Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondScience
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

L’Inde veut le nucléaire au thorium

JPEG - 65.2 ko

Une opposition sourde, venant de l’administration et de certains lobbies américains, fait face au désir indien de développer la filière nucléaire au thorium. Il sera intéressant dans la période à venir de suivre par quels organes de propagande cette interdiction larvée va prendre forme : est-ce par les mouvements écolos, de défense des droits de l’homme, des lobbies pétroliers proposant des tarifs attractifs, une déstabilisation interne comme vous pouvez en lire l’histoire de certains succès dans le livre « confessions d’un tueur à gage économique », et que Mme Gandhi à déjà subi ? Bref, il y a plusieurs manières de faire et certaines pourront l’être faites simultanément.

C’est à vous de garder l’œil sur l’affaire, comme M. LaRouche (voir ici et ici) et tous les amis de l’Inde le font.

Mais quel est l’intérêt de cette filière et quel avantage particulier l’Inde peut en tirer ?

Pour entretenir une réaction nucléaire de fission continue, il faut disposer de noyaux qui deviennent instables [1], quant ils reçoivent des neutrons. Parmi les éléments que la nature nous fourni, il y a l’uranium qui a cette caractéristique. Il existe aussi des noyaux artificiels qui ont cette propriété. Le plus connu est le plutonium, un déchet des réacteurs de première et deuxième génération. Son maniement est plus délicat car son instabilité est grande. Comme il est extrait des barres de combustibles usées ayant séjourné au cœur des réacteurs, il y a beaucoup de radioactivité dangereuse qui nécessite des usines très spécialisées et performantes.

GIF - 11.5 ko

Le thorium, lui est stable du point de vue nucléaire, et se présente comme un simple minerai. Par contre on peut le muter en uranium fissile dans le cœur des réacteurs. Vous faites ainsi ce que les alchimistes cherchaient à une époque en voulant transformer le plomb en or.

L’uranium généré à partir du thorium n’est pas le même que celui d’origine naturelle, c’est un isotope (voir économie isotopique), et cet uranium ne donne pas les mêmes déchets après usage. En fait ses résidus sont moins radioactifs (300 ans au lieu de 10.000 pour les cycles à uranium enrichi). D’où un intérêt certain. En plus ils ne se prêtent pas du tout à une dissémination terroriste.

Le thorium est aussi un candidat idyllique pour les réacteurs à sels fondu. Dans ce type de réacteur, les produits entrant dans la réaction se présentent sous forme chimiquement très stable de fluorures. Ils gardent leur stabilité au-delà de 1.000°C ! Sachant que techniquement il s’agit d’une réaction en chaîne à neutrons lents, son pilotage est facile et sûr.

Miniaturiser un tel équipement est tout à fait possible au point que le laboratoire américain d’Oak Ridge envisageait dans les années 1950 des avions avec de tels moteurs nucléaires !

Le thorium est disponible aux quatre coins du monde et n’est pas d’un grand usage métallurgique. Il a donc un avantage économique et stratégique contrairement au pétrole et à l’uranium.

Pourquoi l’Inde devrait y avoir quelque intérêt ?

JPEG - 62.5 ko

L’Inde s’était équipée de réacteur Candu. Il s’agit de réacteurs à uranium naturel et eau lourde. Cette technologie canadienne produit des réacteurs pas très efficaces, mais permet d’acquérir la technologie nucléaire sans avoir toutes les compétences et tous les équipements qu’exigent les autres filières. Il s’agit aussi de réacteurs à neutrons lents dont on connait l’aisance de pilotage. Elle a permis au sous continent d’orienter ses mathématiciens vers les modélisations physiques ; d’où une école indienne inégalée, formant accessoirement les meilleurs éléments de la Silicon Valley, le cœur de l’électronique américaine. Ils ont constitué une école nucléaire solide et ils ont construit des équipements de recherche fondamentale à la hauteur. Ils avancent ainsi dans les domaines nucléaire et spatial et ne sont pas en reste ni en biologie ni en nanotechnologie. Pour que l’Inde puisse assurer son développement il lui faudra consommer beaucoup d’énergie. Mais étant donné qu’il n’est pas un gros producteur pétrolier, il doit acquérir une autosuffisance, chose qui ne peut avoir lieu qu’en développant sa filière énergétique. L’Inde qui maîtrise déjà la technologie du Candu, à neutrons lents, a un très grand avantage à convertir ses équipes vers les réacteurs au thorium vu que ce dernier est fissile aux neutrons lents, et c’est légitimement qu’elle vient de décider la construction d’un prototype de réacteur à eau lourde fonctionnant au thorium. Alimenter ses usines ne posera pas le moindre problème car le minerai est exceptionnellement disponible dans le pays. Il y gagnera en liberté. Dans une douzaine d’années une version commerciale devrait entrer en service. Elle deviendra leader mondial dans ce type de filière vu que la communauté internationale ne se la dispute pas, malheureusement.

En réalité, je pense que cet aveuglement sous tend une stratégie d’oligopole nucléaire de la part des occidentaux. Ces exportateurs ne veulent fournir que de grosses unités pour écouler leur filière uranium complexe et très policée, et surtout pour vendre quelque chose de très compliqué difficilement acquérable (à la manière du Windows de Bill Gates).

Est-ce que cette filière nationale est potentiellement prometteuse ?

Comme nous l’avons dit plus haut, si on songeait il y a un demi-siècle à utiliser de tels réacteurs miniaturisés pour faire voler des avions, on peut certainement les utiliser dans la forme de petites centrales pour des cités d’un quart de millions d’habitant pour subvenir aux besoins criants en eau, électricité, et chaleur.

En plus, d’un point de vue environnementaliste, si l’on s’y prend bien au départ, on peut concevoir une filière dont les déchets radioactifs seront moins dangereux que ceux que l’on trouve dans les terrils de charbon ! D’autre part leur pilotage sur site peut être entièrement télécommandé. D’où une certitude de mise aux dernières normes. De tels réacteurs au thorium peuvent être miniaturisés, au point d’être préfabriqués et démantelés en usine avant livraison, tout en s’assurant d’une surveillance étatique des circuits de contrôle et d’exploitation.

La perspective de réacteurs aux sels fondus, et à cycle fermé de refroidissement à hélium, offrira une gamme de collaborations internationales possibles sans risque de perte de contrôle d’autonomie.

Exporter ces petits réacteurs rouvrira un type de diplomatie entre pays misant sur le progrès de leurs jeunes élites. Je crois très intelligent pour l’Inde de retrouver ici un moyen d’une politique de coopération dont elle a été le porte drapeau, face à H. Kissinger et aux britanniques, au sein du Mouvement des Non Alignés.

PNG - 125.3 ko

[1L’instabilité nucléaire comme base de la réaction nucléaire :

GIF - 3.7 ko

Du point de vue nucléaire, les atomes sont ordinairement stables. On ne peut rien faire avec eux. Certains sont instables, et explosent rapidement, ils ne sont pas bien maîtrisables et sont dangereux car lors de leur explosion ils émettent de la radioactivité.

D’autres enfin sont métastables, une pichenette les fait se désintégrer. On peut donc les commander. Les neutrons sont notre pichenette atomique. Vous frappez un atome d’uranium avec un neutron et il explose. En explosant il se casse en morceaux dont plusieurs neutrons. Si vous ordonnez bien vos atomes d’uranium et domestiquez vos neutrons, vous pouvez faire en sorte de créer une chaîne de réactions où un des derniers neutrons produit lors de la désintégration, fournit la pichenette de l’atome suivant. On fait cela dans une centrale nucléaire.

Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard