Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 14 novembre - Jacques Cheminade : L’esprit du Tianxia et la France Lire 14 novembre - L’Institut Schiller lance son nouveau dossier sur les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité

Ulrich Scholz : la guerre, une pathologie occidentale

La rédaction

Voici la transcription de l’intervention du lieutenant-colonel Ulrich Scholz (cr), ancien pilote de chasse, service planification de l’OTAN et conférencier sur l’art de la guerre du ciel, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller des 25 et 26 juin 2016 à Berlin.

Retour à toute la conférence et aux autres orateurs.

La guerre, une pathologie occidentale

Bonjour. Je vais vous parler de la guerre, que j’appellerais une pathologie occidentale.

Je vais commencer par vous parler un peu de moi, pour que vous sachiez que je ne suis pas un pacifiste béat. J’ai été un soldat durant la moitié de ma vie. Je suis pilote de chasse, formé par les Américains. Je sais comment larguer des bombes, y compris nucléaires, et j’ai appris à d’autres comment le faire. Ce métier me plaisait. J’ai fait mon cursus dans l’armée de l’Air américaine. J’adore la culture américaine et j’ai beaucoup d’amis américains, qui sont des gens très bien.

Je pense que je devais le préciser, car à entendre ce que je vais dire maintenant, vous pourriez douter que je sois encore un grand ami de l’Amérique.

J’utiliserai trois métaphores, et je vous apprendrai les trois questions à poser, avant d’en arriver à la conclusion que la guerre ne doit plus être un moyen politique. Voilà l’essentiel. J’utilise des métaphores parce que j’ai compris que c’est le meilleur moyen d’apprendre quelque chose aux adultes sans qu’ils s’en rendent compte.

Deux métaphores à propos de cette image : de quel film est-elle tirée ? – De La planète des singes. Je ne vais pas vous en expliquer l’intrigue, parce que ce film va au cœur des thèmes de cette conférence.

Bien. Tout a commencé avec ces deux personnes sympathiques, Carl von Clausewitz, jeune général de l’Armée prussienne, et son épouse. Après les guerres napoléoniennes, Clausewitz a essayé de saisir les principes essentiels de la guerre en étudiant Napoléon, et il rédigea ce livre. Malheureusement, il est mort avant de pouvoir le finir et c’est sa femme Marie qui l’a terminé à partir du premier chapitre, sur la base de ses notes. C’était extraordinaire à l’époque qu’une femme écrive un livre sur la guerre !

L’un des fondamentaux de Clausewitz est cette phrase célèbre : « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. » Je souligne que c’est un résumé de ce qu’il avait étudié. Mais ce qui est incroyable, c’est qu’encore aujourd’hui, les hommes politiques et les généraux l’appliquent comme une recette de cuisine : nous devons seulement étudier la guerre pour l’appliquer correctement, afin de faire passer des intérêts politiques. C’est scandaleux !

Si l’on prend les guerres des deux cents dernières années, les principales ont fait plus de 150 millions de morts. Actuellement, nous avons 4000 armes nucléaires actives dans le monde. Et pourtant, dans nos chartes du droit international, il est écrit que la guerre est interdite.

Mais les politiciens et les généraux réfléchissent encore à la manière d’utiliser la guerre pour parvenir à leurs fins. Je pense que cela relève d’une pathologie. Car au vu de ces faits – et je dis toujours que la guerre est une offense à l’intelligence humaine – quel individu sensé songerait à faire la guerre ?

L’autre personnage que je vais évoquer est le célèbre poète allemand Goethe, en prenant ces quelques vers qu’il a utilisés comme métaphore :

Dans la respiration sont incluses deux grâces,
Absorber l’air et s’en décharger.
De ces deux mouvements,
L’un oppresse, l’autre soulage.
Ainsi la vie est un mélange étrange,
Remercie Dieu lorsqu’il t’opprime
Et le remercier encore, lorsqu’il te délivre.

Je compare cette métaphore de la respiration au système capitaliste. Pour moi, respirer, c’est la croissance. Dans nos systèmes, nous avons appris à inspirer. Malheureusement, nous avons oublié comment expirer. Et la guerre est, pour moi, la manière ultime, désespérée, d’inspirer. Cette maladie, comme vous le savez, s’appelle l’asthme, les gens qui en souffrent ne peuvent pas exhaler l’air de leurs poumons. Ainsi, le système économique occidental est asthmatique.

Que faire alors pour donner à notre monde une respiration équilibrée ? Un changement de paradigme, c’est notre sujet ici. Nous devons changer. Le premier pas que je propose, c’est de se délivrer de ce vieux paradigme de la guerre. C’est là que je veux en venir.

Passons maintenant aux trois questions. Si vous lisez ou entendez parler d’un gouvernement qui s’apprête à faire la guerre, vous devez toujours vous interroger sur ces trois points : Objectif politique, Doctrine militaire, Éthique. Quel en est l’objectif politique ? Comment le militaire entend-il l’atteindre ? Quelles en seront les implications pour notre éthique ? Ces trois questions, on peut les poser pour toutes les guerres. Je viens d’examiner celles que l’Occident a menées ces vingt-cinq dernières années et aucune d’elle ne passe le test. Et pourtant, on continue à faire la guerre.

Je vais prendre l’exemple de l’opération « Résolution inhérente » en cours (la campagne de bombardements américains contre l’État islamique), pour vous montrer la faille de ces trois points.

Vous voyez ici la page du site du Pentagone consacré à cette opération, qui est accessible au public. Ce qu’un objectif politique doit toujours comporter, pour que le militaire puisse le poursuivre avec les moyens militaires, c’est un résultat final. Lorsque les forces militaires auront fait leur boulot, à quoi ressemblera le monde ? Comme nous, les Occidentaux, aimons tout contrôler, nous aimons les chiffres. Nous aimons pouvoir en donner. On peut les trouver sur ce site.

Le nombre de cibles frappées et détruites est mis à jour quotidiennement. On peut le consulter tous les jours. Le décompte a commencé en 2014. Malheureusement, ce qu’ils ne donnent pas, c’est le chiffre à partir duquel on a gagné. Le décompte peut donc continuer sans fin. Au Vietnam, ils ont perdu à force de compter – le fameux « décompte des cadavres ». Et pourtant, ils continuent. C’est pathologique, n’est-ce pas ?

Si vous lisez « nombre de bâtiments détruits : 6500 », je me demande qui se trouvait dans ce bâtiment, à part des terroristes ? Qui était dans le bâtiment voisin ?

Les objectifs politiques doivent donc être clairement définis. On doit établir précisément ce que le militaire doit accomplir. Je vous cite les objectifs politiques de « Résolution inhérente » : il s’agit de « vaincre Daech militairement afin d’augmenter la stabilité régionale. » Voit-on une quelconque stabilité dans cette région ? Comment pourrait-on accroître quelque chose qui n’existe pas ? Quelle folie !

Le deuxième objectif politique est de « vaincre l’idéologie de Daech ». Comment vaincre une idéologie à coup de bombes, vous pouvez me le dire ? « Empêcher l’afflux de combattants étrangers dans toutes nos nations. » Les bombardements au Moyen-Orient vont « arrêter l’afflux de terroristes chez nous » ? C’est faisable par des moyens militaires ?

Ces deux objectifs politiques sont la base des bombardements que nous y effectuons tous les jours. On pourrait déjà s’arrêter là. Quel gâchis de vies et d’argent !

Passons à la doctrine militaire. Le président Obama a déclaré en septembre 2014 : pas de forces terrestres américaines. La doctrine, c’est le mode de combat. Après le Vietnam, les États-Unis ont développé la doctrine d’effort conjoint – nous utilisons tout ce que nous avons : Armée de terre, Marine, Armée de l’air, Forces spéciales. Nous étudions le problème, puis nous décidons si nous pouvons en venir à bout et comment y parvenir. Mais Obama a dit « pas de forces terrestres ». Un général aurait dû protester immédiatement : c’est contre notre doctrine, nous ne le ferons pas. Mais ils le font quand même.

Ils utilisent des forces rebelles sur le terrain, des forces indigènes, comme on les appelle, pour que cela sonne scientifique. Cela n’a rien à voir avec un effort conjoint : il n’y a pas de culture militaire commune, pas de langue commune, pas de procédures communes, pas de cohérence des forces. Ce sont deux choses différentes qui se déroulent. D’une part, les Kurdes et tous les « bons types » sur le terrain qui essaient de faire quelque chose, et de l’autre, la guerre aérienne qui se déroule au-dessus d’eux. Pas très professionnel !

Combattre avec la seule puissance aérienne — ce que les États-Unis et l’OTAN ont fait depuis vingt-cinq ans dans plusieurs pays – est inutile. C’est tout bonnement inutile.

Et maintenant, l’argument massue : les rebelles et les insurgés éviteront toujours les grandes offensives militaires. Ils se mêlent à la population... délibérément. Si vous tentez de frapper des terroristes à Alep ou à Raqqa, malgré toute votre précision et malgré un ciblage rigoureux, vous toucherez des civils. Maintenant, je vous demande : combien d’enfants allez-vous tuer pour éliminer un terroriste ? Moi je réponds : aucun.

Au QG des forces aériennes, au Qatar, il y a un conseiller juridique qui intervient dans le processus de planification. L’OTAN en a un, les Français et les Allemands aussi. C’est un conseiller juridique, un avocat, qui va dire au planificateur combien tel ou tel terroriste « vaut » de civils. Il prononce des condamnations à mort. Il propose : « 20 ? Non. Dix ? D’accord. » Cela arrive tous les jours et personne ne s’en soucie. C’est scandaleux !

J’en arrive à mon dernier point. Comment passer de ce vieux paradigme basé sur la guerre à un nouveau ? Je pense qu’il faut un changement culturel, et qu’il ne peut venir de l’ordre passé. C’est la dictature, nous en avons déjà fait l’expérience. Et le changement culturel par le bas, c’est la guillotine, nous l’avons connu aussi. On ne peut y parvenir que si les gens apprennent et cela ne peut se faire qu’en ouvrant le débat, en informant les gens, en les encourageant à dire « non ». Dans cet esprit, interrogez les hommes politiques, les généraux, posez-leur ces trois questions sur les objectifs, l’éthique et, bien sûr, les moyens militaires.

Je plaide donc pour qu’on tourne le dos au paradigme consistant à faire la guerre pour des motifs géopolitiques. On ne doit faire la guerre que pour des raisons humanitaires. C’est là-dessus que je finirai mon discours.


Retour au programme de la conférence avec les liens aux autres interventions.

Retrouvez toute la conférence sur le site New Paradigm.

Cet article a été repris d'un autre site.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Conférence de Berlin :
l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

8 juillet 2016
Nouvelle Solidarité N°14/2016
Conférence de Berlin : <br>l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

Helga Zepp-LaRouche : un avenir radieux attend l’humanité, pourvu qu’on lui évite le destin des dinosaures

5 juillet 2016
Actualité
Helga Zepp-LaRouche : un avenir radieux attend l’humanité, pourvu qu’on lui évite le destin des dinosaures

Fouad Al-Ghaffari : notre mobilisation au Yémen pour la Nouvelle route de la soie

1er juillet 2016
Actualité
Fouad Al-Ghaffari : notre mobilisation au Yémen pour la Nouvelle route de la soie

La guerre contre l’Etat-nation : le cas de Bertrand Russell

28 septembre 2004
Histoire
La guerre contre l’Etat-nation : le cas de Bertrand Russell

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard