X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions

La France saisira-t-elle ce grand moment que l’histoire lui présente ?

La rédaction
par Jonathan de Barbouille

Le rejet du Traité constitutionnel européen par une majorité de Français décidée à sortir de l’inaction politique et à penser autrement que les forces dirigeantes, de gauche comme de droite, nous montre le caractère historique de l’époque dans laquelle nous nous trouvons.

Cette contestation victorieuse d’un peuple qui rompt avec ses élites en pointant d’un « non » la crise sociale, demande un changement de politique économique qui rime ces dernières années avec chômage et précarité. L’erreur de ce peuple serait d’en rester à de simples contestations sans vouloir intervenir davantage dans les affaires de la cité, pensant que ses dirigeants changeront d’eux-mêmes. Car l’incapacité de ceux-ci à prendre de bonnes décisions pour l’avenir de la nation et à rompre avec les règles du jeu des marchés dont ils se sont faits les laquais, signifie que le peuple a le devoir d’être luimême le changement qui s’impose pour rajeunir la carcasse politique rouillée par l’époque.

La problématique posée, une simple nécessité nous demande de faire intervenir les idées d’un bel humaniste allemand, Friedrich Schiller, qui a marqué la période de la Révolution française. Combien ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, écrites en 1794, demeurent universelles et combien leur signification est grande pour la crise actuelle ! Dans ces Lettres, Schiller examine les problèmes de ce peuple français, qui « trop petit » pour faire face ce grand moment de l’histoire, a laissé la Révolution dégénérer d’abord dans l’anarchie et la jacquerie, pour finir avec la dictature de Napoléon.

Dans un extrait de sa deuxième lettre parlant de la Révolution française, Schiller nous expose la nécessaire intervention des citoyens dans les affaires politiques de la cité. « N’est-ce pas trahir une indifférence blâmable à l’égard du bien de la société que de ne pas participer aux évènements politiques de la nation ? [...] Cette question à laquelle jusqu’à présent le droit aveugle du plus fort avait seul répondu, est en ce moment, portée devant le tribunal de la Raison ; pour peu que l’individu soit capable de se placer au centre de l’univers et de se hausser au niveau de l’espèce humaine, il a le droit de se considérer comme assesseur de ce tribunal raisonnable, où il est partie en sa qualité d’homme et de citoyen du monde ; le résultat le concerne. »

L’émeute jacobine de 1789, manipulée par un Empire britannique terrifié à l’idée que le souffle de la Révolution américaine sur les côtes françaises mette fin à son pouvoir et à ses privilèges, nous montre cependant l’importance pour la survie politique d’une nation d’avoir non seulement un peuple qui intervient mais surtout, qui soit éduqué. Et Schiller nous dit que toute amélioration politique doit partir d’un ennoblissement du caractère des individus. Le fait même que ce grand républicain et humaniste ait été nommé citoyen français par l’Assemblée nationale, en 1792, en même temps que l’abominable agent britannique Jeremy Bentham, nous éclaire mieux sur le paradoxe de la Révolution française et sur comment le manque de ce que Schiller appelle « disposition morale » - une orientation de l’individu vers le bien - se traduit chez un peuple par son incapacité à percevoir la vérité.

Quel est l’état actuel de la population, comparé à nos ancêtres de 1789 ? Les violentes luttes de pouvoir qui éclatent actuellement au sein de la droite et de la gauche, montrent les mêmes failles, hier comme aujourd’hui. Les hommes politiques se déchirent, en effet, non pas pour déterminer quelle politique assurera le mieux l’avenir de la nation, mais pour le contrôle de la Présidence. Faute d’un grand idéal, à la fois politique, économique et culturel, notre population, rendue petite par une culture de l’immédiateté et de la survie du plus fort, poussera à nouveau irrémédiablement les individus vers les calculs sombres et médiocres qui ont détruit la Révolution française.

Ici encore, les circonstances de l’époque et le besoin de comprendre d’où vient le phénomène tragique qui pourrait arriver, nous demandent une nouvelle fois de faire intervenir l’esprit de Schiller et sa connaissance du caractère humain.

En réfléchissant toujours à la Révolution française, Schiller remarque que les individus doivent éviter deux écueils pour atteindre le nécessaire degré de maturité permettant d’aboutir à l’Etat de Raison. « Il y a deux façons pour l’Homme d’être en opposition avec lui-même : il peut l’être à la manière d’un sauvage si ses sentiments imposent leur hégémonie à ces principes ; à la manière d’un barbare si ses principes ruinent ses sentiments ». Au temps de la Révolution, la population française n’a pas été à la hauteur de constituer cet Etat, car le peuple était déchiré par ces deux instincts : ceux des classes populaires fuyaient souvent dans un état « sauvage » totalement anarchique, tandis que les autres - les « barbares » des classes aisées - étaient doués d’intelligence mais avaient oublié tous les principes. Mais Schiller, optimiste, répond que « tout individu, porte en lui, en vertu de ses dispositions natives, un homme pur et idéal, et que la grande tâche de son existence est de se mettre, à travers tous ses changements, en harmonie avec l’immuable unité de celui-ci ».

Pour Schiller, c’est seulement lorsque l’individu se sera tourné vers un idéal de Bien et de Beauté qu’il pourra fonder un Etat de Raison. A son époque, ce combat était celui de la Révolution américaine et des efforts dans la même direction en Europe. A notre époque, c’est un combat sans merci contre une oligarchie financière tyrannique qui pille la substance même des pays et des populations depuis une trentaine d’années. Les médias rapportaient récemment que les profits des entreprises du CAC 40 avaient dépassé les 53 milliards d’euros pour le premier semestre, alors qu’en 2004, déjà une année record, ils avaient atteint 46 milliards pour toute l’année ! Entretemps, plus d’un million de personnes sont descendues dans la rue le 4 octobre dernier pour défendre leur emploi, leur pouvoir d’achat et le Code du travail ! Comme à l’époque, le combat aujourd’hui est celui du droit inaliénable des hommes à une éducation de qualité, un travail stable et qualifié, un toit digne de ce nom, une assurance maladie pour tous et des retraites permettant aux personnes âgées de terminer dignement leur existence.

Or, les menaces qui pèsent sur le monde - chômage et précarité croissante, danger de guerres permanentes lancées par les néo-conservateurs américains contre les pays du sud - provoquent la peur chez les « petites gens » et les « bo-bos » (« bourgeois bohèmes ») qui, au moment où la réalité réclame sa place, préfèrent se trouver un refuge fantasmagorique. « La réalité ! Quelle réalité ? Laissez-moi me cacher du monde réel. Eteignez cette lumière qui éclaire l’ennuyeux refuge de mes pensées »... Voilà comment pensent beaucoup de gens aujourd’hui et voilà le problème d’un réalisme sans idéal. Car la frontière entre réalisme et pessimisme est mince et on la franchit dès l’instant où l’on accepte le système tel qu’il est, très mal en point, sans percevoir sa propre intervention. Mais comment sortir de cette impuissance ?

Alors que pour Schiller, « le chemin qui mène à l’esprit doit passer par le coeur », que faire quand la culture a déformé le coeur et fait des esprits mal formés ? A long terme, c’est par l’éducation esthétique, par la beauté dans l’art, que Schiller nous propose de résoudre ce problème. Non pas l’art comme on le conçoit aujourd’hui, l’art de faire n’importe quoi et d’étaler publiquement, comme l’a fait Jan Fabre au festival d’Avignon, les passions les plus basses des individus. Schiller pensait au grand art, celui qui allie beauté et science et qui est fondé sur la conception la plus noble de l’individu. L’art étant ainsi conçu, la beauté opère son charme dans le coeur des hommes en les élevant vers ce qui est harmonieux, ramenant en même temps la pensée et l’émotion vers l’unité. Pensons à l’impact que des Shakespeare ou des Schiller des temps modernes pourraient avoir sur nos populations d’aujourd’hui, de grands poètes comme Shelley et John Keats, des musiciens comme Mozart ou Beethoven ! Tous ont mis leur grand art au service de grands combats politiques de leur époque, tous mobilisant ce qu’il y a de meilleur en l’homme, et non ce qu’il y a de plus bas.

A long terme, c’est ce type d’éducation qui permettra aux sauvages et aux barbares, présents dans tout l’échiquier politique de notre pays, et ailleurs, de s’élever à la hauteur des grands moments historiques et d’écrire de nouvelles pages d’histoire dignes de notre République.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard