Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondScience
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Mars, le lac Tchad et la bactérie

JPEG - 616.7 ko
L’idée est venue lorsqu’en août 1987, quelques micro-algues réussissent à faire leurs preuves lors d’un voyage à bord d’une sonde spatiale chinoise.
Crédit : ESA

Pour les formalistes, le paradoxe doit sembler de taille : « quel lien peut réunir l’exploration de Mars, un centre de recherche sur le nucléaire en Belgique, le lac Tchad et les problèmes alimentaires frappant l’Afrique ? ».

Pourtant, la réponse est d’une simplicité éclatante : il s’agit de la cyanobactérie de type Arthrospira, connue sous le nom de « spiruline » ! Pour vous permettre de comprendre, reprenons un par un les points abordés.

Espace

JPEG - 54.9 ko

Parmi les nombreux défis à surmonter pour envoyer un homme dans l’espace, ceux de son alimentation et de ses déchets.

Il faut savoir que pour survivre, chaque humain a besoin, en moyenne, d’1 kg de nourriture par jour auquel il faut rajouter 1 kg d’oxygène et 3 kg d’eau (sans compter les eaux d’hygiène et de lavage).

Ainsi, pour des missions de longues durées dans le désert, dans l’espace ou sur le pôle nord, c’est donc de tonnes de consommables qu’il s’agit. D’où l’idée des grandes agences spatiales d’inventer des systèmes capables de les produire et de les recycler lors du trajet ou en vase clos dans des environnements « hostiles ».

La bactérie

Parmi les projets en cours, le projet MELISSA (Micro-Ecological Life Support System Alternative), lancé en 1989 par l’Agence spatiale européenne (ESA). Scrutant les merveilles de la création, les chercheurs ont eu l’idée d’utiliser un ensemble de bactéries et de plantes afin de récupérer le dioxyde de carbone et les déchets de l’équipage pour en faire de l’air respirable et de la nourriture.

Pour réaliser le projet MELISSA, l’ESA travaille avec de nombreux centres de recherche sur le continent. Parmi eux, le centre de recherche nucléaire de Mol (SCK-CEN), à 50 km d’Anvers en Belgique, travaille depuis plusieurs années sur la culture, en conditions extrêmes, de la spiruline, une cyanobactérie (un embranchement de bactéries autrefois appelée « algue bleu-vert ») pressentie pour être utilisée essentiellement comme nourriture et comme génératrice de di-oxygène , consommés par les astronautes lors des missions à longue durée nécessitant une certaine autonomie.

JPEG - 96.5 ko
Récolte de spiruline au Tchad.

La spiruline n’est donc pas vraiment une plante mais une forme de vie bactérienne, pour la facilité baptisée « micro-algue ». Cependant, sans être une plante, elle est capable de photo-synthèse, la chlorophylle étant un de ses nombreux pigments.

La spiruline existe depuis 3,5 milliards d’années mais ce n’est que dans les années 60 qu’un botaniste belge, Jean Léonard, l’a redécouverte. Il ne comprenait pas pourquoi une tribu du lac Tchad était mieux portante que d’autres et a découvert que ses membres mangeaient de la spiruline, qui pousse spontanément dans les eaux du lac. A l’autre bout du monde, un des soldats du général espagnol Cortez en décrit, au XVIe siècle, la consommation chez les Amérindiens.

L’Afrique

Pleine de vertus pour la santé (protéines, vitamines, fer, béta-carotène, oligo-éléments, etc.) la spiruline est présentée comme l’aliment le plus riche, après le lait maternel. Paradoxalement, ce sont les lacs salés du Tchad qui fournissent chaque année 400 tonnes de ce complément alimentaire qui prévient la malnutrition infantile.

C’est pour cela que l’ONG Antenna Technologies France œuvre à la création de fermes de spiruline pour lutter contre la malnutrition des enfants en Afrique. « Nous, ce qu’on voudrait, c’est que les gouvernements locaux s’intéressent un peu plus à la spiruline qui, en plus d’être un excellent nutriment, permet également de créer des emplois et de créer des activités. Au Togo, ils font des jus ananas-spiruline. Ça peut être introduit dans des laitages, dans une alimentation quotidienne et régulière en fait », avance Diane de Jouvencel, déléguée générale de l’ONG.

Un complément alimentaire intéressant, la spiruline

Source : ATF.

  • Efficace : 1 à 3 grammes de spiruline par jour pendant 4 à 6 semaines suffisent à rétablir un enfant malnutri.
  • Solution locale et durable : le complément alimentaire est produit et distribué localement.
  • Solution autonome : les fermes de spiruline, une fois autonome, crée des revenus pour la population locale.
  • Production simple et maîtrisée.
  • Un rendement élevé (entre 5 et 6 grammes de produit sec par jour et par m²).
  • Rapportée à la quantité de protéine produite, la spiruline requiert très peu d’espace (15 fois moins que la canne à sucre, 20 fois moins que le soja et 250 fois moins que le riz).
  • La culture de la spiruline requiert très peu d’eau (3 ou 4 fois moins que le soja, 5 fois moins que le maïs et 40 fois moins que le bœuf).
  • Avec une formation adéquate et le renforcement des capacités, la production décentralisée, la transformation et la distribution de la spiruline peut être organisé comme une petite entreprise pour les femmes.
  • Conservation et distribution faciles.

La Chine, qui fournit 50 % des 5000 tonnes de spiruline sèche produites dans le monde en 2013, l’a déclarée aliment d’intérêt national et, ce malgré l’absence d’étude clinique officielle. Et les victoires obtenues par les ONG dans la lutte contre la malnutrition des enfants des pays pauvres, ont convaincu l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) de recommander sa production et son utilisation.

Pour le Pr Hamid Aït Abderram, directeur adjoint du SCK-CEN de Mol en Belgique, il est apparu que favoriser la culture de la spiruline en Afrique représente un intérêt universel. Membre de l’association « Entrepreneurs pour entrepreneurs », son centre participe au projet « Inspiration ». Il s’agit d’équiper une cinquantaine de familles du Congo avec des petites unités de production de spiruline. Les chercheurs du centre accompagneront pendant trois ans les producteurs et suivront l’impact sur la santé des consommateurs. A la fin, les installations reviendront entièrement aux mains des populations locales.

L’harmonie de l’univers

Cette belle histoire ne devrait pas nous étonner. Après tout l’univers n’obéit-elle pas à une harmonie étonnante qui nous réserve plein de surprises ? Car loin du pessimisme et de la pensée pragmatique qui font tant de ravages, il ne s’agissait pas de devoir choisir cruellement entre d’un coté « nourrir les gens sur Terre », et de l’autre « aller dans l’espace ».

JPEG - 125.9 ko

Car développer les cultures de spiruline, c’est donner les moyens aux populations africaines de faire reculer la sous-alimentation qui frappe des millions d’enfants. Et pour les chercheurs de l’ESA, c’est essentiel pour préparer l’avenir de l’homme dans l’espace.

Cette bonne volonté doit amorcer un changement de cap bien plus vaste que les pays des BRICS tentent d’incarner. Car c’est uniquement en nous libérant de l’occupation financière que nous pourrions dégager les ressources pour investir aussi bien dans l’aventure spatiale que dans le décollage de l’Afrique.

Avec ce que nous venons de voir, le projet Transaqua, c’est-à-dire la remise en eau du lac Tchad que Jacques Cheminade et Solidarité & Progrès défendent depuis des décennies, prend ici toute sa pertinence.

Il faut croire que, vu de l’espace, c’est-à-dire vu d’en haut, les contradictions des paradoxes apparents peuvent se résoudre au plus grand bénéfice de tous. Pour qu’ils apprennent cette leçon, il faut peut-être y envoyer nos dirigeants…

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Francine • 09/11/2016 - 14:58

    J’ai pu lire (ici) qu’une des sources de nourriture préférées de la spiruline est l’azote et l’ammoniac issus de l’urée, ce qui en fait un aliment de choix pour les "hommes de l’espace" qui doivent recycler leur urine en plus de produire de l’oxygène indispensable à leur survie. Cela reste à confirmer, mais il semblerait qu’elle permettrait également de recycler nos excréments.(source) :-O

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Le développement, alternative au chaos migratoire et au terrorisme

31 mars 2016
Nouvelle Solidarité N°7/2016
Le développement, alternative au chaos migratoire et au terrorisme

Lac Tchad : poumon d’eau et vecteur de vie économique pour l’Afrique centrale

19 août 2010
Actualité
  	 Lac Tchad : poumon d’eau et vecteur de vie économique pour l’Afrique centrale

L’espace, vecteur fondamental de mon engagement politique

10 mars 2013
Pourquoi aller dans l’espace ?
L’espace, vecteur fondamental de mon engagement politique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard