Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - Jacques Cheminade : L’esprit du Tianxia et la France Lire 14 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 14 novembre - L’Institut Schiller lance son nouveau dossier sur les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilDocument de fondHistoire
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Les Frères musulmans, un instrument de domination britannique

JPEG - 117.5 ko

Fondée en 1928 à Ismaïlia en Egypte par l’instituteur militant Hassan al-Banna, la Confrérie des Frères musulmans (FM), avec une activité militante dans plus de 70 pays (Soudan, Jordanie, Syrie, Palestine, Maghreb, etc.), est une des plus anciennes et plus grandes organisations islamistes sunnites du monde.

S’il serait préjudiciable de condamner en bloc l’ensemble de ses membres, force est de constater qu’un fait historique troublant demeure : tout ce dont Al-Banna rêvait en 1928, Daech et Al-Qaïda tentent de le réaliser aujourd’hui : faire régner sur terre une théocratie globale qui se fonde exclusivement sur la loi islamique (sharia) en créant un « califat islamique » englobant d’abord l’ensemble du monde arabe et ensuite le monde entier.

Histoire

Après la Révolution égyptienne de 1919, le Royaume-Uni reconnait l’indépendance de l’Égypte en 1922. Fouad Ier adopte alors le titre de « roi d’Egypte ». Et, lorsque le 19 avril 1923 on discute de la première constitution ou figurent malgré tout quelques fondements d’un État moderne, les Égyptiens, pour en montrer l’importance, affirment que « la Constitution, c’est notre Coran ».

A quoi Hassan al-Banna répond :

Non, le Coran est notre constitution ! Le Prophète Mohamed est notre leader ! Le Jihad est notre Voie, et la mort pour la gloire d’Allah est notre plus belle aspiration. (…) La nation s’élèvera par la prière et renaîtra uniquement par la charia islamique.

JPEG - 20.6 ko
Hassan-al-Banna, le fondateur des Frères musulmans.
Crédit : lightforlearner.wordpress.com

De son point de vue, celui que partagent aujourd’hui les sectes wahhabites d’Arabie Saoudite qui alimentent le terrorisme international, tous les États laïques doivent être démantelés, un processus aujourd’hui en cours avec la destruction de l’Irak, de la Libye et de la Syrie…

Ainsi, dès les années 1930, les FM se dotent d’une branche clandestine. A la surface, les FM sont une organisation pacifique et de bienfaisance, mais en parallèle, elle forme et équipe en armes des combattants.

Vu la corruption et l’hypocrisie du régime, les rangs des FM gonfleront rapidement. En 1944, le FM a 1500 filiales rien qu’en Égypte.

Le nombre de membres passe d’un demi-million à deux millions en 1948. Et en embrassant la cause palestinienne, les FM augmenteront encore leur influence.

Au service des Britanniques

JPEG - 68 ko

Dans Secret Affairs : Britain’s Collusion with Radical Islam (2010), l’historien anglais Mark Curtis note que dès son arrivée au pouvoir en 1936, le roi Farouk voyait les FM comme un instrument utile pour endiguer l’influence du plus grand parti du pays, le parti nationaliste Wafd, et celui des communistes.

Alors qu’à l’origine les Britanniques tentent d’éliminer les FM, un rapport du renseignement britannique de 1942 note que le palais (du Caire) avait commencé à sponsoriser des sociétés islamiques afin d’écarter des rivaux et pour favoriser les intérêts britanniques. Le premier contact direct documenté entre des officiels britanniques et les FM date de 1941 à une époque où les Britanniques considéraient les FM comme « la menace la plus grave à l’ordre public » en Égypte.

Of course, en échange de la protection et l’argent offert, les Britanniques sollicitent quelques services. A partir de 1942, les Britanniques ont financé les FM, affirme Mark Curtis. Tout en préparant leur élimination, en cas où…

A cette fin, les Britanniques exacerberont les conflits internes entre les dirigeants et fournissent au régime une liste des membres les plus dangereux. La stratégie des Britanniques vise à « les tuer par la gentillesse ».

A Al Banna on offre le droit de lancer un journal et de publier des articles en faveur des « principes démocratiques », ce qui permet de provoquer la « désintégration » des FM, estiment les apprenti-sorciers britanniques. Les notes d’une réunion d’agents britanniques indiquent que les FM formaient une armée de saboteurs et espionnaient au profit des Nazis avec lesquels ils partagent la haine des Juifs.

Cependant, lorsqu’entre 1945 et 1948, les FM s’en prennent aux intérêts anglais dans la zone du Canal de Suez et assassinent deux premiers ministres, le chef de la police et un membre du cabinet, les Britanniques estiment que c’en est trop.

A leur demande les FM sont attaqué et ses membres jetés en prison. Le Premier ministre égyptien Mahmud Fahmi Nokrashi qui donna l’ordre de dissoudre les FM, est assassiné à son tour par un membre des FM. En 1949, Al Banna est alors exécuté par des tireurs payés par le palais, affirme un rapport du MI6.

Force est de constater que bien avant le Londonistan, les Britanniques maitrisaient déjà l’art de jouer avec le terrorisme. Si les cibles arrangeaient Londres, on donne un coup de pouce tout en regardant ailleurs. Et si, par malchance, cela se retourne contre les intérêts de l’Empire, les Britanniques ne montrent aucune pitié pour les « idiots utiles » dont ils ont joyeusement exploités les services.

Gamal Abdel Nasser

Lorsque le groupe des jeunes officiers, dont le futur président Gamal Abdel Nasser dépose le régime probritannique du Roi Farouk le 23 juillet 1952, les FM se divisent en deux. Un premier courant affirme vouloir travailler avec Nasser tout en espérant faire évoluer lentement le pays vers le fondamentalisme islamique.

JPEG - 12.5 ko
Sayed Qutb (1906-1966)
Crédit : alsiraat.co.uk

Le deuxième, moins patient, dirigé par le penseur radical Sayed Qutb (1909-1966), estime que l’Égypte vit dans l’âge préislamique de l’ignorance (Jahilya). Pour lui, ses dirigeants sont des faux musulmans et des oppresseurs. Ils ne méritent que la mort.

Tenu en haute estime aujourd’hui par les djihadistes de Daech et d’Al Qaïda, Sayed Qutb, véritable fondateur de « l’Islam politique » appelle alors à la lutte armée contre les régimes occidentalisés et corrompus du Proche Orient ainsi que contre tous les non-croyants occidentaux.

Lorsque Nasser veut affranchir l’Egypte de la tutelle anglo-américaine et noue des relations avec Moscou, il est la cible d’une tentative d’assassinat par un membre des FM. Alors qu’ils venaient d’obtenir l’autorisation de pouvoir opérer en Égypte, les FM sont une fois de plus déclarés hors la loi.

Cette fois-ci, Nasser, par ailleurs un musulman pieux, se fâche pour de bon. Il dissous leur mouvement, fait brûler son QG, exécute plusieurs de ses dirigeants et fait écrouer environ 15 000 de leurs membres, dont le fameux Qutb.

Le Président Anwar Sadate, qui les connaissait bien, leur donna une nouvelle chance tout en les surveillant de près et en les utilisant à son tour contre ses rivaux. Cependant, lorsque Sadat signe les accords de paix avec Israël, les FM le dénoncent pour avoir trahi l’Islam.

Omar Abdel-Rahman du Groupe islamique, qui coopère avec les FM, lance alors une fatwa (un édit religieux) contre Sadat qui conduira à son assassinat en octobre 1981.


Quand l’idée du voile faisait éclater de rire... par info24fr

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Syrie, la prise du judo de Poutine

24 septembre 2015
Nouvelle Solidarité N°17/2015
Syrie, la prise du judo de Poutine

De Bernard Lewis à Pegida : qui tire les ficelles du choc des civilisations ?

29 janvier 2015
Politique
De Bernard Lewis à Pegida : qui tire les ficelles du choc des civilisations ?

Terrorisme ? C’est la wahhabite connection, imbécile !

6 janvier 2015
Politique
Terrorisme ? C’est la wahhabite connection, imbécile !

Egypte : Morsi allait tenter un coup de force contre son armée

12 juillet 2013
Actualité
Egypte : Morsi allait tenter un coup de force contre son armée

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard