X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique

Afghanistan : « Les Britanniques veulent nous précipiter dans un conflit terrestre en Asie »

23 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Nous publions ici les propos tenus le 19 septembre par Lyndon LaRouche, sur ce qu’il a défini comme « la question fondamentale de l’Afghanistan » :

« Avant tout, il faut considérer le processus de destruction dans lequel les Etats-Unis ont été entraînés depuis la mort de Franklin Roosevelt, notamment en nous poussant dans des guerres terrestres en Asie. Et nous en sommes encore là aujourd’hui.
Certains comme Bill Clinton et ses réseaux, tendront à accepter cet état de fait et à négocier les termes de ces guerres.

Evidemment, Clinton y est opposé, mais d’un point de vue politique, il cherche un compromis avec ceux qui veulent ces engagements terrestres. Il faut absolument commencer par dire qu’« une guerre terrestre en Asie est un crime contre l’humanité ». C’est parce qu’il s’opposait à engager les Etats-Unis dans une guerre terrestre en Asie que Kennedy a été assassiné ! Ce sont des cercles internationaux liés aux Britanniques qui ont commandité son assassinat, et il a été perpétré par des milieux français et hispanophones.

C’est essentiellement en précipitant les Etats-Unis dans des guerres en Asie que les Britanniques veulent nous pousser à l’autodestruction. Ces guerres ne reviennent pas à se tirer une balle dans le pied, mais dans la tête ! En voyant les choses de ce point de vue, on se rend compte qu’il n’y a jamais eu de bonne raison pour que les Etats-Unis s’engagent dans ce type de conflit.

En réalité, les Etats-Unis sont en guerre avec ce qu’on appelle l’« Empire britannique ». Nous n’avons absolument aucune raison d’entrer en guerre contre qui que se soit, à moins d’être attaqués et qu’il faille se défendre. Mais nous sommes dupes car nous nous laissons constamment entraîner à nous autodétruire, pour la gloire de l’Empire britannique. Examinez le tournant de 1966-67 en pensant à ce qu’a fait Kennedy pour relever l’économie américaine et réparer les dégâts que certains cercles avaient causés. Il s’est énormément engagé et s’est retrouvé en position de force. Et sur la guerre en Asie, il est resté ferme et a dit « non » à McNamara et à tous ces tarés. Ils l’ont tué pour cela. Et nous nous sommes retrouvés engagés dans une guerre en Asie car Johnson était terrifié en pensant qu’il pourrait subir le même sort. Notre engagement en Indochine a ainsi duré jusqu’en 1975.

Nous avons ensuite engagé deux guerres en Irak et nous sommes désormais pris dans une guerre terrestre permanente en Asie. Nous sommes totalement absorbés et déterminés par le conflit arabo-israélien, qui est en réalité orchestré par les Britanniques et joue un rôle central dans toute cette question. Nous nous laissons même davantage influencer par ce conflit que par ceux dans lesquels nous sommes directement engagés. Regardez le comportement du Congrès et des dirigeants politiques. Cette idéologie de guerre terrestre en Asie nous corrompt totalement et nous détruit.

Nos dirigeants cherchent à faire des compromis sur cette guerre en Asie. La stratégie du général McChrystal pour l’Afghanistan est une impasse. On parle de défendre les Etats-Unis contre notre ennemi, [*] mais nous n’avons qu’un seul ennemi : l’Empire britannique.

Et c’est de là que vient le problème : ne pas être capable de voir l’enjeu historique derrière tout cela. C’est pourtant inscrit dans notre Constitution : il y a un conflit entre notre conception de système de crédit et l’idée de système monétaire, qui est en réalité un système impérialiste. C’est tout le combat intérieur au pays contre Wall Street. L’enjeu est clair : soit les Etats-Unis sont une république souveraine, soit nous ne sommes qu’un des nombreux appendices d’un système monétaire impérialiste. »

Suite à une question, Lyndon LaRouche est ensuite revenu sur la guerre de Corée :

« La guerre de Corée a été provoquée afin de détruire Douglas MacArthur. [**] A la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, les Britanniques avaient perdu leur influence dans le pacifique, à son profit. Même l’Australie avait adopté la position américaine représentée par MacArthur, au détriment de celles de Churchill.
Ensuite, le président Truman, sous l’influence de Churchill, a envoyé deux bombes nucléaires sur le Japon – des engins expérimentaux, les deux seuls que nous avions – alors qu’ils avaient déjà perdu ! Truman et Chuchill ont lancé ces bombes sur les civils japonais alors que des accords de paix avaient déjà été négociés avec les Mikado, par l’intermède du Vatican. Tout ceci pour saper le crédit de MacArthur, dont l’influence a été finalement détruite par Truman et Churchill grâce à la Guerre de Corée.

C’est exactement pour ces raisons que le général MacArthur avait conseillé au Président Kennedy de ne jamais engager les Etats-Unis dans une guerre terrestre en Asie. »


A lire : Pas un Français de plus ne doit tomber en Afghanistan !



[*Lyndon LaRouche a par ailleurs souligné que c’est sous le même prétexte frauduleux d’une menace terroriste venant d’Afghanistan, avancé par George W. Bush, qu’Obama vient de prolonger l’Etat d’urgence décrété après les attentats du 11 septembre.

[**Douglas MacArthur était le commandant suprême des forces alliées dans le Pacifique pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il développa une stratégie d’attaques de flanc qui, avec un minimum d’engagements terrestres directs, conduisit à la défaite militaire du Japon. Il s’opposa au largage de bombes atomiques sur le Japon et présida à sa reconstruction après la capitulation, entre 1945 et 1950. En juin 1950, il fut appelé à commander les forces alliées en Corée après l’attaque nord-coréenne. Un an plus tard, il fut démis de ses fonctions par Harry Truman pour insubordination.

Voir les 11 commentaires

  • arcsm • 25/09/2009 - 13:18

    Il faudrait quand même arrêter avec ces théorie de conspiration britannique. Vous ne faites qu’attiser une haine sans fondement à l’encontre de ce peuple qui s’est pourtant battu pour libérer la France du joug nazi. Vous prétendez construire un nouveau monde, mais qui êtes-vous donc pour prétendre détenir à ce point la vérité ? On ne battit rien sur la peur du complot. Je conçois que le monde actuel n’est pas parfait mais ce n’est pas en affirmant une volonté de détruire tout un système que le suivant sera meilleur. Peut-être vaudrait-il mieux améliorer ce qui existe déjà.
    L’Afghanistan est le berceau des Talibans et une intervention est nécessaire (même si elle n’est pas toujours adroite)pour aider ce peuple à se développer et le sortir d’un régime terroriste.
    En outre,les chefs d’Etat prennent conscience des enjeux actuels (terrorisme, envirronement, économie, mais cherchent à trouver des solutions rationelles sans détruire tout un système, ce qui est loin d’être aisé.
    Développez donc une pensée positive au lieu de plaider pour la peur et la haine des britanniques.

    • Bertrand Buisson • 25/09/2009 - 14:38

      cher arcsm,

      Si vous croyez encore que les dirigeants politique font sincèrement tout ce qu’il peuvent pour résoudre la crise, que la guerre au terrorisme protège le monde libre, que LaRouche en veut au peuple britannique et que les complots n’existent pas (mais comment est-ce que se font les choses alors, si les personnes ne se concertent pas pour réaliser des projets), c’est que vous êtes encore bien innocent et naïf. A ce stade, ça frôle la niaiserie.

    • un lecteur ecoeuré • 25/09/2009 - 21:28

      Bonjour,

      M. arcsm, arrêtons les délires pour lister les faits avérés :
      - les anglais ont envahi l’Irak sur la base d’un mensonge ;
      - les anglais bombardent le peuple irakien avec de l’uranium appauvri => la mort d’innocents ainsi que des siècles de souffrance à venir ;
      - les anglais ont envahi l’Afghanistan sur la base d’un attentat qui a fait s’écrouler 3 tours avec des milliers de tonnes de gravas mais miraculeusement, le passeport d’un des auteurs a été retrouvé intact sur un trottoir à côté.

      Ca se sont des faits avérés, pas des blagues, pas des théories du complot, mais des faits OBJECTIFS.
      Vous estimez pour reprendre vos propres mots qu’une intervention était nécessaire en Afghanistan, mais qui êtes-vous pour estimer nécessaire la morts de milliers de femmes et d’enfants ? qui êtes-vous donc pour cela ? Et sans honte aucune, vous venez vilipender un homme (Larouche) qui n’a pas une seule goutte de sang sur les mains !! Avez-vous conscience de ce que vous avez écrit ?

      Auriez-vous le courage de dire à un enfant Afghan de 5 ans qu’il était "nécessaire" que des bombes anglaises viennent anonymement le rendre orphelin ??

      Pour couronner le tout, vous demandez à une homme que n’a jamais appelé à la mort de femmes et d’enfants (comme vous venez de le faire) de développer une "pensée positive" !

      M. arcsm vous me donnez envie de vomir

      Un lecteur écœuré par les zozos pour lesquels le qualificatif de niais serait presque un compliment

    • arcsm • 23/04/2010 - 13:55

      Cher Monsieur !

      Je ne pense pas que m’insulter comme vous le faites fasse honneur à votre mouvement. Je n’ai jamais dit que le monde actuel était parfait, ni que l’intervention en Afganistan allait se faire sans verser une goutte de sang. Malheureusement, la mise en place de la démocratie demande parfois des sacrifices y compris pour tous ces soldats de toutes nationalités envoyés là-bas. Il est facile de critiquer un système lorsqu’on ne meurt pas de faim et que le lieu de vie est un pays qui respecte un tant soit peu les Droits de l’Homme. Je n’ai, par ailleurs, jamais mentionné le nom de Monsieur Larouche dans mon dernier commentaire, mais puisque vous y faites référence, j’aimerais connaître le train de vie que mène cet homme depuis son fauteuil aux Etats-Unis... Encore une fois, je pense qu’il faut faire évoluer les systèmes (économique, financiers ou politiques) et non chercher à les détruire (hormis bien sûr les régimes autoritaires ou dictatoriaux).

    Répondre à ce message

  • écoeuré • 27/09/2009 - 15:08

    Si j’étais politicien je proposerais d’obliger les responsables politiques à envoyer leur fils ou fille sur le front des guerres qu’ils déclenchent.

    Je les obligerais à reverser 50% de leur salaire à l’armée, au titre de l’effort de guerre, aussi longtemps que durerait la guerre.

    Evidement des mesures seraient prises pour qu’ils ne puissent s’octroyer une hausse de salaire de 50% et user d’autres subterfuges dont ils sont coutumiers.

    Répondre à ce message

  • Pic et Puce • 25/09/2009 - 01:04

    L’histoire du monde n’est pas l’histoire des peuples mais l’histoire de plusieurs élites. L’élite basée à Londres a pris le pouvoir sur toutes les autres. C’est bien cela notre drame.

    Répondre à ce message

  • Un lecteur assidu mais vraiment pas convaincu • 24/09/2009 - 14:16

    Les yankees ont largué deux bombes atomiques sur un japon fanatique et suicidaire, pour éviter d’avoir à y livrer, justement, un conflit terrestre, qui aurait été horriblement meurtrier. Larouche parle d’accords de paix par l’intermédiaire du Vatican qui auraient évité la continuation du carnage. Ah bon ? il faudra que je pose la question au curé de mon village. Cette affirmation ne repose sur aucun fondement et n’est rien d’autre que de la désinformation niaiseuse. Enfin....les chrétiens ont bien inventé le diable pour que leurs adeptes croient en Dieu. Larouche a inventé un fantasme appelé l’empire Britannique. On a toujours besoin d’avoir un ennemi pour exister politiquement. Si cet ennemi n’existe pas, il est urgent de l’inventer. La théorie du complot, c’est le lapin qu’on sort du chapeau pour galvaniser les foules. Ca me rappelle quelqu’un qui voulait libérer son peuple du "lobby sioniste" qu’il disait. Vous avez dit fascisme ? Non...vous croyez ?

    • Bertrand Buisson • 24/09/2009 - 17:12

      Pour un lecteur assidu, vous semblez à côté de la plaque total.

      S&P a largement documenté le fait historique de la continuité de l’Empire britannique depuis 1763 jusqu’à aujourd’hui. Il en est de même pour l’EIR, le magazine international de renseignement publié par LaRouche et ses associés. Faites un effort avant de venir faire de grandes déclarations qui vous décrédibilise.

      Pour ce qui est du Japon, réfléchissez un instant. D’abord, vous semblez insinuer que Hiroshima et Nagasaki n’ont pas été meurtrier, mais passons.
      Le fait est que le Japon avait perdu car toutes toutes ses lignes de ravitaillement était coupée par l’offensive alliée menée par MacArthur et Nimitz.
      L’armée japonaise continuai à se battre certes, mais Hirohito négociait déjà la capitulation avec Roosevelt, via le secrétaire d’Etat du Vatican, Giovanni Montini. C’est un principe machiavelien : rien ne sert d’attaquer un ennemi qui a déjà perdu, sauf à vouloir créer de futurs conflits. L’invasion du Japon n’était donc pas nécessaire.
      Si tu veux tout savoir, LaRouche le sait car il était ami avec Max Corvo, officier de l’OSS en Italie pendant la guerre et qui était le relais entre FDR et Montini.
      Vous devriez aussi lire "As he saw it" d’Eliott Roosevelt (le fils) où il rend compte des discussions féroce entre Churchill et FDR, sur la question de l’Empire britannique et de l’après guerre, peut-être que vous comprendrez mieux.
      Bonne lecture.

    • intactsaphir • 24/09/2009 - 19:47

      "Larouche a inventé un fantasme appelé l’empire Britannique. On a toujours besoin d’avoir un ennemi pour exister politiquement. Si cet ennemi n’existe pas, il est urgent de l’inventer."

      Ce n’est pas un fantasme, "lecteur assidu mais vraiment pas convaincu" cela vient de très loin apparemment , de la guerre de cessession (1861-1865) par exemple...

      Voir la dette ex nihilo

      www.factum911.com

    • Un autre lecteur assidu • 24/09/2009 - 20:40

      Bonjour,
      je commence à en avoir vraiment assez. Aujourd’hui, dès que l’on veut stopper un débat, arrêter les discussions, il y a toujours un hurluberlu soit pour parler de "théorie du complot" soit pour lancer les mots "lobby sioniste", "antisémitisme" ou "révisionnisme".
      Le lecteur assidu ... a fait fort, il en a lancé deux !! Je n’ai rien d’autre à ajouter si ce n’est que ces techniques rhétoriques sont complètement contre productives et disqualifie irrémédiablement celui ou ceux qui les utilisent.

      Un autre lecteur assidu.

    • Pic et Puce • 25/09/2009 - 01:02

      Il est évident que la Perfide Albion porte très bien son nom. Depuis plus de 200 ans cette entité fait la guerre au reste du monde. Elle est a l’origine de presque tous les conflits. C’est grâce à elle que la France a perdu plus de 2.000.000 d’hommes au XXème siècle. Combien en perdrons-nous encore au XXIème si nos dirigeants se laissent encore manipuler et séduire par ses manigances ? Il est évident que la vision eurasienne dérange les milieux financiers qui tirent les ficelles depuis Londres. Ce n’est donc pas un ennemi imaginaire mais bel et bien une entité qui est prête à tout, même au sacrifice de milliards d’humains, y compris ceux de sa propre sphère d’influence pour péréniser son hégémonie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard