X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique
Les analyses de Jacques Cheminade

Sortir du bourbier afghan par le développement mutuel du continent asiatique

par Jacques Cheminade

Il y a dix ans, une partie de la France manifestait contre la guerre du Golfe. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement pas de mobilisation politique contre la présence de nos forces en Afghanistan. Le Parti socialiste a avalisé en 2009 les conclusions du rapport Glavany réfutant jusqu’à l’hypothèse d’un calendrier de retrait. Le pouvoir s’en tient à une position de « ni renfort ni retrait ». Tout se passe comme si nous détournions le regard du bourbier afghan. Pourtant, les évènements sont là, porteurs d’une tragédie inévitable si rien n’est fait pour l’arrêter.

Une guerre absurde

Troisième « bavure » en moins d’un mois : le 21 février, des avions de l’OTAN ont ouvert le feu sur un convoi de trois bus civils. Ce raid a fait vingt-sept morts, dont quatre femmes et un enfant, ainsi que douze blessés. En 2009, 2412 civils afghans ont été tués, dont un tiers au moins par les forces de l’OTAN, selon le bilan établi par les Nations unies. Le vendredi 26 février, un attentat suicide des talibans a frappé Kaboul, en tuant au moins seize personnes, dont un Français. Il s’agit de la quatrième attaque en quatre mois au cœur de la capitale du pays. Terrorisme et contre-terrorisme, élections truquées, espoirs de négociations avec les « modérés » de l’autre bord : tout ravive, en nous autres Français, les souvenirs de la guerre d’Algérie. En pire, puisque le relief et la composition ethnique de l’Afghanistan le rendent bien plus difficile à contrôler, que la présence des forces étrangères d’occupation y est récente et que le trafic de drogue y prolifère.

En pire encore, doit-on ajouter, si l’on se réfère aux déclarations et au comportement des responsables par rapport à la réalité du terrain. Le général Petraeus, commandant en chef des forces américaines en Irak et en Afghanistan, croit pouvoir l’emporter en appliquant les recettes du manuel de contre-insurrection de David Galula [*], rédigé en 1964 et fondé sur l’illusion qu’après avoir été gagnée militairement, la guerre d’Algérie aurait pu aussi l’être politiquement, si le général de Gaulle n’avait changé de politique. D’autres, comme Daniel Korski, analyste de l’European Council on Foreign Relations, voient dans l’opération « Mushtarak » un nouveau Guadalcanal, comme si la situation dans le Pacifique au cours de la Deuxième Guerre mondiale pouvait être comparée à celle de l’Afghanistan aujourd’hui. Enfin, Bertrand Gutter, commandant de l’Armée de terre, lance un cocorico étrange dans Le Monde du 27 février : « Ayons le courage, au risque de passer pour de généreux optimistes, de dire que le succès est à portée de la main ». Il ne s’agit plus ici d’un « quarteron de généraux à la retraite » mais d’experts formés aux Ecoles de guerre ou aux Collèges interarmées de défense. Aussi doit-on rappeler cinq points fondamentaux sur la situation pour dissiper les préjugés politiques et militaires.

1) Une guerre terrestre sur le continent asiatique ne peut jamais être gagnée par des forces étrangères, nécessairement perçues comme des forces d’occupation. D’autant plus en Afghanistan parce qu’avec ses divisions et ses seigneurs de la guerre, le pays est fait de telle façon qu’aucune armée régulière n’a jamais été capable de stabiliser durablement la situation sur le terrain.

2) Le trafic de drogue et la complicité ou la mansuétude de certains rendent la situation encore plus inextricable. Penser comme le fait Bertrand Gutter qu’« auparavant désordonnée, l’incitation financière à la réconciliation est maintenant efficacement coordonnée par le Royaume-Uni » consiste à se jeter dans les bras d’un grand mafieux pour échapper à un petit. Osons le dire, on semble ici dépasser l’aveuglement.

3) Comme l’affirme justement Louis Gautier dans le même Monde du 27 février, « implicitement, depuis le départ, il est de surcroît admis que l’initiative des combats et des solutions politiques ne peut être qu’américaine ». Nous avons déployé là-bas environ 3800 hommes et la contribution des Etats membres de l’Union européenne à la Force de l’OTAN (FIAS) n’a cessé d’augmenter, passant de 16 900 hommes en 2007 à 32 337 en 2010. Nous sommes donc pris dans l’engrenage sans pratiquement avoir voix au chapitre en tant que nations européennes. Cette perte de souveraineté, parallèle à celle que nous avons aliénée en matière économique, se fait en réalité non pas en faveur des Etats-Unis en tant que peuple et nation, mais en faveur d’une politique anglo-américaine de domination impériale. L’humiliation acceptée par Nicolas Sarkozy à Kigali fait partie du même « package ». Ne pas être clair sur ce point, c’est se condamner à admettre la mainmise de Londres, de la City et de Wall Street sur le processus de décision politique américain, donc adopter une démarche qui mène au chaos, militairement, économiquement et socialement.

4) Tant que nous ne donnerons pas au Pakistan la certitude que les conditions de sa sécurité nationale seront assurées dans la région, ses dirigeants continueront à jouer un double ou triple jeu, où ils voient une stratégie de survie. Il continuera donc à se développer sur le terrain un pseudo islamisme lié au terrorisme et au trafic de l’opium, avec lequel l’Arabie saoudite et les services britanniques jouent sans scrupule, depuis le Londonistan, Dubaï ou Karachi.

5) Il est nécessaire de négocier avec les talibans « modérés » (en fait un conglomérat de seigneurs de la guerre faisant passer leurs intérêts en Afghanistan avant ceux de l’internationale terroriste), y compris probablement avec le mollah Omar. L’argument moral suivant lequel on ne négocie pas avec des criminels ne vaut pas grand-chose : la coalition occidentale, comme le note Gilles Dorronsoro, « a travaillé avec (et protégé dans certains cas) des criminels de guerre comme Dostum et des trafiquants de drogue, alors même que le fondamentalisme est bien représenté dans les élites afghanes ». Cependant, un autre argument exige que ces négociations ne soient pas une chose en soi. C’est que dans les conditions actuelles, négocier avec les talibans « modérés » sans traiter d’autres éléments fondamentaux qui définissent la situation, ne peut que l’aggraver et créer des conditions d’extension du conflit à toute la région. Surtout si la « coordination de la réconciliation » est abandonnée au Royaume-Uni qui, historiquement et aujourd’hui sur le terrain, non seulement pêche en eau trouble mais tente de tirer parti du chaos qu’il fomente.

Les conditions de la paix

La première condition de la paix est de changer radicalement de point de vue. On ne peut partir de l’Afghanistan et aboutir à la paix ; il faut partir de l’ensemble de la région, dont l’Afghanistan est l’épicentre, pour parvenir à une politique de paix de grande envergure, la seule qui puisse durer. Cette politique doit impliquer toutes les parties prenantes de la région : une Loya Jirga (ou grande assemblée) qui doit inclure les principales forces politiques afghanes, les forces de la coalition (FIAS), le Pakistan, l’Inde, l’Iran, la Russie et la Chine, qui vient d’investir dans la mine de cuivre d’Aynak.

Là doit être définie une politique de développement mutuel, fondée sur de grands projets d’intérêt commun, l’acceptation de certaines réformes sociales, concernant notamment l’éducation et le statut des femmes, et l’éradication de la culture et du trafic de drogue. Les projets devront être définis et organisés en commun, y compris celui de l’accès au nucléaire civil pour fournir à toute la région les moyens énergétiques de son développement.

Il est clair qu’un certain nombre d’engagements devront être pris : lutte de tous contre le trafic de drogue, organisation des cultures de substitution, abandon par le gouvernement américain de la sous-traitance d’une partie de la sécurité à des agences privées, renoncement par les talibans parties prenantes de l’accord à tout soutien au terrorisme, que ce soit d’Al-Qaida ou de tout autre, accords de non agression entre Inde, Pakistan et Iran.

Evidemment, nous dira-t-on, vous rêvez ! Vous décrivez des conditions idéales dans une région où rien ne l’est. Cette affirmation a un certain poids. Il faut en effet ajouter quelque chose.

Une telle démarche ne sera possible que dans le cadre d’un nouvel ordre international basé sur le crédit productif public, et non sur l’impérialisme monétariste de la City et de Wall Street. Il faut de l’argent pour les grands projets ; or, dans l’ordre monétariste actuel, il dérive vers les spéculations à court terme sur des actifs existants, sans irriguer l’économie productive ou l’équipement de l’homme et de la nature.

C’est pourquoi toute la question de la paix en Afghanistan ne peut reposer sur des solutions simplistes. Dire qu’il faut retirer nos soldats n’est pas suffisant. La France doit participer à la reconfiguration de tout le système international d’après la Guerre froide. C’est le défi que nous jette la situation en Afghanistan, au moment où la crise de l’euro risque d’emporter avec elle le peu qui nous reste de souveraineté nationale et de justice sociale. La France doit se reprendre et soutenir ceux qui en Russie, en Chine, en Inde et aux Etats-Unis particulièrement, mais aussi ailleurs, veulent se battre pour ce nouvel ordre plus juste.

Il est ironique mais légitime que la guerre en Afghanistan, pays victime de toutes les ambitions et proie de l’Empire financier britannique, nous lance le défi de la paix dans toute la région et dans le monde. L’on ne peut arriver à une solution par le petit bout de la lorgnette, mais en élevant chez nous le débat vers où ni la majorité ni l’opposition actuelle ne veulent aller. Nous sommes arrivés à un de ces moments de l’histoire où la survie exige que nous abandonnions nos vices et nos compromissions passés. En un mot, la paix en Afghanistan exige un examen de conscience, non pour se morigéner, mais pour se donner la liberté d’agir. 

 

 


[*cf. Algérie-Afghanistan : l’inéluctable échec de la contre-insurrection
http://www.solidariteetprogres.org/article5912.html

Voir les 4 commentaires

  • Pierre • 05/03/2010 - 12:15

    Bonjours,
    Une bombe cette bien étrange ordonnance de Sarkozy le chef d’un état schizophrène datant du 8 janvier 2009 !!! A creuser de toutes urgence si l’on veut interdire la spéculation sur la variation des prix !!! A buzzer et à gratter !

    Article L211-35. Créé par Ordonnance n°2009-15 du 8 janvier 2009 – art. 1. Nul ne peut, pour se soustraire aux obligations qui résultent de contrats financiers, se prévaloir de l’article 1965 du code civil, alors même que ces opérations se résoudraient par le paiement d’une simple différence.

    Article 1965 du Code Civil. Créé par Loi 1804-03-10 promulguée le 20 mars 1804 : La loi n’accorde aucune action pour une dette du jeu ou pour le paiement d’un pari.

    L’État schizophrène, promoteur de la spéculation
    http://www.latribune.fr/opinions/20100224trib000480339/l-etat-schizophrene-promoteur-de-la-speculation.html
    Légaliser les paris sur les fluctuations de prix
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=8779#comment-62368

    Répondre à ce message

  • pouliquen • 05/03/2010 - 10:01

    Les E.Majors oublient que l’Afhanistan a résisté aux russes, aux anglais, aux soviétiques et maintenant aux américains et à l’OTAN.Les armées d’occupation se conduisent elles-mêmes en tortionnaires car elles meurent de trouille et voient des choses horribles de la part de l’ennemi et elles y répondent par les mêmes armes (comme en Algérie, avec la torture)
    La lutte contre la drogue est fondamentale, mais on oublie que les consommateurs sont dans les pays qui luttent contre les talibans.
    Oui, il faut sortir de ce bourbier avec l’aide des pays voisins pour développer ce pays en s’appuyant sur ce qui est fait par des associations locales et non sur des experts qui viennent avec leurs grilles de développement en rencontrant dans leurs hôtels des intervenants locaux qui sont coupés des réalités populaires.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 02/03/2010 - 22:07

    Il semble que les puissances étrangères qui font la guerre en Afganistan, appliquent leur stratégie à la lecture des cartes d’état-major et des méthodes apprises dans leurs écoles de guerre.

    Ils en oublient de façon méprisante l’essentiel : c’est à dire ce qui fait la force d’un pays à savoir son histoire,sa culture et la connaissance des peuples qui y habitent.

    • Gavroche • 04/03/2010 - 06:29

      Vous avez tout à fait raison.
      La réponse se cache cependant dans les intentions qui animent les forces d’occupation Occidentales, et qui pour le coup expliquent la muflerie totale, le mépris et la brutalité des militaires.
      Il ne s’agit pas de coloniser l’afghanistan, ni de faire un échange culturel, encore moins d’apporter la démocratie.

      Entre multiples raisons, la guerre en Afghanistan sert à faire tourner la machine industrielle de l’armement, l’un des lobbys les plus puissants aux USA.
      Outre l’intérêt géostratégique d’être aux portes de l’Iran, cette guerre permet de vendre au grand public un spectacle grand format "bourré de scènes d’action", et de justifier ainsi l’emploi des deniers publics.
      Car n’oublions pas, nous sommes tous menacés, dans nos chaumières, par l’intarissable folie meurtrière de quelques paysans barbus faiblement photogéniques.

      La fin justifie les moyens.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard