X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions
Nos actions

S&P s’invite au Cercle des économistes...

La rédaction

Rencontres du Cercle des économistes à Aix-en-Provence

La moralité des élites à l’épreuve du Glass Steagall


Par Julien Lemaître


Du 2 au 4 juillet, comme chaque année, le gratin des « grands économistes reconnus et admirés » de France, qui forment le prestigieux « Cercle des économistes », organisent leur gala à Aix-en-Provence. Sur trois jours, avec de nombreux invités internationaux, ils balisent le débat économique national. Christine Lagarde ne s’y est pas trompée en choisissant cette grande messe pour venir invoquer sa fameuse « ri-lance », qui remplissait le lendemain les colonnes des journaux. Le ton de ces rencontres, comme nous nous y attendions, fut au consensus mou : couper les budgets tout en relançant l’économie, et réguler les banques sans entraver leur prospérité. Cet immobilisme de l’élite économique est bien entendu criminel, au moment où le système bancaire s’apprête à essuyer une violente réplique du tremblement de terre de 2008, et que les États sont à genoux, abdiquant sans lutter face au chantage des « marchés », c’est-à-dire ces mêmes banques.

JPEG - 81.9 ko
Notre bureau Glass-Steagall devant l’IEP d’Aix-en-Provence

Pressentant sans grand mérite ce manque d’initiative, nous étions décidés à ne pas laisser ce week-end d’auto-congratulation se dérouler sans dissonance. Quatre militants lyonnais ont donc pris l’autoroute du Soleil (très chaud !), rejoins par quatre jeunes sympathisants bien contents d’avoir une occasion de s’activer dans la région. Munis d’une récente déclaration de Jacques Cheminade sur le Glass-Steagall Global, nous sommes allés mettre ces économistes à l’épreuve du feu, sur le terrain du courage politique et moral. Nous étions littéralement incontournables, ayant dressé une table militante juste à l’entrée de l’événement, et étant présents dans toutes les salles de conférence... ou presque, car il a fallu ruser pour se faufiler parmi les participants VIP reconnaissables à leur petit foulard, qui seuls pouvaient accéder à la salle des conférenciers et poser des questions dans nombre de séances. Les sessions n’étaient de toute façon pas faites pour le débat, avec très peu de temps pour chacun des nombreux intervenants, et encore moins voire pas du tout pour les questions. Nous avons eu deux fois le micro dans les trois jours, et l’essentiel s’est donc passé hors séance.

Choisis ton camp !

Sans effort créateur, l’humain s’avilit et se terre peu à peu dans le mensonge pour sauver les apparences. Ainsi, par exemple, dans sa contribution rédigée pour l’occasion, Olivier Pastré, avant d’appeler au contrôle progressif des marchés et à la normalisation sans interdiction des titrisations, exhorte les dirigeants politiques au sursaut : «  Réveillez-vous ! Ce qui a disparu, c’est la confiance, et celle-ci ne reviendra pas durablement si l’on applique des cautères sur la jambe de bois de la finance mondiale. "What we must fear is ….fear" (« Ce que nous devons craindre est le manque de confiance », a-t-il traduit) déclarait Roosevelt en lançant son New Deal en 1933. » Quelle fumisterie ! Dans ce discours, Roosevelt parle de la peur et non du manque de confiance, et il fustige les responsables économiques : « Confrontés à l’effondrement du crédit, ils n’ont proposé que le prêt de plus d’argent. Dépouillés de l’appât du profit par lequel ils induisaient notre peuple à suivre leur fausse direction, ils en vinrent aux exhortations, plaidant la larme à l’œil pour le retour de la confiance. […] Ils n’ont aucune vision, et sans vision le peuple meurt. »

JPEG - 29.3 ko
Un de nos panneaux militants déployé sur place

Et c’est bien le sort du peuple et les instruments de son avenir qu’il nous fallait replacer au centre des préoccupations. Dès la fin des conférences, nous interpellions les intervenants assaillis de courtisans, en leur demandant leur position sur le sujet principal : la restauration d’un Glass-Steagall, cloison étanche entre activités de banque commerciale et de banque d’affaires. Première constatation : le débat est bien là parmi les économistes, bien qu’aucune séance du week-end n’ait traité le sujet ! Ensuite, il y a de profondes divergences dans leurs réponses, et cela tient plus à une question de conscience morale qu’à des considérations techniques.

D’un côté, les opposants à la disparition des « banques universelles », si chères à Michel Pébereau qui s’en fait le gardien dans les allés du pouvoir. Parmi eux, il y a ceux qui restent souriants, décrétant simplement que c’est d’un autre âge, qu’on a pas besoin de retourner aux années 1930 ; ceux-là se sont enfuis dans la rue ou dans les bras d’un flatteur sitôt qu’on leur répliquait que de ne pas faire un Glass-Steagall, c’est revenir aux années 1920 ! Puis il y a celui qui va prendre le temps de vous faire un cours, en trois points bien préparés, pour expliquer que le Glass-Steagall n’est qu’un argument de populistes américains, qu’il y a un problème sémantique à dénommer « banque » les institutions financières, et que de toute façon la loi Glass-Steagall était contournée par les malins de la finance, soi-disant toujours plus malin que les législateurs, et qu’on n’a fait qu’adapter le droit à une situation de fait en abrogeant la loi. Celui-là, fier de reprendre la ligne Pébereau, refusera évidemment de poursuivre la discussion sur la responsabilité morale de renflouer les spéculateurs avec l’argent de l’État. Enfin, il y a l’abject, qui a senti dans votre question que vous n’étiez pas là pour lui cirer les pompes, et qui d’un air méprisant interroge sur votre pédigrée, et vous tourne les talons. Il a probablement remarqué que je n’avais pas le foulard des « partenaires ».

De l’autre côté, il y a des économistes attentifs à la question, même s’ils ne sont pas toujours au clair sur la portée stratégique de notre proposition de Glass-Steagall global. Nous avons eu beaucoup de différentes réactions en ce sens, ce qui semble nouveau. Le plus significatif est un membre du cercle des économistes, que nous avions joint une dizaine de jours auparavant, et qui est venu directement à notre table à l’extérieur nous dire combien il avait trouvé intéressante notre documentation, bousculant son entourage en leur disant qu’il fallait s’intéresser à la candidature de Cheminade pour 2012. Voyant son collègue animer le débat avec nous, un autre membre du Cercle, qui venait d’assister à une intervention d’un militant sur le Glass-Steagall lors d’un débat, vint se joindre à la discussion. Il laissa sa carte pour être recontacté.

Fidèles à leur excellence technique, presque tous nuancent leur soutien à l’idée de rétablir une loi de type Glass-Steagall. « Ça n’aurait pas empêché les subprimes, le Glass-Steagall n’est pas tout » ; « Mais vous savez, les banques françaises sont tout de même moins exposées aux risques... » ; « C’est aussi une affaire de régulation, il n’est pas aisé de différencier les produits dérivés légitimes de ceux qui sont spéculatifs. » Mais lorsqu’on expose l’idée de créer ainsi un cadre dans lequel on aurait pu décider de protéger le tissu de banques utiles à l’économie, tout en laissant les spéculateurs se suicider en 2008, c’est le cœur et la conscience citoyenne qui parlent, et non plus les techniciens. « Sur le Glass-Steagall, je n’y connais pas grand chose, mais il faut absolument qu’on aille fouiller dans les comptes des banques et trier ! » ; « Ce n’est pas pour rien que le Glass-Steagall fut instauré en 1933, et c’est tout à fait normal d’en reparler dans la situation présente. » ; « C’est clair qu’il fallait garantir les moyens de paiement, mais pas la spéculation » ; « En tout cas, quand l’État met de l’argent, il devrait prendre le contrôle de la banque pour le diriger là où il faut. »

Mobilisons !

Force est de constater que malgré l’ouverture sans précédent que nous rencontrons, il y a du chemin à faire pour ces économistes, qui n’assument pas leurs idées dans le débat officiel. Nous avons interpelé une trentaines d’orateurs, et le travail reste à faire en recontactant les plus intéressants. Sur le moment, les échanges prometteurs viennent plus souvent du public ou simplement des passants. Ainsi, un dirigeant de PME qui surgit dans une conférence après l’une de nos interventions pour exiger un vote des intervenants à la tribune sur la question du Glass-Steagall ; un professeur d’économie quittant les lieux, excédé de la petitesse des débats ; un journaliste anglais, avec qui l’on a discuté au cours du week-end, et qui demande au micro si nous ne sommes pas au « Cercle des économistes disparus », personne n’ayant vu venir la crise ; une personne, stupéfaite de nous voir là après nous avoir vus au forum Libération à Grenoble récemment ; et de nombreux passants, s’estimant dépassés par les questions économiques, mais voyant que notre approche tranche avec les tergiversations habituelles.

Roosevelt disait, toujours dans le même discours : « Il devra y avoir un strict contrôle de toutes les activités bancaires, de crédits et d’investissements. » C’est bien par un nouveau Glass-Steagall que nous pourrons mettre en faillite organisée les spéculateurs, et il nous faut redoubler d’efforts pour réaliser cet impératif. Car sans dégager le terrain des effets toxiques, il ne peut y avoir de réelle reprise par le financement à long terme et faible taux d’intérêt de grands projets d’infrastructure : un véhicule dont le réservoir est criblé de trous ne peut parcourir de longues distances.


Campagne : Le Glass-Steagall global et le précédent français


Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 12/07/2010 - 22:44

    Bravo pour ce long week-end à Aix-en-Provence !!!!!!!!

    Enfin pour ce que vous y avez dit et fait.

    Que ce soit un exemple pour d’autres interventions partout quand il le faut afin de mobiliser et convaincre.

    C’est à ce prix que ceux qui devraient et n’osent pas encore dire ce à quoi ils croient en privé interviennent enfin en public et dans les médias !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Bibounette69 • 12/07/2010 - 16:54

    Déjà un grand merci d’avoir passé votre week end à défendre nos idées et sous la chaleur...

    Le travail sur le terrain va bien finir pas payer (et sur Facebook).

    La preuve, des personnes sont parties excédées...et un entrepreneur était de notre côté...

    Peut être est-ce grâce à Aix que Roccard parle du Glass steagall maintenant. En tout cas il est médiatique et c’est ce qui compte, si on pouvait faire des émules....

    Debout la république en a parlé un peu il serait peut être bon que NDA ose emprunter le terme de Glass Steagall...et nous appuie avec vrai travail d’équipe.

    Encore merci à toutes et tous pour cet investissement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard