Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique
Brèves

Derrière l’assassinat d’al-Mabhouh : « provoquer des évènements bien plus graves »

1er mars 2010 (Nouvelle Solidarité) – Un assassinat perpétré par des services « secrets », filmé et diffusé dans le monde entier ? Il y a de quoi s’interroger. L’économiste américain Lyndon LaRouche a déclaré hier que l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh (un chef militaire du Hamas) à Dubaï fin janvier est destiné à provoquer des représailles qui serviraient de prétexte à une attaque israélienne sur l’Iran. « Autrement, pourquoi y aurait-il eu des dizaines de personnes déployées directement sur cette opération et qui, de surcroît, ont été prises en flagrant délit par les systèmes de vidéosurveillance ? Une opération bien menée n’aurait nécessité que deux personnes et n’aurait pas engendré une telle campagne internationale contre Israël. Il y avait un but derrière cette mise en scène : provoquer un évènement bien plus grave », a-t-il dit.

Jusqu’à présent, pas moins de 27 personnes ont été identifiées comme faisant partie du commando. Toute l’opération de filature depuis l’aéroport jusqu’à la chambre d’hôtel d’al-Mabhouh a été enregistrée par les dispositifs de vidéosurveillance dont les enregistrements ont ensuite été divulgués à la presse internationale. Les autorités dubaïotes ont rapidement accusées le Mossad (services secrets israéliens) d’être derrière l’assassinat. Ajoutant au scandale, le commando a utilisé de faux passeports aux noms de véritables citoyens israéliens, français, allemands et irlandais. Tout comme les autorités financières de Dubaï sont contrôlées par des vétérans de la City de Londres, les services de sécurité des Emirats Arabes Unis, dont Dubaï, sont sous la coupe d’anciens du MI6 et MI5, les services secrets britanniques. D’après LaRouche, les britanniques ont poussé ce scandale « pour s’assurer que le Hamas riposte par des représailles visant haut ».

Selon certains analystes, ce scénario serait semblable aux évènements déclenchés par l’assassinat du secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) en août 2001. Deux mois après, un commando du FPLP assassinait en représailles Rehavam Zeevi, le ministre israélien du tourisme. C’est alors que, dans sa traque des tueurs, l’armée israélienne a envahi et réoccupé un partie de la bande de Gaza.

« Oui, les circonstances sont similaires à l’assassinat de Zeevi, mais elles sont aussi très différentes, » a expliqué LaRouche. « La situation actuelle est bien plus désespérée qu’alors. Au sommet de la pyramide, la City de Londres réalise que son système financier est condamné et est prête à déchaîner l’enfer sur terre. N’oublions pas qu’aujourd’hui, tout comme après le Première Guerre mondiale, l’ensemble de l’Asie du Sud-Ouest est sous l’influence étroite d’une dynamique à la Sykes-Picot. L’assassinat à Dubaï d’un chef militaire du Hamas, tel qu’il a été perpétré, visait à déclencher des représailles servant ensuite de prétexte à une frappe israélienne contre l’Iran, probablement sur ses installations nucléaires de Natanz ou une cible de même calibre. Cela ne manquerait de déclencher un conflit régional total qui se répandrait comme une traînée de poudre. Nous pourrions être à quelques semaines d’un plongeon dans un âge de ténèbres. »

Puis il a souligné avec force : « ne cherchez pas du côté israélien pour savoir qui a déclenché cette opération. Examinez plutôt les jeux de pouvoir très vénitiens qui se jouent à Londres. Ils ont profilé tous les protagonistes et ils savent très bien comment déclencher une confrontation en chaîne. Pourquoi ont-ils choisi Dubaï comme lieu du crime ? Parce que l’appareil de sécurité y est sous contrôle britannique direct. »

Certains analystes craignent que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, puisse être la cible du Hamas. De telles représailles ne manqueraient pas de déclencher une guerre permanente qui dépasserait les frontières de la région. L’assassinat d’al-Mabhouh et ses conséquences montrent à quel point les intérêts financiers londoniens sont désespérés et jusqu’où ils sont prêts à aller, a conclut LaRouche.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • norodon • 02/03/2010 - 17:33

    Le point de vue de Larouche est tres defendable en effet.Mais il reste que certaines questions soient eclairci pour savoir exactement se qui se passe ; Qu’allait t’il faire a abou dahbi le leader palestinien ?? Qui devait il rencontrait ?? qui a vendu le renseignement sur son deplacement ??? et enfin pourquoi n’avait il pas eu droit a une garde rapprocher ???

    • Bertrand Buisson • 02/03/2010 - 18:46

      Dubaï c’est la plaque tournante du crime organisé asiatique en sa qualité de blanchisseuse géante...donc pas surprenant que le type aille là-bas.

      al-Mabhouh était recherché et vivait dans la clandestinité, donc pour être discret en déplacement, il avait pas intérêt à s’entourer de gorilles !

      Mais ces questions sont relativement secondaires et il faut regarder les forces en présence et la situation mondiale. Un tel évènement, vue sa mise en scène, ne peut qu’être joué par d’autres pour créer une tension, et les bosses de Dubaï et du Moyen-Orient on les connaît...les pays de cette région ne sont pas des forces indépendantes comme peuvent l’être la Russie ou la Chine. Ils sont pris dans un système depuis l’époque de Lawrence d’Arabie...un agent profileur du foreign office. Que ce soit en Arabie Saoudite ou aux émirats, les familles "souveraines" ont toutes été sponsorisée par l’Empire britannique et ses réseaux.

      Les américains qui ont voulu la guerre en Irak et en Afghanistan sont de pauvres idiots qui pensent s’accaparer du pouvoir sans se rendre compte qu’ils se sont précipités dans un piège qui les détruit eux-même et répand le chaos. Jusqu’à preuve du contraire, c’est depuis le cabinet de Tony Blair qu’a été déclenché la guerre d’Irak et les attentats du 11 septembre étaient sponsorisés par les réseaux saoudiens du prince Bandar, un agent britannique rémunéré.

      Les britanniques ont encore la main haute sur le jeu.

    • norodon • 03/03/2010 - 10:50

      Apparement vous etes habituez a la culture des amalgames et au melange des genres.""Recherché et vivant en clandestinité"" ?? vous donnez l’impression que c’est lui le criminel meme mort ?? "grosse blanchisseuse" parceque selon vous il etait parti recicler l’argent de la "drogue" ?? ou des "organes de palestiniens que les criminels israeliens tuent tout les jours ??.Il y a la main des anglais et les mains invisibles du marché liberal mais les canons, les explosifs et les mercenaires sont americains.sans rancune

    Répondre à ce message

  • norodon • 02/03/2010 - 17:35

    J’irais bien sur une autre piste,sachant que les representants palestiniens surtout ceux du hamas deviennent tres encombrant pour certains pays arabes comme l’arabie seoudite,l’egypte,la jordanie,le kowiet et meme les emirats arabes unis,il faut avoir a l’esprit que ces pays ne soutiennent plus le hamas.Alors de ce fait israel peut facilement traquer les resistant du hamas qui sont en desaccord avec le president palestinien qui est tres heureux de jouer les prolongations de son mandat !!!S’agissant de l’agression de l’iran,on voit bien maintenant depuis l’afganistan qu’il n’y a ni droit international ni rien du tout qui puisse etre un obstacle pour israel ou pour les USA de bombarder l’iran,d’autant plus que l’on sait que meme l’europe se prepare a cette attaque.Meme si nous serons 50
    millions d’individus a manifester contre la guerre,cela ne changera rien aux plans de kisinger et de
    bresinski,Larouche oubli qu’il est americain, il oubli que
    c’est son pays qui est entrain de tuer l’humanité entiere.Il oubli aussi que l’oligarchie financiere globalisée comprend aussi des arabes qui ne sont pas interessé par la disparition du dollars.

    Répondre à ce message

  • Jean Rate • 02/03/2010 - 16:29

    Si je comprends bien c’est la 3ième guerre mondiale qui ce prépare ?

    Répondre à ce message

  • Gavroche • 02/03/2010 - 03:48

    C’est une thèse intéressante, mais paradoxalement simpliste, naïve et biaisée.

    Je crois aussi que cet assassinat filmé est une mise en scène. C’est beaucoup trop gros pour être vrai.
    On entend aussi dire que le Mossad chercherait à redorer son image et démontrer sa capacité à monter des opérations pointues.

    Justifier une guerre contre l’Iran après des représailles ? Pourquoi pas.
    La Grande-Bretagne derrière tout ça ?
    ASSEZ !!!!!!

    C’est systématique avec Lyndon Larouche. La Grande Bretagne dirige le monde, la Grande Bretagne est le mal ultime, ... ou comment décrédibiliser l’auteur en une seule phrase.

    Cette vision manichéenne d’un pays foncièrement mauvais et inlassablement destructeur est une vision adolescente de la géopolitique qui biaise totalement toute analyse faite par Larouche.

    • Bertrand Buisson • 02/03/2010 - 10:40

      Vous avez mis le doigt déçu : LaRouche ne pense pas en terme géopolitique mais en terme historique.

      La géopolitique est biaisée dans sa nature même puisqu’elle cherche à décrire par l’information une réalité faite de rapports de forces objectifs sur lesquelles personne ne peut agir. A contrario, l’Histoire est un processus long dans lequel les hommes s’organisent pour changer la réalité, transcender leur condition.

      De Gaulle pensait en terme historique lui aussi : c’est pour cela qu’il a pu changer le cour des choses et qu’il tenait à l’écart de tout la perfide albion, toutefois sans jamais haïr le peuple anglais. Etudiez l’histoire et étudiez les écrits de LaRouche et vous verrez que ce qu’il attaque sous le nom d’Empire britannique n’est pas l’Angleterre ou son peuple, mais les intérêts financiers de la couronne qui ont tissé un réseau d’influence sans précédent dans le monde depuis 250 ans.

      Pour un géopoliticien, evidemment que LaRouche paraît fou, mais pour un bon historien, c’est le géopoliticien qui l’est, et à raison.

    • UN chouka • 02/03/2010 - 12:24

      Toujours de mon point de vue rural,je crois qu’il ne faut pas chèrcher de "coupables "en dehors de la complicité du moment .
      Les gens d’ici ou de là, associent leurs mouvments dans un but intéressé,ou la morale et la loi,ne sont que des amis complices qu’ils faut tenir hors de la confidance impudique du moment .
      Se font et se défont des aliances pourries ,mais rien ne distingue le noir intriguant du blanc ingénu dés lors que les interets finaciers les unissent plus solidement que les meilleurs liens ,je crois :-D
      L’histoire plus que toutes les science ésotériques cache au croyant ,ce qui pour les coupables, est de l’eau de la meilleure source,je crois ?
      Je me méfi tellement des pèrfides indignations coupables a mon age ;-)
      "Tuez les tous dieu reconaitra les siens "

    • Bertrand Buisson • 02/03/2010 - 12:52

      "L’histoire plus que toutes les science ésotériques"

      Ah ben maintenant je comprends mieux ce que vous dites !
      Bon courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 02/03/2010 - 10:48

    Pour que de telles actions et provocations soient envisagées, il faut que le système financier et économique mondial soit réellement au plus bas afin que ces "diversions" guerrières fassent comme un écran de fumée.........

    Chez moi, on dit "c’est l’arbre qui cache la forêt"

    Répondre à ce message

  • UN chouka • 02/03/2010 - 08:20

    C’est de mon humble point de vue,une stratégie qui est employée de partout avec succés je crois ?
    Des complices "s’agressent " de façade,et légitiment des représailles de part et d’autre sur le dos de nombreux innocents naifs ?
    Ici,de petits délinquants cassent, brûlent,agreesent pour quelques récompences pendant que le citoyen paye pour célébre la pensée de Keynes ?

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard