Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Marco Zanni : l’effondrement du système financier européen et l’échec de l’Union bancaire

La rédaction

Voici la transcription de l’intervention de l’eurodéputé Marco Zanni (Mouvement 5 étoiles), membre de la Commission des affaires économiques et monétaires, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller des 25 et 26 juin 2016 à Berlin.

Retour à toute la conférence et aux autres orateurs.

L’effondrement du système financier européen et l’échec de l’Union bancaire

Bon après-midi à tous et merci à l’Institut Schiller de me donner l’occasion de prononcer ce discours sur l’état de l’Union européenne et le système financier européen.

En résumé, avant de faire le bilan de l’économie et du système financier européen, quelques mots sur ce qui vient de se passer ce vendredi, c’est-à-dire le résultat surprenant du référendum au Royaume Uni sur son appartenance à l’UE.

Comme je l’ai dit, il s’agit d’un résultat « surprenant » et d’un message très fort pour plus de démocratie en direction de l’UE et les institutions européennes. L’UE a ignoré la volonté des peuples, en forçant l’intégration politique, ce qui n’est pas la bonne façon pour l’Europe de coopérer. Je me rappelle des référendums en 2005 sur la Constitution européenne qui ont été ignorés par les gouvernements français et hollandais et je me rappelle en 2008, le référendum en Irlande sur le Traité de Lisbonne. À chaque fois, les institutions européennes ont décidé d’ignorer le vote citoyen et le Brexit résulte de ce manque de vision politique d’une Europe unie fondée sur la coopération entre États.

Je pense que le Brexit est une occasion fantastique pour les pays européens pour s’asseoir autour d’une table afin de faire l’état des lieux et constater l’échec de l’Union européenne, tout ceci afin de lancer un nouveau projet, un projet alternatif ; car l’Europe est une chose bien différente de l’Union européenne et je défends l’Europe et les citoyens européens (applaudissements). Et comme j’étais en train de le préciser, il s’agit d’essayer de présenter un projet alternatif pour l’Europe, capable de ramener la croissance économie en Europe, et un projet qui respectera les différences qu’ont les pays européens, et ceci dans le cadre d’une réelle coopération. Ainsi, une Europe qui se concentre sur les vrais besoins de l’économie réelle, l’Europe des PME et des citoyens, et non pas une Europe au service de la spéculation ou de la finance des grandes banques comme l’UE actuelle.

Je viens de recevoir une excellente nouvelle il y a à peine une heure : le Commissaire européen en charge de la régulation financière, M. Jonathan Hill, un ancien lobbyiste, vient de démissionner. C’est donc la bonne nouvelle. Disons qu’on pourra mieux travailler dans les affaires économiques et monétaires au sein du Parlement européen.

Ceci étant dit maintenant, je vais tenter de faire l’état des lieux sur l’état du système financier, qui comme l’indique cette phrase (sur le tableau) « s’effondre ». Cela s’effondre à cause des politiques erronées adoptées par les gouvernements européens et l’Union européenne. Après la crise financière de 2008, l’UE a décidé de se focaliser sur les faux problèmes. Elle a essayé d’imposer des régulations financières pour tenter de surmonter les conséquences d’une crise. De mon point de vue, ce n’est pas comme ça que l’on pourra garantir la stabilité du système financier. Si nous voulons un système bancaire, un système financier robuste, si nous voulons la stabilité financière, il faut orienter les régulations vers la prévention des crises à venir, au lieu de focaliser sur les crises qui viennent de se produire. Réguler la solidité des capitaux propres des banques n’est pas, à mon avis, la bonne façon ; on doit plutôt se concentrer sur les actifs, sur l’exposition du système financier à certains types d’actifs financiers. De cette façon et dans cette mission, l’UE a échoué et le projet d’union bancaire a échoué.

Permettez moi d’aborder maintenant le premier pilier de l’Union bancaire, c’est-à-dire le mécanisme unique de supervision pour tout les états membres de l’union bancaire et donc pour leurs systèmes bancaires. L’approche d’une supervision unique sous la houlette de la BCE, ou par une de ses branches, est totalement erronée comme le démontrent les tests de résilience (stress test) effectués par la BCE en novembre 2014.

L’erreur dans l’analyse et l’approche de la BCE, c’est qu’on n’évalue que le risque crédit dans les bilans du système bancaire européen. On a complètement fait l’impasse sur l’évaluation de l’exposition à des actifs financiers problématiques au sein de ses mêmes bilans du système bancaire. Je parle ici de ce que nous appelons, entre régulateurs, les « actifs du niveau 3 ». Il s’agit d’actifs financiers qui ne sont pas liquides et dont le prix est fixé par un modèle interne préparé par les mêmes banques.

Le mécanisme unique de supervision a décidé de ne pas évaluer et de ne pas prendre en compte le risque de ces actifs du niveau 3, c’est-à-dire l’exposition du système bancaire européen aux produits financier dérivés. C’est une erreur énorme qui menace la stabilité du système bancaire européen.

Selon les résultats des stress tests et l’analyse de la BCE du système bancaire européen, une des banques les plus importantes d’Italie, Intesa San Paolo, est en grande difficulté. Je sais que, côté risque de crédit, cette banque souffre d’un problème d’emprunts non-performants (NPL). Cependant, 80 % des actifs d’Intesa San Paolo ont un lien avec l’économie réelle, le reste (seulement 20 %) étant lié à des instruments spéculatifs, à des activités de courtage, etc.

D’après la BCE, cette banque est beaucoup plus risquée que, par exemple la Deutsche Bank ou la BNP Paribas. Cependant, si l’on examine les bilans de ces dernières, l’on constate que la nature de leurs bilans est l’inverse : 80 % de leurs actifs du niveau 3 sont des produits dérivés, c’est-à-dire de la spéculation et seulement 20 % ont un rapport avec l’économie réelle.

Ainsi, un système qui considère la banque italienne Intesa San Paola plus risquée que la banque allemande Deutsche Bank ou la française BNP Paribas, est complètement erronée et menace la stabilité de l’UE, des pays européens et du système financier européen.

Le mécanisme unique de supervision est inégalitaire car il échoue à évaluer le risque de marché et aussi le niveau de risque à l’intérieur des bilans bancaires, car toutes ces mégabanques too big to fail, toutes ces banques spéculatives, risquent des pénalités pour leur comportements sur les marchés financiers : elles ont manipulé les taux de change, elles ont manipulé les taux d’intérêts et risquent des amendes colossales capables de menacer la stabilité de leurs bilans. Et la BCE fait l’impasse sur ce risque, et ceci délibérément. C’est une décision politique.

Lorsqu’on regarde avec le système bancaire italien, on se rend compte que cette approche est inéquitable. Les banques italiennes ont certes des problèmes avec les prêts douteux, mais il s’agit, comme je le dis souvent, d’une « crise provenant d’erreurs », car si votre économie se réduit, si vos PME tombent en faillite et si ceux qui ont acheté des logements ne peuvent plus rembourser leurs emprunts, alors il est évident que votre système bancaire devra faire face à des crédits devenus douteux. Si votre économie ne tourne pas bien, alors, c’est évident, vous aurez à confronter des problèmes provenant de crédits douteux.

Maintenant, cette crise et ces problèmes, je l’affirme, sont liés à la question de l’euro car la monnaie unique crée des déséquilibre macroéconomiques énormes entre les pays européens. La zone euro est une zone optimisée pour une devise et je pense qu’étant donné les contraintes politiques et les différences considérables entre pays membres de la zone euro, on ne peut pas réparer cette union monétaire. Voilà le problème relatif à l’euro.

Que penser des politiques que l’UE tente de mettre en œuvre pour rendre le système financier plus sûr et plus stable ? Tout cela est lié à une financiarisation accrue du système. Un exemple, à propos de la politique proposée par l’ancien commissaire en charge de la régulation financière, ils pensent que si l’on veut faire revenir la croissance dans l’UE on doit relancer la titrisation. La proposition actuellement sur la table des décideurs de l’UE, c’est la création d’un cadre normatif cherchant à mieux encadrer la titrisation, et cela n’a pas de sens. Car si l’on regarde de près, il n’y a rien de simple, rien de transparent et rien de possiblement normatif avec la titrisation. Si vous faite appel à la titrisation synthétique, en utilisant des produits dérivés tels que le Credit Default Swaps (CDO), il est clair qu’il n’y a pas de titrisation « simple »… Et la titrisation n’est pas un moyen pour rétablir le financement de l’économie réelle.

Par rapport à nos propositions au Parlement italien pour rétablir la croissance et la stabilité du système financier, le premier pas, et nous avons introduit des propositions de loi aussi bien dans le Parlement italien qu’au Parlement européen, c’est de rétablir, dans le cadre de la réforme structurelle des banques, de rétablir la séparation bancaire. Nous pensons que l’on doit créer une espèce de Glass-Steagall européen que simplifierait la régulation du système bancaire et qui imposerait une séparation entre le cœur de la banque et la partie spéculative, permettant de disposer d’un système bancaire qui n’est plus concentré sur la spéculation mais sur les besoins de l’économie réelle et sur les besoins des gens. C’est cela, le premier pas. (Applaudissements)

Le deuxième pas, est directement en rapport avec une des banques les plus problématiques de l’UE, qui est la banque Monte dei Paschi di Siena. Tout le monde connaît la situation de ce qu’est la troisième banque italienne qui est également la plus vieille d’Europe. Fondée au XVe siècle, elle a financé durant des siècles l’économie réelle. A l’heure actuelle, le gouvernement italien a l’opportunité de reprendre en main cette banque qui est réellement en difficulté et de faire de cette banque un exemple de ce qui pourrait devenir une structure bancaire concentrée sur l’économie réelle. C’est pour cela que nous proposons la nationalisation de la banque Monte dei Paschi di Siena, dont le Trésor italien détient déjà 4 %, et de clairement affirmer le rôle qu’elle doit jouer au service de l’économie italienne.

Nous n’accepterons pas que la Monte dei Paschi s’engage dans des activités de marché, qu’elle spécule sur les produits dérivés car sa mission doit être de fonctionner comme un service public fournissant du crédit pour l’économie réelle.

Je pense que cette proposition pourrait marquer un tournant pour l’Europe et le système bancaire européen. On doit faire plus au Parlement européen mais j’espère qu’avec le départ de M. Hill nous serons de nouveau capables d’aborder le sujet du statut bancaire et d’un Glass-Steagall européen que ce lobbyiste nommé commissaire bloquait. Nous avanceront ensuite avec un projet européen et surmonteront la faillite de l’UE afin de replacer l’Europe de nouveau sur la carte comme un centre faisant le trait d’union entre les États-Unis et l’Asie. Voilà la bonne façon de rétablir la croissance en Europe et de rétablir la démocratie et de redonner la place que méritent les citoyens européens dans le scénario global. Merci beaucoup. (Applaudissements)


Retour au programme de la conférence avec les liens aux autres interventions.

Retrouvez toute la conférence sur le site New Paradigm.

Cet article a été repris d'un autre site.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Pourquoi la City et Wall Street sont nos ennemis

21 janvier 2016
Nouvelle Solidarité N°2/2016
Pourquoi la City et Wall Street sont nos ennemis

Krach systémique, ce n’est plus qu’une question de date

11 mai 2016
Actualité
Krach systémique, ce n’est plus qu’une question de date

Brexit ou pas, le problème reste la City de Londres !

6 juillet 2016
Actualité
Brexit ou pas, le problème reste la City de Londres !

A Berlin, Cheminade souligne la contribution unique de LaRouche à la science économique

30 juin 2016
Actualité
A Berlin, Cheminade souligne la contribution unique de LaRouche à la science économique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard