Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondScience
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Le laser sera l’outil de l’ouvrier « isotopique » du futur

JPEG - 55.5 ko

Vous ne l’avez pas remarqué mais la NRC, l’organisme de contrôle américain du nucléaire (Nuclear Regulatory Commission) vient d’autoriser la construction d’une usine d’enrichissement d’uranium par laser.

Or, il s’agit d’une première révolutionnaire du point de vue industriel. Elle est issue d’une invention des années 1960, puis d’une découverte d’un procédé par des Australiens, et elle vient de franchir le pas des laboratoires pour passer à la dimension de la société.

Les bouleversements à prévoir dans l’industrie chimique

L’industrie chimique est une industrie lourde ; moins que l’industrie pétrolière certes, mais lourde quand même. Une des tâches qui se font dans ces grandes tours cylindriques que l’on voit enguirlandées en permanence est l’extraction ou la distillation d’un produit composé en ses éléments simples. Et ce travail de séparation est très délicat, complexe souvent, et énergivore.

Pour rendre le travail plus dingue, il existe des produits qui ont la même composition chimique mais qui n’ont pas la même architecture interne. On parle alors d’isomères ; et pour pouvoir les séparer il faut alors mettre en œuvre des séries prodigieuses de réactions chimiques. Cette complexité a abouti légitimement à la domination des grosses entreprises, qui seules pouvaient se payer à la fois la recherche et l’industrialisation des procédés découverts. L’industrie chimique est devenue très lourde au fil du temps, mais un retournement spectaculaire se pointe à l’horizon.

De l’économie du pétrole à l’économie isotopique

Les connaissances de l’homme ont aussi évolué vers l’infiniment petit : vers l’intérieur même de l’atome, et l’on parle alors de science atomique, en plus de la chimie qui se limite aux arrangements entre les atomes ; et plus récemment vers la zone intermédiaire où se situent les nanotechnologies. Ce dernier corps de science traite des petits paquets de quelques atomes ; on reste dans la chimie mais on sent déjà l’influence de modes d’actions propres au nucléaire.

A l’image des jumeaux chimiques que sont les molécules isomères, il y a les isotopes, qui sont les jumeaux au niveau nucléaire. A quoi ressemblera l’entreprise type qui déploiera les connaissances déterrées à ces dimensions ? Comme la chimie, le nucléaire suggère les très grandes usines ; mais l’apparence est trompeuse, car l’industrie nucléaire est perçue au travers de l’électronucléaire et l’armement, qui sont de très grande dimension. Mais songez plutôt à la médecine nucléaire ou aux traceurs isotopiques, dans la géologie ou l’agriculture. Ce domaine est l’apanage d’unités petites et très spécialisées. Je crois profondément que l’ère nucléaire ne fait que commencer ; et comme dans toute ère historique, les premières croissances se font par la taille, les plus puissantes se font ensuite par l’intimité de la science en jeu. C’est le cas ici. Et demain l’économie du nucléaire sera tirée par l’économie isotopique.

Comment séparer des jumeaux atomiques

JPEG - 48.6 ko
Trouver le poussin noir avant l’éclosion des œufs.

Comment sépare-t-on les jumeaux de taille atomique, les isotopes ?

Les besoins du militaire et de l’électronucléaire ont abouti à la création de la filière industrielle de l’enrichissement de l’uranium.

Etudions ce cas. L’uranium naturel, celui qui est extrait des mines, n’a pas une proportion suffisante d’uranium-235 pour intéresser l’industrie : Le jumeau U235 est trop peu représenté par rapport au U238. Il faut donc diminuer la proportion d’U238 et donc séparer partiellement les deux types d’atomes.

Les procédés de séparation actuels en phase gazeuse

La différence de masse infime entre les deux jumeaux est suffisante pour pouvoir séparer l’U235 de l’U238. Cela se fait avec un composé chimique gazeux, et il faut répéter des milliers de fois l’opération pour que le mélange soit enrichi en U235. Le mélange passe de la proportion naturelle de moins de 1% à 4% ! Ce travail est très lourd et il consomme énormément d’électricité, presque la production d’une centrale électrique à lui seul ! Le procédé historique est l’enrichissement par diffusion gazeuse, tandis que le plus récent, qui fait parler de lui à travers l’Iran, est la centrifugation gazeuse.

La convergence de la chimie, du nucléaire et de l’optique

La révolution qui pointe son nez est celle-ci : hormis la différence de masse entre les jumeaux, existe-t-il une autre caractéristique physique plus sensible qui les différencient ? La réponse est négative à l’état stable.

Cependant, les chercheurs ont trouvé un moyen d’exciter un seul des deux jumeaux. Ceci se passe à l’échelle de l’atome et plus précisément au niveau des électrons qui tournent en permanence autour du noyau : on sait exciter certains électrons jusqu’à ce qu’il sautent à l’étage supérieur, puisqu’il existe de tels étages. On sait qu’en les laissant tranquilles les électrons reviendrons à leurs étage initial.

Le secret dévoilé par une découverte des années 1960 est que dans une configuration précise, l’instabilité provisoire est différente selon le noyau U235 ou U238. Si l’on recrée les conditions exactes de cette instabilité d’une manière continue, alors on pourra sélectionner un jumeau et pas l’autre. Il faudra vite extraire celui qui est excité, mais cela est relativement plus facile. Au bout du compte, l’opération de séparation sera beaucoup moins énergivore. Mais que de science et de technique mobilisées en même temps !

JPEG - 148.1 ko
Brevet d’invention n° 1.391.738 déposé le 21 octobre 1963 par Jean Robieux et Jean-Michel Auclair.

Le 21 octobre 1963, le brevet d’invention n°1391738 a été déposé pour un « Procédé de séparation isotopique », « ayant pour objet un procédé et un dispositif permettant d’ioniser sélectivement un composé gazeux isotopique ». A l’origine du brevet, le chercheur de génie Jean Robieux, le « père de la fusion par laser », qui nous avait honoré de sa présence avec un bel exposé lors d’une assemblée générale de Solidarité & Progrès en 2010.

Une nouvelle révolution technique

Pourquoi tant remarquer un nouveau mode d’enrichissement de l’uranium ? Parce qu’il s’agit de la première application industrielle d’une caractéristique optique de l’atome. Car le saut des électrons d’un étage à l’autre se traduit à l’extérieur par une émission lumineuse, une fluorescence. Le choix d’un mode d’excitation plutôt qu’un autre se fait par des lasers. Le cortège des électrons et leur état est aussi ce qui conditionne les réactions chimiques entre les molécules.

Le domaine de la chimie optique est précisément celui dont les réactions sont provoquées par la lumière. Fondamentalement, la nature nous offre une centaine d’atomes de base, mais nous avons en réalité plus de mille atomes différents si l’on tient compte des isotopes ! Le tableau de Mendeleïev organise bien ces différences. A ce jour l’économie humaine ne pouvait intégrer cette générosité car nos moyens techniques n’étaient pas à la hauteur du défi.

L’annonce de cette première industrielle ouvre une nouvelle ère, et le monde nouveau qui s’ouvre à nous est vaste. Ce qui vient d’être accompli l’a été au niveau de l’atome, mais en fait les chimistes savent que cela vaut également pour le niveau plus complexe des molécules, et celui encore plus complexe des groupements spécialisés de molécules. On pourra donc provoquer, par des lasers, des réactions qui ne pouvaient se faire jusqu’à maintenant que par la mise en œuvre d’autres composés, qu’il fallait ensuite éliminer. Cela se fait couramment dans la pharmacie, mais c’est lourd et cher pour l’industrie chimique.

Prenons l’exemple du butane. C’est un gaz qui sort du sol avec le gaz naturel. Si le butane ne sert qu’à chauffer, son jumeau chimique ou isomère, l’isobutane, est très prisé dans l’industrie des plastiques. La chimie optique changera le butane standard en son isomère et on aura, en quelque sorte, transformé du plomb en or.

En biologie l’apport des isomères est certain, car la forme elle-même de ces molécules complexes rend le produit actif ou non. Aujourd’hui, il faut utiliser d’autre molécules très spécialisées pour tordre dans le bon sens la molécule visée. Les lasers pourront faire le boulot sans polluer le milieu de composés inutiles en bout de processus.

Enfin, le domaine des nanotechnologies est si petit que l’onde lumineuse est de toute évidence la main qu’il faut à ces dimensions de l’extrême petitesse. Les quantités de produit mises en œuvre pourront être faibles, et les lasers sont déjà très miniaturisés. Ainsi, la perspective s’ouvre à des entreprises d’un ou quelques chercheurs innovants, loin des conglomérats actuels.

Nucléaire, chimie, optique, nanoscience : quatre domaines d’intervention dans le très petit qui viennent de s’octroyer un outil de base. Avant on ne disposait que de la pierre taillée, maintenant on a une pince, un marteau et un tournevis. Ce n’est pas la boite à outils complète, mais la profession est crée.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Jean Robieux, la science au service du peuple

5 juillet 2011
Actualité
Jean Robieux, la science au service du peuple

Jean Robieux nous a quitté, son engagement pour la science et le progrès social demeure

19 juin 2012
Actualité
Jean Robieux nous a quitté, son engagement pour la science et le progrès social demeure

Transition énergétique : pour une vraie révolution industrielle

8 septembre 2013
Science
Transition énergétique : pour une vraie révolution industrielle

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard