Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

L’Iran va construire « son canal de Suez »

JPEG - 160.5 ko
Carte du grand projet russe visant à relier par voie fluviale l’Arctique avec le golfe Persique, en passant par la mer Caspienne et l’Iran.

D’après des échos dans la presse, l’une des initiatives les plus ambitieuses, que Téhéran envisage de lancer, prévoit le creusement d’un canal d’environ 1500 km traversant l’Iran du nord au sud permettant de relier la mer Caspienne au golfe Persique.

En réalité, il ne s’agit là que d’un tronçon d’un méga-projet conçu au XIXe siècle par des ingénieurs russes (voir carte ci-dessus). Ces derniers envisageaient alors, afin de contourner aussi bien la Turquie que le canal de Suez, à l’époque sous la mainmise de l’Empire britannique, la construction d’un canal navigable reliant l’Arctique avec le golfe Persique.

Le projet russe est sorti des cartons en 2008, lorsqu’il a été présenté aux journalistes au Tachkent (Ouzbékistan). Les planificateurs du projet prévoient un canal de presque 5 000 km de long et de 15 mètres de profondeur d’un coût total de construction de 150 milliards de dollars mais dont le revenu annuel représenterait entre 10 et 15 milliards de dollars. En clair, en dix ans, le prix de construction serait amorti, ce qui est, pour ce type de projet dont la rentabilité se démontre sur 50 à 100 ans, d’une rapidité étonnante.

Ce grand projet permettrait d’optimiser le trafic entre la région de l’Oural, l’Asie centrale et le golfe Persique et de mettre en relation la route maritime du Nord (péninsule de Yamal en Sibérie) avec le golfe Persique (Bandar-Abbas) via la mer Caspienne. Une liaison entre cette dernière et la mer Noire est également envisagée.

Si l’Iran met aujourd’hui le projet sur la table, c’est également parce que son allié, la Russie, est en froid avec la Turquie. Rien qu’une liaison fluviale de la mer Caspienne au golfe Persique permettrait à la Russie et d’autres pays de l’Asie centrale de contourner aussi bien le canal de Suez que les détroits turcs du Bosphore et des Dardanelles afin d’accéder à l’océan Indien, c’est-à-dire à la Chine, à l’Inde et au reste de l’Asie.

Lors de son intervention à la conférence de l’Institut Schiller de novembre 2012 à Flörsheim en Allemagne, Ali Reza Sheikh Attar, l’ambassadeur de la République Islamique d’Iran en RFA avait déclaré :

Je dois dire qu’il existe un énorme projet en Iran et un groupe de travail s’en occupe actuellement. L’étude de faisabilité a même été réalisée, pour relier la mer Caspienne au golfe Persique. Vous savez, l’Iran, contrairement aux pays arabes, n’est pas un désert. Seulement un tiers, presque 35 % de l’Iran est un désert. Ces déserts se trouvent au centre et au sud-est de l’Iran qui, si un canal peut être construit de la mer Caspienne au golfe Persique, le flux de l’eau, l’humidité et toutes ces conséquences verdiront le désert. Et ce projet est confirmé par l’Iran, et maintenant, on en est aux détails d’ingénierie.

En 2012, l’ex-ministre iranien de l’Énergie Majid Namjoo avait estimé que le coût du projet iranien s’élevait à environ 7 milliards de dollars.

En février 2015, le président de la commission des Affaires étrangères et de la sécurité nationale du parlement iranien Alaeddin Boroujerdi a affirmé que Khatam-al Anbiya, une société d’ingénierie appartenant au corps des Gardiens de la révolution islamique, s’intéressait de près au projet qui serait achevé au cours des années 2020.

Le 26 mars 2016, l’agence Sputnik rapporte que maintenant que l’Iran relance son projet :

Tout le monde n’a pas accueilli l’idée à bras ouverts. L’Occident et la Turquie ont directement ou indirectement tenté de bloquer l’esquisse de voie navigable. En fait, les États-Unis ont imposé des sanctions contre les sociétés impliquées dans le projet.

Depuis Alexandre le Grand

JPEG - 216.8 ko

D’après les chroniques, Alexandre le Grand, déjà, aurait envisagé de construire deux canaux permettant de faire communiquer la partie occidentale de son empire (la Grèce et la Perse) avec l’Indus lointain : l’un du golfe de Suez au Nil, l’autre du golfe Persique à la mer Noire et la mer Caspienne… en passant par l’Euphrate et le Tigre (Irak actuel) ou par la Perse, c’est-à-dire l’Iran d’aujourd’hui.

En ce qui concerne Suez, les traces archéologiques du « canal des Pharaons » indiquent amplement que l’Égypte y travaillait depuis bien longtemps avant Alexandre. Plus proche de nous, au XVIIe siècle, un Marseillais avait suggéré à Sully de convaincre le Roi Henri IV de construire... le canal de Suez.

L’idée de l’autre canal, celle d’un canal navigable allant de la mer Caspienne au golfe Persique en passant par l’Iran, a survécu dans les esprits sous le nom d’Iranrud (fleuve iranien). Et la Russie, à la recherche d’un accès plus direct aux « mers chaudes » et sans passer par la Turquie et l’Égypte, s’y intéresse depuis longtemps.

Paradis du caviar, la mer Caspienne est une mer salée et fermée (endoréique) dont la surface dépasse celle de l’Allemagne.

Au début des années 1970, un groupe d’ingénieurs et de spécialistes de l’hydrologie de la région s’est penché sur le projet de liaison fluviale. Après une interruption des travaux lors de la guerre Iran-Irak en 1979, les études furent relancées et 130 experts ont travaillé sur le sujet. En 2005, la conclusion d’une étude de faisabilité a été présentée au Parlement iranien par l’Institut pour les études infrastructurelles. Toutes ces recherches ont démontré que les experts de la région disposent de la connaissance scientifique, de l’expérience et du savoir faire technologique pour réaliser un projet techniquement fiable et économiquement abordable.

Les tracés possibles

JPEG - 90.8 ko
Cette carte de l’Iran indique les deux trajets envisagés pour le canal : par l’ouest (950 km, ligne bleue clair) ou par l’est (1650 km, ligne bleue foncé).

Les experts retiennent deux tracés pour un tel canal :

  • Le trajet occidental, en gros suivant la distance la plus courte d’environ 950 km reliant la mer Caspienne au port de Khorramshahr dans golfe Persique. Si ce tracé est le plus court, il représente des difficultés énormes à surmonter sur le plan géologique car le relief monte à plus de 1800 mètres. C’est pour cela qu’il a été moins étudié que le tracé oriental.
  • Le tracé oriental, allant du port de Chabahar dans le golfe d’Oman à la province du Mazandéran au sud-est de la mer Caspienne, s’étend sur 1465 à 1600 km. Ce tracé a été proposé par l’ingénieur iranien H. Farzad en 1996. Bien que ce tracé soit plus long, il profite des plaines et permet d’apporter de l’eau à des régions frappées depuis des décennies par la sécheresse, sous condition de dessaler l’eau qu’on y envoie.

Pour plus de détails techniques :
l’article en anglais : Iran rud : The Great Canal of Persia

PNG - 331.2 ko
L’étude de l’Institut Schiller, publiée en anglais, en chinois et en arabe, détaille les grands projets d’infrastructure qui s’inscrivent dans la politique de la Nouvelle route de la soie et ses extensions dans le monde. Commander le rapport.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

L’Asie tremplin pour la paix mondiale

18 mars 2016
Nouvelle Solidarité N°6/2016
L’Asie tremplin pour la paix mondiale

La Chine veut intégrer l’Iran dans la Nouvelle route de la soie

21 décembre 2015
Actualité
La Chine veut intégrer l’Iran dans la Nouvelle route de la soie

Fatemeh Hashemi Rafsandjani : l’Iran restera au coeur de la Route de la soie

29 octobre 2014
Orientation stratégique
Fatemeh Hashemi Rafsandjani : l’Iran restera au coeur de la Route de la soie

S.E.M. l’Ambassadeur Ali Ahani : l’Iran est prête à coopérer avec les BRICS

18 juin 2015
Actualité
S.E.M. l’Ambassadeur Ali Ahani : l’Iran est prête à coopérer avec les BRICS

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard