Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilGroupe espaceLes fondamentaux de l’exploration spatiale

Le Plan intégré 1970-1990 de Werner von Braun

Le 28 novembre 1969, à peine quelques mois après l’arrivée du premier vol Apollo, Werner von Braun écrivit un article sur les perspectives du programme spatial américain.

Le contenu avait été présenté au Groupe de travail sur l’espace (Space Task Group) du Président Nixon le 4 août 1969. Mais suite aux coupes budgétaires décrétées par Nixon lui-même, von Braun s’est vite trouvé relégué à un poste honorifique et s’est retiré de la NASA en 1972. Il mourrut en 1977.

Dans cet article, von Braun explique s’être basé sur des études entreprises par la NASA entre 1967 et 1969 pour préparer la période post-Apollo. Leur conclusion : une approche intégrée et globale permettrait de diminuer le coût d’envoi de toute charge utile en orbite terrestre « d’un ordre de grandeur, et peut-être même de trois ordres de grandeur pour les instruments scientifiques ».

Ce Programme intégré 1970-1990 se fondait sur les principes de « ré-employabilité » et d’« interchangeabilité » des composants des diverses structures envoyées dans l’espace, comme on peut le voir dans les dessins fournis par von Braun lui-même.

Von Braun divise les étapes du programme en quatre périodes de cinq ans, afin de couvrir les années 70 et 80, c’est-à-dire une génération. Ce seul fait illustre la rapidité des avancées scientifiques envisagées par von Braun, en réalité une véritable révolution dans l’histoire de l’humanité, aussi importante que la révolution du néolitique et la révolution industrielle du XIXe siècle.

JPEG - 191.9 ko

Les autres grandes divisions du tableau de von Braun sont horizontales, et correspondent aux principaux secteurs d’activité décrits par le programme, qui sont ceux associés à la Terre et à l’orbite terrestre, à la Lune et à l’orbite lunaire, à Mars et ses environs, aux autres planètes et aux astéroïdes peuplant notre Système solaire, et enfin au développement des vaisseaux spatiaux et autres éléments de propulsion nécessaires.

1970-75 : Il faut « capitaliser sur les capacités existantes du programme Apollo, pour le développement d’applications utiles à l’homme, l’exploration initiale de la Lune et une exploration automatisée du Système solaire », explique von Braun.

1976-80 : Développement de systèmes de transport entièrement réutilisables entre la Terre et la Lune, plus une station spatiale en orbite terrestre basse et d’autres petites stations en orbite géostationnaire, ainsi qu’une station spatiale en orbite polaire lunaire, située à une altitude de 100 km et passant par les deux pôles de la Lune. Celle-ci devait constituer, grâce à la période de révolution de la Lune, qui est de 28 jours, « une base logistique mobile située à seulement 100 km et à deux semaines de tout point de la surface lunaire ». [1]

1980-89 : Construction d’une grande base spatiale en orbite basse terrestre, plus une base permanente sur la Lune, ainsi que le début d’une activité économique sélène destinée à transformer les ressources extraites sur place. Von Braun avait prévu le départ, depuis l’orbite terrestre en novembre 1981, d’une mission habitée vers Mars, qui se serait posée sur la surface après avoir collecté des échantillons et les avoir analysés dans un laboratoire situé en orbite martienne. Une autre mission serait partie en 1983 puis une troisième en 1986, laissant derrière elle les premiers habitants d’une colonie semi-permanente.

Ainsi, en 1989, un total de 244 astronautes auraient été simultanément en activité dans l’espace : 100 en orbite terrestre, 48 sur la surface et 24 en orbite lunaire et le même nombre sur Mars et en orbite autour de celle-ci ! A comparer aux 6 astronautes de garde à l’ISS à l’heure actuelle, soit 22 ans plus tard...

Von Braun prévoyait la nécessité de développer de nouveaux types de véhicules pour transporter les hommes, les denrées et les équipements pour construire ces stations et bases spatiales. Dès la seconde moitié des années 70 devait démarrer les travaux pour une navette spatiale entièrement récupérable. Elle devait décoller de manière verticale depuis un aéroport adapté et être dotée d’un réservoir principal pouvant revenir en vol plané contrôlé, puis atterrir dans un endroit immédiatement accessible avant d’être récupéré pour un nouveau lancement.

La navette qui vit finalement le jour en 1981 était en-deçà des spécifications demandées par von Braun, car son réservoir principal n’était pas récupérable. Le principal problème fut toutefois la réduction globale du budget spatial américain dans son ensemble, ajouté au fait que la station spatiale où elle devait se rendre avait été abandonnée en 1974, soit 7 ans avant sa mise en service.

En même temps, il fallait développer un remorqueur spatial à forte capacité d’accélération pour tracter les vaisseaux depuis l’orbite basse terrestre vers le point de départ pour la Lune, ainsi que pour l’aller-retour entre l’orbite basse et la surface lunaire. Un autre véhicule devait être développé à peu près en même temps, une navette nucléaire pouvant remorquer des vaisseaux plus lourds destinés à transporter des charges entre la Terre et la Lune ou à voyager vers Mars. Ces navettes nucléaires devaient être utilisées uniquement dans l’espace, dans des environnements de faible gravité.

Un aspect essentiel de tout ce programme intégré est ce que von Braun appelait l’« interchangeabilité » des composants, surtout pour la partie non motorisée des vaisseaux, celle servant de lieu de chargement, de stockage et d’habitacle pour les astronautes, ainsi que les stations et bases spatiales. Tous ces éléments auraient été constitués, du moins pour la première génération, d’un seul élément, qui est le troisième étage (S-IVB) de la fusée Saturne V utilisée pour le programme Apollo. Von Braun avait initialement prévu de se servir du deuxième étage (S-II), sensiblement plus grand (environ trois fois) car plus haut et doté d’un diamètre plus important (10,1 m au lieu de 6,6), mais il dut se rabattre sur le troisième étage pour des raisons essentiellement budgétaires. C’est cet élément qui servira finalement pour la station Skylab, mais qui n’aura été utilisé que 171 jours (de mai 1973 à février 1974).

JPEG - 22.9 ko
Dessin préparé pour la réunion du Groupe de travail sur l’espace avec le Président Nixon le 4 août 1969, montrant la grande similitude entre le troisième étage (S-IVB) de la fusée Saturne V et le vaisseau spatial pour les voyages vers Mars.

Cet étage S-IVB devait être décliné sous forme de module à usage multiple (d’où le concept d’« interchangeabilité ») de sorte à être aménagé comme vaisseau pour les voyages Terre-Lune-Mars, ou à être combiné avec d’autres modules identiques pour faire des stations spatiales plus ou moins grandes. Ainsi, la station spatiale située en orbite terrestre basse, qui devait par la suite être agrandie pour constituer une véritable base, la ou les station(s) située(s) en orbite géostationnaire terrestre, celle(s) se trouvant en orbite autour de la Lune et plus tard autour de Mars ou des lunes de Mars, auraient toutes été composées de modules S-IVB. Von Braun alla même jusqu’à proposer qu’un tel module soit placé sur un remorqueur spatial pouvant se poser avec « sa charge » sur le sol lunaire, pour y former une station lunaire à deux étages !

JPEG - 23.5 ko
Autre dessein du Groupe de travail sur l’espace. Deux des navettes nucléaires servent à pousser le vaisseau sur l’orbite de transfert vers Mars, et la dernière navette l’accompagne pour effectuer les manœuvres de changement d’orbite aux alentours de Mars.

Les dessins de von Braun font apparaître ce module un peu partout, doté ou non de panneaux solaires et assemblé avec d’autres éléments selon les circonstances. [2] En ce qui concerne Mars toutefois, la forte gravité (et la présence d’une faible atmosphère) demande et permet l’usage d’un autre type de véhicule, qui devait être développé dans la première moitié des années 80. Von Braun l’avait baptisé Module d’excursion martien (voir tableau).

Le seul aspect de son programme qui a véritablement été réalisé concerne toute la partie sur l’exploration automatisée du système solaire : une grande partie des sondes envisagées se sont bel et bien élancées vers les confins du Système solaire et même au-delà. Il y a eu également le développement, grâce aux progrès accomplis dans l’électronique et l’informatique, de mécanismes de contrôle pouvant être directement transférés à bord des véhicules spatiaux, diminuant considérablement le nombre de personnes (près de 200 000 à l’époque d’Apollo !) plus ou moins directement impliquées dans les différentes procédures de contrôle et de vérification au sol. Von Braun avait appelé de ses vœux ce type de progrès car il espérait, comme nous l’avons dit précédemment, que les coûts puissent être diminués d’un à trois ordres de grandeur.

Grâce à une automatisation intensifiée, de nombreux satellites exercent les fonctions initialement dévolues aux stations spatiales. Il y a toutefois lieu de se demander si l’intégration de ces fonctions dans des stations spatiales n’aurait pas facilité l’entretien et le rapatriement des parties défectueuses ou usées sur Terre, ce qui aurait peut-être permis d’éviter la multiplication des débris sur la ceinture orbitale basse.

De manière plus générale, comme l’avait bien compris von Braun, « s’attaquer à des problèmes techniques d’activité spatiale complexe améliore nos qualifications dans l’ingénierie et les sciences comme source ultime d’une expansion économique continue ».

Le manque de vision de Nixon et des autres présidents qui lui ont succédé a fait des Etats-Unis une puissance rongée par la spéculation financière, la désindustrialisation et le consumérisme, en directe contradiction avec la vision intégrée défendue par von Braun.

JPEG - 950.1 ko
Version remaniée par le groupe espace de Solidarité et Progrès du tableau original de von Braun, résumant son Plan intégré 1970-1990.
Cliquez ici pour agrandir

[128 jours / 2 moitiés d’orbite = 14 jours ou 2 semaines.

[2Par exemple, pour se poser sur la Lune, von Braun a combiné le remorqueur décrit dans la cellule 4-2 du tableau (rangée 4, colonne 2), avec le module S-IVB des Ateliers d’application Apollo (cellule 1-1), pour former l’assemblage mod. S-IVB/remorqueur, le troisième dessin de la cellule 2-2.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard