Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire
AccueilNos actions

Le passé de l’Afrique lui promet un grand futur, les manuscrits de Tombouctou s’invitent à Rennes

La rédaction

Compte-rendu de la réunion de Solidarité et Progrès à Rennes sur les manuscrits de Tombouctou et l’avenir de l’Afrique.

JPEG - 89.8 ko

Par Alexandra Noury, Solidarité & Progrès, Rennes

Il a fallu une guerre pour se rendre compte du trésor écrit du Mali. Les milliers de manuscrits conservés depuis des siècles dans la ville de Tombouctou pourraient bouleverser l’image que nous nous faisons du passé et du futur de l’Afrique !

En lisant la presse locale, nous avions remarqué les conférences de Karim Kahlal, ancien chef de projet qui, pendant trois ans, a piloté un projet international pour sauver et promouvoir les manuscrits de Tombouctou. Intéressés nous-mêmes par le développement de l’Afrique, nous l’avons alors invité à faire une conférence dans notre bureau rennais. Une vingtaine de personnes y ont assisté, partageant avec Karim, trois heures durant, une réalité, une passion et des aspirations justifiées pour une Afrique lumineuse et radieuse. Un héritage culturel souvent ignoré ou occulté, qui fut pourtant, durant des siècles, le symbole d’une Afrique cultivée, savante et innovante.

Aujourd’hui, Tombouctou évoque pour nous un mystère ou quelque chose de lointain, d’inaccessible. Il se peut que les travaux de restauration et de sauvegarde, en cours et planifiés, fassent changer cette situation et que Tombouctou devienne une future Florence de l’Afrique.

Le grand passé de l’Afrique

Capitale de la sixième région administrative de la République du Mali, Tombouctou se trouve au point de jonction du désert du Sahara et du fleuve Niger. Sa configuration géographique en fit un point de rencontre naturel entre populations sédentaires africaines et nomades berbères et arabes.

Fondée par les Touaregs Imaghcharen aux environs de 1100 de l’ère chrétienne, elle devint rapidement un point de mire pour le commerce caravanier émergent de l’Afrique du Nord et des oasis sahariennes. Le développement attira des savants ou érudits de provenances multiples, y compris d’Afrique méditerranéenne, d’oasis sahariennes et de bourgades ouest-africaines telles Djenné et Oualata.

Pendant toute la période coïncidant avec la fin du Moyen Age européen, Tombouctou devint la capitale culturelle de l’Afrique de l’ouest, rayonnant le savoir et la tolérance à des milliers de kilomètres. Parmi ses 100 000 habitants, Tombouctou comptait à cette époque environ 30 000 étudiants fréquentant les écoles et les mosquées. Des jeunes et des savants de toute l’Afrique s’y installaient pour se former ou mener des recherches. Une économie florissante se développa autour de la transmission du savoir : production de papier, d’encre, conservation des livres, etc. Pour comprendre l’importance de la ville, à la même époque, Anvers ou Florence comptaient à peu près autant d’habitants !

Musique, bonne gouvernance, philosophie, astronomie, médecine, agriculture, etc., les manuscrits sont d’une richesse inouïe qui, malheureusement, demeure inconnue et inaccessible.

L’existence même des manuscrits de Tombouctou, certains datant de 600 et même 1000 ans, bouleverse et réfute l’idée reçue d’une « Afrique orale ». Par exemple, saviez-vous que pendant que l’héritage de la culture grecque avait quasiment disparu d’Europe (la langue grecque fut redécouverte au début du XVe siècle et les écrits de Platon, disparus au Moyen âge, ne revirent le jour qu’avec la Renaissance), les scribes de Tombouctou avaient accès aux sources les plus diverses, y compris aux écrits de Platon ? Et aussi que, tandis que la culture écrite en Europe était réservée aux élites latinisantes, les savants de Tombouctou traduisaient leurs livres non seulement en langue arabe, la langue du savoir, mais aussi dans les langues locales, donnant ainsi au peuple l’accès à la science ?

Quel futur ?

Aujourd’hui, Tombouctou ne compte plus que 30 000 habitants. Les activités intellectuelles et les industries du livre associées sont en perte de vitesse, pour ne pas dire inexistantes. De nombreux facteurs sont à l’origine de cette situation : instabilité politique de la région avec une menace accrue des extrémistes et des obscurantistes, évolution négative du contexte éducatif (déstructuration des systèmes endogènes), enclavement de la région, conditions socio-économiques de plus en plus difficiles, faiblesse de la coordination entre les acteurs œuvrant dans le domaine, absence d’inventaire des collections. Il faut aussi noter que la majorité des manuscrits appartiennent à des collections privées et qu’ils doivent leur longévité à une longue tradition de conservation. Or aujourd’hui, beaucoup de leurs possesseurs ne soupçonnent même pas la valeur de ce patrimoine écrit. Dans sa présentation, Karim Kahlal a su relever le paradoxe d’un monde qui ne voit plus la valeur de la culture et de l’esprit humain et tend à sa propre dégradation.

Cependant, malgré la morosité de la situation et les obstacles qui perdurent, des actions ont été menées pour sauvegarder et faire connaître ces quelque 100 000 manuscrits. A l’image du projet luxembourgeois qui depuis quatre ans, essaye de sortir ce patrimoine de l’anonymat et de mettre en œuvre des projets économiques et culturels s’inspirant des manuscrits comme levier de développement.

Karim nous a même donné une leçon d’économie et, au-delà de quelques divergences, l’idée que l’économie est à l’image d’un corps organique a bien résonné. Car si nous tenons à sauver ces précieux manuscrits, un catalogue de mesures déconnectées les unes des autres ne suffira pas. Certes, il est important de construire une bibliothèque, mais il faudra aussi penser à son fonctionnement. D’où viendra l’électricité, comment acheminer chercheurs et visiteurs, par quelles voies de communication ? Comment assurer la formation, payer les salaires ?

Le dialogue avec la salle était constant et ce qui est ressorti, c’est que l’antenne S&P de Rennes recèle des passions secrètes pour l’Afrique ! La soif avec laquelle l’auditoire a suivi l’ensemble de la présentation et le flot de questions posées montrent que les Français ressentent un irrésistible besoin d’ailleurs. Chacun était heureux de découvrir cet univers nouveau et passionnant. Un jeune d’origine africaine fut trahi par son émoi : pour lui, cette méconnaissance de la culture africaine est toujours une plaie béante, ce sujet le touche au plus profond de son être.

L’idée qui a marqué les esprits ce soir-là, c’est de voir comment les chemins du futur s’entrecroisent, à quel point la tâche de développer l’Afrique sera complexe, mais aussi comment la coopération peut la rendre faisable. De l’histoire de Tombouctou se dégage un passé de tolérance et de dialogue des cultures, une plateforme de discussion de haut niveau sur laquelle M. Kahlal nous a invités à nous hausser pour réfléchir à ce qui unit les humains, à l’universel. C’est avec cet état d’esprit en quête de vérité que nous devrions renouer plus souvent pour trouver le meilleur du passé, sans mélancolie, et nous retrousser les manches pour bâtir le futur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 27/06/2013 - 22:24

    not’exprésident a dit que l’Afrique n’avait pas d’histoire
    çuid’maintenant y fait la guerre !
    Quel P de la R française aura le courage de développer l’afrique par de grands projets d’infrastructure afin d’avoir avec ce continent des relations de paix réelle et durable ?

    Répondre à ce message

  • Eric • 26/06/2013 - 20:34

    "Comment assurer la formation, payer les salaires ?"
    "A l’opposé du mot d’ordre conservateur : "Un salaire équitable pour une journée de travail équitable", les prolétaires doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : "Abolition du salariat".
    Karl Marx, "Salaire, prix et profit", 1865/7

    Répondre à ce message

  • Pragmatique • 27/06/2013 - 02:53

    l’urgence est d’inventorier et scanner ces manuscrits au plus vite.
    et d’abord qu’est ce qu’il en reste, aux infos ils ont dit que la collection de la bibliothèque avait été sauvée avant que les obscurantistes salafistes viennent les détruire, et puis ils ont ensuite dit qu’ils l’avaient bien été.
    faudrait savoir, et savoir faire la lumière sur l’état des lieux.
    bon sang je pouvais meme pas m’imaginer que cette collection était laissée à l’abandon. ils ont de l’or culturel entre les mains et sont pas fichus de le mettre en valeur, c’est toute l’histoire de l’afrique résumée dans ce triste événement.

    Répondre à ce message

  • Panafricain • 11/05/2013 - 22:49

    Tout cela, ce n’est que la pointe de l’iceberg : Nok, Ile Ife, Nubia, Kush, etc.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Jacques Cheminade : Glass-Steagall et l’industrialisation de l’Afrique, une épreuve morale pour l’Europe

12 juillet 2011
2-3 juillet 2011, conférence de l’Institut Schiller à Rüsselsheim, Allemagne
Jacques Cheminade : Glass-Steagall et l’industrialisation de l’Afrique, une épreuve morale pour l’Europe

Afrique - L’heure des grands projets est venue

22 septembre 2012
Dossiers en vente
Afrique - L’heure des grands projets est venue

Mali : notre intervention militaire doit conduire à un changement de politique

12 janvier 2013
Orientation stratégique
Mali : notre intervention militaire doit conduire à un changement de politique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard