X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Contre la loi El Khomri, défendons le droit du travail !

JPEG - 85.5 ko

En moins d’une semaine, près d’un demi-million de Français ont signé des pétitions et des appels contre l’avant-projet du projet de loi préparé par Manuel Valls et sa Ministre du Travail El Khomri, visant la « modernisation » du droit du travail. Après sa présentation, le 9 mars en Conseil des ministres, le texte sera examiné par l’Assemblée nationale.

En premier lieu, on est en droit de s’interroger s’il ne s’agit pas là de pures intrigues. Manœuvre machiavélique d’un Valls se croyant présidentiable cherchant à court-circuiter Macron, lui-même sur le point de départ, mais rival à la Cour du Royaume des médias ? Ou simple calcul d’un Hollande qui, risquant de ne pas figurer au deuxième tour de la présidentielle, cherche à reconquérir sans états d’âme une partie de ses propres électeurs actuellement séduits par Juppé ?

Ces intrigues révèlent une dérive bien plus grave, celle d’un système électoral de plus en plus « américanisé ». Avec un quinquennat renouvelable, des primaires et la nouvelle loi Urvoas, dite de « modernisation des règles » de l’élection présidentielle, la vie politique française s’est métamorphosée en un cirque électoral perpétuel. Le pouvoir s’y retrouve systématiquement confisqué par les « grands partis », eux-mêmes simples courroies de transmission d’une oligarchie aveugle qui méprise et se moque autant de la réalité que du peuple.

Le monde à l’envers

Au-delà de toute une série de mesures (temps de travail assoupli, nouveau régime pour les heures supplémentaires, indemnités prud’homales plafonnées, licenciements économiques plus faciles, etc.), qui, sous couvert d’augmenter la flexibilité des conditions de travail, d’embauche et de licenciement, ne font que précariser les conditions de travail existantes sans créer le moindre emploi, c’est la philosophie du projet comme un tout qui est pernicieuse.

Pour la loi El Khomri il s’agit de réussir là où Raffarin a échoué en 2003 et Sarkozy en 2007 en imposant ce qu’une minorité de patrons extrémistes (le Medef) considère comme la « mère de toutes les réformes », c’est-à-dire « l’inversion de la hiérarchie des normes sociales ».

Comme l’expliquait à l’époque le député socialiste Alain Vidalies – il a depuis abjuré toutes ses convictions – , cette hiérarchie a été jusqu’à maintenant l’un des fondements majeurs du droit social :

À mesure que l’on descend dans la hiérarchie des normes, on ne peut qu’améliorer les droits des travailleurs et les garanties sociales, individuelles comme collectives. En d’autres termes, le contrat de travail ne peut être moins favorable aux salariés que l’accord d’entreprise ou d’établissement, l’accord d’entreprise que l’accord de branche et l’accord de branche que l’accord interprofessionnel.

En proposant que des accords d’entreprise puissent désormais ouvrir droit au bénéfice de dérogations au code du travail qui n’étaient jusque-là réservées qu’à des accords de branche, et dans des sujets aussi importants que le recours aux CDD, au travail intérimaire ou saisonnier, à la durée du travail, le gouvernement bouleverse radicalement ce qu’on appelle « l’ordre public social ». Une grande première dans l’histoire du droit social français, bien que la tendance à substituer à la loi une relation purement contractuelle plaçant le salarié seul face à l’entreprise, fut engagée sous Sarkozy.

Uberisation, non merci !

Dans une tribune sur le site de Marianne, Danielle Simonnet, conseillère de Paris et secrétaire nationale du Parti de gauche, dénonce avec raison le fait que la réforme, en mutilant le droit du travail, offre un boulevard à l’uberisation de la société et sabote la bataille en cours cherchant à requalifier ceux qui travaillent pour Uber en salariés.

L’article 23 de la loi, précise-t-elle s’inspire « directement de l’administration américaine d’Obama », et protège ce type de plateformes :

Bien sur, comme à chaque fois, de petites avancées sont instaurées pour masquer la grande régression sociale à l’œuvre. Ainsi, dans l’article 23, les plateformes doivent dorénavant cotiser à certaines dépenses (l’assurance accidents du travail, la formation professionnelle et la validation des acquis de l’expérience). (…) Mais dans le même temps, la loi précise que tout litige entre les travailleurs et les plateformes relèveront dorénavant des tribunaux de commerce, que le travailleur ne peut être regardé comme ayant avec la plateforme un lien de subordination juridique caractéristique du contrat de travail. (…) Les plateformes comme Uber vont donc continuer plus que jamais à se considérer comme des simples éditeurs d’appel, alors que l’entreprise est bien présente dans tout le processus tel un employeur.

Les mesures phares et le texte intégral de l’avant-projet (article du Parisien).

JPEG - 37.2 ko

En échange de ce bradage des droits et de cette « flexibilité », la loi El Khomri promet une mini-carotte, celle de la création d’un compte personnel d’activité. Ce dispositif de « sécurisation », qui intègre le compte personnel de formation et le compte pénibilité, est supposé permettre à tous les actifs, quel que soit leur statut, de conserver leurs droits sociaux tout au long de leur vie professionnelle. Une bonne idée, mais une pure fiction dans ce contexte.

En réalité, défendre l’axiome de base de la loi, c’est-à-dire l’idée qu’un trop de protection sociale plombe la croissance et nuit gravement à notre compétitivité, est déjà en soi, au mieux, une preuve d’incompétence grave en science économique. Car c’est exactement le contraire qui est vrai. Tout industriel sérieux sait qu’une main d’œuvre qualifiée et bien rémunérée est la clé de tout succès.

Même pour l’ancien sherpa de François Mitterrand Jacques Attali, dont Macron était le poulain et qui lui aussi est déjà en campagne pré-électorale, le compte n’y est pas. Pour Attali, il s’agit d’un texte ultralibéral et sans vision :

Les seuls vainqueurs sont les détenteurs du capital et les consommateurs. Les uns vont profiter de la baisse des salaires et les autres des baisses des prix qui découleront de l’application de ces mesures. A contrario, les travailleurs sont totalement oubliés. Le texte apparaît profondément déséquilibré : on facilite les licenciements sans se préoccuper de sécuriser le statut des futurs chômeurs, de leur rémunération et de leur formation. Économiquement, ce n’est pas tenable : les consommateurs sont aussi des travailleurs, qui par peur de perdre leur emploi voudront épargner davantage, à juste titre.

De plus :

Si l’on voulait saboter l’idée de la flexibilité du travail, on ne s’y serait pas pris autrement. Certaines des mesures que contient le projet de loi sont fort utiles, mais leur présentation est tellement caricaturale que j’en viens à me demander si ce n’est pas fait exprès pour que le projet échoue. Quand la ministre menace d’user du 49.3 avant la présentation du projet aux parlementaires, on peut aussi y voir une provocation destinée à condamner le texte.

Un changement de paradigme

Si la loi Khomri fait tant réagir, c’est que, intuitivement, les Français ont instantanément saisi que ce projet incarne précisément le paradigme économique et social qu’ils n’ont cessé de rejeter en votant contre la Constitution européenne en 2005, contre Sarkozy en 2012 et contre le gouvernement socialiste depuis. Alors qu’ils souhaitent un État stratège, qui, avec justice et vision, relance notre agriculture et notre industrie et en ce faisant donne vie et substance à notre cohésion sociale et nationale, ils se retrouvent là de nouveau devant un Léviathan cruel qui les déshabille de leurs droits et les livre à leurs banquiers et leurs bourreaux.

Au lieu de contraindre une oligarchie financière qui opère à partir des paradis fiscaux et les « dark pools » à se soumettre aux lois de la République, et au nom de la « modernité », on mutile ses lois en sa faveur. Au lieu d’obliger des multinationales sans scrupules comme Uber de payer des salaires et des impôts, on leur « aménage » nos lois pour qu’ils puissent continuer à en abuser ! Çà, ce n’est pas seulement trahir le discours du Bourget, c’est carrément effacer toute l’histoire des conquêtes sociales et ouvrières.

Ce qui fait dire au journaliste de Mediapart Laurent Mauduit que :

Durant son quinquennat, François Hollande aura dynamité le code du travail avec plus de violence que tous les gouvernements de droite réunis depuis trois décennies (…), il aura plus pris de mesures de dérégulation à lui tout seul (…), depuis qu’au début des années 1980 la vague néolibérale a déferlé.

Si Sarkozy comptait enterrer le gaullisme, Hollande essaye d’en faire autant avec le socialisme.

Il va sans dire que Solidarité & Progrès s’opposera avec toutes ces forces à toute législation de ce type et d’où qu’elle vienne.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard