Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 novembre - Servir le peuple, guérir la France Lire 21 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire
AccueilOrientation stratégique
Brèves

LaRouche : Une coopération USA-Russie-Chine, base d’un nouveau système international de crédit

17 septembre 2011 (Nouvelle Solidarité) — L’économiste américain Lyndon LaRouche a clairement posé l’enjeu de notre époque sur la table : soit nous organisons une relance de l’économie physique suffisamment vaste pour sortir le monde de cette crise d’effondrement, soit nous périrons sous les dettes pourris de ce système financier. Le projet de développement transcontinental autour du détroit de Béring revêt donc une importance fondamentale pour inverser la dynamique politique du monde.

GIF - 53.5 ko
Le monde de demain vu de l’Arctique. Tracés des grands couloirs de développement économique du « Pont terrestre eurasiatique » proposé par Lyndon LaRouche.
H.A. Cooper Consulting Co.

Bien qu’il ait malheureusement dû décliner l’invitation qui lui avait été adressée à prendre la parole lors du Forum de Iakoutsk en Russie — qui a accueilli fin août les principaux acteurs publics et privés s’intéressant au développement de l’extrême-orient russe, et venant des Etats-Unis, de Chine et évidemment de Russie — LaRouche a développé cette perspective de sortie de crise russo-sino-américaine lors d’un entretien sur LPAC-TV le 14 septembre. Extraits.


LaRouche : Bonjour. Nous sommes en effet devant une situation intéressante. Nous avons eu l’occasion d’en discuter en interne, mais je pense qu’à ce stade, on peut en parler publiquement.

Il est indéniable qu’un krach généralisé du système financier est en cours. Il reste à voir comment cela se terminera, mais il n’empêche que nous approchons d’un point de non retour dans cet effondrement global auquel on peut pourtant remédier.

La solution se trouve, pour l’essentiel, dans la conclusion d’un accord entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine, qui ne serait qu’un pas préliminaire mais représente la seule issue capable d’empêcher le monde de sombrer dans la pire dépression de l’histoire. Car cette menace est immédiate, elle pourrait frapper d’ici la fin de l’année.

Qu’est-ce que cela implique ? Avant toute chose, l’actuel président des Etats-Unis doit être évincé. Les deux raisons principales en sont, d’abord son état mental qui, d’après les critères du 25e amendement de la Constitution, s’avère déficient, et deuxièmement, le fait qu’il ait violé la Constitution dans la conduite de la guerre en Libye [la Constitution stipule que dans les 90 jours suivant le début d’un conflit militaire, le président des Etats-Unis doit soumettre à l’approbation du Congrès sa décision d’entrer en guerre].

Pour ces deux raisons, Barack Obama est passible de destitution. A l’heure actuelle, il est déjà au bord de la dépression et l’homme ne pourra plus cacher encore longtemps qu’il est cliniquement inapte pour le métier de Président. A mesure que le temps passe, sa santé mentale se détériore de jour en jour. Obama est fini. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si les Etats-Unis le seront avant lui ?

En supposant qu’il quitte ses fonctions, on pourra alors rétablir la loi de séparation bancaire Glass-Steagall du président Franklin Roosevelt. Ce rétablissement ne suffira pas, à lui seul, à sauver le pays, mais il représente un pas indispensable pour sauver la nation. En d’autres termes, cela ne garantit pas, en soi, la résolution de tous nos problèmes, mais sans ce premier pas, c’est l’effondrement assuré des Etats-Unis, et même la fin de leur existence sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. On doit donc rétablir Glass-Steagall.

Une coopération américano-sino-russe

Une fois ce pas franchi, j’ai proposé deux autres mesures : d’abord, que les Etats-Unis concluent un accord cadre avec la Russie, du type approprié pour un traité dont je vais exposer la teneur. Ensuite, que ce traité soit immédiatement élargi à la Chine.

Les raisons qui m’ont conduit à soumettre une proposition diplomatique préliminaire de cette nature, c’est qu’aux Etats-Unis comme en Russie et en Chine, le potentiel existe pour conclure relativement vite ce type d’accord. En d’autres termes, si l’on tentait d’y inclure d’emblée un grand nombre d’autres pays, cela échouerait, car trop de sujets feraient capoter les négociations.

L’intérêt de la Chine

La situation russe s’y prête. Un Poutine très actif revient en tant que candidat présidentiel. C’est ce qui définit le contexte actuel. Dans le cas de la Chine, il est clair que si le système mondial bascule, il l’entraînera dans sa chute car elle dépend des marchés étrangers pour accéder à des produits manufacturés et autres biens de ce type. Un krach du système mondial aurait ainsi, à long, voire à moyen terme, des conséquences tragiques pour la Chine. Tout comme la Russie, elle a besoin entre autres, pour se développer, d’une source d’approvisionnement en matières premières et minerais. La Chine connaît un processus avancé de développement qu’il est souhaitable d’étendre. Or, cela nécessite des minerais, et il en existe dans le nord de l’Asie. Evidemment, les Etats-Unis ont le même type de besoins et c’est également une solution pour la Russie.

Aussi ces trois nations, Etats-Unis, Russie et Chine, devraient-elles conclure un traité établissant un système de crédit opérant avec des parités fixes entre leurs devises – le genre de projet que Franklin Roosevelt envisageait entre ces nations au sortir de la guerre.

Voilà ce dont le monde a besoin aujourd’hui et pour longtemps. J’étais un jeunot qui terminait son service militaire quand cela fut mis en place à l’époque. Aujourd’hui, cela marchera.

Une fois ces trois pays parvenus à un accord, il sera assez facile d’y rallier un grand nombre d’autres nations dans des conditions similaires, car toutes sont assez inquiètes pour leur sort. Tous les pays du monde ont besoin d’un système de crédit à taux de change fixes, tel que l’envisageait Franklin Roosevelt à la fin de la guerre. Cela tomba à l’eau avec sa disparition et l’arrivée de Truman.

Voilà où nous allons, ou plutôt, où nous devons aller. C’est un changement dramatique et cela doit avoir lieu comme un changement dramatique. C’est pour cela que je n’ai retenu que trois pays au départ. Car les autres, tels que l’Inde par exemple, bien que qualifiés pour intégrer ce processus, seraient obligés de surmonter des processus internes, ce qui empêcherait d’aboutir à un accord dans un délai raisonnable. Mais je sais qu’une fois un accord obtenu entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine, on arrivera rapidement à un accord global, ou du moins très large, avec d’autres pays.

Cela nécessitera une âpre bataille. Ce projet n’est pas encore sur la table, mais je serai sans doute associé personnellement à cette démarche. Le moment est venu pour moi de donner les grandes lignes de ce vers quoi nous évoluons. En tout cas, cette démarche est la seule issue. Les Etats-Unis doivent évincer ce Président pour des raisons parfaitement légales, car il s’est livré à des violations flagrantes de la Constitution et son esprit est manifestement défaillant. Cela saute de plus en plus aux yeux. Par exemple, alors qu’Obama s’adressait à un auditoire, dans la salle les gens jouaient aux cartes et discutaient entre eux, du genre : « Tu sais ce que ma grand-mère pense de ce type ? » Plus personne ne le respecte, disons-le, dans les milieux qui autrefois étaient impressionnés par sa présence. C’en est fini pour lui, il a perdu les pédales.

Voilà ce qu’il faut faire. C’est la seule solution à effet immédiat.

Il faut toutefois ajouter une chose, qui s’avère de toute façon nécessaire avec le rétablissement de Glass-Steagall, y compris en l’absence d’accord avec la Russie et la Chine. Rappelons-nous ce qui s’est passé en 2007 lorsque j’avais élaboré le Homeowner and Bank Protection Act (HBPA, loi sur la protection du logement et des banques), que de nombreux Etats entendaient adopter. Ils ne sont jamais allés jusqu’au bout. Entre-temps, en particulier depuis début 2008, avec le lancement du processus de renflouement bancaire, les Etats-Unis sont devenus un tel amas de ruines que même le rétablissement de la loi Glass-Steagall ne pourrait sauver ce pays de l’enfer. Pour la simple raison que le crédit disponible requis pour tout ce qu’il faudrait reconstruire d’urgence sur le plan économique, n’existe tout simplement plus au sein du système monétaire actuel.

Sans NAWAPA, pas de solution

JPEG - 39 ko
Le projet NAWAPA (Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie).

C’est uniquement en revenant à un système de crédit à parités fixes qu’on pourra dégager les fonds nécessaires pour servir un dessein de type rooseveltien et de cette envergure. Par exemple, à moyen et long terme, on ne peut offrir aucun avenir aux Etats-Unis sans rétablir le Glass-Steagall et sans réaliser le projet NAWAPA (North American Water and Power Alliance, alliance nord-américaine pour l’aménagement de l’eau et de l’énergie). Sans NAWAPA, pas de solution à long terme pour les Etats-Unis. Ce projet est immédiatement faisable car il s’agit d’un plan élaboré dans les moindres détails, même si l’ancienneté de sa conception nécessite quelques mises à jour techniques. Toutefois, sa réalisation insufflera un tel élan de productivité dans l’économie américaine que l’adoption de Glass-Steagall, couplée à la mise en place d’un système de crédit, permettra de sortir immédiatement les Etats-Unis de la crise en les embarquant dans une relance économique accélérée. Cela fait partie intégrante de l’accord américano-sino-russe. On pourrait y ajouter beaucoup d’autres choses mais c’est là l’essentiel.

Sky Shields  [*] : Je voudrais souligner trois choses dans ce qui vient d’être évoqué. Primo, le besoin de lancer le projet NAWAPA ; secundo, la volonté de la Russie d’aller avec les Etats-Unis dans cette direction si nous changeons de cap ; et tertio, le fait que tout cela est impossible si Obama n’est pas évincé du pouvoir afin de faire naître un autre système de crédit.

Il faut également se rappeler quelques développements importants ces derniers mois en Russie. Quand on regarde la carte de notre projet de « Pont terrestre eurasiatique », cela semble dépasser de loin l’imagination de la plupart de nos concitoyens. On y voit tout un maillage de couloirs de développement formés par des lignes de chemins de fer et d’autres modes de transport rapides, reliant la pointe méridionale de l’Afrique, via le Moyen-Orient, l’Europe et l’Asie, en franchissant le détroit de Béring par tunnel, pour rejoindre, en traversant l’ensemble des Etats-Unis, l’extrémité du cône de l’Amérique du Sud. La partie étasunienne est essentiellement composée du projet NAWAPA. Du côté russe, on constate depuis quelque temps un immense regain d’intérêt pour le développement des régions de l’extrême orient russe.

Le cosmodrome national de Vostochny

La première pierre de ce projet sera posée avec la construction du nouveau cosmodrome national de Vostochny, près d’Uglegorsk. Avec une surface de 100 km2, il sera la première base de lancement spécifiquement russe. Jusqu’ici la Russie lançait ses fusées à partir d’une base spatiale, que lui louait le Kazakhstan. Avec le cosmodrome de Vostochny, la Russie compte se doter de sa propre base spatiale. C’est déjà une perspective enthousiasmante en soi, mais quand on en évalue les implications sur la carte, on se rend vite compte qu’il s’agit de désenclaver et de développer toute une région. Dotée de nombreux centres de production pour l’industrie spatiale, la ville accueillera quelque 30 000 habitants. Elle est située directement sur le BAM, la ligne dite Magistrale reliant Baïkal à l’Amour, dont le tracé offre une troisième interconnexion entre l’Europe et l’extrême orient russe, les deux autres étant le transsibérien et la ligne longeant la frontière chinoise. On prévoit de doubler la ligne ferroviaire, ce qui ne pose aucun problème d’espace. On compte également installer des lignes électriques et des réseaux de communication le long de la ligne. Sans oublier la construction d’un aéroport et l’interconnexion de la région avec le reste du Pont terrestre eurasiatique, c’est-à-dire avec le transsibérien et les couloirs de développement économique sur le tracé de l’ancienne « route de la soie ».

Cela ne se réduit donc pas à une simple base de lancement, c’est un élément clé d’un développement intégré du Continent et au-delà. Il n’est donc pas faux de dire qu’il s’agit du pendant au projet NAWAPA aux Etats-Unis.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

LaRouche : Les 7 étapes indispensables à une sortie de crise

5 septembre 2011
Déclaration de Lyndon LaRouche
 LaRouche : Les 7 étapes indispensables à une sortie de crise

Tunnel sous le détroit de Béring : Poutine et Iakounine relancent le projet

4 septembre 2011
Orientation stratégique
Tunnel sous le détroit de Béring : Poutine et Iakounine relancent le projet

LaRouche appelle de toute urgence à l’éviction d’Obama pour liquider Wall Street (VIDEO)

14 septembre 2011
Brèves
LaRouche appelle de toute urgence à l’éviction d’Obama pour liquider Wall Street (VIDEO)

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard