Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilGroupe espaceConcepts retenus

Sélénopolis, patrie de l’hélium 3

La rédaction

Article adapté d’une présentation de Nataly Lovegren, sur le site du LaRouchePAC.

Après l’arrivée du rover chinois Lapin de jade sur la Lune en décembre dernier, l’ancien astronaute américain Harrison Schmitt, premier scientifique et dernier homme à avoir mis le pied sur la Lune en 1972, a fait remarquer que cette mission n’était pas une entreprise isolée de la part de la Chine mais le début d’une stratégie à long terme pour coloniser notre satellite naturel.

La nomination de Xu Dazhe à la tête du programme spatial chinois, alors qu’il dirige déjà l’Autorité de l’énergie atomique ainsi que le programme de développement des sciences, de la technologie et de l’industrie pour le compte du ministère de la Défense, montre la profondeur de l’engagement des Chinois à l’égard de la Lune. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas caché leur intérêt pour les gigantesques réserves d’hélium-3 qui s’y trouve, un combustible qui sera utilisé dans des réacteurs de fusion nucléaire de 2e génération. Les Chinois consacrent d’importants efforts à la recherche dans le domaine de la fusion nucléaire.

La découverte de l’hélium-3 lunaire est une conséquence directe du programme Apollo, bien que personne n’avait soupçonné à l’époque l’intérêt extraordinaire que pouvait revêtir cette matière si rare sur Terre (voir encadré). La raison est que cette réaction nucléaire impliquant l’hélium-3 n’était tout simplement pas connue, même d’un point de vue théorique, au moment du programme Apollo. Ceci illustre bien comment, dans l’histoire de la science, le potentiel économique que revêt une découverte ne se révèle souvent qu’une ou deux générations plus tard.

Alors que le Congrès américain avait affirmé, avec la Loi d’autorisation de 2008 de la NASA, que le pays devait consacrer 3 milliards de dollars supplémentaires pour préparer le retour des Etats-Unis sur la Lune, l’administration Obama a malheureusement décidé de tuer ce programme.

 La réaction de fusion

JPEG - 102.5 ko
Réactions de fusion de première et de deuxième génération
Celle de la deuxième génération implique des noyaux de deutérium et d’hélium-3 puis la production de protons et d’hélium-4, des particules chargées que l’on peut facilement extraire du réacteur pour fabriquer de l’électricité.

C’est au cours des années 80 que furent découvertes pour la première fois, à l’Université du Wisconsin (Fusion Technology Institute), les réactions de fusion impliquant l’hélium-3. Des chercheurs y étudiaient les différents types de réaction impliquant les isotopes de l’hydrogène et de l’hélium et se rendirent compte que celles utilisant de l’hélium-3 ne produisaient aucun neutron. On découvrit ainsi, pour la première fois, un type de réaction de fusion ne produisant que des particules chargées (et stables en plus), permettant d’extraire plus facilement l’énergie qu’avec des particules non chargées comme des neutrons. Il suffit en effet d’un champ électromagnétique pour guider les particules chargées dans la direction souhaitée hors du réacteur, alors qu’avec les neutrons il faut extraire la chaleur issue de leur collision avec la paroi extérieure et la convertir en vapeur puis en électricité. Les électrons engendrent également des réactions secondaires qui viennent endommager les parois du réacteur.

On découvrit aussi que cet isotope de l’hélium était bien rare sur Terre, et on calcula que la quantité totale disponible ne pouvait pas dépasser les 200 kg sur toute la surface de la planète. On se douta bien vite que même si le Soleil, en tant que gigantesque machine à fusion, devait à coup sûr en produire d’importantes quantités, il y en a si peu sur Terre tout simplement parce que le champ magnétique de notre planète constitue un bouclier filtrant les particules chargées en provenance du Soleil (voir figure 2).

PNG - 303.2 ko
Figure 2. Schéma représentant le bouclier magnétique protégeant la Terre contre les vents solaires
On voit ici que la Lune reste souvent sans protection, sauf lorsqu’elle passe derrière la Terre.

Or, il n’y a aucun champ magnétique autour de la Lune, et on avait toutes les raisons d’espérer que son sol contiendrait des quantités substantielles d’hélium-3. C’est pourquoi les chercheurs de l’Université du Wisconsin se rendirent en toute hâte en 1986 à la NASA pour analyser les échantillons de sol lunaire ramenés par les missions Apollo, afin de confirmer leur hypothèse. Et leurs collègues de la NASA répondirent : « Bien sûr que nos échantillons regorgent d’hélium-3, nous le savons depuis 1970. Mais pourquoi cela vous intéresse-t-il, est-ce qu’il peut servir à quelque chose ? » Ainsi, il aura fallu attendre 16 ans pour faire le lien entre les deux domaines de recherche.

 La colonisation de la Lune

Les échantillons lunaires ont permis de faire une autre découverte intéressante, qui aura d’immenses répercussions sur les projets de colonisation de la Lune. Comme le montre la célèbre photo de l’empreinte du pied de Neil Armstrong sur la Lune, la poussière lunaire n’a pas une structure aussi fluide que celle à laquelle nous nous attendrions si nous faisions un parallèle avec la Terre. Les bords de l’empreinte sont très marqués, contrairement à celle qu’on laisserait dans le sable ici sur Terre.

La poussière lunaire est très différente de notre sable terrestre, bien que sa composition chimique, à base de silicates, soit la même. Sur Terre, les silicates formant la roche mère ont été érodés par l’action de l’eau, de l’atmosphère et de la vie, alors que sur la Lune ce sont presque exclusivement les météorites qui ont cassé cette roche mère en morceaux. En l’absence d’atmosphère et de champ magnétique, les grains de silicate lunaires ont subi par ailleurs un autre processus d’érosion, complètement inexistant sur Terre : celle d’une myriade de micrométéorites atteignant la surface lunaire à des vitesses bien plus élevées que sur Terre, excédant les 70 000 km/h.

PNG - 131.3 ko
Figure 3. Un agglutiné issu de l’action des micrométéorites.

L’action de ces micrométéorites ultra énergétiques, d’une taille inférieure à un millimètre, fait fondre les grains de silicate et les combine avec d’autres grains non fondus, pour les agglutiner en grains plus gros de forme irrégulière contenant des sphérules de verre et aussi des bulles, ce qui les rend extrêmement abrasifs et nuisibles (voir figure 3). Les bulles ont été formées par l’évaporation, après l’impact des micrométéorites, des ions d’hydrogène et d’hélium (dont le fameux hélium-3) apportés en grandes quantités par les vents solaires et qui se sont collés à la surface des grains. Ces « agglutinés » ont une taille variant de quelque vingt micromètres à quelques millimètres et finissent par constituer une partie importante de la poussière lunaire. Rappelons qu’un cheveu a une épaisseur d’environ 50 micromètres.

 Le secret de la poussière lunaire

La chose la plus étonnante avec cette poussière lunaire est qu’elle est magnétisée. Un autre géologue, Lawrence Taylor, qui a travaillé étroitement avec Harrison Schmitt depuis son séjour sur la Lune, s’est rendu compte que ce magnétisme était associé à de très petites particules de fer natif, à l’échelle du nanomètre, c’est-à-dire mille fois plus petites que les grains de poussière les plus petits. Leur existence est due à l’action combinée des vents solaires et des micrométéorites. Les ions d’hydrogène apportés par les vents solaires s’évaporent sous l’impact des micrométéorites et réagissent avec les molécules d’oxyde de fer présentes dans les grains de silicate pour former ces nanoparticules de fer à l’état natif, qui se retrouvent piégés à l’intérieur des agglutinées ou bien se déposent en couche sur la surface de tous les grains de poussière, agglutinés ou non.

Lawrence Taylor et son équipe ont également découvert que si l’on passait cette poussière au micro-onde, elle fondait en quelques minutes, et ce malgré le fait que le fer ne fond normalement qu’à partir d’une température de 1535°C, sans parler du fait qu’on ne met pas de métal dans un micro-onde !

Les nanoparticules, par le fait qu’elles sont en quelque sorte isolées, absorbent l’énergie des ondes et forment en alternance avec les grains de silicates une matière qui emmagasine la chaleur. Des températures plus élevées que celles normalement obtenues dans un four micro-onde sont ainsi atteintes.

Le résultat, qui est extrêmement intéressant pour les futurs projets de colonisation de la Lune, est que ce processus permet de produire sur place, à partir de cette poussière lunaire autrement si nuisible, une sorte de béton tout usage. On pourra lors du même processus extraire l’hélium-3 et l’hélium-4 que l’on pourra rapatrier sur Terre, ainsi que les autres gaz (azote, oxygène, etc.) qui seront fort utiles sur la Lune. Il est ainsi ironique que l’absence d’atmosphère et de bouclier magnétique ait permis aux vents solaires et aux micrométéorites d’engendrer une matière première aussi singulière !

On pourra ainsi créer sur place, en utilisant une sorte de « moulin à micro-onde » l’eau, l’oxygène et les autres composés utiles à la vie. On pourra paver d’immenses surfaces du sol lunaire pour faire des plateformes qui accueilleront des télescopes et les protégeront de la poussière, pour faire des pistes d’atterrissage, pour créer le béton qui servira de bouclier de protection contre les radiations cosmiques et solaires et bien d’autres choses encore.

Ajoutons à tout cela que l’Agence spatiale européenne est en train de développer un projet d’imprimante 3D, la « D-Shape » de l’ingénieur Enrico Dini, qui permettra de fabriquer directement sur la Lune, à partir de la poussière lunaire, les structures nécessaires à la construction d’un habitat humain.

A quand le prochain départ pour Sélénopolis ? Et comment cela se dit-il en chinois ?

(Traduction et adaptation : Benoit Chalifoux)

 L’hélium, un élément rare et pourtant très utile

S’il s’agit d’un des éléments les plus répandus de l’univers, l’hélium se fait rare sur Terre, car sa densité est faible et il s’échappe rapidement de l’atmosphère. Déjà, l’hélium ordinaire (4He), un élément inerte, est fortement utilisé dans l’industrie électronique comme atmosphère protectrice pour la croissance du silicium des circuits intégrés. Dans le spatial, cet élément permet de pressuriser les réservoirs des moteurs de fusées. Dans les hôpitaux, les aimants des appareils d’IRM sont maintenus à basse température par l’hélium liquide (-269°) et on s’en sert au CERN de Genève pour refroidir les expériences de physique des particules.

L’hélium 3 est un isotope stable et non radioactif de l’hélium et un candidat idéal comme combustible alimentant des réacteurs de fusion nucléaire de 2e génération. Alors que sur Terre, on estime qu’il existe à peine 200 kg d’hélium-3, la sonde chinoise Chang’e-1 en octobre 2007 a permis d’évaluer à 100 000 tonnes les réserves lunaires. Or, en termes énergétiques, une vingtaine de tonnes d’hélium-3 suffirait à répondre à la demande d’électricité des Etats-Unis et de l’Europe pendant un an, ce qui voudrait dire que l’humanité disposerait d’énergie pour des centaines d’années.

La réaction de fusion deutérium-hélium se fait à partir d’isotopes qui ne sont pas radioactifs, ne produit pratiquement aucune radioactivité ni aucun élément radioactif. Pour ce qui est des applications médicales, lorsqu’il s’agit de regarder à travers les parois des poumons par exemple, rien n’arrive à la cheville de l’hélium-3.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard