Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 novembre - Jacques Cheminade : A la juste colère des gilets jaunes Lire 12 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilActualité

Experts américains : Obama conduit le monde à une guerre nucléaire

JPEG - 47.9 ko

Accuser le Président des États-Unis de conduire le monde vers un conflit nucléaire ? Si vous pensez que cette affirmation est un peu fort du café et ne peut que sortir de la bouche de quelques vieux gauchistes attardés, vous vous trompez lourdement.

Le 4 novembre, la presse vous n’en a sûrement pas parlé, une réunion hors du commun s’est tenue à Capitol Hill, dans les bâtiments du Congrès américain à Washington.

Organisée par l’« American Committee for East-West Accord (ACEWA) », à l’initiative du doyen de la Chambre des Représentants le député démocrate John Conyers du Michigan, la table ronde à réuni plusieurs intervenants de premier plan :

  • Jack Matlock, après une longue carrière de diplomate (il a notamment dû traduire les échanges entre Kennedy et Khrouchtchev lors de la crise des missiles de Cuba), il a été, de 1987 à 1991, c’est-à-dire à l’époque de la dislocation de l’URSS sous l’administration Reagan) l’ambassadeur des États-Unis à Moscou.
  • Le Pr Stephen Cohen (Université de Columbia), histoirien de renom et grand spécialiste de la Russie.
  • Joseph Pepper, ancien PDG du grand groupe pharmaceutique américain Procter & Gamble.
  • Bill Bradley, ancien sénateur démocrate du New Jersey, candidat en 2000 à l’investiture démocrate ;

La salle était pleine à craquer. Plusieurs députés étaient présent ainsi que William J. vanden Heuvel, l’ancien ambassadeur américain aux Nations unies sous Carter, dont l’épouse Katrina édite le grand journal de gauche, The Nation.

JPEG - 257.5 ko
Nouvelle Solidarité N°6/2015 - S’abonner

Le député démocrate Alan Grayson de Floride a ouvert la séance en rappelant la psychose qui régnait aux États-Unis durant la guerre froide, lorsque les enfants apprenaient comment se ruer dans des abris atomiques souterrains et apprenaient les gestes élémentaires pour pouvoir survivre en cas d’attaque nucléaire. Grayson a mis en garde contre la menace d’un retour à ce genre de psychose, suite aux provocations d’Obama contre la Russie.

Le député John Conyers a lui aussi souligné que la diabolisation de la Russie et de Poutine nous ramène aux moments les plus sombres de la guerre froide et risque de dégénérer en guerre thermonucléaire.

L’ancien ambassadeur des États-Unis en Union soviétique Jack Matlock, qui avait partagé le podium avec le Président Poutine lors de la récente réunion annuelle du Club de Valdaï à Sotchi, a passé en revue la chronologie des violations américaines des accords avec la Russie suite à la chute du mur et le comportement hautement provocateur de l’OTAN.

D’abord, a-t-il dit, « nous n’avons pas gagné la Guerre froide. Elle s’est terminée avec des négociations entre les États-Unis et l’URSS ». Ensuite, la Guerre froide ne s’est pas terminée avec le démembrement de l’URSS, car elle s’était terminée bien avant. « En réalité, a précisé Matlock, nous étions opposés à la dislocation de l’URSS. »

En plus, nous avons donné des garanties que l’OTAN n’allait pas s’étendre, en tout cas jamais sous la forme d’un traité contraignant. Lors de la réunification allemande, nous nous sommes engagés sur l’idée que bien qu’une Allemagne unifiée allait rester dans l’OTAN, aucune puissance militaire étrangère n’allait être stationnée sur les territoires de l’ex-RDA. L’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Genscher avait obtenu des garanties de la part des Etats-Unis, a précisé Matlock, et que ses interlocuteurs russes pouvaient parfaitement accepter que le parapluie américain s’étende à des nouveaux pays, mais pas sous la forme de bases étrangères. Et maintenant ces bases sont créés et se construisent de plus en plus près de la frontière avec la Russie. La décision d’étendre l’OTAN a été essentiellement exigée par les pays de l’Est européen et par certains petits pays membres de l’OTAN, a-t-il précisé.

Le Pr Cohen a confirmé le danger absolu d’une telle dérive :

Si l’OTAN ajoute une base supplémentaire aux frontières de la Russie, ou si un pays limitrophe supplémentaire devient membre de l’OTAN, cela signifiera la guerre.

Le Pr Cohen a surtout fait le procès de Michael McFaul, l’ambassadeur d’Obama à Moscou, qu’il désigne comme un provocateur fanatique. Tous les orateurs ont souligné l’importance d’une opposition à cette course folle vers la guerre.

Cohen a rappelé que pendant la guerre froide, lorsqu’il y avait des auditions au Congrès sur la menace soviétique, il y avait ceux qui préconisaient et ceux qui rejetaient une plus grande coopération avec Moscou. « Les deux arguments pouvaient se défendre », a-t-il dit. « Cependant, cela n’existe plus. »

Avoir un partenaire à Moscou, a-t-il précisé, a été la seule vraie garantie de sécurité pour les Etats-Unis. « Notre plus grande menace aujourd’hui, c’est le terrorisme international et les guerres civiles. La crise des réfugiés menace la fondation même de l’Europe et de l’OTAN » et ce partenaire nécessaire que représente la Russie n’est plus à nos côtés.

Une nouvelle guerre froide est plus dangereuse que l’ancienne, a-t-il poursuivi. « Nos soldats sont actuellement à la frontière de la Russie. Aujourd’hui, il n’y a pas de règles qui régulent l’action des contestataires. Et il n’existe pas d’opposants à la guerre froide au sein de nos institutions pour faire reculer les guerres », a-t-il mis en garde.

La diabolisation de Poutine est une bonne excuse pour les Etats-Unis pour ne pas changer de politique. « Si le problème est Poutine, alors il n’y a aucun besoin de revoir la politique qui nous a conduits à ce point ». Cohen a appelé à un débat rationnel sur la Russie au Congrès. Il a dit qu’il est urgent d’appliquer les accords Minsk II sur l’Ukraine pour calmer le jeu. Aussi le projet de loi Nunn-Lugar pour réduire les arsenaux nucléaires doit être remis sur la table.

Joseph Pepper, l’ancien patron de Procter & Gamble, s’est également souvenu, comment il avait, en tant qu’écolier, appris à se précipiter dans des abris anti-atomiques. Aujourd’hui, pour éviter qu’on en revienne à ça, a-t-il dit, il faut cesser de présenter Poutine comme Hitler ou le grand Satan. Obama, en passant son temps à tirer des lignes rouges, créé les conditions d’une troisième guerre mondiale.

Aussi bien Matlock que Cohen constatent que les provocations d’Obama à l’égard de la Russie ont conduit l’Allemagne à rompre avec les États-Unis et à se rapprocher de la Russie. Cohen a prévenu qui cette folie d’Obama persiste, on verra naître une alliance Allemagne-Russie-Chine qui finira par totalement isoler les États-Unis dans le monde.

L’universitaire russe Sergeï Rogov a fait une intervention éclair. Il a dit qu’il est urgent d’organiser une discussion aux États-Unis sur ce que sont les intérêts légitimes de la Russie. A l’heure actuelle, il semble que les États-Unis estiment qu’il n’en existe aucun. Il a également souligné le besoin d’une coopération des deux nations sur les intérêts communs. Dans l’immédiat, dit Rogov, cela signifie coopérer pour mettre fin à Daesh au Proche-Orient.

La députée démocrate Sheila Lee du Texas est intervenue pour dire qu’il existait des commissions au Congrès où des auditions pourraient s’organiser sur la question de la coopération russo-américaine.

Lorsque le député républicain de la Caroline du Nord, Walter Jones, connu pour son intégrité, son combat pour le rétablissement de la loi Glass-Steagall et sa collaboration avec l’économiste américain Lyndon LaRouche, les a rejoints, la salle s’est levée pour l’applaudir.

Un tel évènement indique qu’heureusement il reste encore des forces politiques aux États-Unis qui, si elles se font entendre, pourront ramener ce pays sur une voie pacifique et de coopération avec le reste du monde.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • viyré claude • 17/07/2016 - 19:35

    je suis un homme sans la moindre importance,mais j’ose espérer que l’intelligenge ne se mesure pas, à la notoriété, ou au compte en banque !
    Ceci étant dit, il existe dans tous les pays des hommes de la pire espèces ne reculant devant rien ! y compris déclancher une guerre nucléaire à seul fin d’assouvir leur besoin de domination, et les autres !dont les participants à la
    réunion de Capitol Hill ! lesquels ont le grand mérite,d’apartenir au Pays cité .Je vous remercie de m’avoir laisser exprimer mon opinion !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

J’Accuse Obama... !

27 mars 2014
Nouvelle Solidarité N°7/2014
J’Accuse Obama... !

Etats-Unis : anciens ambassadeurs et militaires mettent en garde contre le bellicisme de l’OTAN

10 septembre 2014
Actualité
Etats-Unis : anciens ambassadeurs et militaires mettent en garde contre le bellicisme de l’OTAN

Poutine dénonce 40 pays, dont certains membres du G20, de financer Daesh

17 novembre 2015
Actualité
Poutine dénonce 40 pays, dont certains membres du G20, de financer Daesh

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard