Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire
AccueilNos actions
AG 2011 de Solidarité et Progrès

Eric de Keuleneer :
Mettons fins aux abus des banques universelles !

La rédaction

Retour au programme de l’AG


Intervention d’Eric de Keuleneer lors de la table ronde des économistes à l’Assemblée générale 2011 de Solidarité & Progrès.


Eric de Keuleneer est un économiste belge, professeur à la Solvay Business School de l’ULB et administrateur-délégué chez Credibe SA. Il est outre-quiévrain, le partisan le plus résolu du retour au vrai Glass Steagall de Roosevelt.


Je voudrais donc dans un premier temps vous parler brièvement de la vue actuelle qu’on peut avoir sur ce Glass Steagall Act, la séparation d’activités de banque de dépôt d’un côté et d’activités de marché de l’autre. Cette loi est née aux Etats-Unis en 1935, après une intense introspection du Congrès américain qui s’est livré à une analyse en profondeur des causes de la crise de 1929 et dont le diagnostique avait été que c’étaient les risques excessives qui avaient été pris par les marchés et par les banques qui avaient conduit à cette crise.

On a donc imposé une séparation avec un double objectif, de protéger les dépôts des déposants sans pour autant nécessiter une intervention permanente de l’Etat, et d’autre part d’éviter les conflits d’intérêts permanents entre les différentes activités des banquiers, les banques d’affaires qui conseillaient les émetteurs des titres, et les banques de dépôt qui conseillaient plutôt les épargnants. Cette séparation a été mise en vigueur entre 1933 et 1935. Pendant les années 60, 70 et 80, elle est restée en vigueur et c’est vraiment sous la pression de la concurrence des banques universelles européennes, qui avaient toutes les activités, jugées tout à fait déloyales par les banques américaines, que les banques américaines on pu obtenir une suppression du Glass Steagall Act à la fin des années 90, finalement supprimé en 1999.

Il y a une nouvelle version de cette loi qui a été adoptée par le gouvernent anglais sous proposition d’une commission indépendante créée pour faire des recommandations en matière de régulation bancaire, présidée par un Monsieur Vickers. Le 12 septembre dernier ils ont déposé leurs recommandations. Ils n’imposent pas nécessairement la séparation en deux entités completement indépendantes, mais ils imposent en tout cas pour toutes les banques qui ont des activité de dépôt et de crédit, qu’il y ait une entité juridique, une société anonyme, qui soit gérée de façon completement indépendante, autonome par rapport à d’autres activités. Ils imposent un clôturage. Parlons de Barclays par exemple, une grande banque anglaise, elle devra créer une Barclays Banque de Dépôt, société anonyme, qui ne pourra pas prêter à la maison mère, ou a des activités de trading spéculatives de la maison mère, plus qu’une fraction modeste de fonds propres de Barclays Banque de Dépôt.

Ce sont les règles qui ont été décidées en Angleterre qui rencontrent la plus vive opposition de la part des banques anglaises mais le gouvernement anglais, conservateur pourtant, a décidé de mettre cela en pratique et fondamentalement, si c’est bien mis en pratique, avec la qualité qu’ont les anglais d’organiser l’autonomie même au sein des groupes, avec des filiales, cela devrait probablement permettre d’atteindre l’essentiel des objectifs. Fondamentalement on peut alors s’attendre à ce que la plupart des banques universelles séparent leurs activités de dépôt, puisqu’elle ne pourront plus en abuser.

Aujourd’hui elles abusent a deux titres. D’une part elles utilisent leurs dépôts pour financer à bon compte leurs activités spéculatives, d’autre part elles peuvent se servir de ces dépôts pour obliger les Etats à leur venir en aide, si les activités spéculatives engendrent des pertes trop lourdes.

C’est l’objectif de cette législation anglaise qui devrait probablement avoir une influence profonde sur les autres pays européens. Evidemment une défense classique des banques universelles pour combattre ce type de législation est d’utiliser l’exemple de la banque Northern Rock, l’une des premières banques à avoir des difficultés en 2007-2008, ainsi que Lehman Brothers, en disant que la Northern Rock était une pure banque de dépôt et qu’elle est pourtant tombée en faillite, et que Lehman Brothers, qu’on a laissée tomber en faillite s’est avérée être très dangereuse pour le système, même si elle n’était pas une banque de dépôts.

Cet argument est particulièrement malhonnête comme très souvent les arguments des lobbyings, parce que Northern Rock n’était pas une banque de dépôt mais une banque qui dépendait des marchés pour son financement, elle n’avait pas assez des dépôts, et dès que les marchés se sont fermées elle a été asphyxiée. Lehman Brothers s’était vautrée quant à elle dans toutes ces activités de dérivés et de CDS, qui étaient conduites en conjonction avec d’autres banques, et c’est l’impact que la faillite de Lehman a eu sur les autres banques de dépôt qui a fait de la faillite de Lehmann un problème systémique.

On le voit bien dans le cas Dexia justement. C’était une banque franco-belge, ou belgo-française puisque la maison mère est en Belgique. Elle a une grosse activité de banques de dépôt en Belgique, Dexia Belgique, et une grande activité de financement des collectivités locales en France, Dexia Crédit Local, et la Banque belge faisait également du financement des collectivités locales en Belgique, mais elle était un peu excédentaire en liquidités. Donc, elle finançait une partie des activités de financement des collectivités locales en France. Mais dès le début des années 2000, Dexia Crédit Local de France, a eu des rêves de grandeur planétaire et a voulu faire des acquisitions un peu partout qu’elle ne maitrisait pas.

Ils ont développé une activité de salle de marchés et c’est une autre illustration de la perversité de ces activités de marché qui, sous prétexte de leur science financière, ont vendu aux collectivités locales françaises des crédits structurés, qui avaient des clauses de révision des taux complètement déraisonnables où on présentait aux trésoriers d’une collectivité locale le choix simple, apparemment, « vous pouvez soit payer 5% de taux d’intérêt, soit seulement 4%, mais dans trois ans lorsque le taux va être revu, il sera revu selon la petite formule qui est là en bas de page », qui était totalement incompréhensible, mais prévoyait que le taux d’intérêt pouvait légèrement augmenter en fonction de l’évolution de la différence de taux de change avec la lire turc, ou le Franc Suisse, ou de la différence entre le taux d’intérêt à 35 ans aux Etats-Unis et en Allemagne. En bref, cette légère augmentation pouvait être un triplement ou quadruplement, et c’est ainsi que les collectivités locales françaises devraient payer des taux d’intérêt de 12 à 15 % à Dexia et évidemment se rebiffent et sont en justice par rapport à cela.

Je rejoints tout à fait l’explication qu’a faite François Morin de l’utilité fondamentale de beaucoup de ces produits dérivés, qui permettent à des entreprises saines et normales de couvrir les risques de change ou en matière première, grâce à ces produits dérivés, mais ça représente seulement quelques pourcent de l’activité des banques, qui utilisent ces marchés autrement pour se livrer à des spéculations.

Mais le problème est que dès lors que les régulateurs essaient, et ils essaient un petit peu maintenant, de mettre un frein à la frénésie des banques par rapport à ces produits dérivés, les lobbies bancaires sont suffisamment habiles pour ne pas protester eux-mêmes contre les régulations qu’on veut mettre sur ces produits dérivés, ils mettent en avant Airbus, Air-France et Peugeot qui disent, parce qu’ils n’ont pas assez compris, « attention, notre banquier vient de nous dire que taxer les produits dérivés va nous couter très cher, vous ne pouvez pas faire cela messieurs les régulateurs ». Résultat, la plupart des régulations sont complètement plantées.

Le cas Dexia dont je vous parlais offre un excellent exemple de ce qui arrive lorsqu’il n’y a pas le cloturage prévu dans la loi anglaise. Dexia Banque Belgique avait la possibilité de prêter à Dexia France, ce qu’elle a fait très lourdement et il n’a pas été possible aux deux Etats, Belge et Français, devant le désastre qu’ils ont constaté quand à la mauvaise gestion continue depuis de très nombreuses années et qui a encore culminé avec les nouveaux besoins de financement et de garanties, les Etats n’ont pas pu dire qu’ils mettaient la clé sous le paillasson sur Dexia France, entre autres car la Banque Dexia Belgique qui a des centaines de milliers de déposants, avait prêté des montants tout à fait déraisonnables, sept fois ses fonds propres à Dexia France. Le clôturage n’était pas suffisant mais néanmoins la séparation maintenant a relativement facilement eu lieu, c’est à dire que le gouvernement belge a racheté la Banque Dexia Belgique, qui est une banque de dépôt, et qui je l’espère maintenant va le rester, et les activités spéculatives de Dexia Credit Local vont être mises dans une structure de défaisance pour les laisser mourir et les activités de financement des collectivités locales vont être reprises par des institutions plus sérieuses comme la Caisse des dépôts.

C’est un bon exemple de ce qu’il est quand même possible de faire lorsqu’on a au moins des séparations internes, il faudrait qu’elles soient plus strictes, qu’elles permettent d’isoler les banques de dépôts.

Pour terminer, un petit mot sur ce qu’on nous dit quant au besoin de recapitalisation des banques en Europe. Un des problèmes en Europe qui est sous estimé est que les banques sont beaucoup trop grandes, donc quand on parle de recapitalisation la nécessité est d’améliorer leur solvabilité, le ratio de fonds propres par rapport à leur bilan total.

On peut très bien obtenir cela, sans injecter des centaines de milliards dans les banques et sans qu’elles arrêtent leurs crédits à l’économie. Il est très possible de prendre des mesures incitatives pour qu’elles soient incitées à continuer à faire des crédits à l’économie, et qu’elles soient fortement découragées, pénalisées et taxées pour détenir des dérivés. On n’a absolument pas besoin d’avoir des banques pour détenir des emprunts d’Etat.

Une politique à long terme qui viserait à réduire le bilan des banques et à encourager la désintermédiation, diminuer le rôle des banques surtout dans le financement des Etats, permettrait de sortir de cette spirale infernale dont vient de parler Henri Sterdyniak, et permettrait aux Etats de mieux tenir tête aux lobbies bancaires.

Pour terminer, je voudrais rappeler aussi, par rapport à un des problèmes très importants qui est celui de la Grèce aujourd’hui, que la Grèce est aujourd’hui surendettée et clairement insolvable. Quand un pays est dans cet état, ce n’est pas en lui prêtant de l’argent qu’on l’aide. Quand on entend certain chefs d’Etat, entre autres en Belgique et en France, dire qu’il faut aider la Grèce, en fait ce qu’ils pensent est, qu’« il faut aider nos amis banquiers, et en prêtant l’argent public à la Grèce, on permet à la Grèce de rembourser les banques et nos amis banquiers sont contents ».

Il suffit de lire ce matin le Financial Times , à la une, la majorette du lobby bancaire, qui s’appelle Charles Dallarac, patron de l’Institut financier international, et qui déclare que l’accord du 21 juillet sur la Grèce, qui limite les pertes des banques sur la Grèce à 20%, avec des garanties de Etats Européens, que ces pertes ne dépasseront pas cela. Il dit « si cet accord n’est pas appliqué il y aura des pressions sur la dette de l’Espagne de l’Italie etc ». On peut lire cela comme étant l’avertissement de quelqu’un de prudent, qui dit « attention si vous faites cela j’ai peur », mais on peut le lire aussi comme un chantage et une menace, « vous savez si on reçoit pas de retour sur la Grèce eh bien on va s’arranger pour spéculer un maximum sur l’Italie, l’Espagne et on va foutre le bordel partout ».

Par rapport aux CDS je rejoins François Morin que c’est un très gros problème. Je vous livre un moyen très simple, c’est d’assimiler le CDS à un contrat d’assurance, dans beaucoup de pays il suffirait de prendre une directive européenne qui prévoit que le CDS est un contrat d’assurance. Dans la plupart des législations, un contrat d’assurance ne peut pas être pris sans sous jacent, si on assimile le CDS à un contrat d’assurance je crois qu’on retire l’attrait des CDS nus.

Je voudrais clôturer là-dessus, en disant rapidement que je crois qu’il y a des moyens relativement faciles d’améliorer la situation pratiquement désespérée qui est la nôtre, c’est d’allier ces quelques mesures à une bonne taxe sur le transactions financières, d’avoir une taxe sur l’environnement. Si on avait une solide taxe sur les carburants tout le monde sait que cela ne nuirait pas à l’économie ni même aux ventes de voitures, ça nuirait à l’utilisation de la voitures, mais on ne sait plus du tout où les mettre. On aurait besoin d’un renforcement des lois sur la concurrence et d’interdire franchement les fusions et acquisitions car elles visent à réduire la concurrence, contrairement à ce qu’ils essaient de nous faire croire, il n’y a pas d’économie d’échelle.

Pour terminer, il y a des efforts à faire pour améliorer la bonne gestion d’institutions publiques. Une des grandes raisons pour laquelle elles ont été privatisées est parce qu’elles étaient mal gérées. Il faut avoir le courage d’examiner pourquoi elles étaient mal gérées et il faut avoir des régulateurs forts et indépendants, mais bien gérés, et qu’ils fassent des rapports aux Parlements, et surtout qu’ils ne soient pas rémunérées par des bonus.


Retour au programme de l’AG

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard