X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondScience
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Le transport souterrain de marchandises, une idée qui creuse son chemin

PNG - 65.9 ko

C’est un rêve ancestral de l’humanité, visualisé pendant la Renaissance par quelques croquis de Léonard de Vinci : aménager de vastes sous-sols pour le transport des biens. Si de l’eau potable, des eaux usées, du gaz ou du pétrole peuvent être transportés au travers de pipelines, alors pourquoi pas les biens de consommation ? Certains pays d’Europe se penchent sur le transport de biens de consommation par le biais de réseaux automatisés souterrains, un cinquième mode de transport à côté de la route, du rail, de l’air et de l’eau.

Nul besoin d’un diplôme de Polytechnique pour comprendre que pour échapper aux bouchons de la surface, il n’existe que deux directions. Soit on part en hauteur (avions, voies sur pylônes), soit on descend au sous-sol.

L’idée d’envoyer des marchandises à travers des tubes est donc tout, sauf nouvelle. Dès la deuxième moitié du XIXème siècle, des systèmes de transport pneumatique pour le courrier et de petits colis sont devenus assez communs dans la plupart des villes du monde.

Dans ces réseaux de poste pneumatique, des capsules sont propulsées par des moyens de pression d’air à travers des tubes, pour atteindre une vitesse d’environ 35 km/h. Paris et Berlin ont ainsi plus de 400 kilomètres de réseaux qui ont été en service jusqu’à la fin du XXème siècle. A Prague, le système pneumatique a même été utilisé jusqu’en 2002, date à laquelle il a été endommagé par une inondation. Aux États-Unis, cette technique a été abandonnée dans les années 1950, en faveur des camions et des nouvelles technologies de la communication. A Paris, le système, qui est principalement situé dans les égouts, est devenu très sophistiqué au fil du temps, avec des tubes de plus grand diamètre et l’introduction de deux voies de circulation et d’une navigation automatique. Ces systèmes pneumatiques pouvaient livrer les objets physiques, ce qui est difficile à faire avec le courrier électronique ou toute autre technologie automatique aujourd’hui en usage.

Depuis les années 1960, plusieurs tentatives ont été faites, sans pouvoir aboutir, pour développer des tuyaux pneumatiques avec un diamètre plus grand, car le principe garde tout son intérêt, surtout lorsqu’on constate qu’aujourd’hui, à cause de la congestion du trafic routier, un courrier par camion nécessite beaucoup plus de temps pour être livré qu’un colis passant par les systèmes pneumatiques du XIXe siècle. Un comble !

JPEG - 22 ko

Pour le fret, rappelons le cas de Chicago, une ville construite en un temps record. Initialement destinés à faire passer les lignes téléphoniques, 97 km de tunnels souterrains furent aménagés dès le début du XXème siècle.

Très tôt, ces tunnels permettaient aux fournisseurs de marchandises de faire circuler de petits trains livrant en temps voulu charbon, colis et marchandises, à l’abri des bouchons et des feux rouges.

Aujourd’hui, c’est surtout dans des régions fortement peuplées que l’idée progresse. L’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse sont les plus proches de la mise en œuvre d’un réseau souterrain de logistique. Ce n’est pas une coïncidence. En dépit de leurs vastes réseaux routiers, ces pays sont confrontés à une énorme surcharge de trafic. En effet, trois des dix ports les plus importants du monde – Hambourg, Rotterdam, Anvers – sont situés à seulement quelques centaines de kilomètres les uns des autres. Et les choses vont certainement s’aggraver, car les ports souhaitent continuer l’expansion de leurs capacités de manutention de conteneurs. Ainsi, dans les trois pays, le transport de marchandises par route devrait au moins doubler en 2020, ce qui menace d’obstruer totalement à la fois les infrastructures routières existantes et celles à venir.

En Allemagne, l’équipe interdisciplinaire du professeur Dietrich Stein de l’Université de Bochum, au cœur de la Ruhr (Rhénanie du Nord-Westphalie), a développé depuis 1998 le concept de CargoCap pour le transport de marchandises à courtes et moyennes distances (jusqu’à 150 km) dans les grandes zones urbaines.

JPEG - 76.3 ko

Il s’agit de milliers de petits wagons, capables chacun de transporter deux « palettes Europe » (800mm x 1200mm), qui s’apparentent à des capsules et qui circuleraient 24 heures sur 24 dans un réseau largement ramifié de tubes souterrains reliant de nombreuses stations. Une fois arrivées à destination, une ou plusieurs capsules se dirigeraient automatiquement vers une station de chargement et de déchargement, elle aussi automatique. Un grand pas vers la réalisation du système a été franchi en 2006, avec la création d’une ligne modèle de 125 m de long à l’échelle 1:2.

Présent à la conférence de l’Institut Schiller organisée à Kiedrich en septembre 2007, Holger Beckman, de la société Stein und Partner, qui commercialise le CargoCap, a indiqué qu’un tracé de 80 km allant de Dortmund, dans l’Est, jusqu’à Duisburg, sur le Rhin, a été étudié.

JPEG - 10.9 ko

Les progrès techniques accomplis depuis quelques décennies dans le domaine des microtunneliers permettent aujourd’hui de creuser des tunnels de 2m de diamètre sans perturber les activités humaines à la surface. Si pour l’instant les chariots avancent sur des roulettes à 40-50 km à l’heure, on peut envisager l’utilisation du coussin d’air (aérotrain) ou de systèmes tubulaires électromagnétiques (Swissmetro), une technique qui dans l’avenir pourrait être utilisée pour atteindre des vitesses beaucoup plus élevées.

En mai 2009, les grands experts suisses en logistique se sont eux aussi penchés sur l’idée d’un réseau de tunnels, baptisé Swiss CargoTube, qui traverserait la Suisse et pourrait décongestionner le trafic de marchandises. L’idée est née en 2001 à la Fachhochschule Nordwestschweiz (haute école spécialisée du Nord-ouest de la Suisse). Il s’agit d’un tunnel d’environ quatre mètres de diamètre, percé entre vingt et soixante mètres de profondeur. Des wagons automatiques pourraient y circuler dans les deux sens sur des voies séparées, à une vitesse constante et relativement peu élevée. Une troisième voie servirait, dans les terminaux, au chargement et au déchargement des conteneurs renfermant les marchandises. Liaison efficace entre les centres de logistique et de distribution de Suisse orientale, de la zone Olten-Oensingen et de Suisse romande, Swiss CargoTube constituerait l’ossature des flux actuels de marchandises sur l’axe principal est-ouest. Pour couvrir, à terme, tout le territoire suisse, des liaisons transversales (également souterraines) devront être réalisées à moyen terme dans le sens nord-sud, et donneront naissance à d’autres tubes s’enfonçant dans les vallées.

JPEG - 110.1 ko

En Belgique, les responsables du port d’Anvers défendent un projet appelé « Underground Container Mover ». Composé d’un convoyeur à moteur électrique de 21 kilomètres, il serait capable de convoyer d’une rive de l’Escaut à l’autre quelque 5500 conteneurs par jour.

Les Pays-Bas ont quant à eux examiné la possibilité d’un réseau logistique souterrain (Ondergronds Logistiek Systeem, OLS), couvrant l’ensemble de leur territoire, basé sur des maillons de 50000 habitants. Initialement conçu pour relier Aalsmeer, le plus grand marché de fleurs d’Europe, avec l’aéroport d’Amsterdam, Schiphol, le projet suggère même de relier le port de Rotterdam avec celui d’Anvers en Belgique et pourrait desservir des milliers de points de livraison, offrant une distance maximale de marche de 750 mètres aux habitants, pour aller chercher leurs marchandises.

Ces concepts offrent des possibilités passionnantes. Les marchandises peuvent être transportées de l’usine aux magasins, de site de production en site de production, et même des magasins aux consommateurs. A long terme, l’infrastructure pourrait devenir si complexe que les marchandises pourraient être livrées à des maisons individuelles : vous commandez quelque chose sur Internet et vous le ramassez à travers une trappe dans votre cave le lendemain matin !

Mais même sans une trappe dans la cave, les avantages sont étonnamment grands. Les camions sont en effet une cause importante de bruit et de pollution de l’air. Ils entraînent de graves accidents de la circulation, ils consomment beaucoup de carburant et ils exigent beaucoup d’espace. Automatique, le système de transport souterrain réduit fortement ces problèmes.

Les avantages économiques sont réels, car les marchandises peuvent être livrées plus rapidement et à flux constant. Les camions, quant à eux, doivent attendre aux feux de circulation et peuvent être coincés pendant des heures à cause des embouteillages ou des conditions météorologiques. Un conducteur a également besoin de se reposer, faute de quoi des accidents se produisent fatalement. Pour les entreprises, ce n’est pas la vitesse qui est vitale, mais la fiabilité des livraisons. Avec l’automatisation des infrastructures, il est possible de prévoir très précisément lorsque les marchandises arrivent. Cela permet aux entreprises de réduire le montant des entrepôts. En fait, dans un tel système, les chaînes d’approvisionnement deviennent physiquement reliées les unes aux autres.

Dernier point, mais pas des moindres, le transport automatisé est moins onéreux : la livraison est plus fiable, fait appel à une main d’œuvre plus qualifiée et ne consomme pas d’hydrocarbures. D’après les responsables de CargoCap, un conduit double, c’est-à-dire à deux voies, coûterait quelque 3 millions d’euros par kilomètre. A titre de comparaison, un kilomètre d’autoroute coûte de 13 à 15 millions d’euros, et pour un tunnel, le coût est vingt fois plus important. Autre comparaison, le rail d’un train à grande vitesse atteint 15 ou 18 millions d’euros au kilomètre.

L’éternel obstacle, nous dit-on, reste le coût initial. Les Néerlandais ont calculé en 1998 que leur réseau leur coûterait environ 60 milliards d’euros. Le projet a donc été liquidé en silence ! Néanmoins, les chercheurs ont également calculé que l’extension de l’infrastructure routière coûtera de toute façon presque autant : coûts de maintenance, salaires des chauffeurs, réparations des routes, coûts externes (pertes dues à des embouteillages, accidents et maladies liées à la pollution), sont tous beaucoup plus élevés avec un réseau routier.

Le développement d’un système de transport souterrain, autant que le développement de transports rapides du type aérotrain, exige un investissement initial et les résultats ne sont pas immédiats. Or, le système financier actuel, orienté exclusivement vers un court terme financier et la spéculation, bloque tout investissement au service du futur. A contrario, dans le cadre d’une politique de crédit productif public, défendue par Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et Jacques Cheminade en France, ce type de révolution axiomatique deviendrait la règle.


Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard