Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

17 janvier - 6 février, Clichy - Banque nationale, crédit public. Rendons la planche à billets au peuple ! Lire 17 janvier - L’Empire défait : retrait des troupes américaines de Syrie Lire 17 janvier - Le crédit public pour le peuple Lire
AccueilDocument de fondScience
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Réduire les émissions de CO2 : quelles conséquences ?

JPEG - 355.1 ko
Paysage d’hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux (1565), tableau de Pierre Bruegel l’ancien. Il faisait très froid au XVIe siècle, au point que pour traverser les rivières on marchait sur la glace.

Et si la révolte des gilets jaunes, et avec elle la remise en cause de la taxe sur le carburant, était l’occasion de prendre l’air ? Une petite pause pour prendre un peu de recul dans l’angoisse climatique... Depuis la publication du rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) le 6 octobre dernier, on n’osait même plus respirer de peur d’émettre du CO2...

Ce rapport postule que la température moyenne de l’atmosphère terrestre a été stable pendant une longue période « préindustrielle », et qu’elle a augmenté brutalement entre 1850 et aujourd’hui d’environ 1 °C à cause de l’activité industrielle humaine, qui entraîne des émissions de CO2. Si rien n’est fait, l’augmentation de la température pourrait donc atteindre, selon les prévisions du GIEC, au moins 1,5 °C entre 2030 et 2052.

Si le rapport pose comme impératif de rester sous ce seuil, il reconnaît que dans un contexte où, de fait, les émissions de CO2 continuent d’augmenter, ce sera très difficile. Pire : ces 1,5 °C contiendraient déjà en germe toute une série de catastrophes dignes des films d’Hollywood !

Autrement dit : nous n’aurions plus que quelques mois devant nous pour agir, de sorte à ce qu’à partir de 2020 nos émissions nettes de CO2 commencent à diminuer.

JPEG - 816.5 ko

Tel est le panorama apocalyptique admis par « 97% des climatologues ». Un chiffre sorti d’on ne sait où, mais répété partout. N’étant pas experts nous-mêmes, nous sommes fortement incités à nous fier aveuglément au jugement de ceux qui sont plus compétents que nous. Telle est la position d’un Jean-Marc Jancovici par exemple, pourtant grand connaisseur de l’énergie et défenseur indéfectible du nucléaire... qu’il place au centre de sa lutte contre le réchauffement global, s’inclinant devant ceux qui savent.

Vous trouvez cette attitude raisonnable ? Pourtant l’histoire des sciences regorge d’exemples où des experts ont eu tort, à l’unanimité. Ainsi jusqu’au XIXe siècle, la plupart des médecins, niant le rôle des germes venus de l’environnement extérieur, étaient convaincus que l’être humain portait la maladie en lui.

Louis Pasteur, un « vulgaire chimiste », fit scandale en les accusant de tuer leurs patients parce qu’ils ne se lavaient pas les mains avant d’opérer. Mais Pasteur eut raison. Contre tous. Aujourd’hui, le GIEC considère que le « dérèglement climatique » a une origine purement terrestre – l’activité humaine – et ne tient pas compte de l’environnement cosmique de la Terre dans ses modèles informatiques…

L’environnement qu’on laisse à nos enfants

Ne laissons donc pas nos émotions et nos peurs étouffer notre raison. N’ayons pas peur d’examiner, derrière la question climatique, la manière de penser de toute une société, experts compris. A ce sujet, si vous n’avez pas vraiment mesuré les effets du catastrophisme ambiant sur vos propres enfants, lisez dans le Monde daté du 4 décembre l’article consacré à Greta Thunberg, suédoise de 15 ans. A la rentrée d’août dernier, Greta a démarré une « grève scolaire pour le climat ». Forte de 18 000 abonnés sur Twitter, elle a parlé le 22 octobre devant 10 000 personnes à Helsinki, ouvertement inspirée par le dernier rapport du GIEC :

Certaines personnes disent que nous devrions étudier pour devenir chercheurs sur le climat, afin de pouvoir résoudre la crise climatique. On a les outils pour la résoudre. (…) Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ?

Lorsqu’on observe le train de vie des politiciens et autres people qui lancent régulièrement des appels très médiatisés pour « sauver le climat » sans que cela ne les empêche de laisser une « empreinte écologique » largement supérieure à la moyenne de la population, on ne peut que comprendre la colère de Greta. Malheureusement, la jeune fille ne semble pas vraiment connaître Arnold Schwarzenegger avec qui elle a rendez-vous à Vienne en mars 2019 dans le cadre du sommet autrichien dont il est l’instigateur. Ignore-t-elle l’état désastreux dans lequel il a laissé la Californie, lui qui en fut le gouverneur ?

L’Etat américain vient d’être dévasté par un incendie historique... pour lequel, une fois de plus, on accuse l’activité humaine. Or l’on devrait plutôt parler d’inactivité humaine ! Ainsi dans les années 1950, on savait que cette région, qui avait connu une période d’humidité exceptionnelle, allait redevenir extrêmement sèche. Il existait un grand projet d’aménagement du territoire, le NAWAPA, pour irriguer tout l’ouest des Etats-Unis avec de l’eau canalisée depuis l’Alaska. Proposition qui fut torpillée après l’assassinat de Kennedy, par une entente tacite entre milliardaires et écologistes de la région. Les infrastructures privatisées sous Schwarzenegger, et en particulier les lignes électriques, n’ont évidemment pas reçu les coûteux travaux de maintenance nécessaires ; les forêts ont été laissées à « l’état naturel », sans entretien... Des étincelles au milieu d’une végétation sèche, sans coupe-feu, ont fait le reste.

Le critère de densité d’énergie

Vous me direz, si on ne peut rien attendre en matière de civisme environnemental de la part des politiciens corrompus, on ne peut pas en dire autant des sincères scientifiques du GIEC. Alors examinons leurs préconisations. Les quatre scénarios proposés dans le rapport du 6 octobre à l’usage des décideurs pour arriver à un « bilan CO2 nul en 2050 », prévoient essentiellement de remplacer les énergies carbonées par différents mix d’énergies dites « renouvelables » (ENR) et de nucléaire.

Jean-Marc Jancovici démontre très bien (de même que Guillaume Pitron dans La guerre des métaux rares, la face cachée de la transition énergétique et numérique) en quoi l’utilisation massive d’ENR se soldera irrémédiablement par un immense gâchis économique et écologique. Un gâchis d’autant plus absurde que, compte tenu de l’intermittence des ENR et de l’absence de moyens de stockage de l’électricité à grande échelle, il faudrait doubler ces ressources de moyens « pilotables » supplémentaires : autrement dit soit des centrales nucléaires, soit des centrales... carbonées (centrales à charbon, lignite, gaz, etc) !

Sans compter les besoins supplémentaires en lignes électriques, réseaux « intelligents », etc., pour faire fonctionner cette tour de Babel électrique. Pitron montre que les ENR nécessitent beaucoup de métaux rares et terres rares, qui ne peuvent être obtenus que par des opérations de minage très polluantes. Au point que les écologistes ont obtenu leur fermeture en Occident... pour les faire sous-traiter en Chine depuis une quarantaine d’années.

Le critère général qui nous conduit ici à rejeter les ENR au profit du nucléaire, c’est la comparaison entre les densités des différentes sources d’énergie. La densité d’énergie, c’est la quantité d’énergie produite par unité de masse de matière utilisée et par unité de surface de territoire. Partant de ce critère, nous pouvons donc affirmer que le nucléaire est qualitativement supérieur aux énergies fossiles « carbonées » qui sont elles-mêmes qualitativement supérieures aux ENR.

Le facteur malthusien dans l’écologisme

Les quatre scénarios, vous l’aurez deviné, ne prévoient qu’un rôle marginal pour le nucléaire. Soit, à l’horizon 2050, et dans le meilleur des cas, une augmentation de ses capacités d’un facteur de seulement 6 par rapport à 2010. Ceci se reflète dans les propos récents de Gerd Mueller, le ministre allemand du Développement. Au moment de partir pour la Pologne où se déroulait la COP24 du 2 au 14 décembre, il déclara que si l’on voulait alimenter tous les foyers africains par de l’électricité issue d’énergie fossile, il faudrait construire au moins 1000 centrales à charbon. Face à cette perspective cauchemardesque, il ajouta qu’un investissement massif devrait donc y être effectué dans les ENR mais, et c’est typique, Mueller n’a pas dit un mot sur le nucléaire.

Disons-le sans fard : rien de sérieux n’est prévu dans toute cette agitation climatique pour que les populations d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique atteignent un niveau de vie équivalent au nôtre. Or ces pays sont en pleine phase de développement. Comment alors satisfaire aux exigences du GIEC ? Leur faire la guerre ? Ils ne pourront certainement pas passer du charbon au nucléaire dans le délai fixé avant « l’apocalypse climatique ». Comme cela apparaît à petite échelle en France à la lumière des Gilets jaunes, il est tout simplement impossible de suivre les recommandations du GIEC sans provoquer de catastrophe humanitaire, c’est à dire une chute criminelle des niveaux de vie des populations. Est-ce vraiment cela que nous voulons ?

Le fait est que si l’on s’interroge sur la philosophie de ceux qui promeuvent ces politiques, le malthusianisme est très présent. Contentons-nous ici d’un seul exemple, celui d’un expert d’une grande influence politique : le climatologue allemand Hans Joachim Schellnhuber, membre du Club de Rome, ami d’Angela Merkel, conseiller du Pape François et élevé par la reine d’Angleterre au rang de « Commandeur honoraire de l’Empire britannique ». En mars 2009, lors d’une réunion préparatoire de la COP15 organisée avec le prince Charles, Schellnhuber déclara : « au moins, nous sommes parvenus à stabiliser quelque chose : l’estimation de la capacité d’accueil de la planète, c’est-à-dire un milliard de personnes » !

Poussons encore un peu cette logique pour voir où elle nous mène, quitte à choquer. Estimons à la louche qu’Hitler a exterminé 100 millions de personnes en 6 ans. A ce rythme-là, il faudrait 360 ans pour éliminer les 6 milliards d’humains « en trop ».

Beaucoup trop long, du point de vue de l’urgence climatique… Pensez-vous vraiment que le jugement des experts est digne de votre confiance pour le simple fait qu’il s’agit d’« experts » ?

Restaurer un véritable débat contradictoire

En fait, tous les scientifiques ne partagent pas les conclusions du GIEC, ni certaines de leurs prémisses/postulats/axiomes.

On peut citer le groupe des « climato-réalistes » dont fait partie François Gervais, auteur des livres L’innocence du carbone et L’urgence climatique est un leurre. Certains points importants de leurs arguments méritent d’être soulignés. Tout d’abord, les climatologues devraient avoir l’humilité de reconnaître que la climatologie se trouve dans la situation où était l’astrophysique avant Kepler : on mesure des phénomènes physiques comme des températures, des concentrations de CO2 dans l’atmosphère, etc., entre lesquelles il semble y avoir certaines corrélations. Cependant, la science véritable qui nous permet de passer des corrélations mathématiques aux causes physiques des phénomènes n’existe pas encore.

Considérons le comportement des modèles informatiques extrêmement complexes utilisés par les climatologues pour faire leurs prévisions : ils sont intrinsèquement chaotiques. Cela signifie qu’une variation d’une donnée de départ aussi infime que le proverbial « battement d’aile d’un papillon », produira une énorme modification dans la prévision climatique à long terme !

Partant de là, Gervais montre que le GIEC n’a pas grand-chose à changer dans son choix de données initiales pour obtenir la prévision souhaitée… D’autant plus que les comparaisons entre températures moyennes se basent, pour les décennies récentes, sur des mesures directes (effectuées en différents points du globe), contre des estimations et des mesures indirectes pour les époques plus anciennes.

Comment, dans ces conditions, affirmer comme le fait le GIEC que la température moyenne a été stable pendant des siècles, mais qu’à partir de 1850, début de l’ère industrielle, elle a commencé à monter ? L’on sait, par exemple, qu’entre la Renaissance et le XIXe siècle il y eu un « Petit âge glaciaire », illustré notamment par Le paysage d’hiver avec patineurs, tableau de Bruegel montant un fleuve gelé.

Plus tard, le 12 janvier 1660, Louis XIV traversa à pied le Rhône à la hauteur d’Arles, en Provence, car il était... gelé ! Prendre 1850 comme référence, c’est-à-dire une époque exceptionnellement froide, ne peut conduire qu’à « constater » un réchauffement aujourd’hui.

Si, en revanche, le GIEC avait pris comme référence « l’Optimum climatique médiéval », il aurait conclu que l’époque actuelle est froide. En effet, lorsque les Vikings découvrirent la contrée qu’ils baptisèrent « Groenland », celle-ci était un « pays vert », comme son nom l’indique. D’ailleurs, à cette époque on cultivait déjà de la vigne au nord des Iles britanniques.

Nouvelles pistes de recherche

La science du climat n’en est qu’à ses balbutiements. Il faut impérativement la faire avancer avant de prendre des décisions politiques aux conséquences mortifères. Ce travail de recherche est en cours. Un fait admis par tous les climatologues, y compris ceux du GIEC, est que le principal gaz à effet de serre dans l’atmosphère n’est pas le CO2, et de loin, mais la vapeur d’eau des nuages. Il serait donc légitime de concevoir que les causes de formation des nuages puissent jouer un rôle plus important que les émissions de CO2 dans l’évolution du climat. Par ailleurs, comment accepter, comme le fait le GIEC dans ses prémisses, de ne prendre en compte que des phénomènes terrestres pour expliquer cette évolution et négliger l’influence de l’environnement de notre planète ?

Ce qui le conduit à considérer que les cycles d’activité solaire – qui ont une influence météorologique – ne jouent aucun rôle notable dans l’évolution du climat. Plusieurs hypothèses différentes sont étudiées par les climato-réalistes pour réfuter cet a priori arbitraire.

L’une d’entre elles a reçu certaines confirmations expérimentales : celle du cosmo-climatologue danois Henrik Swensmark. Il était déjà connu que l’ionisation de l’atmosphère accélère l’agrégation de molécules de vapeur d’eau, et donc la formation de nuages. Swensmark a montré que les particules cosmiques venues de notre galaxie, dont le flux dans l’atmosphère terrestre est modulé par l’activité solaire, sont capables d’y produire cette ionisation. Ainsi, le facteur principal dans l’évolution de notre climat ne serait pas humain mais cosmique !

Pour finir, signalons que François Gervais a lui-même participé aux travaux du GIEC, croyant initialement que l’être humain déréglait le climat. S’intéressant à la manière dont pensaient ses collègues, il a constaté que les scientifiques sont des êtres humains comme les autres et que, sans chercher des théories du complot, on conçoit qu’il est plus facile pour un individu de s’approprier les idées à la mode dans son groupe de pairs (1), plutôt que de s’entêter à avoir raison seul contre tout le monde. Panurge le comprenait avant nous.

(1) sans compter le système de financement du monde scientifique, qui tend à rendre les chercheurs dépendants des « sujets à la mode » pour obtenir des crédits qui leur permettront de poursuivre leurs travaux.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre

14 décembre 2018
Actualité
Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre

Réchauffement climatique : c’est l’astrophysique, andouille !

6 mars 2007
Science
Réchauffement climatique : c’est l’astrophysique, andouille !

Climategate, deux autres « chercheurs » sous le coup d’une enquête

3 décembre 2009
Brèves
Climategate, deux autres « chercheurs » sous le coup d’une enquête

Comment l’anthropologue Margaret Mead a inventé le réchauffement climatique

14 mars 2016
Science
Comment l’anthropologue Margaret Mead a inventé le réchauffement climatique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard