X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions
Nos actions

Notre tract pour la journée d’action européenne à Bruxelles (FR/NL/EN)


Tract Solidarité & Progrès (France) et Agora Erasmus (Belgique) distribué en français, néerlandais et anglais à la manifestation organisée le 24 mars à Bruxelles par la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC) contre l’austérité et la gouvernance européenne.


Gelons la spéculation bancaire, pas nos salaires !

La peur a enfin changé de camp. Réduit à la misère par des décennies d’exploitation imposée par le FMI et le népotisme des despotes locaux, c’est d’abord en Tunisie, en Egypte, en Algérie, au Maroc, et maintenant en Libye, au Bahreïn et même au Yémen et en Arabie Saoudite, qu’hommes et femmes, surtout les jeunes diplômés, descendent dans la rue pour réclamer un avenir en exigeant « Pain, liberté, dignité ».

Cependant, ce vent de « grève de masse » décrit par Rosa Luxemburg souffle sur toute la planète. Aux Etats-Unis, après les plans de renflouement - sans aucune contrepartie - adoptés par le couple Bush-Obama en faveur des « banksters » de la City et de Wall Street, les Etats, villes et districts américains se voient obligés de démanteler leurs services publics et de licencier en masse pour éviter la mise sous tutelle. Mais le peuple américain dit NON ! Au Wisconsin, face à un gouverneur tyrannique, qui vient d’abroger les droits élémentaires des syndicats, enseignants, étudiants, pompiers, policiers et fonctionnaires manifestent jour après jour à Madison, où deux dimanches de suite, 100 000 américains ont occupé le siège du gouvernement de l’Etat. Et l’étincelle du Wisconsin se répand actuellement à l’Ohio, au Michigan, à la Californie, au New Jersey et même Las Vegas est gagnée par la contestation.

En Europe, la « finance folle », avec son « Pacte pour l’euro » exigeant plafonnement de la dette, gels des salaires, réduction des droits syndicaux, flexibilité de la main d’oeuvre, et fin de l’indexation des salaires sur la hausse du coût de la vie, exige, elle aussi, sa livre de chair pour « sauver » un euro dont les jours sont comptés.

Les syndicats européens, notamment par la déclaration commune des syndicats français et allemands du 22 mars, ont raison de dénoncer ce « diktat des marchés ». A la place de l’austérité, ils exigent à juste titre un retour à une politique de croissance, de formation et d’innovation grâce à des emplois et des investissements dans les infrastructures. « Mais il n’y a pas un sou dans la caisse ! », rétorquerons sans doute les financiers qui continuent à piller les budgets de nos Etats.

Pour sortir du piège, Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et Jacques Cheminade en France, exigent une procédure de mise en banqueroute ordonnée de tout le système financier mondial. Les élus doivent disposer d’un mandat clair pour imposer par la loi le retour à une séparation stricte entre les activités des banques de dépôt et des banques d’affaires (critères du Glass-Steagall). Cette réforme fera du crédit productif un service public aux services de l’intérêt général et des générations futures. Et les banques en faillite payeront elles-mêmes leurs choix périlleux.

Nous ne sommes pas seules. Aux Etats-Unis, la Commission d’enquête américaine sur la crise financière (FCIC) constate dans son rapport que la finance est devenue folle. Ne lui demandons donc pas son avis pour lui imposer une camisole de force !


Stop financiële speculatie, niet ons loon !

De angst is van zijde veranderd. Na lange jaren van uitbuiting door het IMF en het nepotisme van plaatselijke despoten, was het eerst in Tunesië, in Egypte, Algerije, Marokko en nu in Libië, Bahrein en zelfs in Jemen en Saoedi-Arabië dat mannen en vrouwen, voornamelijk jonge geschoolde jongeren, de straat op gaan om “brood, vrijheid en waardigheid” te eisen.

Deze wind van een “massa staking”, beschreven door Rosa Luxemburg, waait over de ganse planeet. In de Verenigde Staten, nadat het koppel Bush-Obama, zonder enige voorwaarde te stellen, bodemloos geld uitgaf om de “banksters” te “redden”, zien nu Staten, steden en overheden zich verplicht hun openbare diensten op te doeken en hun personeel massaal af te danken. Maar het Amerikaanse volk zegt NEE ! In Wisconsin, waar een tirannieke gouverneur de meest elementaire rechten van de vakbonden heeft afgeschaft, betogen dagelijks leerkrachten, studenten, pompiers, politiekrachten en staatsbeambten en al tweemaal hebben meer dan 100 000 betogers vredelievend het regeringsgebouw van Madison bezet. Deze vlam van Wisconsin verspreidt zich razend snel over het ganse land, naar Ohio, naar Michigan, Illinois, New Jersey. Zelfs in Las Vegas zijn er nu betogingen !

In Europa, eisen deze banksters, via hun “Pact voor de Euro”, de beperking van staatsschuld, loonstop, afbraak van vakbondsrecht, flexibiliteit van de werkkracht et de afschaffing van de automatische indexatie van lonen op inflatie en stijgende leefkosten. Zij willen hun “pond vlees” om een euro te “redden” waarvan de dagen al lang geteld zijn.

De Europese vakbonden, in het bijzonder door de gemeenschappelijke verklaring van de Franse en Duitse vakbonden van 22 maart, hebben het juist wanneer zij dit pact afschrijven als een “dictaat van de financiële markten”. Zij formuleren eveneens de rechtvaardige eis : geen besparingspolitiek, maar een hernieuwde politiek van economische groei, opleiding en innovatie dankzij productieve jobs en investeringen in infrastructuur. “Maar de kassen zijn leeg !” zullen de bankiers ons vertellen terwijl zij verder gaan met het plunderen van staatsbudgetten.

Om uit deze valstrik te ontsnappen, eisen Lyndon LaRouche in Amerika en Jacques Cheminade in Frankrijk een ordelijke bankroetprocedure voor het ganse internationaal financieel systeem. Volksvertegenwoordigers moeten hun mandaat gebruiken om via de wet de banken te verplichten hun deposito activiteiten te scheiden van hun speculatieve praktijken (effecten, obligaties, etc.) volgens de normen van de Amerikaanse Glass Steagall Act van 1933.

Deze hervorming zal van krediet een « openbare dienst » maken ten dienste van het algemene belang en de komende generaties. En de banken zullen zelf de rekening moeten betalen van hun riskante investeringen, met inbegrip van hun eigen faillissement.

Wij staan niet alleen. In de Verenigde Staten, constateert de Financial Crisis Inquiry Commission in haar rapport dat de financiële verantwoordelijken hun geest hebben verloren. Het is dus niet noodzakelijk om hun mening te kennen om hen de Glass-Steagall dwangbuis aan te doen !


Freeze the banker’s speculation, not our wages !

Fear finally changed sides. Reduced to utter misery after decades of exploitation imposed by the IMF and the nepotism of local despots, it was first in Tunisia, Egypt, Algeria, Morocco and now in Libya, Bahrain and even Yemen and Saudi Arabia that men and women, especially highly trained youth, took the streets to call for “Bread, freedom, dignity”.

But this wind of a “mass strike” described by Rosa Luxemburg is blowing over the entire planet. In the United States, after the permanent, global and unconditional bailout policy of banks adopted by the Bush-Obama team, entire states, cities and ailing local communities are forced to dismantle public services and proceed with mass layoffs to avoid being put under harsh state management. But the American citizens say NO ! In Wisconsin, confronting a despotic governor which rammed through a law scrapping basic rights of trade-unions, teachers, students, firemen, police officers and state employees have staged since four weeks, day after day, demonstrations state wide and in Madison, where two Sundays in a row, over a hundred thousand people came on the street and even stormed the Capitol building. The spark of Wisconsin is now spreading to all US states especially Michigan, Illinois, Ohio, New Jersey, California, and even to Las Vegas !

In Europe, this “mad finance”, by demanding by the Merkel-Sarkozy “Pact for the Euro” to fix a limit on national debt, wage freeze, the reduction of union rights, the flexibility of the workforce and the end of the indexation of wages on the rise of living costs and inflation, also is demanding its “pound of flesh” to “save” a euro that joined the “walking dead” already.

The declarations of the European unions, notably the joint statement of the French and German unions of March 22, as far as they go, are correct in denouncing this “diktat of the markets” and legitimately demand, in stead of austerity, a return to economic growth, qualified training and innovation through productive jobs and investments in infrastructure. “But there’s no money, buddy !” these financiers will shamelessly respond while continuing to loot our state budgets with their bailouts !

To escape this deadly trap, both American economist and statesman Lyndon LaRouche and French presidential candidate Jacques Cheminade are calling for an immediate bankruptcy procedure of the entire financial system. Elected officials must use their mandate to impose by law the return to a strict separation of the banking activities of deposit banks and those of investment banks (Glass-Steagall Act). Only through such a reform, productive state credit can become a public service for the benefit of the public good and future generations. And bankrupt banks will have to swallow themselves the consequences of their risky choices, including bankruptcy.

We are not standing alone in this fight. The United States FCIC (Financial Crisis Inquiry Commission) in its latest report acknowledges that finance went mad. Therefore, we should not ask the advice of the latter about the Glass-Steagall straitjacket it needs so urgently !

Voir le commentaire

  • petite souris • 24/03/2011 - 13:00

    J’espère que ce tract aura un bon accueil !
    ... de la population sans aucun doute
    ... mais surtout il faut convaincre tous ces fonctionnaires européens afin qu’ils agissent sur leur chefs !!!

    Glass-Steagall : réforme qui doit faire du crédit productif un service public aux services de l’intérêt général et des générations futures. Et les banques en faillite payeront elles-mêmes leurs choix périlleux.

    simple et à diffuser !!!!!!!!!!!!!!
    bravo

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard