Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pour l’ESA, la route pour Mars passe par la Lune

PNG - 104.6 ko
Les architectes de la société Foster+Partners ont imaginée une base lunaire construites à partir de modules imprimés avec des imprimantes 3D utilisant la roche lunaire. Pour la construction des dômes, les architectes ont choisi des courbes optimales du type "chaînette", des courbes connues pour leur efficacité depuis la construction du dôme de Florence au XVe siècle par Brunelleschi.
Crédit : ESA

Les débats et les films sur des missions habitées vers la planète Mars nous font parfois oublier une autre proposition majeure pour faire le grand saut dans l’espace. Depuis plusieurs années, l’Agence spatiale européenne (ESA) évoque régulièrement son souhait que l’on puisse retourner sur la Lune dans les années 2020.

Plus précisément, l’ESA plaide en faveur de la construction d’une base lunaire à partir de laquelle on pourra lancer des missions martiennes et au-delà.

Ce plan a été présenté le 14 décembre 2015, lors d’un symposium international organisé au Centre de recherche spatiale de l’ESA à Noordwijk aux Pays-Bas. S’adressant aux deux cents experts et scientifiques présents lors de cette rencontre intitulée « Moon 2020-2030 », le nouveau directeur général de l’ESA, l’allemand Jan Wörner, a esquissé le projet Moon Village (Village lunaire) de l’ESA.

Cette proposition figure également dans la « feuille de route globale » élaboré par l’ISECG (Groupe international de coordination de l’exploration spatiale), l’organe de coordination regroupant quatorze grandes agences spatiales, dont la NASA, l’ESA et celles de Chine, Russie, Inde, Allemagne, Japon, etc.

Cette « feuille de route » ne souligne pas seulement l’importance de l’exploration lunaire en tant qu’entreprise commune de l’humanité, elle appelle également à une vision partagée en ce qui concerne son utilisation comme tremplin pour d’autres objectifs à venir. Lorsque le débat s’est engagé sur la participation de l’ESA à cette vision commune, Wörner a détaillé le plan de l’Agence pour la création d’une base lunaire internationale.

Par le passé, reprenant à son compte la vision du savant allemand Krafft Ehrike, Wörner avait déjà évoqué le concept d’une base lunaire pour succéder à la Station spatiale internationale (ISS) dont on cessera de se servir en 2024.

Moon village

JPEG - 104 ko

La construction d’une telle base créerait également le cadre idéal pour mettre en œuvre de nouvelles technologies et forger des partenariats gagnant-gagnant entre agences étatiques et entreprises privées.

Gérer une base lunaire implique également d’organiser des va-et-vient permanents entre la Terre, l’orbite lunaire et la Lune, donc de disposer de stations relais.

Pour communiquer sur son projet, l’ESA a déjà fait appel au bureau d’architectes Foster+Partners afin de présenter des images de son village lunaire, tandis que d’autres sociétés explorent tous les aspects de la construction.

Le plan propose d’envoyer des équipes d’astronautes vers la Lune au début des années 2020. Coupant court à l’opposition stupide entre missions habitées et missions robotiques, ces astronautes déploieront en éclaireurs une petite armée de robots chargés de créer les conditions propices à l’arrivée de l’activité humaine. Ces robots seront télécommandés, donc pilotés à distance.

Contrairement aux missions Apollo, il ne s’agit plus de tout emporter de l’extérieur, mais d’utiliser au maximum les ressources sur place. Par exemple, en agglomérant la roche lunaire et l’oxyde de magnésium grâce à un liant salé, des imprimantes 3 D installées sur la Lune permettront de fabriquer un grand nombre d’éléments de construction, notamment les parois protectrices de la base.

Travailler en bonne intelligence

Lors du symposium et de plusieurs entretiens avec la presse, Wörner a souligné que ce projet offrirait aux scientifiques de pays très différents une occasion unique de vivre et travailler ensemble en bonne intelligence :

L’avenir des voyages spatiaux a besoin d’une nouvelle vision. Pour l’instant, nous disposons de la Station spatiale internationale (ISS) comme projet international commun, mais elle ne va pas durer éternellement [elle cessera de fonctionner en 2024, ndt] (…) Cependant, lorsque j’examine la longue liste des exigences que pose un scénario post-ISS, le concept de Village lunaire est le meilleur (…) Et jusqu’à maintenant, personne ne m’a présenté de meilleure idée. (…) Maintenant, lorsque je dis Village lunaire, cela ne veut pas dire une rangée de maisons individuelles, avec une église, une mairie et une salle polyvalente… Mon idée n’a trait qu’au concept essentiel de village : des gens travaillant et vivant au même endroit. Et cet endroit serait la Lune. Dans ce village, on aimerait accueillir les différentes contributions des pays spatiaux. Les uns apporteront des imprimantes 3 D, les autres des rovers et d’autres encore des astronautes. Les participants pourront aussi travailler dans des domaines différents. Certains ne feront que de la science pure alors que d’autres s’intéresseront à l’exploration minière ou au tourisme…

Ce qui est clair, c’est que l’intérêt d’une telle base dépassera largement la Lune en tant que telle. Pour Wörner :

Le village lunaire doit se construiresur la face lunaire que nous ne voyons jamais depuis la Terre, appelée la ‘face cachée’ de la Lune, à ne pas confondre avec la Dark Side of the Moon, titre de l’album du groupe Rock Pink Floyd. En réalité, cette face cachée est aussi brillante que la ‘face visible’ ». L’intérêt de la face cachée, c’est l’absence d’interférence d’ondes et de rayonnements venant de toutes nos antennes et radios terrestres. Là-bas, avec un radiotélescope à l’ombre de la Lune, on aura une belle vue de l’univers.

L’autre intérêt, c’est de faire de la Lune un point de ravitaillement. NexGen Space LLC, un consultant de la NASA, a récemment démontré qu’une base lunaire serait un tremplin crucial pour le trajet vers Mars. Selon cette société, si une base lunaire permettait de ravitailler en combustible des vaisseaux partant de la Terre en direction de la planète rouge, on économiserait environ 10 milliards de dollars par an.

Par ailleurs, les astronautes travaillant sur la Lune s’exposeront à des types de rayonnements cosmiques auxquels ils échappent pour l’instant en travaillant dans la Station spatiale internationale (ISS), qui tourne en orbite autour de la Terre. Mieux connaître et évaluer l’impact de ces rayonnements sur la vie humaine sera d’un intérêt immense pour préparer les missions futures vers Mars et au-delà.

L’intérêt supplémentaire d’une présence internationale sur la Lune serait de consolider le « traité de l’espace ». Signé en 1967, ce traité stipule que

l’exploration et l’utilisation de l’espace se feront exclusivement au bénéfice et dans l’intérêt de tous les pays, et qu’il doit être la province de l’humanité tout entière.

JPEG - 145.7 ko
Le nouveau directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), Johann-Dietrich Wörner, défend le projet d’un village lunaire comme successeur à la Station spatiale internationale (ISS) à partir de 2024.
Crédit : ESA

Wörner a précisé la genèse de son plan :

Lorsque je l’ai mentionné pour la première fois, c’était une sorte de ballon d’essai, pour voir s’il y avait un intérêt pour une collaboration internationale dans l’exploration spatiale à l’avenir. Et maintenant, je peux vous le dire : oui, cette partie de la question a reçu une réponse positive. Il existe un très grand intérêt au niveau mondial pour entreprendre ensemble une exploration commune dans un contexte international, ce qui est, je crois, très important.

Cet accueil positif a conduit Wörner à la conviction qu’un jour sa proposition deviendra réalité.

Plusieurs grands acteurs du spatial m’ont dit : ‘D’accord, de toute façon, nous planifions une mission lunaire, autant la combiner avec l’idée de Village lunaire’. Et ceux qui, à la NASA, travaillent sur les missions martiennes m’ont également fait part de leur intérêt.

Wörner a précisé qu’il n’avait pas encore sollicité d’engagements politiques ou financiers de pays membres de l’ESA, mais qu’il allait présenter son plan lors du Conseil des ministres à la fin 2016, non pas pour demander des financements, mais simplement pour voir quel type d’activité envisager après l’ISS.

Cependant, je crois que dans nos gènes, il existe quelque chose qui va au-delà les considérations purement pratiques (...) Nous aimons découvrir, d’êtres des pionniers - c’est propre à l’espèce humaine et c’est ce qui nous conduit vers le futur.

Avec le départ d’Obama, un Président qui a tenté de bloquer tous les programmes ambitieux de la NASA, et avec la mise en œuvre immédiate d’un nouveau système financier international, le monde occidental pourrait sans doute s’engager plus librement avec ses partenaires des BRICS pour accélérer de plusieurs crans le calendrier.

Voir le commentaire

  • P Lehaut • 13/03/2016 - 15:15

    J’aime ! Après l’exploit de la Nasa et les missions lunaires nous avons maintenant les sociétés privées qui se développent dans le secteur spatial, notamment touristique, google lunar x pris qui posera d’ici 2 ans plusieurs robots sur la lune !
    C’est chouette, l’ère spatiale est relancée.
    https://veriteperdue.wordpress.com/2014/08/02/missions-apollo-complot/
    Un article à lire très bien fait sur les missions Apollo, plein de lien, de vidéos. À voir ! En plus, l’article démonte les théories à deux balles qu’on peut vaguement lire sur le net.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

2014, sursaut prométhéen ou guerre mondiale ?

17 janvier 2014
Nouvelle Solidarité N°2/2014
2014, sursaut prométhéen ou guerre mondiale ?

La coopération contre les astéroïdes : entretien avec Detlef Koschny, de l’ESA

25 mars 2013
Coopération internationale
La coopération contre les astéroïdes : entretien avec Detlef Koschny, de l’ESA

J.Cheminade : Rosetta, un tremplin pour l’exploration spatiale

15 novembre 2014
Orientation stratégique
J.Cheminade : Rosetta, un tremplin pour l’exploration spatiale

Sabotage de la NASA : la lettre ouverte de Neil Armstrong à Obama

29 août 2012
Actualité
Sabotage de la NASA : la lettre ouverte de Neil Armstrong à Obama

ExoMars : l’Europe du travail défie l’UE de l’austérité

14 mars 2016
Actualité
ExoMars : l’Europe du travail défie l’UE de l’austérité

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard