Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

LaRouche : mobilisons-nous pour que la candidature d’O’Malley puisse changer la donne

La rédaction
JPEG - 252.6 ko
Les militants du Comité d’action de Lyndon LaRouche (LPAC), ici devant le siège historique de JP Morgan à Wall Street. Ils exigent qu’Obama cesse sa politique belliqueuse contre la Russie et la Chine et s’engage à construire avec eux un nouvel ordre économique mondial plus juste. Sous le slogan "Les Etats-Unis doivent rejoindre les BRICS", l’affiche montre la figure historique d’Alexander Hamilton (à droite), un des auteurs de la Constitution américaine et père du concept de crédit productif public, s’associant aux dirigeants actuels des BRICS.
Crédit : LPAC

« Le seul avenir auquel peuvent prétendre le monde et les Etats-Unis sont Glass-Steagall (une séparation stricte entre d’un coté les banques de dépôts et de crédit, et de l’autre les banques d’affaires) d’un coté et la politique de développement des BRICS », a déclaré le 22 mars l’économiste et homme politique américain Lyndon LaRouche lors d’une émission postée sur le site de son Comité d’action politique, le LPAC.

LaRouche s’exprimait à ce sujet dans le cadre du grand débat qui s’ouvre outre-Atlantique sur l’élection présidentielle américaine de 2016, avec une saison de primaires (tant républicaines que démocrates) qui doit s’ouvrir dès l’automne.

Pour l’instant, le seul candidat qui ait montré le minimum de qualifications requises pour faire face aux défis devant nous, est l’ancien gouverneur démocrate de l’État du Maryland, Martin O’Malley.

Plutôt que de se présenter comme le super héro qui va bousculer l’ordre de l’univers, comme n’avait pas hésité à le faire Obama dans sa campagne en 2008, O’Malley s’est fixé un objectif plus modeste, mais ô combien plus important : libérer les États-Unis de l’emprise d’une finance omnipuissante installée à Wall Street.

La réalité de la dépression économique et le bilan effroyable que laisse Obama s’imposent désormais comme les principaux sujets de discussion, au point où certains candidats républicains ont même pointé du doigt la montée en flèche des inégalités dans le pays de l’Oncle Sam.

Une situation qui fait bondir O’Malley, qui a fait remarquer lors d’un entretien avec le principal quotidien de l’Iowa, le Des Moines Register, dans le cadre d’une visite dans cet Etat du sud-ouest qui organisera la première primaire présidentielle en janvier 2016 :

Vous devez vous demander : ’’Pourquoi se fait-il que beaucoup de ceux qui font campagne chez les républicains pour la présidence étaient si opposés, lorsqu’ils étaient gouverneurs, à toute augmentation du salaire minimum [dans leur Etat] ?’’, a déclaré O’Malley. ’’Ces types ne sont pas du côté de ceux qui veulent augmenter les salaires. Dans leur vision étrange de la manière dont fonctionne l’économie, ils croient qu’elle fonctionne au mieux lorsqu’on concentre la richesse au sommet. Nous payons tous pour cette concentration de la richesse, et nous le payons sous la forme de salaires bas.’’ O’Malley a déclaré que lorsqu’il en était gouverneur, le Maryland avait augmenté le salaire minimum, facilité le travail des syndicats et défendu ’’l’économie de l’inclusion’’.

La pauvreté gagne l’Amérique

Le sujet des inégalités économiques, en particulier en zone urbaine, est au premier rang des préoccupations chez de nombreux Américains, comme l’a montré un commentaire du maire de New York Bill Deblasio, à l’occasion d’une rencontre publique avec quelque 300 maires à Boston il y a quelques jours.

Deblasio s’est indigné que 46 % des New-yorkais vivent sous, ou près du niveau de pauvreté officielle. (Un phénomène que ne semble pas avoir encore remarqué la presse française, qui nous bassine à longueur de journée sur la reprise américaine engendrée par la politique d’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine...)

La vraie question : Glass-Steagall

Bill Ferguson, le représentant du LPAC pour la région de Boston, a répondu depuis la salle qu’il fallait cesser de se plaindre et surtout renoncer à se faire coopter par Wall Street, et se battre pour un retour à Glass-Steagall, car c’est la seule manière de mettre fin aux abus des banques et de combattre les responsables de cette catastrophe économique.

C’est sur ce sujet justement que s’est prononcé, dans de nombreux discours, Martin O’Malley au cours des dernières semaines. Ce qui n’a pas échappé au grands médias de l’establishment tel que Bloomberg et Fox News. Le premier a publié le 23 mars une dépêche intitulée « Martin O’Malley souhaite être le candidat Glass-Steagall », tandis que le second titrait « O’Malley fait campagne contre Wall Street », sans doute un crime de lèse-majesté pour la chaîne de télévision proche des républicains.

O’Malley comprend bien que rétablir Glass-Steagall n’est pas une simple mesure technique de régulation bancaire. Comme pour LaRouche, il s’agit de mettre un terme au paradigme de la spéculation folle qui démolit nos sociétés depuis le Big Bang de la dérégulation de 1986. L’impunité des banquiers « récidivistes » doit cesser, affirme O’Malley pour qui certains banquiers devraient se retrouver derrière les barreaux ! La direction de son parti, le parti démocrate se tait la-dessus dit O’Malley, car comme les Républicains, elle persiste à vouloir trouver des fonds de campagne à Wall Street !

Dans un courriel à ses sympathisants, le 23 mars, O’Malley a continué à faire pression à ce sujet, en dénonçant en particulier l’hypocrisie de la pseudo-réforme bancaire Dodd-Frank défendue tant par les républicains que les démocrates, et les récentes mesures adoptées par le Congrès, « avec la complicité des démocrates », véritable cadeau à Wall Street.

L’ombre d’Hillary Clinton se fait de plus en plus transparente

L’autre grande question qui reste suspendue à toutes les lèvres est celle qui concerne la candidature d’Hillary Clinton. Dans un souci de ne pas se laisser marginaliser après sa défaite face à Obama en 2008, celle qui faisait encore jusqu’à récemment figure de favorite dans les rangs démocrates se retrouve finalement (et ironiquement) trop étroitement associée à l’héritage calamiteux du Président sortant.

Même si les dirigeants démocrates restent encore prisonniers de leur pragmatisme, le New York Post constate le 23 mars, en citant une personnalité importante au sein du parti qui désire garder l’anonymat, que « les démocrates préféraient O’Malley à la présidence si Hillary ne devait pas se présenter », et que le dernier scandale contre Hillary Clinton (c’est-à-dire son rôle dans le « Printemps arabe » et le désastre de Benghazi) « l’a éjectée de son piédestal ».

Dans sa couverture de la campagne d’O’Malley en faveur de Glass-Steagall, le quotidien en ligne, le Huffington Post, relève qu’une « vague anti-Wall Street » est en train d’émerger chez les démocrates et cite à cet effet plusieurs candidats présidentiels potentiels (dont Bernie Sanders du Vermont et Jim Webb de Virginie). L’auteur est toutefois obligé de constater qu’Hillary n’est pas en phase avec le sentiment national qui monte et fait figure de candidate carrément pro-Wall Street.

Dans sa discussion du 23 mars, LaRouche a insisté sur le fait que seule la question de Glass-Steagall, et non pas de simples slogans contre Wall Street, permettra de juger la compétence des candidats pour l’exercice de la fonction présidentielle.

Pour l’instant, parmi les candidats déclarés, seul O’Malley s’est clairement prononcé à ce sujet, a fait remarquer LaRouche, qui a rappelé en même temps que le rétablissement de Glass-Steagall n’est pas en réalité un sujet pour 2016 mais une question de la plus grande urgence, en raison de l’imminence de l’éclatement de la prochaine bulle spéculative sur les marchés financiers.

LaRouche a ajouté que si O’Malley était le plus qualifié parmi les candidats potentiels, il y a une chose qui ferait de lui un candidat incontestablement présidentiable : prendre les devants en exigeant dès maintenant la destitution d’Obama.

Car c’est la seule chose qui ouvrirait la porte non seulement à une adoption immédiate de Glass-Steagall, mais qui permettrait aussi d’écarter le danger de guerre mondiale.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard