occupations ;
  8. la protection de l’enfance et de la maternité ;
  9. un niveau adéquat d’alimentation, de logement et de moyens de récréation et de culture ;
  10. la garantie de chances égales dans le domaine éducatif et professionnel.

IV

Convaincue qu’une utilisation plus complète et plus large des ressources productives du monde, nécessaire à l’accomplissement des objectifs énumérés dans la présente Déclaration, peut être assurée par une action efficace sur le plan international et national, et notamment par des mesures tendant à promouvoir l’expansion de la production et de la consommation, à éviter des fluctuations économiques graves, à réaliser l’avancement économique et social des régions dont la mise en valeur est peu avancée, à assurer une plus grande stabilité des prix mondiaux des matières premières et denrées, et à promouvoir un commerce international de volume élevé et constant, la Conférence promet l’entière collaboration de l’Organisation internationale du travail avec tous les organismes internationaux auxquels pourra être confiée une part de responsabilité dans cette grande tâche, ainsi que dans l’amélioration de la santé, de l’éducation et du bien-être de tous les peuples.

V

La Conférence affirme que les principes énoncés dans la présente Déclaration sont pleinement applicables à tous les peuples du monde, et que, si, dans les modalités de leur application, il doit être dûment tenu compte du degré de développement social et économique de chaque peuple, leur application progressive aux peuples qui sont encore dépendants, aussi bien qu’à ceux qui ont atteint le stade où ils se gouvernent eux-mêmes, intéresse l’ensemble du monde civilisé.


[1Lire à ce sujet L’esprit de Philadelphie : La justice sociale face au marché total d’Alain Supiot, aux Éditions du Seuil (2010). Lire aussi Les principes oubliés de l’antifascisme économique.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • XXX • 17/05/2010 - 11:39

    Cette déclaration d’intention de Philadelphie, n’a jamais été applicable scientifiquement, mais vous persistez à penser que c’est possible. Qu’importe !

    Vous m’avez entraîné à faire un long travail, non pas sur la science dont les solutions étaient viables hier, si les pouvoirs publiques les avaient appliquées il y a 70 ans déjà. Où seulement !
    Sur une comparaison, entre ce que vous préconisez aujourd’hui et ce qui l’avait été par d’autres il y a 30 ans, comme le temps passe !

    Il y a trente ans, l’Europe, tout en restant laïc, aurait pu s’inspirer de solutions qui tenaient la route, mais le système n’en a pas voulu, pas plus qu’il souhaite entendre ce que vous préconiser pour sauver « le bétail-humain », de l’holocauste nucléaire, vous avez lu Nietzsche, je suppose !

    Ce qui m’inquiète, personnellement, ce sont les gens qui ne méritaient pas de finir comme il va arriver à tous, ceux qui ne se prennent pas pour des dieux et qui pourtant, sont édifiants intellectuellement parlant. Ils ne sont pas des dieux et ils ne se prennent pas pour tel. Cela ne vous révolte pas, la prétention qu’ont certains de se voir tel un dieu, de voir le bétail-humain apparaître comme un dieu ? Ça devrait pourtant ! Mais ça n’a pas l’air de vous affecter, vous mettez les pieds dans des affaires qui vous dépasse.

    Si vous étiez arrivé au pouvoir, vous n’auriez pas mis trop de temps à vous en apercevoir.
    Salutations.

    Répondre à ce message

  • Michele • 10/05/2010 - 13:46

    UN HOLD-UP DE 957 MILLIARDS, LES EUROPEENS SONT RUINES !!!
    du 11 au 14 mai 2010 : ALLO LA TERRE ? UN PRET DE 957 MILLIARDS pour les 500 millions d’habitants de la zone euro, cela fait exactement 1,914 milliard par habitant (allez, 2 milliards avec les frais de dossier) et cela a fait peur à ma calculette tous ces zéros, au point que je me demande si je ne me suis pas trompé où s’ils ne sont pas tous ivres ces ministres des Finances... IL Y A UN SERIEUX PROBLEME. Est-ce qu’on peut m’expliquer comment c’est possible, même dilué sur 3 générations ? Quelqu’un quelque part devra payer... Sans planche à billets, ce plan est un suicide pur et simple... VOUS CONSTATEZ QUE LE PEUPLE N’A PAS ETE CONSULTE... On vous le pose tel quel, et après vous devrez payer... Fillon, 3 jours avant, a décrété l’austérité... Maintenant on comprend mieux. C’est les 700 milliards pris par Obama pour sauver Wall Street... Aujourd’hui c’est nous. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2010

    • thejoker • 10/05/2010 - 14:53

      il vaudrait mieux prendre un papier et un crayon qu’une calculette !
      plutot que 2 milliards par tête il s’agit de 2000 €...

      si c’est Jovanovic qui compte alors tout va bien ( à moins qu’il soit ivre..) nous avons un spécialiste des chiffres :))

    • ? • 10/05/2010 - 16:21

      750 milliard d’ euros divisés par 0,5 milliard d’ européens cela représente 1 500 € par personne et non pas 2 000 milliard...

      Il n’ y a qu’ un seul et unique mot pour désigner ce qui se passe, c’ est passé et se passera (même dans l’ hypothèse d’ un futur qui verrait le triomphe international des idées et du programme de Mr Lyndon Larouche Jr) :

      LA NÉVROSE

    • XXX • 11/05/2010 - 20:57

      957E12 Euros/50OE6 = 1 914 000 Euros soit 12 554 883 Francs.
      En toutes lettres pour ceux qui ne savent pas compter ça fait en Francs : 12 milliards cinq cent cinquante quatre mille huit cent quatre vingt trois Francs.
      Sinon voila ! Voili ! Voilou !

    • XXX • 17/05/2010 - 10:25

      Bonjour,
      je vous ai envoyé ce texte ci : 957E12 Euros/50OE6 = 1 914 000 Euros soit 12 554 883 Francs. En toutes lettres pour ceux qui ne savent pas compter ça fait en Francs : 12 milliards cinq cent cinquante quatre mille huit cent quatre vingt trois Francs. Sinon voila ! Voili ! Voilou !

      Puis quelques minutes après, je vous en renvoyais un autre, intitulé Errare humanum est, dans lequel un mot changeait ; c’est le mot milliard remplacé par million. Vous avez publié le mauvais texte. Vous n’avez pas vu ce qui changeait. Saurez-vous corriger pour que ce soit juste ? Je vous en remercie par avance.

      Pour que ça fasse 12 milliards, il manque 3 zéros. J’ai été influencé par le chiffre de la chute de la bourse de Wall Street qui était de 12 milliards.

    Répondre à ce message

  • pegasous • 10/05/2010 - 22:11

    BJR.... Ces gens qui piochent a qui mieux mieux dans les caisses des etats pour mener une Grande vie d opulence SAVENT tres bien ce qu’ils font..
    Une " tres Vielle femme " indienne avait deja annonce les choses qui se mettent en place .. elle avait predit que les Banquiers sont des Usurpateurs " des modestes biens des honnetes gens..
    Que les peuples vont se revolter .. le sang humain va couler .. les banquiers s’enrichir sur les avoirs des honnetes gens qu’ils auront ruines..
    Mais elle avait aussi annonce la VICTOIRE des peuples sur les brigands de banquiers et de politiciens .. elle avait annonce un monde ou le troc serai A nouvelle monnaie degagee des banquiers brigands..

    La vie s écoule .. et nous nous passons...
    Rien ni personne en pourra changer ce qui
    est deja ecrit.. o pourra seulement changer les modalites d applications et le tempo...
    Alors restons ZEN et suivons notre route...

    • Bertrand Buisson • 12/05/2010 - 16:04

      "Rien ni personne en pourra changer ce qui est deja ecrit" ???
      Mais c’est vous qui l’avez écrit !

      Sérieusement accepter l’idée que tout est joué d’avance c’est abdiquer sa propre souveraineté. Si vous refusez l’impérialisme, refusez sa manière de penser !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 10/05/2010 - 11:44

    Nos élites ? Lesquelles ?

    Celles qui sont "en responsabilité" comme elles disent ?

    Le problème est que ces gens-là en sont dépourvu.

    Le problème est que ces gens-là ignorent l’histoire récente du pays qu’ils croient diriger.

    Le problème est que ces gens-là ne sont pas libres car ils ont choisi de faire une carrière politique flattés dans leur ego par ceux qui les ont aidé à parvenir aux "postes" qu’ils occupent.

    Le problème de ces gens-là est que maintenant ils doivent "remercier" ces "financiers-amis".

    Le problème de ces gens-là est qu’ils savent ce qu’ils font : c’est à dire détruire les états-nations européens.

    Le problème de ces gens-là, est qu’ils n’ont même pas la conscience de ce qu’ils font subir au peuple tout simplement parce qu’ils ne pensent pas que ce sont aussi des hommes, et si ils le savent, de toutes façons, eux et le peuple ne sont pas du même monde ....

    • Volapuk • 12/05/2010 - 11:42

      Il est temps d’aller botter le cul à toute cette élite d’imcopétents ! Ceux qui naïvement continue à cautionner le système en le renflouant doivent aujourd’hui s’expliquer. Les autres doivent être jugé comme collaborateur du multi-fascisme et ennemi de tous les peuples.
      Alors que les patriotes Américains semblent se reveiller, il faut encore une fois dans l’histoire que le peuple Français s’oppose à l’Impérialisme Européen !!! C’est une nécessité vitale...

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Roosevelt, ou comment gagner la bataille contre Wall Street et l’impérialisme britannique

2 octobre 2007
Histoire
Roosevelt, ou comment gagner la bataille contre Wall Street et l’impérialisme britannique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard