Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 13 novembre - L’ange Bruegel et la chute du cardinal Granvelle Lire 13 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les écrits de Lyndon LaRouche

A nous de donner le la !

Par Lyndon H. LaRouche, Jr.

Le 28 décembre 2010


De Chicago à la Maison Blanche en passant par le Brésil et l’ensemble de la communauté Transatlantique, la nouvelle du jour est que dès le 1er janvier 2011, le monde de Barack Obama et des ses maîtres britanniques est parti pour s’effondrer. Alors que l’hiver fait son chemin, le sort de Londres, de Wall Street, du Chicago Board of Trade et du monde transatlantique est déjà scellé.


La folle course hyperinflationniste du Brésil, et du BRIC au niveau global, menace désormais d’emporter l’ensemble de l’économie mondiale ; c’est un des points clés de l’imminente crise hyperinflationniste qui se profile dès le 1er janvier. La diffusion générale d’un taux de 12%
 [*] n’est que le début d’un cycle ou se côtoient explosion hyperinflationniste et destruction économique quasi-totale. A moins de mettre en œuvre dans un futur très proche les remèdes drastiques que j’ai prescris, le monde transatlantique d’abord et le reste du monde ensuite, plongera dans une crise comparable à celle qui saisit l’Allemagne en 1923.

Les préconditions d’une telle crise, reposant sur les effets du changement entre l’année 2010 et l’année 2011, sont déjà réunies. Seul le court délai nous séparant du 1er - 2 janvier retarde les effets cumulés que ne manquera pas de provoquer l’état de faillite totale des différents centres de la partie transatlantique du monde. D’où la « magie » douteuse attaché à ce 31 décembre, qui marquera la fin de l’année fiscale.

Le principal fait est que la politique lancée après le crash boursier d’octobre 1987 par le directeur de la Réserve fédérale d’alors, Alan Greenspan, a ouvert un cycle intrinsèquement hyperinflationniste marqué par l’émission d’actifs monétaires et spéculatifs dépourvus de toute valeur réelle. Les effets de cette politique ont atteint un pic avec les vagues successives de renflouement de Londres et Wall Street dans la période de l’après septembre 2007. Cette folie monétariste a atteint des sommets depuis l’investiture d’un président fantoche en janvier 2009 – Obama est mentalement très faible et totalement dupé par Londres – , avec le rôle sans précédent joué par la Réserve fédérale pour renflouer le cartel bancaire britannique Inter-Alpha.

Quoi qu’il en soit, Obama étant ce qu’il est, ses actes portent l’empreinte de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, qui fut pour lui comme une référence maternelle, tant dans le domaine politique que par bien d’autres aspects.

L’épicentre du monde qui est sur le point de s’effondrer, est ce qui fut censé remplacer le système de Bretton Woods après le 15 août 1971. Seul un retour aux fondamentaux de la victoire remportée en 1944 par Franklin Roosevelt sur Keynes, lors de la conférence de Bretton Woods, pourra aboutir aux mesures d’urgence nécessaires pour stopper net l’effondrement en cours. Pour l’instant, il n’y a que le rétablissement de la loi Glass-Steagall par les Etats-Unis, qui puisse créer les conditions pour que le monde transatlantique prenne les mesures nécessaires pour juguler l’explosion hyperinflationniste qui s’annonce pour 2011.

Dans l’immédiat, le cœur de la menace post-1er janvier qui pèse sur le monde, est le rôle joué par le président mentalement déficient des Etats-Unis. Soit Obama doit démissionner de son propre chef, soit être démissionné pour raison de santé, conformément à la section IV du 25e amendement de la Constitution fédérale des Etats-Unis. Sans cela, il n’y a aucun espoir de voir se résoudre dans les semaines et mois à venir, la crise générale d’effondrement qui se propage de la région transatlantique vers l’Asie.

Il est notable que c’est à ce moment là que le monde a pris connaissance de la directive « 12333 » d’Obama instaurant une mesure quasi similaire aux tribunaux de la mort instaurés en 1939 par Hitler et qui marqua le commencement du génocide pour lequel des médecins et dirigeants nazis furent condamnés à mort lors du procès de Nuremberg. Certes, le Président Obama a réitéré publiquement ses démentis mensongers affirmant que ce n’est pas du tout son intention ; mais puisqu’il pousse personnellement cette politique, le fait est qu’il se rend coupable d’honorer la tradition nazie des lois génocidaires T-4. Le Premier ministre menteur Tony Blair et sa copie Obama se font donc les héritiers de la moustache et de la croix gammée d’Adolf Hitler.

Ceux qui auraient le pouvoir de défaire ces deux graves menaces pour l’humanité que sont les politiques de renflouement de Londres et Wall Street et la promulgation des lois hitlériennes T-4 par Obama, se rendent implicitement complices de crimes contre l’humanité.

Il faut souligner et comprendre clairement que les deux périls que je soulève ici – l’effondrement physique imminent de l’économie mondiale (commençant dans la zone transatlantique et se propageant au reste du monde) et ce que la jurisprudence qualifie de pratiques génocidaires cohérentes avec le modèle nazi – doivent être stoppés et éradiqués.

Toutefois, le fait de dénoncer que ces offenses contre l’humanité elle-même soient l’expression d’intentions criminelles de la part de leurs auteurs, ne nous donne pas une alternative suffisante. Les remèdes nécessaires à l’humanité pour combattre ces menaces immédiates doivent également être apportés.

Aucun véritable patriote américain parmi ceux qui occupent de hautes fonctions dans notre gouvernement, ne peut se permettre de continuer à être réticent à l’idée d’employer ces remèdes plus que jamais nécessaires pour sauver les Etats-Unis d’Amérique et les autres nations du désastre que représente la poursuite de cette présidence Obama.

Le remède : Un système de crédit à l’américaine

Etant donné la menace qui pèse sur l’existence des nations, la qualité de responsabilité des Etats-Unis la plus notable se situe essentiellement dans l’histoire de la Constitution de notre république. Dès 1630, la Charte de la colonie de la baie du Massachusetts nous a donné le pouvoir d’un système constitutionnel de crédit au lieu de reliques de l’Empire romain et du féodalisme qui aujourd’hui encore définissent les pratiques monétaristes de la plupart des pays d’Europe et des anciennes colonies eurasiatiques et africaines de l’Empire britannique.

Présentement, le seul remède envisageable que les Etats-Unis et l’Europe aient en commun repose sur ces grandes réformes qui découlèrent des lois et pratiques d’un système constitutionnel de crédit sur lequel, au final, la création de notre ordre constitutionnel a toujours dépendu.

La mise en place immédiate des mesures suivantes par les Etats-Unis serait l’occasion pour ses nouveaux partenaires souverains d’Europe ainsi que les principaux pays d’Asie que sont la Chine et l’Inde, d’entrer en accord sur la base des avantages de ce système. Les accords significatifs entre ces partenaires potentiels, rendus possibles par le retour des Etats-Unis à un système de taux de change fixe de type Bretton Woods, seraient une base suffisante pour étendre ces avantages aux autres nations qui doivent être incluses dans ces accords en tant que partenaires souverains de ce groupe de départ constitué par les partenaires Européens et Pacifiques des Etats-Unis.

L’établissement d’un tel système global de partenariat entre pays souverains nécessiterait de chaque nation-partenaire une réforme intérieure en accord avec le principe de la loi Glass-Steagall de 1933. Les comptes des nations seraient ainsi purgés des dettes spéculatives corrompues, et la réforme permettrait d’établir un système de crédit international à taux de change fixes entre les partenaires du nouveau traité. Ces réformes si nécessaires ont été partiellement mises en oeuvre par le passé et sont désormais un impératif à part entière exigé par la situation mondiale.

Si elles sont entreprises sur le champ, ces réformes suffiraient pour stopper l’effondrement économique global qui arrive désormais dans sa phase terminale. La durabilité de ces réformes dépendra alors du pouvoir des nations, elles-mêmes et entre elles, de créer du crédit servant à accroître l’emploi des forces productives dans des applications technologiques relevant d’énergie à haute densité de flux énergétiques destinées à des formes de production et de travail accroissant le pouvoir productif physique et les moyens d’existence des populations potentiellement actives de ces nations.

Il est vrai que ce changement indispensable d’orientation entre pays coopérant déclenchera une purge mondiale des actifs monétaristes pesant sur les comptes des nations et éliminera de fait le parasite social qu’est la spéculation et toutes les institutions financières qui y sont liés. Le principe de loi morale ainsi exprimé doit être sans ambiguïté : l’humanité, en tant qu’humanité, n’a pas d’autre choix que de se nettoyer de toutes formes impérialistes de pratiques monétaristes qui ont conduit aujourd’hui à la ruine de la majeure partie de la population mondiale.


[*La décision de la Banque centrale brésilienne d’élever son taux à 12,75%, les futurs taux payés par l’Etat de l’Illinois ou certaines collectivités locales françaises et italiennes à leurs créanciers privés, ainsi que le taux des obligations grecques à dix ans atteignant les 12,5%, amorcent rapidement une évolution générale — ndt.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • bcb • 30/12/2010 - 19:32

    Je vois ici certaines personnes qui ont décidé de "commenter" les motivations politiques de Mr LaRouche...
    Il est étrange que ces mêmes personnes ne se soient pas penchées sur le texte "les perspectives de l’économie secrète". Serait-ce parce qu’ils n’en comprendraient pas le contenu et ne sont capables que de faire des "comment-taire" ?

    Répondre à ce message

  • Fernand Cloutier • 30/12/2010 - 17:49

    Extrêmement difficile de juger les personnages politiques et comprendre les objectifs visés.

    Au Québec, le Parti Québécois, qui prônait l’indépendance du Québec, a été fondé par René Lévesque qui a été un espion de l’OWI d’Angleterre.

    Répondre à ce message

  • Pierre • 29/12/2010 - 15:08

    Ma réponse
    Merci pour cet éclaircissement que je ne connaissais pas.
    Vous m"amusez quand vous parlez "d’attrape mouches"........ Zoooom zoooooo Zooooom !
    "un gars sincère, dont la pensée évolue"
    Je nous le souhaite tous.

    Le pont Eurasiatique proposé dernièrement par Poutine est une vielle proposition phare de Larouche....
    La Guerre des Etoile une réalité quotidienne.....
    Le rétablissement d’un Glass-Steagall, une vielle proposition en sourdine de .... Jorion et Attali.
    La mise en faillite "organisée" du système une nécessité qui se fait de plus en plus évidente et vitale.
    Nous sommes condamnés à des alliances pour la mise en place d’un nouvel ordre mondial....... A savoir lequel ????
    Dans un vieux monde qui réveille tous ses fantômes en même temps.

    Vous relayez le NYT, le Wall Street Journal, Roubini, Krugman, Evans-Pritchard, attrapes-mouches de tous les extrémismes, contrôlé en réalité par les autorités américaines et britanniques, promotrices silencieuses des événements du 11 septembre......
    Est-ce plus "éthique" ?
    Il y a des silences qui hurlent

    Répondre à ce message

  • Pierre • 29/12/2010 - 15:06

    Les motivations de Larouche sont difficiles à interpréter : il s’agit soit

    ––– 1. d’une des variétés de l’extrême-droite

    ––– 2. d’un effort de déstabilisation d’initiative russe. Seule constante en effet dans le discours de Larouche, les conclusions auxquelles il aboutit coïncident avec les intérêts de l’Union Soviétique jusqu’en 1989 et avec ceux de la Russie depuis (il abandonne brutalement son jargon marxiste-léniniste en 1989 pour invoquer plutôt Platon et Schiller).

    ––– 3. d’un attrape-mouches de tous les extrémismes, contrôlé en réalité par les autorités américaines. Dans ses deux autobiographies successives, Larouche renvoie au même incident comme


    3.1. s’expliquant par le fait qu’il est alors téléguidé par le FBI, mission qu’il aurait acceptée pour parer à un danger pour la sécurité nationale – dans la version de 1974 ;


    3.2. s’expliquant par la force de sa conviction marxiste-léniniste – dans la deuxième version, de 1988.

    ––– 4. d’un gars sincère, dont la pensée évolue

    • pikpuss • 30/12/2010 - 09:25

      Ceux qui sont senses nous representer sont en fait au service de puissances financieres occultes qui ont leur propre systeme de croyances. On voit bien que leur preoccupations ne sont nullement le bien etre des societes humaines. Larouche a pour merite de decrire les realites de ces puissances financieres. Qui d,autre que lui, nous a explique depuis 30 ans ce que sont ces realites ? Et qui d,autre proprose des solutions honnetes et radicales liees a l,extreme gravite de notre situation ?

    Répondre à ce message

  • petite souris • 29/12/2010 - 17:40

    Rien ne rehausse l’autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles.
    Charles de Gaulle Le fil de l’épée

    Répondre à ce message

  • Pierre • 29/12/2010 - 15:06

    Réponse de Jorion :

    Les motivations de Larouche et de son mouvement sont extrêmement suspectes. L’hypothèse la plus vraisemblable à mon sens est ce que j’ai appelé dans un commentaire antérieur : « un attrape-mouches de tous les extrémismes ». Il s’agit de répertorier et de mettre en fiches les protestataires du monde entier en leur offrant une plate-forme – apparemment très bien financée – où ils peuvent se regrouper.

    Ne vous laissez pas manipuler par quelqu’un qui fut associé de très près au projet de guerre des étoiles du Président Reagan : on essaie de vous parquer dans un enclos, derrière des barbelés.

    Les liens que vous créez dans vos commentaires en direction des sites larouchiens contribuent à un effort de propagande.

    Répondre à ce message

  • Pierre • 29/12/2010 - 15:01

    Il serait intéressant que Jacques Cheminade rencontre Paul Jorion. J’ai eu cette échange avec lui ce matin.
    On peut dire ce qu’on veut de Larouche, mais traiter ce vieux de "gourou d’extrême droite fasciste", mériterais pour le moins une redéfinition de votre nomenclature......

    Répondre à ce message

  • petite souris • 29/12/2010 - 14:06

    Merci Lyn pour cette invitation pour un réel changement du monde financier et économique au service des hommes.

    Je souhaite que les dirigeants responsables des états-nations entendent ce LA.
    Qu’ils se mettent tous au diapason pour le bien commun de l’humanité !

    Je dis cela car je connais des hommes biens et de bien qui peuvent partout prendre le relais des marionnettes qui croient nous gouverner.
    Nous autres petites souris survivront toujours pour dire et témoigner.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard