Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 novembre - Servir le peuple, guérir la France Lire 21 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire
AccueilOrientation stratégique
Déclarations de Lyndon LaRouche

Intervention spéciale de Lyndon LaRouche face au risque de guerre

24 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Hier soir, Lyndon LaRouche est intervenu en direct sur la chaîne internet de son Comité d’action politique pour mobiliser dirigeants et citoyens autour de cette double guerre économique et militaire qui s’empare du monde et dont l’issue est en train de se jouer. Voici la traduction de ses propos, suivie de la vidéo en anglais (les intertitres ont été ajoutés par nous).


>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde


Lyndon LaRouche : Nous sommes au bord de ce qui doit être appelé la Troisième Guerre mondiale, une guerre thermonucléaire dont la cible principale sont la Russie et la Chine. Elle est sur le point d’être déclenchée par une opération sur l’Iran censée engager Israël ; rien n’est sûr, mais c’est ce qui est prévu pour lancer cette guerre.

Voici le véritable enjeu : le système économique mondial est en cours de désintégration ; on ne sait pas quelle forme cela peut prendre mais c’est en train d’arriver. Le but est d’éliminer deux nations : la Russie et la Chine ; un processus impliquant des armes nucléaires et thermonucléaires, et qui est déjà en cours. Une fois la guerre déclenchée, probablement par un incident en Iran ou quelque chose de la sorte, Israël sera partie prenante dans ces hostilités, ce qui déclenchera un conflit à plus grande échelle, une guerre mondiale thermonucléaire. Les Etats-Unis, les pays européens, la Russie, la Chine, etc. sont sur le point d’entrer dans cette guerre.

L’arrière-plan de la guerre est l’état de faillite du monde, et particulièrement de la région transatlantique : l’Europe, les Etats-Unis, ainsi que les pays d’Amérique du Sud, etc. Cette guerre est en marche depuis la guerre illégale d’Obama en Libye, dont le but était de jouer le rôle de déclencheur pour un conflit bien plus vaste et qui, avec l’extension du conflit à la Syrie et à l’Iran, implique la Russie, en devenant ainsi la cible principale. La Russie se prépare à cela, elle est la première puissance nucléaire, et il y a la Chine de ce côté. La possibilité de mener un tel conflit dépend de la capacité militaire et nucléaire des Etats-Unis ; des pays européens possèdent l’arme nucléaire mais n’ont pas la profondeur d’arsenal que nous avons ici. Donc l’essentiel du fardeau pour lancer une guerre thermonucléaire dépend des capacités américaines, notamment ses forces navales présentes dans l’est méditerranéen et dans le Golfe Persique, afin d’engager les cibles principales que sont la Russie et la Chine, ainsi que d’autres.

Evincer Obama pour éviter la guerre

Cet état de fait signifie que si Obama était évincé, sur la base de sa folie reconnue qui tombe sous le coup de la section 4 du 25ème amendement, la guerre serait terminée. Mais s’il reste à son poste, il est fort probable que ce conflit thermonucléaire aura lieu. Voilà où nous en sommes.

D’autre part, et beaucoup de bêtises sont dites là-dessus, le monde transatlantique est en faillite. Du point de vue américain, cette banqueroute est devenue inéluctable en 2007 avec le début des plans de renflouement. Depuis lors, l’ensemble de la région transatlantique – les Etats-Unis et l’Europe – sont pris dans une crise hyperinflationniste. A ce point-ci des choses, et avec les règles actuelles, la dette accumulée avec les renflouements depuis 2007 ne vaut absolument plus rien. Et aucun pays européen, avec un tel niveau de dette ne pourra jamais s’en sortir ; il en est de même pour les Etats-Unis, l’Europe n’étant qu’un cas légèrement plus grave.

Donc si nous évincions le président des Etats-Unis grâce à la section 4 du 25e amendement de la Constitution – avec ses nombreuses violations de la loi, un destitution est également possible – il est quasi certain que cette guerre serait enrayée : si les forces armées américaines ne sont pas engagées en soutien de cette politique de guerre nucléaire orchestrée par l’Empire britannique, alors il ne pourrait pas mener cette guerre.

Ainsi, le sort de l’humanité repose sur l’espoir qu’Obama soit évincé – ou bien suspendu puis évincé. Que ce soit pour sa folie ou pour ses crimes, il faut absolument l’écarter ou bien l’on verra le monde glisser vers l’enfer. Mais tant qu’il sera président, il n’y a rien qui laisse entrevoir une autre voie que la guerre. Le commanditaire ? Les Britanniques ! Nous avons eu deux présidences Bush et maintenant nous avons Obama : ces douze années de destruction nous ont mené où nous en sommes, avec le concours de ce processus hyperinflationniste engagé avec les politiques de renflouement dès l’automne 2007.

Procédure de mise en faillite financière

Il y a des remèdes : d’abord, mettre le système international en faillite ; une procédure de mise en faillite ! Les Etats-Unis doivent rétablir la loi Glass-Steagall, de concert avec d’autres pays, notamment en Europe où certains pays songent à le rétablir. Sous l’effet de Glass-Steagall, la majeure partie des dettes des européens, des Etats-Unis et d’autres, seront effacées. Car avec cette loi, les dettes de jeu, qui constituent la majeure partie de l’endettement, seront simplement effacées des livres de comptes ! Il n’y a pas d’autre solution. Effacer cette dette, effacer les renflouements, signifie que les Etats-Unis, et l’Europe si elle s’y joint, seront en position de réorganiser leurs finances pour créer un nouveau système bancaire hamiltonien et organiser ainsi la reprise avec d’autres pays. Pensez au fait que toutes ces dettes de Wall Street, de la City de Londres, des renflouements, ne valent absolument rien ! Rien ni personne ne pourra jamais les rembourser. La seule solution est donc pour eux d’avoir cette guerre, d’en sortir vainqueurs grâce aux Etats-Unis, puis d’annuler toutes leurs dettes pendant que la population mondiale aura été réduite considérablement, notamment par les famines qui auraient eu lieu de toute façon.

Notre objectif n’est donc pas simplement de stopper la guerre – ce n’est que la première étape – , mais aussi d’enrayer cette dépression mondiale ; Et c’est là qu’il faut un plan pour une reprise économique mondiale, laquelle est tout à fait possible.

Par exemple, nous avons aux Etats-Unis un projet majeur prêt à être lancé : NAWAPA, l’Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie, qui serait décisif pour déclencher une reprise vaste et rapide de l’économie américaine basée sur des emplois productifs, pas des petits boulots, et des nouvelles industries dans un programme façon New Deal de Roosevelt. L’Europe, et d’autres pays nous rejoindraient dans de tels projets.

Puisque Obama n’est pas près d’abandonner sa folie – il y est trop attaché – il faut le virer, tout en s’assurant qu’il ne soit pas tué car nous voulons absolument éviter le facteur chaos. C’est le précédent à une reprise.

Mais le problème dans une reprise économique, c’est que depuis les assassinats de John F. Kennedy et de son frère Robert, il y a eu un affaissement de l’économie dans lequel notre pays a perdu son caractère : il faut donc aujourd’hui se débarrasser de cette politique verte. Par exemple, la situation alimentaire aux Etats-Unis et en Europe est très mauvaise, et tant que l’on aura la prédominance de cette politique verte, nous verrons des morts en séries des deux côtés de l’Atlantique : la pénurie de nourriture sera sans commune mesure. Des mesures doivent être prises dès maintenant pour l’éviter.

L’autre aspect est que la Russie, la Chine, l’Inde, etc. – la partie asiatique du monde – n’est pas dans un état aussi piteux, relativement parlant, que la région transatlantique. C’est pour cela que l’Asie est la cible : L’Empire britannique et ses forces associées sont partis pour détruire l’économie et les peuples de la zone transatlantique, mais cela laisserait la Russie, la Chine et les autres devenir les nations dominantes du monde ; c’est tout l’enjeu de cette guerre, le but est d’éliminer la Russie, la Chine et l’Inde en tant que puissances, tout en menant à bien la destruction des nations transatlantiques.

L’Arctique et l’espace comme horizon de développement

Il nous faut donc prendre la direction opposée : avec la Russie, la Chine et les autres pays, nous devons nous orienter vers l’Arctique pour déclencher une reprise économique mondiale. Comme l’ont récemment souligné les chercheurs scientifiques de notre mouvement, jusqu’alors, les glaces de l’Arctique n’arrivaient pas à s’éliminer, ce qui produisait une accumulation ; désormais, la banquise tend à se détacher de l’Arctique et à aller fondre dans les océans Atlantique et Pacifique. L’on constate donc un réchauffement des conditions météorologiques dans l’Arctique, qui passe soudainement d’une situation de gel complet depuis très longtemps à une situation de dégel significatif. Le développement du monde s’oriente donc vers l’ouverture de cette région, modifiant ainsi la direction générale de l’économie mondiale.

La Russie et le Canada, les Etats-Unis avec l’Alaska, sont les potentiels leaders de cette reprise. Si dans le même temps nous rétablissons un programme spatial, notamment pour aller vers Mars, alors nous nous projetons dans une situation tout à fait nouvelle pour l’ensemble de l’humanité.

Maintenant, pour revenir à ce que j’ai dit – et, si je suis bien informé de par ma position, je ne détiens toutefois pas de « secrets » – : nous pouvons échapper à cette guerre et à cette dépression, on peut sauvegarder la vie civilisée avec de bonnes perspectives d’avenir, mais nous devons évincer ce président fou – son état mental nous suffit pour l’écarter sous l’autorité de la section 4 du 25e amendement – pour empêcher la guerre ; cette destitution pourrait sauver l’économie mondiale.

Pour faire court, voilà où nous en sommes.

L’intervention en vidéo (en anglais) :


>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • driderr • 31/12/2011 - 10:32

    en effet beaucoup de choses de ce que dis Larouche peuvent arriver.Ce dont on ne serais pas d’accord c’est le fait qu’il croit que c’est les USA et leurs alliés qui seraient les vainqueurs de cet affrontement.L’imperialisme stade supreme du capitalisme,tout en agonisant,il est agressif,la guerre qu’il veut entrainera plus sa mort que celle des autres. Hadj
    Lenine ne s’est pas trempé.

    Répondre à ce message

  • Cluzel • 28/12/2011 - 21:52

    Lyndon LaRouche a des visions juste de certaines réalités sur les guerres ; ses prédictions donnent froid dans le dos.
    Cet état de fait signifie que si Obama était évincé, sur la base de sa folie reconnue qui tombe sous le coup de la section 4 du 25ème amendement, la guerre serait terminée. Mais s’il reste à son poste, il est fort probable que ce conflit thermonucléaire aura lieu. Voilà où nous en sommes.
    Soit, nul, n’accepterait le fait accompli par un déséquilibré et même plusieurs ; comme ceux du Congrès américain, ne pas oublier le cas de Nicolas Sarkozy avec son faible pourcentage dans les sondages qui font de lui un futur chassé de la république française.
    Sans consultation des citoyens français, Sarkozy a installé toute une armée avec l’Emeraude sous marin nucléaire dans la rade du Qatar pour menacer l’Iran.
    En France près de 900 usines fermées, 100.000 emplois détruits en 3 ans, et 2012 "s’annonce difficile", selon une étude réalisée par l’observatoire Trendeo pour le quotidien Les Echos et publiée mercredi.
    Avec les Anglais, nous avons Sarkozy avec des ambitions délirantes qui lui ont fait détruire la Libye.
    Reste à comprendre si cette guerre est à sens unique ?
    Les Russes et les Chinois, ont également des armes thermonucléaires terrifiantes, l’Amérique ne peut plus échapper à l’effondrement de l’ensemble de son territoire.
    Cette fois-ci, il n’y aura pas dans le Pentagone un petit trou de 4X4 mètres mais sa pulvérisation purement et simplement.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 26/12/2011 - 01:10

    le but est d’éliminer la Russie, la Chine et l’Inde en tant que puissances, tout en menant à bien la destruction des nations transatlantiques.

    ... et pendant ce temps là, not’président, enfin notre parlement vote une loi pour dire l’histoire de deux pays (l’Arménie & la Turquie)... à des fins électorales ...

    Ceci va dans le même sens puisque l’un des deux pays(la Turquie) se sent provoqué, alors même que ce pays est indispensable dans le futur conflit à propos duquel il se rangera du côté des autres marionnettes telles qu’obama et ....!!!

    Répondre à ce message

  • Eric • 24/12/2011 - 20:47

    Nous en sommes là car les ministères de l’Education nationale du monde entier sont en réalité des ministères du Conditionnement national. C’est une véritable Shoah spirituelle qui a lieu depuis toujours et quotidiennement dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités du monde entier : les enseignants conditionnés ne tuent pas physiquement les jeunes mais ils les tuent spirituellement. Si j’étais devenu enseignant, je me serais fait virer au bout d’un mois. Et à la racine du conditionnement de la jeunesse, on trouve bien sûr le système monétaire, et toutes les horreurs qu’il implique et qui ravissent tant de gens, auquel l’humanité dévoyée voue un culte.

    Répondre à ce message

  • Michele • 24/12/2011 - 16:48

    Nous avons fait confiance à l’éducation, aux parents,aux gouvernements, aux assurances, aux banquiers,aux religieux,aux militaires : ils vont tous nous entuber. Nous avons tout gobé ! Réveillons nous et prenons une toute autre direction carrément opposée.Ceux qui nous ont ammené jusqu’ici vont disparaitre d’eux même dévorés par leur cupidité. La vie nous rend ce qu’on lui donne.

    • ID naze • 24/12/2011 - 20:33

      En effet et ils n’aiment pas que l’on le leur dise ,je crois ?
      C’est aussi peut etre du deni ?
      Passez tous de trés bonnes fêtes de fin d’année .
      Bye.

    Répondre à ce message

  • ID naze • 24/12/2011 - 20:05

    Je me demande si ce qui se passe en ce moment en Russie, ne montre pas que cette population est finalement bien plus clairvoyante que les autres pays ?
    Y aurait ’il la meme chose a "l’Ouest" contre "les vat en guerre,"et ça serait peut etre un afrontement violent assuré peut etre ?

    Répondre à ce message

  • Soubise • 24/12/2011 - 14:10

    Bon d’accord , on destitue Barak, ou plutôt les Américains destituent leur président.
    Mais je ne vois pas de mouvement de fond susceptible de provoquer cette destitution.
    Et je maintiens mes propos récents qui ont visiblement déçus une personne adepte de la pensée unique sur ce forum et qui n’admet pas le dialogue.
    Le NOM à considérablement augmenté sa puissance et sa richesse.
    Ils se sont construits de gigantesques abris souterrains et leurs idée est de sauver leur fortune,leurs vies et détruire la nôtre, on est d’accord la dessus.
    Mais il ont souverainement orchestré leurs manoeuvres par la division des peuples.
    Nous sommes tous ,en des points différents, à argumenter notre désaccord et brandir nos idées révolutionnaires.
    Mais nous serons stériles tant que nous serons séparés et chacun dans notre coin.
    Ceux qui nous gouvernent l’on compris depuis longtemps, la guerre est leur gage de réussite.
    De nous ils n’ont rien à faire.

    • Bertrand Buisson • 24/12/2011 - 14:56

      le problème cher Soubise c’est que derrière l’étiquette "N.O.M." se cache une vaste campagne d’impuissance organisée. Passer son temps à décrypter le pouvoir et décrire l’injustice ne change rien.

      Il s’agit de combattre au nom de l’idéal humain, et c’est ce sens d’idéal qui est totalement absent dans la culture actuelle et qu’il faut faire ressusciter.

    Répondre à ce message

  • tiso • 24/12/2011 - 13:16

    Hitler n’a pas été destitué, Napoléon non plus, Obama est dans la même lignée.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard