X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Après le fiasco de Bruxelles : construisons l’Europe des peuples

Les analyses de Jacques Cheminade sont publiées tous les quinze jours dans le journal Nouvelle Solidarité, sur www.solidariteetprogres.org ainsi que www.cheminade2007.org, et consitutent le principal regard du candidat à la présidentielle de 2007 sur l’actualité française et internationale.

Pour Pierre Mendès-France, en 1962, l’Europe doit « être une construction pour le bénéfice de chacun et de tous » et il regrette « les modalités essentiellement libérales, capitalistes et libre-échangistes adoptées pour la constitution du Marché commun ». Pour Charles de Gaulle, en 1965, « la cathédrale européenne » doit se bâtir sur la fondation d’une économie volontariste, et c’est lorsqu’elle sera ainsi faite que « nous la tiendrons ouverte aux autres ». L’un et l’autre avaient en commun d’aimer l’Europe, d’être présents au moment des périls et de rester fidèles à la vérité sans se soucier de l’opinion ou des puissances possédantes. Evoquer ces hommes, ne serait-ce qu’un instant, à la fois nous encourage et nous permet de juger selon ses mérites la tragi-comédie qui vient de se dérouler à Bruxelles, ainsi que la farce grossière jouée par Tony Blair devant le Parlement européen. Par défaut, les histrions occupent la scène.

Le calcul de Tony Blair

Tony Blair, comme l’a dit sans ménagements le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a fait sciemment échouer le sommet européen. L’on peut penser ce que l’on veut de l’agenda retenu - nous le jugeons ici vulgaire et subalterne - la position choisie par le Premier ministre britannique est doublement indéfendable, tant à l’égard de l’Europe que sur le fond. Le voici en effet qui refuse tout compromis sur la politique agricole commune, alors qu’il avait accepté l’accord de 2002, rejette le budget communautaire sur lequel l’ensemble des autres pays s’étaient mis d’accord, et prône un « New Deal » pour l’Union européenne, avec un culot et un cynisme absolu : l’appellation de Roosevelt pour désigner un programme ultra-libéral qui est à ses antipodes !

Que veut en effet M. Blair ? Une Europe au rabais et à sa main : la création d’un marché financier libre transatlantique, le territoire des Vingt-cinq réduit à une vaste zone de libre-échange offerte aux prédateurs financiers, la libéralisation du marché de l’énergie pour anéantir le nerf de toute résistance, la réduction des subventions publiques pour lui en ôter les moyens et, enfin, conséquence « logique », la flexibilité du marché du travail.

Son discours devant le Parlement européen était, à cet égard, une véritable pantalonnade : sautant de mensonge éhonté en pétition de principe, et de pétition de principe en mélasse de spin doctors (conseillers en image), il pense pouvoir ainsi « passer en force » lors de sa présidence - de juillet à décembre - sur les cadavres politiques de Gerhardt Schröder et de Jacques Chirac.

L’impuissance de Schröder et Chirac

Face à ce calcul grossier, Schröder et Chirac ne peuvent l’emporter en jouant sur le terrain de l’ennemi. Celui-ci est en effet, chez eux, déjà occupé par les Sarkozy et les Merkel. C’est pourtant ce qu’ils ont fait.

Bien que tous deux aient dénoncé la manœuvre et l’idéologie de Tony Blair, ils n’ont apporté aucun projet mobilisateur susceptible de répondre au défi de l’époque et à la demande de leurs peuples. Certes, Jacques Chirac, puis Dominique de Villepin en répondant à Jean-Marc Ayrault à l’Assemblée nationale, ont attaqué Tony Blair, avec une virulence peu habituelle. Jacques Chirac a dénoncé la « conception anglo-saxonne extrémiste de l’économie de marché, où l’on écraserait les pauvres et les défavorisés ». Dominique de Villepin a dit, avec son humour de la France d’en haut, « que le chèque britannique (le rabais obtenu par Margaret Thatcher, ndla) constitue à mes yeux (...) une véritable dépense d’Ancien Régime ». Gerhardt Schröder, attaquant directement le Premier ministre britannique, a affirmé qu’il « faut préserver au niveau européen le modèle social et de société particulier qui s’est développé sur le continent... Celui qui veut, pour des motivations populistes ou par égoïsme national, détruire ce modèle, se rend coupable envers les générations futures ».

Cependant, ces flèches, pour aussi bien décochées qu’elles soient, ne serviront à rien sans projet mobilisateur d’envergure.

Les peuples européens ont le sentiment que se déroule sous leurs yeux une bataille de chiffonniers, l’un défendant son rabais, l’autre ses primes agricoles et aucun n’étant capable de présenter des idées ou un budget digne de ce nom.

Tentative de culpabilisation du « non »

L’on commence à entendre les partisans du « oui » dire que le « non » a offert l’Europe sur un plateau à Tony Blair.

La réponse est simple. D’une part, Blair a raison sur un point, la crise est due à l’incapacité des dirigeants de l’Europe, non aux humeurs de leurs peuples. La seule chose que l’on puisse reprocher à nos peuples est d’avoir élu de tels dirigeants. D’autre part, le plan Blair existe depuis longtemps : il est en action depuis 1997, et aucun dirigeant européen important n’a été capable de s’y opposer&nbsp : !

Le traité de Barcelone et l’agenda de Lisbonne, négociés par Jospin-Chirac, ont été deux étapes importantes de la mise sur orbite de l’Europe néo-libérale des néo-conservateurs et du New Labour ! La Constitution européenne n’était pas un document opposé aux conceptions de Blair et de ceux qui le parrainaient, mais ceux-ci avaient imposé leur vision en son cœur même ! Les « conventionnels « de M. Giscard d’Estaing ont dessiné le futur que Blair voulait : interdiction de tout crédit productif public, donc pas de grands projets mobilisateurs ; pas d’harmonisation fiscale ou sociale ; pas de référence à un gouvernement économique européen responsable, pas de remise en cause des lois anti-syndicales de l’ère Thatcher.

Aussi, il est tout de même effarant que ceux qui essayent de culpabiliser les partisans du « non » soient ceux-là mêmes qui depuis plus de huit ans, ont cédé à Tony Blair !

Aujourd’hui, ils sont toujours incapables de définir l’alternative, et creusent ainsi leur propre tombe - ce qui ne serait pas très grave - mais avec elle, celle de leurs peuples et de l’Europe, tout en laissant le monde s’enfoncer dans une crise financière et monétaire qui risque de porter très vite un coup terrible à l’économie, bien au-delà de l’Europe.

L’élargissement se trouve dans le flou, le moteur franco-allemand en panne et les Vingt-cinq ont choisi de ne pas choisir, c’est-à-dire de se retrouver au premier semestre 2006 pour « faire le point » sur le sort de la Constitution. Charlot diplomate serait un bon titre pour le film, s’il n’était tragique.

Construisons l’Europe des peuples

Face à cette situation, nous devons pousser nos dirigeants à aller au-delà d’eux-mêmes, sans leur faire le moindre cadeau, mais sans tomber dans le plaisir dangereux de démolir pour démolir.

Nous devons fournir un horizon. Nous l’avons fait ici lors de la campagne sur la Constitution. Nous allons continuer en illustrant nos principes de départ par des projets, dans l’Europe des vingt-cinq et vers l’Eurasie, l’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud-Ouest et la Chine. L’Europe ne peut plus vivre de formules, elle a besoin de projets transformant la nature et améliorant les relations entre les hommes. Au lieu de se détruire dans des querelles imbéciles, elle doit se fixer un horizon.

Commençons par engager un combat pour changer le statut de la Banque centrale européenne, en lui assignant pour objectif le plein emploi et le développement industriel, et en donnant à la Banque européenne d’investissements la faculté d’émettre du crédit productif public, ne dépendant ni des marchés ni de l’impôt, mais de décisions prises par mandat des peuples. Organisons une discussion sur les grands projets à discuter : canaux, transports à grande vitesse, nucléaire de pointe (réacteurs à haute température, fusion...), moteurs à hydrogène, échanges d’étudiants en multipliant par plusieurs ordres de grandeur la portée des programmes Socrates et Erasmus, création de grands universités communes. Auprès de l’organisation mondiale du commerce comme de la Commission européenne, intervenons pour que les PME puissent bénéficier d’une part important dans les contrats publics, permettant à des équipes de créateurs de démarrer rapidement en apportant des technologies de pointe.

L’étude immédiate d’une taxe sur les transactions financières de produits dérivés, afin de pouvoir évaluer l’ampleur de ces transactions en contraignant à leur notification, serait, compte tenu de l’urgence, un premier élément de coopération entre institutions financières européennes.

Tout ne peut pas être fait d’un coup, mais en tirer argument pour ne rien faire est le pire signe de l’impuissance européenne.

Ici, chez nous, les ordonnances du docteur Villepin ne peuvent, au mieux, qu’atténuer une petite fièvre, alors que nous sommes menacés d’une maladie mortelle. En Europe, nous devons enfin susciter des hommes de caractère par un débat sans concessions ni complaisance. Parler d’une politique européenne n’a aucun sens sans projets physiques, sans réunir les conditions pour les commencer. Or depuis trente ans, nous n’avons plus de grands projets. Il en faut, s’adressant à la dignité des hommes, pour motiver les jeunes générations à œuvrer, à faire. C’est de l’absence de ces projets que nous pouvons mourir, en tant que nation et en tant que culture. L’Europe doit redevenir un projet, pas un débat entre marchands du temple.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard