X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions

Des candidats aux municipales s’engagent sur la séparation bancaire !

La rédaction

Alors que la mobilisation militante bat son plein sur le front de nos listes et candidats aux élections municipales, les militants de Solidarité et Progrès ne pouvant se déplacer pour prêter main forte aux campagnes ne sont pas restés inactifs. Armés du dépliant « Couper les banques en deux, une affaire locale », ils sont allés interpeller les têtes de listes de leurs communes sur la séparation des banques en deux.

De cette mobilisation d’un genre nouveau où les candidats se sont vus remettre un questionnaire les invitant à prendre position sur une question politiquement cruciale, de précieux enseignements sont ressortis.

Il faut d’abord savoir que des centaines de documents ont été distribués, que ce soit de la main à la main sur les marchés, par mail ou encore lors de réunions ou d’événements publics, etc. Si les interventions ont été disséminées sur l’ensemble du territoire, nous ne retiendrons ici que les quatre secteurs où nos sympathisants se sont particulièrement activés : les villes de Sète dans l’Hérault et d’Argenteuil dans le Val d’Oise, les agglomérations de Strasbourg et de Bordeaux et la région Champagne Ardennes.

Partout, dans les innombrables discussions qui se sont engagées avec des candidats de tous bords, la même question a été posée : « Êtes-vous favorable à une séparation stricte des banques sous des toits différents ? »

« Oups (sourire crispé), vous avez dit ? » Eh oui, ce n’est pas là le type de question abordée lors d’une élection « locale ». Elle s’est pourtant avérée avoir le grand mérite de rendre palpables quelques vérités toutes crues. Ainsi, tel candidat promettant haut et fort qu’il n’augmentera pas les impôts locaux se trouve fort embêté une fois prié d’exposer comment il compte opérer un tel miracle alors que l’élargissement des responsabilités et des compétences des communes entraînera des charges supplémentaires qu’il conviendra d’honorer… avec une dotation d’Etat en baisse.

JPEG - 341.9 ko
L’engagement municipal pour la séparation stricte des banques.

Face à une question jugée par beaucoup passablement épineuse, la tendance a été – bien souvent – de botter en touche et d’essayer de faire comme si de rien n’était. Comme nous l’a rapporté un sympathisant champenois : « De façon générale le taux de réponse est extrêmement bas [au moment de cette remarque, ce sympathisant calculait un taux de réponse de 11% qui s’est cependant élevé à 22% à dix jours du premier tour]. D’autre part je constate que les maires se retranchent très souvent derrière la position du gouvernement. Concernant des personnes qui souhaitent gérer des villes de plus de 1000 habitants, c’est très inquiétant pour notre pays de savoir qu’elles ne sont pas en mesure de se forger une opinion claire sur cette question essentielle de séparation des banques d’affaires et des banques de dépôts. »

C’est, en quelques mots, le cœur du problème qui est exposé car, une fois mis au pied du mur, nombre d’élus ou aspirants aux fonctions électives sont suffisamment cohérents pour savoir qu’il n’y a aucune solution viable à l’intérieur du système actuel et qu’un changement total de direction s’impose.

Alors, un retrait prudent derrière « l’autorité » de la réforme Moscovici votée en juillet dernier est une façon éprouvée d’échapper à un choix difficile, un choix ayant la préférence de ceux qui se considèrent comme « informés ». C’est visiblement le cas des députés et sénateurs à qui le questionnaire a été remis. Aucun d’entre eux ne l’a retourné, quand bien même il leur avait été remis en mains propres et qu’ils avaient été relancés pour donner une réponse.

Le retrait vers le local est, bien évidemment, une autre tentation, d’autant plus grande qu’en se coupant les mains, on ne prend pas le risque de faire des erreurs, comme l’illustre cette réponse d’une liste de Sète se définissant comme « ni de droite, ni de gauche » :

Même si nous partageons votre constat, vos valeurs et votre approche, le combat que vous menez ne relève absolument pas de l’échelon local pour lequel nous travaillons. Nous n’avons pas d’autre ambition politique.

C’est en somme, dans sa version locale, le discours sur la gouvernance technocratique qui pointe son nez, gouvernance dont le caractère « apolitique » serait garant d’une bonne gestion sans toutefois être équilibré par une capacité d’anticiper à quelle sauce budgétaire les communes s’apprêtent à être mangées.

Notre campagne, au fil des rencontres, a pris l’allure d’une école itinérante des institutions de la République, en se chargeant d’expliquer à des élus, pour ne pas parler des candidats, en quoi les communes peuvent effectivement se prononcer sur la séparation en deux des banques du fait de la clause de compétence générale. La lettre suivante envoyée par le candidat Yves Marchand (de Sète), par ailleurs favorable à la séparation des banques, est instructive à cet égard :

Je suis absolument d’accord pour la séparation des activités bancaires qui garantira les clients contre les risques inconsidérés que leur ont fait prendre les banquiers auxquels ils avaient remis leurs fonds en dépôt et dont ces derniers ont manifestement abusé.

Toutefois, je ne vois pas comment le conseil municipal pourrait voter un tel vœu qui n’entre manifestement pas dans les compétences municipales. Cela est évidemment du ressort du Parlement qui, jusqu’à présent, a été très laxiste à l’égard des banques. Certes certaines collectivités ont été victimes des agissements de banquiers mais elles ont été souvent prises à leur propre piège et auraient dû être plus vigilantes car les emprunts toxiques n’étaient pas liés à « l’aventure bancaire » des subprimes.

Quant à créer l’accompagnement bancaire des victimes, je suis tout à fait d’accord avec ce projet.

Du côté de Lutte Ouvrière (ici à Bordeaux), la question est évidemment prise au sérieux, même si les arguments présentés dans la réponse tiennent malheureusement plus de l’incantation que d’une perspective de prise de responsabilité réelle :

Monsieur,

Dans cette élection, nous nous présentons dans 200 villes « pour faire entendre le camp des travailleurs », afin que les travailleurs puissent montrer qu’il y a une opposition ouvrière à cette gauche qui fait la même politique que la droite, au service des riches, des capitalistes, des industriels et des banquiers. Afin de montrer qu’une fraction des travailleurs veut se battre contre ces politiciens et leurs donneurs d’ordre.

A propos des banques, la simple séparation en deux des banques n’aura pas plus d’effet, pour empêcher les banquiers de nuire, que cela n’a eu d’effet dans le passé (car cela a été le cas dans le passé, dans les années 1940 et 1950). Il faudra au minimum imposer la levée totale du secret commercial, industriel et bancaire, afin que tout le monde puisse avoir accès à la comptabilité, aux circuits de l’argent, aux véritables fortunes que se font les actionnaires des trusts et des banques sur le dos de la société.

Et puis, plus particulièrement, il faudra imposer l’expropriation des banques et leur fusion en un seul établissement public sous le contrôle populaire. Les banques sont responsables de la crise de 2008. Laisser entre les mains de tels criminels un tel pouvoir, c’est se rendre complice. Car si les banques ont rétabli leurs bénéfices, si le CAC40 est à la hausse, le chômage est lui au plus haut et les conditions de vie des couches populaires au plus bas.

Recevez Monsieur nos salutations communistes.

A l’inverse de cette prise de position engagée, bien que dogmatique, nous avons reçu une réponse suivante de la liste « Basta » à Metz qui témoigne, quant à elle, d’une fermeture d’esprit se passant de tout commentaire :

Brigitte, bonjour,

Après vérification, il s’avère que la personnalité de Jacques Cheminade et les théories de son mouvement sont de nature à nous inspirer la plus grande méfiance.

Par conséquent, tu n’auras pas de réponse au questionnaire.

Si les questions financières t’intéressent, je t’invite à te rapprocher
d’ATTAC Moselle.

Les efforts des sympathisants sur le terrain ont permis de confirmer l’indigence des partis politiques ayant pignon sur rue – et squattant en permanence l’espace médiatique – lorsqu’il s’agit de relever les défis essentiels. Leurs programmes apparaissent avant toute chose comme l’expression d’un féroce pragmatisme à peine recouvert d’une fine couche de vernis politique pour attirer l’électeur. Certains s’en détourneront, parfois, par opportunisme. Cependant, d’autres sont plus courageux et l’on peut discerner dans leurs réactions des accents de désaveu quand au manque de courage de leur parti.

Or, qu’est-ce que la séparation des banques si ce n’est, d’abord et avant toute chose, une affaire de courage politique ?

Une première étape a été franchie par des candidats qui ont pris la peine de répondre en renvoyant le questionnaire. Nous les en remercions.

C’est André Lubrano à Sète, de la liste « Changeons de cap » (soutenue par le PS), Conseiller régional, qui a répondu le plus rapidement, par l’affirmative, aux deux questions posées. Notons que même si les candidats ayant répondu favorablement se situent politiquement plutôt à gauche, par exemple Zouber Sotbar à Argenteuil dans une liste dissidente du PS soutenue par le PRG, certains comme Philippe Sans, à Sète, se présentent sans étiquette ou bien comme Salah Bellouti, à Argenteuil, dans une liste « centre divers droite ».

Des maires sortants ont également renvoyé le questionnaire : Claude Wallendorff à Givet dans les Ardennes et Jean-Pierre Bouquet à Vitry-le-François (Marne), dont on peut supposer qu’il connaît bien les enjeux puisqu’ayant été chargé en 2012 de mener une expertise sur la fonction publique territoriale pour la campagne de François Hollande.

Plus que jamais, cette « consultation », pour aussi limitée qu’elle fut, a réaffirmé que ce sont bien les hommes, ici d’horizons politiques différents, des nouveaux et des anciens, qui portent l’Histoire.

Nos militants, qui ont mis les candidats devant leur responsabilité face à la question fondamentale de la séparation bancaire et de la politique de crédit public, sont devenus un point de référence dans leurs régions respectives. Ils ne s’arrêteront pas en si bon chemin pour ouvrir des portes et étendre la portée de ces idées.

A un autre moment, cela a pris le nom de Résistance.

Ils ont dit OUI

1- Favorable à la séparation stricte ; 2- S’engage à faire adopter un voeu [1]

Liste des candidats ayant renvoyé leur formulaire

  • André Lubrano, candidat soutenu par le PS à Sète (34), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Changeons de Cap »
  • Philippe Sans, candidat indépendant à Sète (34), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Un maire autrement pour Sète »
  • Stéphane Lenoble, candidat indépendant à Charleville Mézières (08) 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Charleville Mézière dynamique »
  • Claude Wallendorff, maire sortant de Givet (08) 1- Oui ; 2- Oui
  • Jean-Pierre Bouquet, maire sortant de Vitry le François (51), 1- Oui ; 2- Non – Liste PS
  • Karim Melloulki, candidat à Reims (51), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Place au Peuple à Reims »
  • Hervé Chevreau, maire sortant d’Epinay (93) 1- Oui ; 2- Non – Liste « Continuons ensemble »
  • Salah Bellouti, candidat centre divers droit à Argenteuil (95), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Le nouvel Argenteuil »
  • Zouber Sotbas, candidat soutenu par la PRG à Argenteuil (95), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Argenteuil solidaire »

Réponse par mail

  • M. Thierry Millet, candidat sur une liste soutenue par Alain Juppé à Mérignac (33), 1- Oui ; 2- Non – Liste « Ensemble changeons Mérignac ! »
  • Michel Courchinoux, candidat de l’Union de la gauche à Parempuyre (33), 1- Oui ; 2- Oui – Liste « Ensemble Parempuyre ».

Tableaux récapitulatifs

  • Strasbourg/Bas-Rhin :
  • Sète/Hérault :
  • Marne-Ardennes :

Rejoignez la mobilisation pour couper les banques !


[1Le Questionnaire :
1. « Etes-vous favorable à une séparation stricte des banques sous des toits différents pour arrêter les spéculations sur les marchés financiers et permettre aux banquiers honnêtes de gérer les dépôts en accorder des crédits dans de bonnes conditions ? »
2. « Si oui, vous engagez-vous à inclure dans votre campagne cette exigence de faire voter une loi de séparation bancaire stricte et, si vous êtes élu, de faire voter un vœu par votre conseil municipal en faveur de cette exigence ? »

Voir le commentaire

  • YvesGilbert • 20/03/2014 - 11:03

    Refaisons la même chose pour la prochaine échéance !
    Les élections européennes auront lieu le 25 mai ; pas de localisme défensif possible ;-)

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard