Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité

Lutte contre le terrorisme : lâcher les néoconservateurs ou sombrer

JPEG - 110.8 ko

Nice, Saint-Étienne-du-Rouvray... Le hideux et l’insupportable sont devenus désormais quotidiens, et face à ce terrorisme qui se répand, l’incapacité de nos élus à y mettre fin, doit être pleinement posée. Les têtes patibulaires, suivies des demi-mesures ne suffiront pas : il faut changer totalement de politique.

Côté gouvernement on annonce le renforcement de la lutte contre Daech. Mais lorsque nos forces ont frappé, sans aucun mandat de l’ONU, dans le nord de la Syrie, après l’attentat de Nice, elles ont tué 120 civils ! Les hommes de Daech avaient déjà quitté la localité, fuyant devant les avancées de l’Armée de la République syrienne. Refusant de coordonner notre action avec les seules forces qui ont la volonté de vaincre le terrorisme – l’Armée de la République syrienne et la Russie – nos militaires n’étaient pas au courant de ce « détail ».

La réalité est que comme le dit Le Canard Enchaîné du 20 juillet, dont nous reprenons des extraits ci-dessous, la France refuse de rompre avec la doctrine des néoconservateurs américains qui consiste à instrumentaliser les djihadistes – repeints en « terroristes tolérables » - pour chasser Bachar al-Assad du pouvoir, et seulement ensuite lutter contre les extrémistes. On a vu le « succès » de cette stratégie en Libye.

Côté opposition, à droite et à l’extrême droite, c’est la surenchère dans les stratégies sécuritaires, sans toucher au fond de la question : les guerres coloniales de changement de régime, menées avec les États-Unis et le Royaume-Uni au Moyen-Orient, à l’aide des djihadistes, et l’absence de politique de paix par le développement des deux côtés de la Méditerranée permettant à chacun de mener une vie productive dans son pays d’origine.

Sans aller au cœur des choses, les stratégies proposées par Les Républicains (LR) ne peuvent réussir ; elles ne réussissent pas déjà. Pire, elles risquent de nous conduire vers une guerre civile, en raison des amalgames faits entre terroristes et des millions de Français issus de l’immigration maghrébine ou de confession musulmane.

Que demandent Les Républicains ? D’apposer des bracelets électroniques sur tous les fichiers S. Est-ce que cela a empêché l’égorgeur du père Jacques Hamel de commettre son méfait ? De créer un Guantanamo à la française. L’original de ce modèle, a-t-il permis aux États-Unis d’empêcher les attentats sur son territoire ? Eric Ciotti prône l’interruption « totale » des flux migratoires des zones à risques. Mais, a-t-il songé de mettre fin à l’Europe supranationale actuelle dans laquelle Schengen et la libre circulation des biens et de personnes sont un droit fondamental ?

Quand aux « centristes », Hervé Morin a proposé dans les pages du Figaro « d’israéliser notre sécurité » ! Est-ce que ces pratiques ont réussi en Israël, embourbé depuis plus de 30 ans dans une guerre civile permanente ? Même question : à quoi ont servi à Nice, toutes les caméras de surveillance – 1 par 360 habitants ? Car pour que ces techniques marchent, encore faut-il que ceux qui sont censés surveiller caméras et autres techniques, aient la volonté de réussir.

Au Royaume-Uni, aux États-Unis, les peuples commencent à se réveiller à l’état terrifiant de leurs pays, et à demander des comptes à leurs élus. 1) Au Royaume-Uni, l’enquête de la Commission Chilcot sur le rôle « d’instigateur » de la première guerre d’Irak que Tony Blair a pu jouer, a statué le 6 juillet, que cet ancien Premier ministre britannique, n’avait pas épuisé toutes les voies de la paix avant de déclencher ce conflit.

Aux États-Unis, sous la pression des élus démocrates et républicains du Congrès, et des familles des victimes du 9/11, Obama a enfin accepté de rendre publiques les 28 pages du rapport de la Commission conjointe du Congrès sur les attentats du 11 septembre 2001 qui incriminent l’Ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington de l’époque, le Prince Bandar ben Sultan, et d’autres officiels saoudiens, dans la préparation des attentats du 11 septembre contre les Twin Towers.

Tony Blair, Bandar ben Sultan, voilà l’opération des néoconservateurs qui est encore active en France aujourd’hui et qui est dénoncé par le Canard.

Sommes-nous aussi bêtes pour ne rien changer ? Si nos responsables ne le font pas, le peuple français devra faire ce travail. Jacques Cheminade et Solidarité & Progrès ont déjà commencé.

Une coopération USA-Poutine en Syrie et en Irak - Washington propose « un commandement conjoint », pour bombarder Daech et Al-Nosra.

Le Canard Enchaîné du 20 juillet 2016.
Extraits :

« Avec la bénédiction de Barack Obama, le secrétaire d’État John Kerry est arrivé à Moscou, le 14 juillet, porteur d’un document qui rend furieux les « faucons » américains, quelques « néoconservateurs » du Quai d’Orsay et certains experts en « djihadologie » français et européens auxquels le seul nom de Poutine donne des boutons.

Le « Washington Post » a publié des extraits de ce « projet de fiançailles antiterroristes », comme le qualifie un diplomate français. Obama propose en effet à Poutine l’installation d’un « commandement militaire conjoint », à Amman, en Jordanie, et « une coordination en vue d’opérations militaires avec partage du renseignement, ciblage des objectifs et planification des frappes aériennes ». Il s’agit de passer d’un accord de fait – depuis plus d’un an, Américains et Russes bombardent en évitant que leurs avions ne se percutent - à une franche coopération. L’ambition commune est d’en finir avec Daech et Al-Nosra, la filiale syrienne d’Al-Qaïda.

Pour Obama, Kerry et le Pentagone, c’est une véritable autocritique. Jusqu’à présent, si les pilotes de l’US Air Force arrosaient de missiles les positions de Daech, ils avaient ordre de ne jamais toucher à un cheveu d’Al-Nosra. Et les Rafale et Mirage français épargnaient, eux aussi, ces terroristes intouchables, si l’on ose dire. Cette complaisance franco-américaine envers les combattants d’Al-Nosra , aussi cruels que ceux de Daech, mérite une explication. Dans la guerre menée contre l’armée syrienne, « une alliance de circonstance », formule d’un militaire français, s’est constituée, sur le terrain, entre ces partisans d’Al-Qaïda et quelques groupes de rebelles, dits modérés, qui rêvaient d’entrer en vainqueurs à Damas et avaient le soutien de Washington et de Paris, où l’on espérait se débarrasser ainsi de Bachar.

Terroristes tolérables

Autre information, partagée, d’ailleurs, avec d’autres médias, et à déguster lentement pour éviter un violent mal de tête : Al-Nosra a des associés dans son combat, les groupes Ahrar Al-Sham et Jaysh al-Islam, des terroristes en tout genre financés par nos amis du Qatar, d’Arabie saoudite et de Turquie. À Paris et à Washington, personne ne reproche à ces États de jouer, depuis bien des années, aux supporteurs du terrorisme.

Le comportement ambigu des États-Unis à l’égard d’Al-Nosra et d’Al-Qaïda n’a pas davantage provoqué de hurlements à l’Élysée ou au Quai d’Orsay. David Petraeus, ancien commandant en chef des forces US en Afghanistan, puis ex-patron de la CIA, est allé encore plus loin qu’Obama. Le 31 août 2015, lors d’un entretien publié sur le site The Daily Beast, ce vieux routier des guerres américaines invitait les États-Unis à conclure une véritable alliance avec Al-Qaïda et Al-Nosra contre Daech. »

« Quai d’Orsay : drôle de mouvement… »

Dans son dernier éditorial (25 juillet) posté sur son site en Suisse, « ProcheetMoyen-Orient.ch », consacré à la cinquantaine de nominations d’ambassadeurs faites par Laurent Fabius avant de quitter le ministère, Richard Labevière, ancien rédacteur-en-chef de Radio France International et fin connaisseur du Moyen-Orient rapporte quelques perles à propos de ces « néoconservateurs » du Quai d’Orsay, auquel fait référence l’article cité plus haut du Canard Enchaîné.

Extraits :

« Avant de prendre une retraite dorée à la présidence du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius a bétonné un dernier « mouvement » d’ambassadeurs. Celui-ci est en cours de réalisation et sera bouclé d’ici la fin de l’été pour la prochaine Semaine des ambassadeurs qui se tiendra du 29 août au 2 septembre prochains au Centre de conférences ministériel à Paris.

Dans un mouvement d’une cinquantaine de nouveaux ambassadeurs – dont 40 % de femmes, c’est une première ! –, le cas qui passe le plus mal est la nomination de l’ancien directeur de France Culture – Olivier Poivre d’Arvor – en Tunisie. Au Département, – c’est l’appellation par laquelle les gens de la maison nomment leur ministère – d’aucuns s’interrogent sur la pertinence du choix d’un ambassadeur « sans expérience politique, économique et sécuritaire dans un pays frappé plusieurs fois par de spectaculaires attentats terroristes, limitrophe d’une Libye en état d’implosion et d’une Algérie en transition » (...)

À Tunis, ce n’est pas la joie non plus : « on aurait préféré un diplomate de terrain connaissant bien le Maghreb et les subtilités de la rue arabe, cinq ans après le déclenchement de la « révolution » alors que le pays reste très fragile, menacé par de profondes tensions politiques et sociales sur fond de misère et de chômage chronique », explique un haut fonctionnaire tunisien. »

Parmi les autres bourdes listées dans cet intéressant article, il y a aussi celle-ci :

(...) « simultanément, c’est François Sénémaud, l’ancien directeur du renseignement de la DGSE, qui est envoyé à… Téhéran. Pas très enthousiastes, les Iraniens ont fait traîner son agrément pendant plus de quatre mois. « Assurément fâché de se voir envoyer un chef espion, les Iraniens vont multiplier les difficultés et il ne pourra pas faire grand-chose », précise l’un des directeurs du Quai d’Orsay. » (...)

Enfin, il y est aussi question de François Richier, dont voici le portrait peu flatteur : « ex-ambassadeur de France en Inde où il n’a pas fait d’étincelles, poursuit sa carrière en Afghanistan. Ancien du cabinet Juppé au ministère des Affaires étrangères, Richier est l’un des membres de l’école néoconservatrice française que le journaliste Vincent Jauvert appelle dans son dernier livre (La Face cachée du Quai d’Orsay), « la secte », son autre nom en usage au Quai d’Orsay étant « La Meute »… François Richier a été successivement sous-directeur de la non-prolifération, directeur adjoint puis conseiller technique à la cellule diplomatique de l’Elysée sous Nicolas Sarkozy (son successeur dans ce poste a été Alexis Morel, fils de l’ambassadeur Pierre Morel et époux de la journaliste Appoline de Malherbe sur BFM. Alexis Morel a été auparavant en poste à Washington).

Très proche de feu Thérèse Delpech, la passionaria de « La Meute », la nomination de François Richier consolide assurément l’influence de l’école néoconservatrice sur les grandes orientations de la politique étrangère de notre pays. »

Lire tout l’article dans : http://prochetmoyen-orient.ch/

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Conférence de Berlin :
l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

8 juillet 2016
Nouvelle Solidarité N°14/2016
Conférence de Berlin : <br>l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

Réflexions sur les attentats qui nous visent

18 juillet 2016
Actualité
Réflexions sur les attentats qui nous visent

Vers une alliance russo-turque contre Daesh ?

27 juillet 2016
Actualité
Vers une alliance russo-turque contre Daesh ?

OTAN, Turquie, Russie, Syrie : face à Washington, Hollande choisit la servitude volontaire

22 janvier 2016
Orientation stratégique
OTAN, Turquie, Russie, Syrie : face à Washington, Hollande choisit la servitude volontaire

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard