X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualitéNouvelle Solidarité
Nouvelle Solidarité N°4/2015

La dette ou la vie !

JPEG - 514.4 ko
Nouvelle Solidarité N° 4/2015 - Pour vous abonner, cliquez ici.

• ÉDITORIAL de Jacques Cheminade : De Gaulle = Mendès. (p. 1)

• ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES : Solidarité & Progrès en campagne.

  • A L’ASSAUT des emprunts toxiques : Comme la Grèce, des centaines de collectivités locales en France sont asphyxiés par une dette impayable. Fabien Ramel et Chérine Sultan, candidats S&P dans le canton Rennes 1, ont écrit au Conseil général d’Ille-et-Vilaine pour exiger l’accès aux états de la dette

    Par Johanna Clerc.
    (p. 2)
  • LA SPÉCULATION remboursé par la Sécu ! Forcés par les plans Hôpital 2007 et Hôpital 2012 à se financer par eux-mêmes, les hôpitaux sont eux aussi intoxiqués par les emprunts toxiques.
    Par Karel Vereycken. (p. 2)
  • RÉINDUSTRIALISER, mode d’emploi. Entretien avec Christine Bierre, candidate Solidarité & Progrès avec Amar Benoun dans le 2e canton d’Argenteuil pour les élections départementales des 22 et 29 mars.
    Propos recueillis par Johanna Clerc. (p. 3)

• FOCUS : ÉCONOMIE :

  • LA DETTE ou la vie !. « La Grèce paiera ! », nous affirment avec miel ou avec fiel les hauts responsables de la Troïka (BCE, Commission européenne et FMI). « Une dette est une dette », insiste Marine Le Pen, et « l’honorer est un devoir éthique ! » Vraiment ?
  • TIRER LES LEÇONS de l’histoire. Ils ont la mémoire courte, ces obsédés de la dette. Car la situation actuelle ressemble tragiquement à celle de la plupart des pays européens à la fin de la Première Guerre mondiale.
  • TSIPRAS A RAISON : annuler une dette, c’est possible. Ce n’est pas la première fois que les peuples et leurs États font face à une crise de la dette. Pour y remédier, quatre moyens : 1. Baisse des taux d’intérêts ; 2. Allongement des délais de remboursement ; 3. Moratoire (suspension temporaire des remboursements) ; 4. Effacement total ou partiel (du capital et/ou des intérêts).
  • LA DETTE en 6 questions : Est-il légitime d’annuler une dette ? A qui la Grèce doit-elle rembourser ? Juncker dit que la Grèce doit payer, Pigasse accepte de réduire la dette. Qui a raison ? Pourquoi Obama se préoccupe-t-il de la Grèce ? Pourquoi la Troïka refuse-t-elle de réduire la dette ? La Grèce doit 40 milliards d’euros à la France. Si elle ne paie pas, quelles conséquences pour le contribuable ?
    Par Karel Vereycken. (p. 4-5)
  • LA GRÈCE joue la carte des BRICS. Pourquoi le gouvernement de Tsipras ne recule-t-il pas face à la Troïka ? Parce qu’il sait qu’il existe une alternative à l’austérité et au règne des financiers !
    Par Johanna Clerc. (p. 5)

• MONDE : Crise stratégique.

  • UKRAINE : la paix sur le fil du rasoir. Au bord d’un conflit qui porte en lui les germes d’une guerre mondiale et nucléaire, François Hollande et Angela Merkel, quelles que soient leurs nombreuses limites par ailleurs, ont pris leur courage à deux mains et ont bravé l’interdit américain pour aller voir Petro Porochenko et Vladimir Poutine les 5 et 6 février dernier.
    Par Christine Bierre. (p. 6)

• CONFÉRENCE : INSTITUT SCHILLER :

  • AVEC LES BRICS, pour un projet gagnant-gagnant. Une cinquantaine de membres du corps diplomatique, analystes, cadres d’entreprise et personnalités engagées ont participé à un séminaire organisé le 10 février à Paris par nos partenaires de l’Institut Schiller. Cette rencontre s’inscrivait dans une offensive internationale, répondant à d’autres séminaires sur le même sujet tenus à New York, Copenhague, Berlin et Francfort. (p. 6-7)
  • LA RUSSIE ET LE TCHAD pour le monde de demain. Lors du séminaire de l’Institut Schiller, Leonid Kadyshev, Ministre-conseiller de l’Ambassade de Russie à Paris et Acheikh Ibn-Oumar, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad, ont mis les grands projets d’infrastructures, dont la remise en eau du lac Tchad, au cœur des débats. (p. 8)
    Pages préparées par la rédaction de Nouvelle Solidarité (p. 6-7-8)

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

Don rapide

Tout le site web en accès libre
8€/mois
90€ pour un an

Accès à la chronique de S&P Le monde en devenir + accès illimité à la base documentaire de 13 000 articles (brèves, documents de fond, etc.)

Je m'abonne
Tout le site web en accès libre
+ tout le journal
10€/mois
ou 112€ pour un an
Je m'abonne
Tout le journal
48€/an
25€ pour 6 mois

Je reçois chaque mois Nouvelle Solidarité : sur 8 pages, l'éditorial de Jacques Cheminade et les propositions de S&P face aux défis de notre époque
(version papier + numérique + archives)

Je m'abonne
Nous sollicitons votre contribution parce que

Vos contributions couvrent les dépenses stratégiques de notre parti Solidarité & Progrès : frais d’hébergement et maintenance d’un site alimenté quotidiennement par des bénévoles, publication du mensuel Nouvelle Solidarité rédigé par des militants, tractages et affichages pendant et hors périodes électorales, autocollants, conférences, élargissement de notre présence sur l’ensemble du territoire.

Ainsi, vos contributions sont le garant précieux de notre liberté politique. Car loin des pressions des annonceurs, des grands partis et des lobbies, vos contributions servent à promouvoir des idées qui changent la donne.

Au-delà de l’argent, c’est vos actions militantes à nos cotés qui nous intéressent ! Pour cela : adhérez ! Et surtout, appelez-nous au plus vite pour être en contact avec d’autres sympathisants dans votre région.

Prêt à agir ?
Devenez adhérent S&P et militez pour des idées !
J'adhère

Devenir adhérent ne donne pas accès de manière automatique aux articles à accès restreint.