Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilNos actions

Ce que propose S&P pour vaincre Ebola

La rédaction
JPEG - 40.5 ko

Les leçons d’Ebola

L’explosion de l’épidémie d’Ebola n’a rien d’un hasard, elle est la conséquence ultime d’une politique économique anti-humaine.

Alors que depuis les années 1976, on assistait à des poussées sporadiques se cantonnant à des régions reculées où elles s’éteignaient avec la mort des malades, l’épidémie d‘Ebola est hors de contrôle depuis le mois de mars.

Bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que l’épidémie est terminée au Nigéria et au Sénégal, elle maintient qu’Ebola reste une « urgence de santé mondiale » et se déclare « très inquiète » face à la situation en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, où l’on gère les émeutes tout en se concentrant sur les soins. A ce jour, sur les 10 000 cas identifiés, au moins 4900 personnes sont mortes depuis le début de l’année.

Ce qui devrait faire réfléchir, c’est que les trois pays formant l’épicentre de l’épidémie figurent parmi les plus pauvres du monde, alors que leurs sous-sols regorgent de richesses minières, surtout du diamant mais aussi de l’or, du minerai de fer, de la bauxite ou encore du rutile.

Dès 1974, l’économiste américain Lyndon LaRouche, convaincu, comme Louis Pasteur et ses élèves, que la santé d’une population dépend de son niveau de vie et d’un environnement sain, avait chargé une équipe d’économistes et d’épidémiologistes d’évaluer l’impact sur la santé humaine des politiques du FMI et de la Banque mondiale imposées aux pays du Sud. Leur verdict fut sans appel : les politiques d’ajustement structurel, de privatisation des services publics et la promotion des technologies « appropriées » (lire primitives) créent le terrain où maladies anciennes et nouvelles, c’est-à-dire des formes primitives du vivant, comblent « le vide » créé par l’effondrement des formes de vie supérieures.

Les historiens confirment que toutes les grandes épidémies apparaissent après de longues périodes de crise économique. L’effroyable « peste noire », décrite par Boccace dans le Decameron, se répandit en 1347, suite à la faillite spectaculaire des plus grandes maisons bancaires d’Europe (Bardi, Peruzzi, etc.).

Afin de préserver la valeur fictive de leurs dettes toxiques, ces banques ont affamé les populations. Ruinés, des millions de paysans cherchent alors refuge en ville, cessant du jour au lendemain de produire de la nourriture. Avant de devenir transmissible par voie aérienne, la peste se répandait via des puces véhiculées par les millions de rats [1] qui infectaient les grandes villes d’Europe.

Les politiques du FMI en Afrique abandonnèrent la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia aux groupes miniers qui, tout en se protégeant eux-mêmes avec des mercenaires privés, alimentaient des guerres civiles faisant des dizaines de milliers de morts de 1991 à 2002. Plongés dans le chaos, les populations furent condamnées à se nourrir avec ce qu’elles trouvaient dans la brousse ou à s’entasser dans les grandes agglomérations en attente d’aide alimentaire.

Qu’il s’agissait là d’une politique de génocide délibéré, apparaît clairement dans les déclarations de plusieurs personnalités au service de l’establishment militaro-financier anglo-américain. Du Club de Rome créé par un ancien responsable de l’OTAN, aux conseillers d’Obama ou encore au Prince Philip d’Édimbourg (voir encadré en bas de cet article), mari de la Reine Elisabeth II, tous tiennent le même discours.

Jacques-Yves Cousteau disait de l’homme : « Nous sommes le cancer de la Terre », proposant dans Le Courrier de l’UNESCO de novembre 1991 des mesures drastiques pour en réduire le nombre :

L’élimination des virus relève d’une idée noble, mais elle pose à son tour d’énormes problèmes. Entre l’an 1 et l’an 1400, la population n’a pratiquement pas changé. A travers les épidémies, la nature compensait les abus de la natalité par des abus de mortalité...

(...) Nous voulons éliminer les souffrances, les maladies ? L’idée est belle, mais n’est peut-être pas tout à fait bénéfique sur le long terme. Il est à craindre que l’on ne compromette ainsi l’avenir de notre espèce. C’est terrible à dire. Il faut que la population mondiale se stabilise et pour cela, il faudrait éliminer 350 000 hommes par jour. C’est si horrible à dire, qu’il ne faut même pas le dire.

Pour faire la « guerre » à Ebola :

  1. Enrayons la peste financière que répandent le FMI et la Banque mondiale.
  2. Cessons de minimiser les dangers et reconnaissons que, vu nos faibles connaissances sur cette épidémie, nous devons prendre les précautions maximales.
  3. Lançons, comme le propose LaRouche, une « Initiative de défense biologique », véritable état-major composé des meilleurs médecins-logisticiens des armées américaines, européennes et des pays des BRICS.
  4. Mettons en place un « pont aérien » pour apporter nourriture, soins et personnel médical aux pays touchés. Utilisons des hôpitaux flottants, ou des porte-avions et porte-hélicoptères facilement aménageables en unités de soins (voir la proposition Opération Mistral de Jacques Cheminade).
  5. Lançons un programme « à marche forcée » pour produire le nombre de vaccins requis à des coûts acceptables. (Nous saluons au passage le CEA pour avoir mis au point, dans le cadre des recherches sur le bioterrorisme, le premier test de dépistage rapide.)
  6. Envoyons des vétérinaires, des biologistes et des agronomes dans les pays concernés pour étudier les modes de transmission du virus.
  7. Cessons la déforestation catastrophique de l’Afrique de l’Ouest, qui favorise la migration des chauves-souris vers les zones urbaines. « Porteuses saines » du virus, elles contaminent d’autres animaux de brousse et, par ce biais, les hommes qui s’en nourrissent.
  8. Cessons, chez nous, la destruction de nos services de santé et de soins, nous rendant ainsi vulnérables à l’arrivée des épidémies, comme on l’a constaté en Espagne.

Ils ont osé le dire :

En cas de réincarnation, je souhaiterais revenir sous la forme d’un virus mortel afin de contribuer en quelque manière à résoudre le problème de la surpopulation.

Le Prince Philip d’Edimbourg, mari de la Reine Elisabeth II, Deutsche Presse Agentur, août 1988.

L’immigration ? Monseigneur Ebola peut régler cela en trois mois (…) Je crois qu’Ebola va faire des millions, des dizaines de millions de morts, peut-être des centaines. Les populations ne vont pas pouvoir continuer à croître indéfiniment sans provoquer des cataclysmes, qui sont généralement régulés dans l’histoire par des catastrophes.

Commentaire de Jean-Marie Le Pen, le 20 mai 2014, avant un discours prévu au Palais de l’Europe du parc Chanot à Marseille.

La localisation des réserves connues de minerai de qualité supérieure accentue une dépendance croissante de toutes les régions industrialisées aux importations en provenance des pays les moins développés. Les véritables problèmes d’approvisionnement en minerai ne consistent pas en une simple question d’abondance physique, mais en une question politico-économique d’accès en terme d’exploration et d’exploitation, et de partage des profits entre producteurs, consommateurs et gouvernements des pays hôte.

(...) Des concessions accordées aux pays étrangers peuvent être vues comme de l’expropriation ou une intervention arbitraire. Aussi bien à travers l’action du gouvernement, des conflits ouvriers, du sabotage, ou des émeutes civiles, l’approvisionnement régulier des matières premières nécessaires sera mis en péril.

Bien que les problèmes démographiques ne soient pas les seuls facteurs en jeu, ce genre de perturbations est moins probable lorsqu’il y a une croissance lente ou nulle de la population. Par conséquent, la réduction de la population dans ces Etats est une question vitale pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

(...) Le danger existe que les dirigeants des pays les moins développés considèrent les motivations des pays riches pour la réduction des populations [des pays du Sud] comme une forme d’impérialisme économique ou racial ; cela pourrait créer de sérieuses répercussions.

Henry Kissinger, National Security Study Memorandum 200, Avril 1974.


[1La forme la plus fréquente de la maladie (la peste bubonique) est en effet transmise à l’homme par la morsure de puces qui ont d’abord piqué des rongeurs infectés et transportent donc la bactérie Yersinia pestis. La peste est essentiellement une maladie des rats (des rongeurs en général, et parfois des chats).

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard