Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - L’ange Bruegel et la chute du cardinal Granvelle Lire 13 novembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 novembre - Jacques Cheminade : A la juste colère des gilets jaunes Lire
AccueilActualité

Le démantèlement de la France. Qui le veut et pourquoi ?

JPEG - 63 ko
Karel Vereycken lors de son intervention à l’Assemblée générale de Solidarité & Progrès à Paris, le 8 novembre 2015.
Crédit : S&P, Julien Lemaître.

Transcription de l’intervention de Karel Vereycken lors de l’Assemblée générale de Solidarité & Progrès à Paris, le 7 novembre 2015 sur le thème La France pour servir la cause de l’humanité.

La vidéo est disponible sur la page de l’AG 2015 de Solidarité & Progrès.

Lorsqu’on regarde cette carte, on se rend compte que la France « n’a pas la banane ». Car, ce qui frappe d’emblée, c’est que cette « banane bleue », cette zone qui va de Manchester en Angleterre à Turin en Italie en passant par le Benelux, où l’on trouve la plus grande densité démographique et d’emplois industriels par unité de surface, s’arrête presque à notre frontière !

PNG - 148 ko

Deux raisons majeures :

  1. La France est sous-peuplée.
  2. Bien que nous disposions d’excellents ingénieurs et d’une main d’œuvre parmi les plus productives du monde, nos élites, depuis quarante ans, ont fait, pour des raisons politiques et idéologiques, un autre choix, celui d’un nouveau Moyen âge, baptisé prosaïquement de « société post-industrielle ».

Car la France de 2015 vit pour l’essentiel de la finance, des loisirs, du tourisme et des services. Alors que l’industrie apportait 28 % à 30 % de notre PIB dans les années 70, cette partie n’est plus que d’environ 10 %.

Les médias nous mentent en affirmant que la France n’est pas « en crise » mais dans une « mutation profonde ». Alors qu’en vérité nous sommes devant un vol : celui de la République. Une féodalité de l’argent nous vole la République. Et la République, ce n’est pas une épitaphe sur un bâtiment public. La République française, c’est une idée du bien commun, transformée par des générations de citoyens pour faire le bien en France et dans le monde. Et ce moyen, on nous l’a volé, le plus souvent avec notre consentement et devant nos yeux.

Car souvent, nous autres Français, faute de clarté mentale, nous nous comportons comme la grenouille se relaxant dans la marmite posée sur le feu. Ce n’est que lorsque l’eau se met à bouillir que nous nous rendons compte qu’il y a un problème. Le danger, c’est qu’une fois que l’eau boue, la grenouille n’a plus la force de réagir.

Pour ne pas finir comme elle, il faut donc identifier qui nous vole notre République. Pour le voir, je vous propose d’examiner une série de « coups d’États larvés » qui ont eu lieu depuis quarante ans à chaque étage de la société française.

Dans l’ordre, il s’agit d’un coup d’État culturel (eh oui, tout ça commence par les idées) ; d’un coup d’État économique (financier d’abord, monétaire ensuite et enfin budgétaire) ; d’un coup d’État contre notre Défense nationale et notre diplomatie, et enfin, d’un coup d’État administratif et politique qui est en cours.

Coup d’Etat culturel

A partir de Mai 68, une campagne est lancée en France pour répandre le sentiment que le travail est méprisable. Dans les livres et sur les murs, on crie qu’il faut « cesser de perdre sa vie à la gagner ». Un des slogans les plus emblématiques fut peint pendant les événements de Mai 68 sur le mur d’une usine de Sochaux : « Gilda, je t’aime. A bas le travail ! » Un concentré de « l’esprit du temps » et expression du désir d’une autre vie centrée sur le plaisir ! Le but de notre vie n’est plus d’apporter quelque chose aux générations futures par un travail utile et bien fait, mais d’obtenir un maximum de plaisir durant notre brève existence.

A la même époque apparaissent plusieurs idées oligarchiques :

  • en 1969, François Garelli, un des fondateurs du groupe bancaire InterAlpha, envisageait l’euro et l’Europe comme un vaste empire britannique ;
  • dès 1972, le Club de Rome prône le malthusianisme et
  • en 1979, dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, l’historien Fernand Braudel affirme que ce ne sont pas les États qui ont créé la prospérité et la civilisation, mais qu’elles ne sont que le résultat de la cupidité cumulée des cités marchandes que sont Milan, Gêne, Venise, Anvers, Genève et Londres.

Coup d’État monétaire et financier

Une fois les De Gaulle et les Adenauer disparus et les frères Kennedy éliminés, les États abandonnent le contrôle de l’émission monétaire pour la livrer aux banques privées transformées en casinos.

  • Ainsi, la loi Pompidou-Messmer-Giscard du 3 janvier 1973 oblige l’Etat à s’endetter auprès des banques privées, car elle interdit au Trésor public d’être « présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France ». Cette loi est remplacée et aggravé par celle du 4 août 1993 ;
  • La loi du 12 mai 1998 privatise la Banque de France en l’intégrant au Système européen de banques centrales (SEBC), institué par le Traité de Maastricht. La loi interdit « au Gouverneur et aux membres du Conseil de solliciter ou d’accepter des instructions du gouvernement ou de toute autre personne ». L’article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE, c’est-à-dire le Traité de Lisbonne de 2009) confirme cet interdiction.
  • En même temps, nos banques sont transformées en casinos. Dès 1984 (sous la pression de l’UE, selon Martine Aubry), Jacques Delors abroge la loi qui séparait les banques de dépôts et les banques d’affaires. En 1986, les mesures de dérégulation bancaire imposée par Thatcher, le fameux Big Bang de Londres, conduit le reste du monde à suivre ce modèle spéculatif. Aux États-Unis, le Glass-Steagall Act est aboli par Clinton en 1999.

Suit alors le coup d’Etat budgétaire

Une fois que ce sont les banques qui émettent la monnaie et le crédit et contrôlent les banques centrales, c’est parfaitement logique qu’elles s’emparent des budgets !

Ce contrôle commence en juin 1997 avec le fameux Pacte de stabilité et de croissance limitant le déficit à 3% et la dette publique à 60% du PIB.

  • Ces critères n’ont guère été respectés. Par conséquent, après les crises en Grèce, Irlande et Portugal, les dirigeants européens décident en 2011 de durcir son application avec le « semestre européen », un « dialogue » entre la Commission et les États membres tout au long de leur processus d’élaboration budgétaire.
  • Pour rendre ce semestre européen plus contraignant, deux paquets législatifs sont adoptés, le « six pack » en 2012 et le « two pack » en 2013.
  • Et comme si cela ne suffisait pas, le pacte budgétaire inclus dans le TSCG (Traité sur la stabilité, la gouvernance et la coopération, entré en vigueur en 2013) prévoit que les Etats membres doivent avoir des budgets équilibrés, c’est-à-dire avec un déficit structurel ne dépassant pas les 0,5 % du PIB.
  • Cette « règle d’or » sera la loi en 2018. En cas de non respect des règles, le Conseil de l’UE (qui réunit les ministres des gouvernements de tous les Etats membres), peut, sur recommandation de la Commission, sanctionner les pays fautifs d’une amende de 0,2 % à 0,5 % du PIB – soit entre 4 à 10 milliards d’euros pour la France.
  • Dans ce cas, comme le réclame Balladur, pour éviter des ennuis, il suffit de faire valider d’abord le budget par Bruxelles, avant de le soumettre au vote du Parlement français !

Derrière cette folie se cache la théorie de « l’ordo-libéralisme » euro-allemand. Pour faire court, il s’agit de créer un gouvernement d’experts non politisés, une nouvelle synarchie et un cadre juridique contraignant capable de sanctionner les fautifs et ceci pour assurer la « concurrence libre et non faussée ». Si les ultralibéraux et les ordo-libéraux peuvent se chamailler violemment, ils se liguent contre leur ennemi commun : les « États stratèges » disposant de monopoles d’État dans des domaines stratégiques permettant d’avoir « une politique ».

Privatiser plus pour spéculer plus

Pour briser ces Etats, l’arme des privatisations. Et puisque depuis des décennies, on réduit les investissements dans les services publics, une fois que tout le monde se plaint qu’ils ne fonctionnent plus bien, des peuples aveuglés applaudissent leur privatisation !

Ainsi, en France, à partir de 1986, on a privatisé ou ouvert le capital des entreprises suivantes :

  • sous Chirac 1986 : Saint-Gobain, Paribas, TF1, Crédit commercial, la CGE (qui devient Alcatel-Alstom puis Alcatel en 1998), Société générale, Havas, Mutuelle générale française, Banque du bâtiment et des travaux publics, Matra, Groupe Suez ;
  • sous Balladur 1993 : Rhône Poulenc, BNP, Elf-Aquitaine, UAP, SEITA, TOTAL, COFACE ;
  • sous Juppé 1995 : AGF, Compagnie générale maritime, Péchiney, Usinor-Sacilor, BFCE, Crédit national, Bull ;
  • sous Jospin 1997 : Air France, Autoroutes du sud de la France, Crédit lyonnais, France Télécom, Eramet, GAN, Thomson Multimédia, CIC, CNP, Aérospatiale ;
  • sous Raffarin 2002 : Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, Snecma qui devient Safran, Société des autoroutes du Nord et de l’Est, Thomson ;
  • sous Villepin 2005 : sociétés d’autoroutes, Gaz de France, SNCM, EDF partielle, Aéroports de Paris, DCNS ;
  • sous Fillon 2007 : GRTgaz, La Poste ;
  • sous Ayrault 2012 : Safran, EADS, Aéroports de Paris, Airbus Group ;
  • sous Valls 2014 : Aéroport de Toulouse-Blagnac, etc.

Le pauvre Valls n’a plus grand chose à privatiser. Il reste les hôpitaux, la police, les écoles, les universités, la surveillance des autoroutes (proposée par Sarkozy), la collecte des impôts, les routes nationales, les barrages (exigé par Bruxelles), les plages (Marseille), les mers, les crèches, les musées. Tout y passe. Pour Halloween, la Ville de Paris, en échange d’un chèque de 350 000 euros, a même privatisé pour 24 heures les catacombes ! On voit que la folie gagne les esprits.

Le but des privatisations n’est pas de rendre ces entreprises plus performantes mais d’en faire des jetons dans un casino financier. N’est-ce pas le 31 décembre 1987, c’est-à-dire une fois les privatisations lancées, qu’on a supprimé le « fixing » à la bourse de Paris. Au lieu de fixer la valeur des actions une fois par jour, elles seront cotées en continu, avec le CAC40 (Cotation assisté en continu) et bientôt le trading à haute fréquence (HFT).

Austérité

La nature destructrice du système en place fait que l’austérité et les privatisations ne suffisent même pas à faire entrer la France dans les critères.

Ainsi, dans son rapport destiné au G20 publié le 30 octobre, le FMI somme la France d’effectuer une « réforme fondamentale » de son économie afin de garantir « une réduction durable de la dépense publique » et lui conseille « de mettre un terme à la croissance de l’emploi public ». Ensuite, l’institution défend « un relèvement effectif de l’âge de départs à la retraite » et exige de nouvelles coupes dans les transferts sociaux assurés par les collectivités locales. Les capacités d’endettement des collectivités locales doivent être davantage limitées. Mme Lagarde souhaite également que Paris libéralise les professions régulées qui n’ont pas encore été ouvertes à la concurrence par la loi Macron.

Coup d’Etat contre l’indépendance nationale

A force d’austérité, la France a démantelé son armée. Sous le général De Gaulle, sur la quarantaine de milliards d’euros dépensés pour la défense nationale, un quart allait dans les industries de pointe et la recherche. Sur la trentaine de milliards espérés aujourd’hui, seulement 750 millions y seront consacrés…

De toute façon, depuis que Nicolas Sarkozy a ramené la France dans le commandement intégré de l’OTAN, on fait confiance aux États-Unis pour nous défendre. A force de nous aligner sur Londres et Washington, nous avons renoncé à notre indépendance nationale. Dans de nombreux pays, pour faire des économies, la France partage son ambassade avec le Royaume-Uni. Et sous la menace des amendes du fisc américain, nous avons consenti, dans des conditions scandaleuses, à brader Alstom et des technologies de pointe dans les domaines stratégiques que sont la défense et le nucléaire civil et militaire.

Coup d’Etat administratif et politique

En France, ce coup d’Etat administratif a pris la forme de la fausse réforme territoriale, la loi NOTRe, qui vise à désarmer toute opposition institutionnelle. Rien de plus logique que pour voler la République, il faille démanteler les instruments qui lui permettent d’accomplir sa mission. Je rappelle seulement qu’en 1789, en moins d’un mois, la République se dota de l’État, des départements et des communes. Le premier est désarmé par l’Union européenne, les communes et les départements le sont par leur mise en concurrence avec les métropoles et les régions. La clause de compétence universelle des élus est supprimée, ce qui fera d’eux de simples valets.

Alors dans ces conditions, à quoi bon faire un coup d’État ? L’essentiel du pouvoir est déjà aux mains des empires financiers. Reste… les élections. Mais là aussi, le coup d’État larvé continue : sous couvert de « toiletter » et de « moderniser » les règles des élections présidentielles et législatives, Sarkozy, Valls et Urvoas verrouillent le système.

Après la Grèce et le Portugal, c’est maintenant au tour de la France de s’auto-infliger un coup d’État. C’est exactement ce que demandait une note de JP Morgan du 28 mai 2013. La banque se plaignait que les « constitutions post-fascistes » garantissaient des droits excessifs aux peuples. Seule la suppression de ces droits constitutionnels permettrait de véritables réformes, estimait la banque.

Évidemment, je pense que si vous êtes venus aujourd’hui, et c’est le sujet de nos journées, c’est que vous n’avez pas envie de finir comme cette pauvre grenouille dans l’eau bouillante.

Merci.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • jean-jacques • 21/11/2015 - 20:40

    Bonjour,
    Faire de mai 68 un coup d’état culturel, et donc "cracher" sur son héritage ( ce qui est très à la mode aujourd’hui ),me parait dune part exagéré, et d’autre part traduire un point de vue erroné.
    Les excès et les ravages du capitalisme financier dérégulé et mondialisé d’aujourd’hui, faussent votre ( notre ?) perception du passé et vous ( nous ? ) pousse à considérer pardoxalement la période antérieure à sa mutation génétique, en gros celle du capitalisme industriel et paternaliste des 30 glorieuses, comme une période " bénie " en l’idéalisant.
    Or, c’est oublier un peu vite ou ignorer l’exploitation et les dures conditions de travail des salariés de l’industrie à cette époque : travail à la chaine, cadences, conditions d’hygiène et de sécurité indignes, organisation hiérarchique de type militaire, tyrannie des petits chefs....ext...
    Dans ce contexte, la revendication de temps libre, n’ est pas seulement une prétention individuelle et égoiste mais bien une revendication politique.

    Répondre à ce message

  • olivier • 13/11/2015 - 15:07

    Bonjour Karel
    je trouve cette conférence très parlante. serait-il possible de l’adapter en tract ?
    Le "soft coup d’état", version lente, de l’oligarchie est édifiant.
    merci pour votre travail.
    un de vos fidèle lecteurs
    Olivier

    Répondre à ce message

  • Eric • 12/11/2015 - 20:21

    "Dans les livres et sur les murs, on crie qu’il faut « cesser de perdre sa vie à la gagner ».
    Oui, dans une France démocratique les Français devraient travailler à mi-temps pour pouvoir voter les lois aux niveaux national, régional, départemental et communal en connaissance de cause. Les citoyens (enfin dignes de ce titre) devraient faire des recherches sur Internet, ce qui, d’ailleurs, serait un travail. Ce commentaire sera bien sûr censuré car chez S&P on déteste la liberté d’expression et la démocratie. On préfère la République, régime oligarchique depuis la République romaine.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Elections présidentielles :
hold-up sur la République

5 novembre 2015
Nouvelle Solidarité N°20/2015
Elections présidentielles :<br> hold-up sur la République

La réforme territoriale, une tragédie française

19 mars 2015
Politique
La réforme territoriale, une tragédie française

Le lock-out socialiste des présidentielles

1er novembre 2015
Actualité
Le lock-out socialiste des présidentielles

Au Delaware, JP Morgan en campagne contre le Glass-Steagall de LaRouche

22 juin 2013
Actualité
Au Delaware, JP Morgan en campagne contre le Glass-Steagall de LaRouche

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard