Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 14 novembre - Jacques Cheminade : L’esprit du Tianxia et la France Lire 14 novembre - L’Institut Schiller lance son nouveau dossier sur les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité

La France va (enfin) bâtir de nouvelles centrales nucléaires

GIF - 61.9 ko

Profitant d’un sens renouvelé d’unité nationale, le gouvernement, par la voix de Ségolène Royal, ministre de l’environnement, a annoncé sa décision de renouveler le parc nucléaire.

Interrogée par l’Usine Nouvelle sur la loi de transition énergétique qui sera débattue au Sénat en février, Ségolène Royal, vingt-quatre heures après la tuerie de Charlie Hebdo, a fait part d’une « réaction d’horreur, de profonde tristesse et, en même temps, de volonté ».

Ne soyons pas dans la peur, la consternation ou tétanisés, explique-t-elle. Soyons dans la puissance de la réponse de la République et de la liberté. C’est ce que montre la façon dont le peuple français réagit et se mobilise. Il y a eu une prise de conscience, salutaire et réconfortante, que l’essentiel est en jeu. Et que cet essentiel se défend collectivement.

Alors qu’en 2011, la candidate Royal voulait ramener le nucléaire à une énergie d’appoint et s’était prononcée pour une sortie du nucléaire « à échéance de quarante ans maximum » tout en promettant de transformer le site du futur réacteur EPR de Flamanville en site de recherche sur les techniques de démantèlement et les énergies renouvelables, la ministre, on peut la féliciter, a radicalement changé sa position.

Depuis qu’elle est ministre, Royal s’en tient à l’engagement de François Hollande de réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans le mix énergétique. A l’heure actuelle, l’ensemble des 58 réacteurs nucléaires en opération qu’abritent nos 17 centrales nucléaires produisent 63,2 gigawatts. Pour réduire, non pas la quantité d’électricité qu’ils produisent, mais leur part dans le total, le gouvernement cherche à augmenter les énergies renouvelables, c’est-à-dire le solaire et l’éolien.

Si j’ai réussi à faire voter à l’Assemblée la loi de transition énergétique, c’est parce que j’ai choisi trois options. La première a été de ne pas opposer les énergies les unes aux autres et d’affirmer dès le départ, malgré les réticences de certains, que l’histoire et le savoir-faire français dans le nucléaire font partie de nos atouts… Deuxièmement, sans opposer les énergies, il faut malgré tout sortir du "tout nucléaire", car c’est notre intérêt national. La montée en puissance des énergies renouvelables doit s’accélérer et c’est une des missions d’EDF et des grands énergéticiens français. Troisième point, la loi plafonne la puissance nucléaire à 63,2 gigawatts…

Seulement, un parc nucléaire, ça vieillit. En attendant l’arrivée de nouvelles centrales, on peut prolonger la durée de vie de nos centrales de dix à vingt ans en faisant les investissements nécessaires. En tout cas, pour le gouvernement il est désormais hors question de fermer la centrale de Fessenheim avant la mise en service de l’EPR de Flamanville (c’est-à-dire pas avant 2017 selon le dernier calendrier d’EDF, ndlr). Comme le précise Royal :

Lorsque l’on fait des investissements de cette dimension [55 milliards d’euros selon EDF, ndlr] sur le parc électronucléaire, il faut penser la totalité du modèle énergétique. Il y a la question des centrales en fin de vie. Mais il y a aussi celle de leur durée de vie. Je n’ai pas mis dans la loi sur la transition énergétique une limitation à quarante ans comme le voulaient les écologistes. Ce n’est pas une bonne façon de procéder vis-à-vis de notre industrie. À l’international, ce serait un couperet trop idéologique. Certaines centrales peuvent vivre plus longtemps. Il faut maintenant programmer les investissements de sécurité des réacteurs existants.

Sagesse élémentaire car l’on voit mal comment on aurait pu continuer à valoriser notre savoir-faire dans ce domaine si en même temps on démantèle chez nous le parc nucléaire...

Ensuite, affirme Royal :

Il faut aussi programmer la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, qui prendront la place des anciennes centrales lorsque celles-ci ne pourront plus être rénovées.

Car :

L’énergie nucléaire est un atout, même si demeurent des questions sur la gestion des déchets et l’approvisionnement en uranium. Elle nous permet de réaliser la transition énergétique, car, comme je l’ai dit à l’Assemblée nationale, elle assure une sécurité énergétique.

PNG - 342.8 ko

Réacteurs de quatrième génération ?

Interrogée sur la nature de la « nouvelle génération de réacteurs » qu’elle appelle de ses vœux, Royal a précisé que :

Nos entreprises (EDF, AREVA, CEA) travaillent donc, comme je l’ai dit lors du débat à l’Assemblée Nationale, sur les réacteurs futurs qui pourront remplacer, au sein des sites actuels, une partie des réacteurs qui ne pourront plus être prolongés. (…) Il s’agit à la fois de tirer parti des retours d’expérience des réacteurs de troisième génération (EPR, ATMEA) et de travailler sur une quatrième génération de réacteurs consommant beaucoup moins de combustibles et les recyclant, générant des déchets en moindre volume et moins nocifs (démonstrateur ASTRID [1] du CEA).

On peut donc se féliciter que le gouvernement retrouve, non pas de l’ambition – qui serait de lancer une vaste mobilisation pour développer au moins les six nouveaux types de réacteurs de fission les plus prometteurs et de mettre le paquet sur la fusion par confinement magnétique (ITER) et inertiel (laser mégajoule) - mais un simple sens des réalités.

Le gouvernement répond directement aux mises en garde des meilleurs spécialistes. Comme nous l’avions rapporté à l’époque, depuis avril 2014, plusieurs responsables du secteur de l’énergie avaient tiré la sonnette d’alarme. Interrogé par l’Usine nouvelle, Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), avait mis en garde :

Pour que nous puissions assurer notre indépendance vis-à-vis des énergies fossiles, et que l’énergie nucléaire puisse couvrir demain 50 % des besoins en électricité [alors qu’on est à 78 % des besoins aujourd’hui…, nda], conformément aux objectifs fixés par le Président de la République [et par l’accord électoral suicidaire signé entre Martine Aubry et les Verts, nda], il faut lancer la construction de 35 réacteurs. On ne peut en effet pas estimer que la durée de vie des centrales actuellement en fonctionnement excèdera les 55 ou 60 ans. A l’horizon 2050-2055, toutes les centrales qui existent aujourd’hui auront été arrêtées. Il faut donc construire avant de fermer, d’autant plus qu’entre le lancement d’une centrale et sa connexion au réseau, huit à dix ans s’écoulent.

Ségolène Royal fait royalement l’impasse sur trois obstacles majeurs :

  1. Équiper la France avec des réacteurs de quatrième génération, à produire en série en fonction du succès du démonstrateur/prototype ASTRID, prendra du temps. Ce dispositif n’est que dans sa phase préindustrielle et le CEA indique 2040-2050 comme horizon pour la mise en service éventuelle de ces réacteurs.
  2. En attendant ces réacteurs de quatrième génération, il va bien falloir équiper la France d’EPR permettant de faire le pont entre l’existant et le futur.
  3. Sans réforme financière en profondeur (Glass-Steagall et retour au crédit productif public), les moyens financiers pour réaliser ce qu’annonce le gouvernement font cruellement défaut.

[1ASTRID (Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration) est un projet français de prototype de réacteur rapide refroidi au sodium, porté par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) sur le site nucléaire de Cadarache. Le projet ASTRID a pour objectif de relancer la filière surgénérateur, suite aux réacteurs expérimentaux Rapsodie, Phénix et Superphénix.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Sylvain • 25/01/2015 - 13:16

    Il y a un truc qu’on évoque pas souvent ici, c’est le changement climatique. Toutes ces centrales sont des machines à vapeur (comme celles à gaz ou à charbon d’ailleurs) qu’il faut refroidir. Elles sont soit près des fleuves soit de l’océan. En cas de canicule, il faut fermer celles près des fleuves (on l’a vu en 2003). Et en cas de tempête ce sont celles près des océans qui sont vulnérables. De plus en plus avec la montée des eaux d’ailleurs. Ce qui veut dire que le nombre d’heures de service par an et par centrale va baisser sans parler de la maintenance qui va être plus importante sur de vieilles centrales.
    Et avec le risque d’attentat, je n’ai pas vraiment envie qu’on crée des centrales avec plusieurs mètre cube de Sodium liquide. D’après ce que vous dites en général, les centrales les plus sûres sont celles à combustible liquide ce dont il n’est pas du tout question ici.
    Commercialement on a l’EPR que techniquement on ne peut vendre qu’à des pays ayant déjà une culture nucléaire pas mal d’argent et beaucoup de patience. Le problème c’est que ces pays ont souvent une industrie nucléaire domestique. Ce sera un autre Rafale, on s’en servira surtout chez nous. Ce qui fait que pour le demi siècle qui vient, on aura plutôt une stagnation de notre production qu’autre chose.

    • Karel Vereycken • 25/01/2015 - 14:25

      Dans nos dossiers de fond, vous trouverez nos analyses sur le réchauffement climatique.
      Quand à la sécurité, la fusion est en tête ! Certes les centrales à combustible liquide (thorium, mais pas seulement.) représentent des avantages et d’autres inconvénients... Les chercheurs estiment qu’il faut trente ans pour développer une nouvelle filière : 10 ans de recherche sur les matériaux, 10 ans pour concevoir un prototype et dix ans pour mettre en place la production industrielle d’un nouveau type de réacteur. En y mettant le paquet, je suis convaincu qu’on pourra faire plus vite, mais le défi reste conséquent.
      N’oublions pas, pour les pays neuf, les petits réacteurs modulables, éventuellement flottants ou sous-marins. La Russie, la Chine et les États-Unis y travaillent. En France il existe le projet FlexBlue.

    Répondre à ce message

  • AtomicBoy44 • 21/01/2015 - 20:02

    Le vieillissement est faux prétexte.
    la moyenne d’age du parc Français est de 25 ans et de 28 ans dans le monde !
    http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/parc-nucleaire-francais
    "Le parc nucléaire français a une moyenne d’âge de 25 ans. Au niveau mondial en 2013, la moyenne d’âge des réacteurs nucléaires est de 28 ans."
    Les Etats-unis, première puissance électronucléaire mondiale avec leurs 100 réacteurs, ont déjà autorisé presque la totalité de leur parc a aller au delà de 60 ans via des autorisations bi-decenales de la NRC. Ils le font avec des normes de sureté qui datent de leurs constructions !
    Ils envisagent même d’aller jusqu’à 80 ans pour sans doute les 2/3 de leurs réacteurs ! Et peut être 1 siècle pour les plus récents, environ 1/3 !
    Pour info, notre ASN met a jour ses normes a chaque nouvelles recommandations de l’AIEA et fait des analyses ultrasoniques de l’acier inoxydable des cuves tous les 10 ans !
    Détruire notre parc électronucléaire maintenant alors que nous n’en avons ni les moyens, ni les capacités (a cause de l’acceptabilité très basse, elle même due a l’agitation, a la fois de la peur et des électroENR importées) serait la faire le choix du suicide énergétique du pays ! La pire décision que nos gouvernants prendraient depuis le redressement du pays par De Gaulle.

    Répondre à ce message

  • AtomicBoy44 • 21/01/2015 - 20:02

    Suite :
    Quand aux importations d’uranium 5moins de 1 milliard d’euro par an et tjrs 5 ans de réserves dans un volume très réduit grâce a la densité bien connue), on a largement le temps de voir venir quand on sait que l’Australie, le Kazakhstan, le Canada, la Russie ont encore largement les capacités de production nécessaires a un doublement du parc mondial d’ici a 2050 !
    Si a cela on ajoute le système SILEX qui permettra de retraiter tous les stocks mondiaux de 238U appauvri une fois par centrifugation gazeuse ou non, et d’en tirer encore un tiers de ressources des besoins mondiaux en 235U. Il reste largement 1.5 siècle aux réacteurs classique a fission.
    Le laser mégajoule est, selon un de vos conférenciers déjà dépassé, et les lasers progressent si vite que même les HTR ou les ADS ont un bel avenir et une possibilité plus que probable.
    A mon avis, Ségolène donne juste a Duflot de quoi valider sa future candidature. Car, si vous ne l’aviez pas compris, avec les déclarations tonitruantes récentes de cette dame, elle est partie en campagne. Il lui faudra plus que Eva Joly, Noël Mamère, Émilie Aubry, (encore du délire hier soir sur ARTE) ou Denis Baupin, pour ratisser plus large que les antinucléaires minoritaires pourtant très actifs sur la toile.
    Je n’y voit guère de réelle conviction ou même de réelles connaissances du monde de l’énergie et des ordres de grandeurs en question dans cette affaire de crise climato-énergétique.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Colbert — Ce qu’ils ne veulent pas comprendre

4 octobre 2013
Nouvelle Solidarité N°18/2013
Colbert — Ce qu’ils ne veulent pas comprendre

L’urgence de construire au moins 35 nouveaux réacteurs nucléaires en France

22 septembre 2014
Actualité
L’urgence de construire au moins 35 nouveaux réacteurs nucléaires en France

Thorium et neutrons rapides seront au coeur du nucléaire du futur

4 février 2012
Science
Thorium et neutrons rapides seront au coeur du nucléaire du futur

Nucléaire : la quatrième génération, c’est déjà demain !

13 janvier 2010
Science
Nucléaire : la quatrième génération, c’est déjà demain !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard