X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Abolir le pacte de stabilité européen pour construire des hôpitaux, des ports, des canaux, des TGV

Toute la politique européenne se trouve actuellement enchaînée à une contrainte financière à court terme, sans la moindre logique économique ou humaine. L’on sacrifie l’avenir, c’est-à-dire les infrastructures de base, sur l’autel des gains de banque, de bourse ou de jeu. Au sommet du dispositif, il y a la servitude volontaire que les dirigeants se sont imposée à eux-mêmes et à laquelle ils n’osent pas renoncer, le pacte de stabilité européen de 1997. Au sein du dispositif lui-même, avec les critères de rentabilité que l’on se fixe, aucun projet à long terme, ouvrant des perspectives de développement dans des régions dépourvues, n’est désormais susceptible d’être retenu. Le couperet tombe : pas rentable, pas rentable, pas rentable ! Cette situation totalement absurde est comprise par un nombre croissant de responsables politiques, en France et dans toute l’Europe. Cependant, il sont plus peur de rompre avec le « système » où ils ont fait carrière que de couler avec le Titanic de Bruxelles. Il n’est pourtant d’autre choix, si l’on veut sauver - réellement sauver - les économie européennes et assurer que nos enfants et petits-enfants aient un avenir, que d’abroger le pacte de stabilité et d’établir, enfin, des critères de rentabilité sur 25 à 50 ans (avec un taux d’actualisation de 2 à 4%) et non sur moins de 15 ans (avec le taux actuel qui est, en France, de 8%).

Le pacte de stabilité européen

Le « pacte de stabilité » est présenté comme un dispositif « sage » : le déficit budgétaire ne doit pas atteindre plus de 3% du produit intérieur brut (PIB) et même disparaître à un horizon rapproché. Initialement, les ministres des Finances européens avaient précisé que l’équilibre budgétaire (0%) devait être atteint en 2000. En 2000, l’échéance a été retardée (à 2002), puis à deux reprises en 2002 (à 2004 puis à 2006) et, avec le ralentissement économique, toute date a disparu
 !

Cependant, la logique - la « stupide » logique, comme l’a qualifiée le président de la commission européenne, Romano Prodi - reste. Cette sagesse financière-là empêche d’investir !

Alors, les dirigeants européens tentent d’en sortir, mais sans oser le dire clairement. Comme des prisonniers atteints du « syndrome de Stockholm » qui en viennent à aimer leur geôlier, ils continuent à vanter la « stabilité », mais s’efforcent de changer le sens du mot. L’on a parlé d’abord d’éliminer seulement le « mauvais » déficit, c’est-à-dire le déficit structurel, tout en tolérant le « bon », le conjoncturel, utilisé pour combattre les effets d’une « récession durable » que toute le monde enfin reconnaît, du moins en privé. Puis la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique ont parlé de desserrer le carcan en sortant du calcul les dépenses militaires d’investissement. Cependant, la Commission de Bruxelles a dit « niet », pas question de discuter le moindre assouplissement du pacte ! Pire encore, elle a appelé les Etats membres à des « mesures d’assouplissement supplémentaires », notamment « en matière de retraites » ! Le pacte de stabilité signifie donc, en clair : pas d’argent pour les hôpitaux, les ponts, les ports, les TGV, les retraites, et tout l’argent pour sauver les établissements financiers.

Une logique plus générale

Cependant, même si le pacte n’existait pas, la logique qui a présidé à sa naissance resterait, dans les conditions actuelles de soumission à la loi des comptables, qui eux-mêmes représentent les intérêts de leurs employeurs, les banques contrôlées par l’oligarchie.

En effet, le « taux d’actualisation » adopté en France, en fonction de cette contrainte mondiale et nationale, est de 8%. Ce taux est ce qui permet de comparer un revenu futur (ce que va rapporter un projet) à un revenu immédiat (ce qu’on pourrait faire d’autre avec l’argent qu’on s’apprête à investir dans ce projet). Or, 8%, c’est très élevé : tout projet à long terme se trouve automatiquement laminé.

En langage de l’éditorial du Monde du 21 mai, cela donne : « Grevé malheureusement par les frais de plus en plus pesants inscrits dans une conjoncture déprimée, et surveillé par Bruxelles, le budget de l’Etat ne peut évidemment satisfaire toutes les requêtes. Les experts ont calculé qu’il faudrait, pour réaliser les projets en cours ou prévus, dégager 15 à 20 milliards d’euros supplémentaires par an, ce qui est irréaliste. » On reconnaîtra ici l’ineffable hypocrisie du serviteur attitré de l’ordre établi, pour qui détruire ou ne pas construire l’avenir est « réaliste », car il refuse d’imaginer une autre règle du jeu.

Lors du long débat consacré le 20 mai par l’Assemblée nationale aux grands projets d’infrastructure de transport, le gouvernement n’a annoncé ni des priorités, ni un calendrier prévis. Il se « propose de réfléchir » jusqu’à « la fin de l’année ». Evidemment, en pleine période de protestation sociale, on ne veut pas reconnaître que le critère de 8% aboutirait à sacrifier le TGV Sud Europe Atlantique (Poitiers-Bordeaux-Toulouse-Perpignan-Barcelone), le TGV pendulaire (POLT) Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, la liaison transalpine Lyon-Turin et le canal Seine-Nord à grand gabarit. Les agents de l’Inspection générale des finances et les ingénieurs de Ponts et Chaussées, ainsi que la DATAR, ont fatalement conclu, avec plus ou moins de nuances, dans ce sens. En clair, le critère de rentabilité financière s’impose aux experts, dont les travaux servent de référence aux politiques, et au bout du tunnel, l’on se fracasse contre le mur de l’argent.

Le financement

Pour essayer de contourner cette difficulté de base - dans le système actuel, tout l’argent va ailleurs que dans le long terme - les réflexions des politiques et de experts s’orientent vers divers artifices de financement, utiles mais tout à fait insuffisants pour faire face à l’ampleur du problème :

  • redevance kilométrique « de Robien », réclamée aux poids lourds et en particulier aux étrangers en transit sur notre territoire ;
  • relèvement de la TIPP sur le gazole ;
  • mobilisation « Méhaignerie » des fonds de la Caisse des dépôts et consignations ;
  • lancement de grands chantiers avec un prélèvement de 10 % sur les excédents des livrets d’épargne populaire et les Codevi (proposition d’Adrien Zeller) ;
  • installation de péages urbains ;
  • et, pour conclure, le serpent de mer d’un grand emprunt européen.

En réalité, la seule solution permettant le nécessaire essor des équipements, au sein de l’Union européenne et au-delà, dans l’articulation eurasiatique, est d’abroger une fois pour toutes le pacte de stabilité et de mettre en place un système de financement à long terme des infrastructures, organisé par les banques nationales des Etats, en coordination avec les intérêts privés.

Comment faire ?

C’est vrai, nous répondent aujourd’hui les responsables conscients du problème, mais comment faire ? La solution est de faire quelque chose qui a été oublié depuis plus de trente ans et, paradoxalement, pendant quinze ans de gouvernements socialistes : mobiliser les citoyens, à l’intérieur de nos frontières, en Europe et dans le monde.

Il faut montrer qu’en respectant le pacte de stabilité et sa logique auto-destructrice, et en adoptant des disciplines fondées sur le développement de l’économie physique et des capacités créatrices des hommes (éducation, recherche et développement, santé publique) plutôt que sur l’impératif financier, on pourra construire ce qui est nécessaire pour l’avenir.

Au lieu de débats idéologiques ou technocratiques, il faut afficher ce que l’on peut et doit faire pour assurer un avenir à nos enfants et petits-enfants : centres de recherche, hôpitaux, écoles, ponts, canaux, TGV, Maglev. L’économie, ce n’est pas la gestion de ressources rares et les profits financiers de mastodontes inefficaces gérés par des bureaucrates gavés de stock-options, mais le progrès technologique et le développement des infrastructures, l’homme à la frontière de la découverte dans l’espace et dans le temps. C’est, par exemple, le ferroutage ou la circulation téléguidée de véhicules dans les tunnels et les autoroutes, c’est Paris-Turin vers Budapest et le Proche-Orient. C’est l’équipement du territoire et de la pensée, non la comptabilité d’un présent stérile.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard