Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

Après le sommet de l’UE, la vraie mission de la France et de l’Europe


par Jacques Cheminade

Le climat officiel en Europe porte à se satisfaire de l’autodestruction. La manière dont les résultats du sommet européen des 28 et 29 juin viennent d’être salués par les autorités et la grande presse en témoigne. Le renflouement des grandes banques, qui seront directement recapitalisées au détriment de l’intérêt des peuples, l’esbroufe d’un pacte de croissance qui n’en est pas un et l’adoption qui suivra d’un pacte budgétaire imposant l’austérité économique et sociale sont présentés comme un succès. Comme si on se félicitait que la maison continue à brûler en espérant que les mesures décidées empêchent le feu de se propager trop vite. Le monde de la finance l’a provisoirement emporté, à visage découvert.

Il ne faut ni en rire ni en pleurer. Il faut en sortir.

C’est pourquoi nous présentons ce rapport pour « un miracle économique de l’Europe méridionale, de la région méditerranéenne et de l’Afrique ». Il fournit les repères d’une politique qui rétablit la priorité absolue d’un développement mutuel harmonieux pour équiper l’homme et la nature, sur le remboursement des dettes illégitimes et le gel des grands projets.

L’Europe de Maastricht et de l’euro a choisi la voie opposée à la nôtre, et elle est en train d’en mourir. Sa mort est devenue fatale, car elle sape les fondements de son propre développement. Nous ne voulons pas mourir avec elle. Et nous sommes convaincus que le signe de vie économique et politique sera donné par l’accès au développement et à la justice de ceux à qui on a imposé le plus de souffrances, d’Athènes au Caire, de Sofia à Madrid et de N’djamena à Kinshasa.

Notre vision n’est pas celle d’un espace méditerranéen en soi ; au contraire, nous le pensons comme un élément fondamental d’un espace de développement à l’échelle de toute notre planète, relié tout particulièrement à une Eurasie allant de l’Atlantique à la Mer de Chine.

Rêve, diront les pragmatiques. Projets pharaoniques, reprendront en chœur tous ceux qui ont l’esprit pratique. Cependant, à un moment de l’histoire où, dans notre système de pillage financier organisé, l’esprit pratique et le pragmatisme mènent à une mort certaine, il est permis de les rejeter.

I. Refonder l’Europe

Ce que l’on nous présente aujourd’hui sous le nom d’Europe n’a rien à voir avec ce que nous avons apporté et pouvons encore apporter de meilleur au monde. Il ne s’agit que de la gestion d’une spirale sans fin d’endettement et d’une institutionnalisation de l’abandon du bien commun et des générations futures. Pour le dire crûment, l’acceptation d’une politique qui suppose une dépopulation faute de créer les moyens de développer l’économie. Les courtiers, les banquiers d’affaires et les traders de la City, avec leurs collègues de notre continent et les lobbyistes parasites de Bruxelles qui écrivent les textes qu’adopte une Commission composée de juristes ou d’économistes venus des mêmes milieux, dansent autour du veau d’or comme au cours des années trente. Les politiques qu’ils proposent et imposent sont celles des Brüning et des Laval d’alors, dopées aujourd’hui par une émission de monnaie à la vitesse de la lumière. On en a mesuré les conséquences après 1933. Si nous continuons dans cette voie, elles seront pires aujourd’hui car elles seront mondiales.

Il ne s’agit même pas de notre propre intérêt, à nous autres Français ou Allemands. Car ce que nous faisons ou laissons faire aux autres se retournera contre nous. L’Allemagne, qui paraît si forte de ses exportations, tout en imposant une politique de précarité organisée à près de la moitié de ses travailleurs, ne pourra pas survivre à la perte de ses clients ruinés. Et si nous adoptons la politique de mutualisation généralisée des dettes par l’émission de monnaie à tout va, que prônent MM. Hollande et Ayrault, nous irons vers une hyperinflation avec les mêmes effets dévastateurs que celle de 1923 en Allemagne.

L’Europe, la vraie, consiste donc à constater la faillite du système de Maastricht, des pactes d’austérité et d’un euro monnaie financière, pour adopter deux principes : l’assainissement financier et une politique de crédit public pour financer des plateformes de développement permettant la reconstruction et l’essor économique. Assainir, cela signifie couper les banques en deux et cesser de renflouer celles qui spéculent ; émettre du crédit public, cela signifie parier sur l’avenir en fournissant aux générations futures les moyens de vivre.

II. Redonner un sens à ce qu’est une économie humaine

L’économie se définit par la capacité à assurer la vie de plus d’êtres humains, occupant des emplois qualifiés et capables de mettre en œuvre les technologies les plus avancées de leur temps. Ce n’est pas acheter bon marché, revendre plus cher et faire l’addition des « plusvalues » financières pour établir un « Produit national brut ».

L’idée de densité est fondamentale : densité du flux d’énergie permettant de produire plus et mieux avec moins d’efforts physiques et moins d’êtres humains, moins de surface occupée et moins de matière apportée. C’est ce qui permet d’assurer la survie à long terme de l’humanité à un niveau qui s’élève de génération en génération. C’est toute l’histoire de la mise en valeur de notre écoumène ! C’est le secret du « miracle » !

Dans cette démarche, la création de plateformes de développement constitue la piste de décollage : infrastructure physique (eau, énergie, transports à grande vitesse…), infrastructure humaine (éducation, santé, recherche, développement, innovation…) et circulation des biens et des idées. Cette « circulation » ne peut avoir lieu que par des corridors prioritaires de développement, dont nous proposons la coordination à l’échelle de tout notre projet, comme autant de contributions à un ensemble « vivant ».

La combinaison du dessalement de l’eau de mer, grâce à l’apport d’énergie fournie en tant que de besoin par des réacteurs nucléaires de quatrième génération, de la remise en eau d’espaces comme le lac Tchad, les chotts tunisiens et algériens et la dépression de Qattara, permettant de créer de grands ensembles agro-industriels, et le développement d’axes de transport à grande vitesse constituent les éléments de ces plateformes de vie future. Sans elles, ces pays ne parviendront même pas à se nourrir, comme la Grèce, l’Egypte et l’Algérie, qui importent actuellement entre 40% et 70% de la nourriture qu’ils consomment.

Pour conclure, à tous ceux qui nous répèteront qu’il n’y a pas d’argent pour le faire, nous répondrons que dans le système actuel, on émet bien des milliers de milliards pour renflouer les banques, directement ou indirectement. Alors ? Alors, la différence est que nous devrons émettre de l’argent pour la vie future des peuples. Revenons à l’Europe. C’est ce que nous ne faisons pas aujourd’hui. Ce fut pourtant le miracle de l’après-guerre : sans épargne ni rente, avec du crédit et les fonds du plan Marshall, notre esprit créateur a permis notre reconstruction et des taux de croissance qui aujourd’hui font rougir tout le monde, excepté les Chinois. Alors, qu’attendons-nous pour appliquer notre recette, qui fut précédemment celle de Roosevelt aux Etats-Unis ? Cette fois, la Méditerranée et l’Afrique sont la pierre de touche de notre identité et de notre survie. Personne ne peut rejeter ce défi. Voilà la source d’un nouvel enthousiasme !


Voir les 4 commentaires

  • rosa • 03/07/2012 - 09:07

    si Hollande ne fait rien qui d autre pourra bouger les choses ; nous n avons aucun pouvoir helas ; que faire a notre niveau ?

    Répondre à ce message

  • petite souris • 02/07/2012 - 19:19

    Merci Jacques

    J’espère que toutes nozélites vont lire ce commentaire et réfléchir..........mais j’en doute ......

    Toutes les petites souris de mon quartier entendent la même chose dans les maisons où l’on prépare les vacances comme si de rien n’étaient : tout sera réglé à la rentrée enfin on profite des vacances et puis on verra bien de toutes façons on ne peut rien faire ... on s’en sortira nous ! c’est l’essentiel hein !

    Ils ne parlent depuis les élections que de l’inévitable retour de l’opposition,
    et dans les bistrots et les médias de Rolland Garros, des championnats d’athlétisme, de Wimbledon, de l’euro de foot, du tour de France, des Jeux Olympiques ...... du pain et des jeux !!!!!
    et depuis ce matin sur les ondes il n’y a que des gens qui comptent : des journalistes, des experts, l’homme de la rue, des politiques bref tous y vont de leur refrain

    Mais ..... personne ne pense
    Mais .... personne ne réfléchit
    Mais .... personne ne voit à demain
    ..... des paroles verbales dans une logorrhée sans fin
    qui endort

    Alors encore Merci à Jacques pour ses réflexions sur le long terme pour le bien commun !!!

    Répondre à ce message

  • EDITH • 02/07/2012 - 14:24

    Je pense qu’il serait judicieux d’envoyer régulièrement ce genre de message sur le site de L’Elysée et de Matignon. Je le fais mais si nous sommes plusieurs centaines cela portera ses fruits ,du moins j’espère que la sagesse l’emportera !

    Répondre à ce message

  • chant31 • 02/07/2012 - 16:34

    POLITICOS Y BANQUEROS = BANDIDOS
    Aux mineurs des Asturie apportons un soutien sans faille. Pour sauver la casse des pays du sud engagée par la troïka, plus qu’un Glass-Steagall global vite des commissions d’enquêtes et des re-nationalisations !
    Vive l’Espagne Libre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard